Tout va bien (ou presque)

De
Publié par

Trop, c’est trop. Il faut arrêter de sombrer dans la déprime. La France a perdu trop de temps à se réformer, mais elle a des atouts considérables : une démographie dynamique, une attractivité préservée, des infrastructures performantes, une protection sociale qui est enviée par l’ensemble du monde… Nos handicaps sont réels mais trop souvent surestimés : nous ne payons pas plus d’impôts que la plupart des pays développés, notre appareil d’État s’est modernisé comme nos grandes entreprises. Quant aux inégalités sociales, elles sont moins marquées qu’ailleurs. Alors, qu’est-ce qui manque à la gouvernance de ce pays pour sortir de la crise ? La sortie de crise dépend de la confiance des citoyens. Donc de la capacité des dirigeants à restaurer la confiance. Et pour ce faire, il faut assumer les difficultés, dire la vérité et faire ce qu’on dit. Arrêtons de diaboliser les entreprises, dont la vocation est de se développer et de créer des emplois. Arrêtons de culpabiliser les riches. Certains ont travaillé pour cela et beaucoup rêvent de devenir riches. Arrêtons de décourager des générations de jeunes qui partent à l’étranger sans avoir l’envie de revenir. Arrêtons d’exporter des bac+5 pour importer des bac-10. Réparons, réformons ce qui dysfonctionne, mais, de grâce, protégeons le modèle français ! Exportons un modèle français zéro défaut. Sans céder à l’optimisme béat, nous voulons avec ce livre tourner le dos au déclinisme, lit de tous les renoncements : la crise doit nous rendre intelligents.
Publié le : mercredi 15 mai 2013
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213679105
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Trop, c’est trop. Il faut arrêter de sombrer dans la déprime. La France a perdu trop de temps à se réformer, mais elle a des atouts considérables : une démographie dynamique, une attractivité préservée, des infrastructures performantes, une protection sociale qui est enviée par l’ensemble du monde… Nos handicaps sont réels mais trop souvent surestimés : nous ne payons pas plus d’impôts que la plupart des pays développés, notre appareil d’État s’est modernisé comme nos grandes entreprises. Quant aux inégalités sociales, elles sont moins marquées qu’ailleurs. Alors, qu’est-ce qui manque à la gouvernance de ce pays pour sortir de la crise ? La sortie de crise dépend de la confiance des citoyens. Donc de la capacité des dirigeants à restaurer la confiance. Et pour ce faire, il faut assumer les difficultés, dire la vérité et faire ce qu’on dit. Arrêtons de diaboliser les entreprises, dont la vocation est de se développer et de créer des emplois. Arrêtons de culpabiliser les riches. Certains ont travaillé pour cela et beaucoup rêvent de devenir riches. Arrêtons de décourager des générations de jeunes qui partent à l’étranger sans avoir l’envie de revenir. Arrêtons d’exporter des bac+5 pour importer des bac-10. Réparons, réformons ce qui dysfonctionne, mais, de grâce, protégeons le modèle français ! Exportons un modèle français zéro défaut. Sans céder à l’optimisme béat, nous voulons avec ce livre tourner le dos au déclinisme, lit de tous les renoncements : la crise doit nous rendre intelligents.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.