//img.uscri.be/pth/c5db966a85904e9dbce23f8a3992f65007539667
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Avez-vous déjà essayé les caresses ?. Un an dans le cabinet d'une sexologue

De
239 pages

Camille, Luc, Hélène ou Henri n'y arrivent plus. Le policier allergique aux caresses, la scénariste qui ne prend pas de plaisir, la prof de piano vierge à 27 ans ou le PDG qui n'a plus d'érection se rendent chez la sexologue Romy Steiner pour (ré)apprendre à expérimenter, à jouer et à désirer.


Elsa Fayner choisit de raconter ces parcours et suit huit patients pendant toute une année. Sans juger ni médicaliser leurs maux, Romy Steiner leur donne les mots et les gestes dont ils ont besoin pour se réconcilier avec leurs corps. A travers ces huit histoires, ce sont les mystères de notre sexualité, blocages, fantasmes, pulsions violentes ou frissons d'infidélité, qui s'incarnent.


Une année riche en enseignements pour la journaliste et la sexologue qui, de confidences en congrès de médecine, affrontent elles aussi cette question : comment définir sa propre liberté sexuelle dans une société où l'abondance de choix complexifie, pour le pire, mais aussi le meilleur, l'apprivoisement du désir.


Journaliste indépendante, Elsa Fayner est spécialisée dans les questions du travail et de la santé. Elle collabore à Rue89, Le Monde, Radio France, France Télévisions et anime avotresante.net. Elle a publié Et pourtant je me suis levée tôt... Une immersion dans le quotidien des travailleurs précaires (2008) et Violences, féminin pluriel (2006).





Voir plus Voir moins
SEXOTHÉRAPIES
Du même auteur
Violences, féminin pluriel Les violences envers les femmes dans le monde contemporain Librio, 2006
Et pourtant je me suis levée tôt… Une immersion dans le quotidien des travailleurs précaires Panama, 2008
ELSA FAYNER
SEXOTHÉRAPIES
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
ISBN978-2-02-134657-2
©Éditions du Seuil,avril2017
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
AVERTISSEMENT
Les séances racontées dans ce livre se sont déroulées entre avril 2013 et avril 2014 dans le cabinet d’une sexologue qui exerce dans la banlieue d’une grande ville française. Tous les noms et prénoms ont été modifiés pour préserver l’anonymat des protagonistes, ainsi que les éléments permettant de les recon-naître. Le personnage de la sexologue est directement inspiré par le médecin sexologue que j’ai suivi durant cette année.
Eros ordinaires
L’homme porte un pantalon en cuir ; les femmes des jupes courtes et de longues boucles d’oreilles. Le colloque de sexologie a commencé la veille au Cirque d’hiver à Paris et je me retrouve assise à côté d’une bande de médecins d’une quarantaine d’années venus de Bor-deaux. Nous sympathisons sur les gradins en velours rouge pleins à craquer. Mes quatre voisins m’entre-prennent, m’expliquent qu’ils voudraient profiter de leur séjour pour sortir. Ils aimeraient savoir où se trouve le « 2+2 », annoncent-ils en me fixant d’un sourire franc dans l’attente d’une réponse, d’une adresse, d’un métro peut-être, d’horaires d’ouverture, qui sait. Je suis embê-tée, je ne vois pas de quoi ils parlent et, tandis que l’addition s’effectue malgré moi dans mon esprit, mon visage vire au cramoisi.
Quand je rencontre Romy Steiner un mois plus tard, je comprends qu’avec elle personne n’ira au « 2+2 ». Elle
9
S EXOT HÉRA P I ES
s’affaire devant un ordinateur pour vérifier des Power-Point dans une salle marron au plafond bas et sans fenêtres de l’hôtel Pullman de la gare Montparnasse. Après avoir fréquenté, en tant que journaliste indé-pendante, le Cirque d’hiver pour une enquête sur les « asexuels », destinée au magazineTechnikart, je tra-vaille sur la prostitution étudiante en période de crise économique pour l’hebdomadaireELLE. Une sexologue « au point de vue atypique » m’a été recommandée : elle exerce à quatre heures de train de Paris, mais y passe aujourd’hui pour un séminaire, sur le développement durable. Elle accompagne son mari qui y anime un atelier. Je saisis l’occasion et, au moment où la lumière s’éteint, la sexologue me propose d’aller boire un jus de fruits dans le coin salon du hall.
Petite, mince, presque sèche, Romy Steiner porte des cheveux blonds mi-longs, un pantalon cigarette, des escarpins aux talons carrés et une chemise sage-ment boutonnée. Elle a une grande bouche aux lèvres fines, le front haut, le nez droit. Des bijoux discrets. Pas de maquillage. Encore moins de fard sur ses yeux qu’agrandissent de larges lunettes en écaille. Nous nous installons sur un canapé qui, deux heures après, se trouve plongé dans le noir sans que nous ayons pensé à commander quoi que ce soit. La prostitution étu-diante ne nous a pas occupées longtemps. « Les jeunes femmes qui donnent rendez-vous pour arrondir leurs
10