Une femme libre

De
Publié par

Avoir été plongée brutalement dans le dénuement - à neuf ans -, être entrée dans une banque par la plus petite porte; avoir, à moins de trente ans, accompagné l'essor de l'un des plus grands constructeurs automobiles européens, avoir dirigé des banques et redressé des entreprises ; avoir pris une part déterminante dans l'ascension de personnages aussi éblouissants que fantasques, Jimmy Goldsmith ou Bernard Tapie, avoir travaillé avec des hommes d'État de premier plan comme Raymond Barre ; s'être trouvé mêlée à un conflit international (guerre des Malouines), avoir négocié secrètement avec des guérilleros en Amérique centrale, avoir oeuvré dans des secteurs aussi divers que l'agroalimentaire, le pétrole, les articles de sport ou la restauration de luxe, avoir fait des investissements militants - la bière corse, le microcrédit... -, avoir pendant tout ce temps eu le souci du développement des plus démunis de la planète, sans oublier de pratiquer le mécénat, avoir tissé dans le monde entier un réseau d'amitiés indéfectibles, avoir préservé une vie de famille chaleureuse en dépit des millions de kilomètres parcourus...

Tout au long d'une vie étourdissante, Gilberte Beaux a gardé intacts le goût du bonheur et l'appétit de la liberté. Sans rien renier de sa féminité ni de ses convictions.
Publié le : mercredi 10 mai 2006
Lecture(s) : 114
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213659121
Nombre de pages : 308
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Avoir été plongée brutalement dans le dénuement - à neuf ans -, être entrée dans une banque par la plus petite porte; avoir, à moins de trente ans, accompagné l'essor de l'un des plus grands constructeurs automobiles européens, avoir dirigé des banques et redressé des entreprises ; avoir pris une part déterminante dans l'ascension de personnages aussi éblouissants que fantasques, Jimmy Goldsmith ou Bernard Tapie, avoir travaillé avec des hommes d'État de premier plan comme Raymond Barre ; s'être trouvé mêlée à un conflit international (guerre des Malouines), avoir négocié secrètement avec des guérilleros en Amérique centrale, avoir oeuvré dans des secteurs aussi divers que l'agroalimentaire, le pétrole, les articles de sport ou la restauration de luxe, avoir fait des investissements militants - la bière corse, le microcrédit... -, avoir pendant tout ce temps eu le souci du développement des plus démunis de la planète, sans oublier de pratiquer le mécénat, avoir tissé dans le monde entier un réseau d'amitiés indéfectibles, avoir préservé une vie de famille chaleureuse en dépit des millions de kilomètres parcourus...


Tout au long d'une vie étourdissante, Gilberte Beaux a gardé intacts le goût du bonheur et l'appétit de la liberté. Sans rien renier de sa féminité ni de ses convictions.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi