Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 10,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Le Coran

de fayard

Vise le soleil

de fayard

suivant
La campagne des présidentielles est ouverte. Analogue à toutes celles qui l'ont précédée, elle oppose déjà des candidats et non des programmes. Les médias sont à l'affût de tous les incidents de parcours personnels, bruissent des amitiés de toujours condamnées à succomber dans la rivalité mimétique et recherchent désespérément des victimes expiatoires. Mais ils se tiennent déjà prêts au sacre d'un nouveau monarque.

Point de diagnostic sur la société française ni sur des programmes politiques déjà, il est vrai, suffisamment édulcorés et voisins pour justifier une relative indifférence.

Pourtant il devient évident que le contrat social de l'après-guerre est devenu totalement désuet, incapable de maintenir la cohésion d'une société française beaucoup plus peuplée et surtout plus riche qu'elle ne l'était voici cinquante ans. Alain Cotta montre que la France va devoir affronter inéluctablement un conflit entre ses classes jeunes et ses retraités, la montée des exclus, la persistance du chômage, son effacement progressif en Europe et dans le monde. Il montre aussi qu'une autre politique est non seulement possible, mais surtout indispensable à échéance plus ou moins lointaine.

La société française attendra-t-elle encore dix ou quinze ans pour réapprendre la lucidité? Si les générations de l'après-guerre peuvent éprouver, à la lecture de ce livre, quelque amertume à n'avoir pas pu prolonger l'âge d'or pour leurs enfants, les jeunes générations y trouveront notamment quelques clés d'interprétation de la société française dans laquelle ils vivent et surtout l'espoir et l'ambition qui sont nécessaires à la vie.

Alain Cotta, professeur d'économie à Paris-Dauphine, est notamment l'auteur, chez Fayard, de l'Homme au travail, le Capitalisme dans tous ses états, la France en panne, et Pour l'Europe, contre Maastricht.