Ce jour-là. Au coeur du commando qui a tué Ben Lad

De
Publié par

" Cela faisait huit ans que je traquais Ben Laden et les leaders d'Al Qaida. Et là, j'étais à quelques minutes de sauter de l'hélicoptère pour atterrir dans la cour de sa résidence surveillée. J'ai attrapé le filin relié au fuselage du Faucon Noir. Le sniper à côté de moi s'est posté, une jambe dans l'hélico, une dehors pour dégager de la place dans l'habitacle. Avec son arme il scannait les cibles dans la résidence. Il devait couvrir le côté sud pendant que l'équipe d'assaut se glissait dans la cour du bâtiment principal avant de se séparer, chacun allant accomplir la tâche qui lui était impartie. La veille seulement, aucun de nous pensait que Washington donnerait le feu vert pour cette mission. "



Lorsque Mark Owen survole Abbottabad en hélicoptère en ce 2 mai 2011, il sait que cette mission sera la bonne. La cible : nom de code " Geronimo ". Alias Oussama Ben Laden, recherché par toutes les polices depuis les attentats du 11 septembre 2001.



Engagé dans les Navy SEAL en 2004, Mark Owen a sillonné les sentiers des montagnes du Pakistan, les côtes de Somalie, les rues et villages d'Irak et d'Afghanistan à la poursuite des Talibans. Toutes ces missions préparaient la dernière. Celle qu'il a menée. Celle où il a assisté en direct à la mort du leader d'Al-Qaida.



A découvrir aussi :


L'interview de Philippe Legorjus sur france info


L'interview tv exclusive de Marc Owen à propos de son ouvrage sur CBS (en anglais)


Publié le : lundi 14 janvier 2013
Lecture(s) : 165
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021102635
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
CE JOURLÀ Au cœur du commando qui a tué Ben Laden
Extrait de la publication
Mark Owen avec la collaboration de Kevin Maurer
CE JOURLÀ Au cœur du commando qui a tué Ben Laden
L’autobiographie d’un Navy SEAL
Préface de Philippe Legorjus excommandant du GIGN
  ’ ()   
Éditions du Seuil e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
Extrait de la publication
Cahiers horstexte. Tous droits réservés.
Titre original :No Easy Day Éditeur original : Dutton, by Penguin Group Inc., New York © original : Mark Owen, 2012  original : 9780525953722
 9782021102642
© Octobre 2012, Éditions du Seuil, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées À une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
La seule journée facile, c’était celle d’hier. Devise des Navy SEAL.
Longue vie à la Fraternité.
Extrait de la publication
Préface de Philippe Legorjus excommandant du GIGN
Novembre 1986. Camp militaire de Fort Bragg, Caroline du Nord.
Une pluie glaciale tombe en cette fin d’aprèsmidi et j’ai un pincement au cœur en parcourantNormandy Drive, au cœur de l’immense camp. Ayant vécu toute mon enfance dans les dunes et sur les plages qui ont accueilli en juin 1944 les troupes alliées venues libérer le territoire national, je passe avec émotion devant les casernements. Ils abritent certaines des unités qui furent au cœur des nd combats. Je repense À la82 Airborne Division, parachutée aux premières heures du Débarquement pour conquérir le village de SainteMèreÉglise.
Fort Bragg est un lieu mythique qui héberge la fameuse Delta Force et le JSOC (Joint Special Operations Command). Le JSOC a été créé en octobre 1980 À la suite de l’opérationEagle Claw. Cinquantetrois otages ont été enfermés dans l’ambassade des ÉtatsUnis À Téhéran. L’opération, décidée par le président Jimmy Carter, devait se dérouler sur deux nuits en utilisant trois
9
Extrait de la publication
C E J O U R - L à
bases créées pour l’occasion. Mais une suite d’incidents a conduit le colonel Beckwith, fondateur et commandant de la Delta Force, À annuler l’opération. En effet, trois des huit hélicoptères d’assaut tombèrent en panne, ily eut l’arrivée impromptue d’un bus rempli de civils surle premier site de regroupement et de violentes tempêtes de sable. Un hélicoptère, en décollant de la baseDesertOnea heurté un avion C130Hercules, provoquant la mort de huit hommes et l’abandon sur place de documents ultrasensibles classés confidentiels. Cette opération a pris fin dans un coin désertique d’Iran, abandonnant les cinquantetrois otages retenus À Téhéran.
Le gouvernement américain décide alors de réorganiser ses forces spéciales et de créer des unités À même de gérer des missions particulières en dehors du sol américain. Ces unités spéciales seraient rigoureusement sélectionnées et subiraient un entraînement spécial. Elles deviendraient le fer de lance de la lutte contre le terrorisme. Ses membres auraient plus d’autonomie, connaîtraient le terrain. Le JSOC est créé. Depuis 1980, il coordonne l’ensemble des unités des forces spéciales des différentes branchesde l’armée américaine. Il intègre les forces de terre, de l’air et de mer et les unités de renseignement sous un com mandement unifié : la Navy avec les SEAL, la Delta Force th (armée de terre) et l’aviation avec laTactics24 Special Squadron(hélicos) et laJoint Aviation Unit(aéronefs).
Je suis À la tête du GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) depuis dixhuit mois lorsque je me rends À Fort Bragg pour effectuer un stage passionnant. J’y découvre que les techniques les plus en pointe ne sont pas si éloignées des nôtres : largage de personnels À très
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.