naft

De
Publié par

un roman futuriste,

Publié le : dimanche 4 septembre 2011
Lecture(s) : 355
Tags :
I
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
 Chapitre premier
Vers une heure du matin, Marc gara son cabriolet noir devant le garage de sa villa, récupérason trousseau de clés dans la boite à gants, et avança à grands pas vers la porte d’entrée. Lapleine lune éclairait la façade, et la pelouse entourant le bâti, reflétait une couleur gris foncée.Les branches des palmiers se laissaient bercer par le léger souffle du vent, le chant discret descriquets les accompagnait. Sous les pas de Marc, le bruit sourd des gravillons de l’alléetroublait le silence. Malgré l’heure tardive, les lumières allumées dans la villa annonçaient laprésence de Sheila et Lydia, ses deux jolies colocataires.Rassuré qu’en faisant du bruit, il ne réveillerait personne, il entra et comme d’habitude, ilaccrocha ses clés à côté du portemanteau, dans le couloir.Dans la cuisine, Lydia fouillait dans le réfrigérateur. Sheila regardait la télé dans le salon, ellel’appela :- Tu peux m’amener un verre de lait ? On dit, s’il te plait ?-- S’il te plait Maman ! répondit Sheila d’une voix enfantineA ce moment, Marc fut déjà dans le salon, il s’exclama :- C’est moi !Curieuse d’entendre cette voix, Lydia sorti de la cuisine, un verre de lait à la main.Marc la salua, sourire aux lèvres.- Bonsoir Lydia !Terrorisée de voir cet homme, Lydia lâcha le verre, il se brisa en mille morceaux en touchantle sol. Pâlie de peur, elle poussa un cri :- Mais qui êtes-vous ? Comment êtes-vous entré ?L’éclat de verre, suivi du cri de Lydia, ramène Sheila dans le salon. Elle regarda Lydia, toutd’un coup, elle aperçut l’homme dans le salon. Terrifiée, à son tour, elle poussa un cri :- Que faites vous chez nous ?Paniqué par des cris et des questions, Marc ne savait pas quoi dire, sa voix tremblait :- Mais qu’est-ce qu’il vous arrive ?Sans prononcer un mot, les deux jeunes filles restèrent figées sur place. À cet instant, Marccrut à un canular. Sûrement les filles allaient crier « surprise ! ». Persuadé d’une plaisanterie,il essaya de reprendre son calme et se força à sourire :-Vous ne reconnaissez plus Marc ! , le grand maître de la maison ?Apparemment, sa blague ne changea rien à l’expression agressive des filles. Les visagesmarqués par la peur, comme si elles avaient un fantôme en face d’elles. Aucun cri de surprisen’éclata, en revanche, d’un ton menaçant, Sheila se mit à hurler:- Sortez de chez nous ! Sortez sinon j’appelle la police !Le sourire presque séché sur ses lèvres, Marc ne désespéra pas :- C’est bon, je me rends ! Je suis convaincu, ça y est, vous pouvez démarrer vos carrièresd’actrices ?Il finit sa phrase et au moment où il voulut s’avancer vers sa chambre, Sheila lui barra laroute. Le ton d’agressivité monte.- Vous êtes sourd ou quoi ?Précipitamment, Lydia courut dans la cuisine et aussitôt, elle revint avec un gros couteau. Unetension soudaine envahit l’atmosphère.
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

Itol

tu ne crois pas exagérer un petit peu ? 9 euro pour 2 pages ???

vendredi 30 septembre 2011 - 14:40

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Pur

de gallimard-jeunesse