Un homme politique peut-il dire toute la vérité?

De
Publié par

Ennemi des petites phrases et de l’agitation médiatique, Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale et quatrième personnage de l’État, sort pour la première fois de sa réserve pour livrer sa réflexion et sa vérité sur l’exercice du pouvoir, ses grandeurs, ses zones d’ombre, ses impuissances et ses renoncements. Il revient à cette occasion, sans faux semblants, sur des sujets particulièrement polémiques dont il s’est saisi, parfois à ses dépens, au cours de son mandat de président de l’Assemblée nationale : la lutte contre les réseaux d’influence et les lobbies, la prévention des conflits d’intérêt, notamment dans les cas de cumul entre un mandat de député et la profession d’avocat, le prix de la démocratie, le combat contre l’obstruction et les détournements de procédure… En s’appuyant sur des exemples concrets tirés de l’actualité récente ou sur des anecdotes inédites, il brosse également un portrait original de « l’homo politicus » dont il démêle, pour mieux les mettre à nu, les ressorts psychologiques : l’engagement sur le terrain, la défense de convictions, mais aussi l’ambition, le narcissisme ou l’égoïsme. Alors que se profile l’élection présidentielle, Bernard Accoyer saisit cette occasion pour livrer son analyse et poser toutes les questions qui fâchent : la réduction drastique de la dépense publique, la nécessité de trouver des assiettes de financement différentes, pesant moins sur le travail, pour garantir la pérennité de notre pacte social, l’urgence d’une refonte globale de notre approche de l’éducation et de la formation. Au fil de ses réflexions, il tente d’apporter des éléments de réponse à cette question lancinante que l’on retrouve aussi bien sous la plume des philosophes que dans les conversations entre amis : un homme politique peut-il dire toute la vérité ? Si oui, à quel prix pour sa personne, sa carrière, voire pour sa famille politique ? Quels sont les principaux obstacles au triomphe de la vérité en politique ? Comment se frayer un chemin entre la nécessité de ménager des intérêts politiques ou économiques et l’éthique la plus élémentaire ?En conclusion, Bernard Accoyer pose un postulat exigeant à l’approche des échéances politiques de 2012 : en ce début de 21e siècle, avec la crise économique majeure qui a frappé le monde, seul un discours de vérité à nos concitoyens pourra écarter les peurs et convaincre les Français.
Publié le : mercredi 26 octobre 2011
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709638647
Nombre de pages : 200
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ennemi des petites phrases et de l’agitation médiatique, Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale et quatrième personnage de l’État, sort pour la première fois de sa réserve pour livrer sa réflexion et sa vérité sur l’exercice du pouvoir, ses grandeurs, ses zones d’ombre, ses impuissances et ses renoncements. Il revient à cette occasion, sans faux semblants, sur des sujets particulièrement polémiques dont il s’est saisi, parfois à ses dépens, au cours de son mandat de président de l’Assemblée nationale : la lutte contre les réseaux d’influence et les lobbies, la prévention des conflits d’intérêt, notamment dans les cas de cumul entre un mandat de député et la profession d’avocat, le prix de la démocratie, le combat contre l’obstruction et les détournements de procédure… En s’appuyant sur des exemples concrets tirés de l’actualité récente ou sur des anecdotes inédites, il brosse également un portrait original de « l’homo politicus » dont il démêle, pour mieux les mettre à nu, les ressorts psychologiques : l’engagement sur le terrain, la défense de convictions, mais aussi l’ambition, le narcissisme ou l’égoïsme. Alors que se profile l’élection présidentielle, Bernard Accoyer saisit cette occasion pour livrer son analyse et poser toutes les questions qui fâchent : la réduction drastique de la dépense publique, la nécessité de trouver des assiettes de financement différentes, pesant moins sur le travail, pour garantir la pérennité de notre pacte social, l’urgence d’une refonte globale de notre approche de l’éducation et de la formation. Au fil de ses réflexions, il tente d’apporter des éléments de réponse à cette question lancinante que l’on retrouve aussi bien sous la plume des philosophes que dans les conversations entre amis : un homme politique peut-il dire toute la vérité ? Si oui, à quel prix pour sa personne, sa carrière, voire pour sa famille politique ? Quels sont les principaux obstacles au triomphe de la vérité en politique ? Comment se frayer un chemin entre la nécessité de ménager des intérêts politiques ou économiques et l’éthique la plus élémentaire ?En conclusion, Bernard Accoyer pose un postulat exigeant à l’approche des échéances politiques de 2012 : en ce début de 21e siècle, avec la crise économique majeure qui a frappé le monde, seul un discours de vérité à nos concitoyens pourra écarter les peurs et convaincre les Français.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Ramadan, quel ramdam!

de le-nouvel-observateur

La France c'est vous !

de le-cherche-midi

Pourquoi je prends parti

de le-nouvel-observateur

suivant