//img.uscri.be/pth/6e5e246d799f50eb3158f304f779b403ea4299f0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Coutumes et récits face à la mondialisation

De
96 pages
Bouculés par la mondialisation qui chemine et piétine tous les pays, les coutumes, les traditions, les modes de vie sont menacés. Malgré tout, il existe une resistance à ce rouleau compresseur, c'est ce que l'auteur a essayé de faire ressortir dans cet écrit.
Voir plus Voir moins

Bousculés par la mondialisation qui chemine et Alain Thuillier
piétine tous les pays, les coutumes, les traditions,
les modes de vie sont menacés. Malgré tout,
il existe une résistance à ce rouleau compresseur,
c’est ce que l’auteur a essayé de faire ressortir
dans cet écrit.
Né en 1946, Alain Thuillier a foulé le
continent africain pour la première fois en Coutumes et récits 1953, où il a fait ses études en alternance
avec la France. Spécialisé dans les
travaux en forêt tropicale, il a effectué sa face à la mondialisation
carrière en Afrique centrale et y a fondé
sa famille. Travaillant aujourd’hui dans le commerce
international, il tire son inspiration de ses voyages à
travers le monde.
Les impliquésISBN : 978-2-343-04710-2
12 € Éditeur
Les impliqués
É di teu r Coutumes et récits face à la mondialisation Alain ThuillierCOUTUMES ET RECITS
FACE A LA MONDIALISATIONLes Impliqués Éditeur
Structure éditoriale récente fondée par L’Harmattan, Les
Impliqués Éditeur a pour ambition de proposer au public des
ouvrages de tous horizons, essentiellement dans les domaines
des sciences humaines et de la création littéraire.
Déjà parus
Hombart (Jean-Claude), Naufragée de la dictature, récit, 2014.
Castellani (Robert-Noël), Vers l’apocalypse, essai, 2014.
Rabesahala-Randriamananoro (Charlotte), La religion malgache
ancestrale pratiquée, essai, 2014.
De la Caffinière (Jean-Yves), Glossaire d’un observateur des temps
présents, essai fragmenté, 2014.
Nduwayo (Léonard), Une nouvelle page de la nouvelle université rwandaise,
témoignage, 2014.
Heckly (Christophe et Serge), Une famille vosgienne à travers les deux
guerres, récit, 2014.
Arnould (Philippe), Pichegru, général en chef de la République : imposture
et trahison, essai, 2014.
Damus (Obrillant), Le regard d’un loup-garou haïtien, roman, 2014.
Boulbès (Denis), Petites aventures drolatiques et vagabondes, récit, 2014.
Chaudenson (Robert), Chronique de la présidence très horrifique du petit
Nicolas, essai, 2014.
Ces dix derniers titres de ce secteur sont classés par ordre
chronologique en commençant par le plus récent.
La liste complète des parutions, avec une courte présentation
du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site :
www.lesimpliques.fr Alain Thuillier
Coutumes et récits
face à la mondialisation
*
Les impliqués Éditeur






























© Les impliqués Éditeur, 2014
21 bis, rue des écoles, 75005 Paris

www.lesimpliques.fr
contact@lesimpliques.fr

ISBN : 978-2-343-04710-2
EAN : 9782343047102 INTRODUCTION

La globalisation qui devrait faciliter les échanges
commerciaux entre tous les pays du monde a des effets
collatéraux destructeurs et dommageables sur les
différences entre les pays et pire même à l’intérieur des
pays, des régions, des ethnies. Elle rendra à terme tous les
peuples uniformes, linéaires. Quel malheur !!!
En conséquence, je vais essayer de mettre sous forme
de quelques témoignages d’hommes et de femmes de
différents pays et de différentes ethnies, que les us et
coutumes n’ont pas encore totalement disparu sur notre
terre.
Nous rapporterons aussi de nombreuses anecdotes de la
vie commune dans les provinces de certains pays africains
qui ont su garder des valeurs humaines qui nous échappent
de plus en plus dans notre monde occidental. Ces
anecdotes peuvent faire sourire mais lorsqu’on réfléchit un
peu…

5 CHAPITRE I
Les pays dits les plus avancés n’ont rien vu venir. En
effet, la révolution et le soulèvement des peuples arabes
« Pour un monde libre » ont pris tout les monde de vitesse
sauf bien sûr les médias qui ont saisi ces événements à
bras-le-corps avec des déclarations fracassantes, des
commentaires sur un futur que seuls les journalistes
devinent avant le commun des mortels et comme
d’habitude ils font des plans sur la comète à longueur
d’émission de télévision !!!
Et on ne peut nier que la recherche de la liberté
d’expression, de la liberté de la presse sont des points
positifs. Mais est-ce que ces mouvements humains vont
changer fondamentalement la vie de chacun d’eux ? Est-ce
que les pauvres vont devenir riches ? Est-ce que la vie de
tous les jours va changer ?
Est-ce que ceux qui ont faim vont manger
normalement ?
Je ne suis pas sûr de tout cela.
Il faut se rendre à l’évidence : toute cette colère est due
à la surpopulation de chaque pays, qui ne permet pas à
tous et en particulier aux diplômés d’avoir du boulot, et
lorsqu’il y a trente à cinquante pour cent de chômage, cela
devient explosif ; des « docteurs en sciences » ou des
« ingénieurs » qui sont chauffeurs de taxi ou laveurs de
carreaux, cela ne peut pas durer éternellement.
Dans cette situation de chômage, les autochtones des
pays émergents pensent simplement à vivre ; ils sont trop
occupés à essayer de se nourrir, d’élever leurs enfants pour
qu’ils fassent les mêmes études qu’eux dans un cycle
infernal.
Je viens de recevoir un texto où l’on m’annonce que
mon dernier écrit va être publié et celui qui n’a pas vécu
7 ce genre de nouvelles n’imagine pas le bonheur que cela
procure. Pour nous les hommes qui n’avons pas l’bonheur
d’enfanter, ce genre d’événement nous donne l’impression
de fabriquer quelque chose d’unique et, malheureusement
pour la grammaire française, cela me donne l’envie de
continuer à écrire !!!
La diversité des ethnies sur le continent africain est une
richesse incomparable car les coutumes sont encore bien
ancrées dans chacune d’elles et malgré la mondialisation
qui efface (malheureusement) la différence de culture de
chaque pays du monde, il reste encore en Afrique de
profondes racines ancestrales, mais c’est réjouissant, et en
même temps ces différences ethniques provoquent de
nombreuses querelles à l’intérieur de ces pays.
Pour vérifier mes propos, je vais donc demander à des
personnes de différentes régions, de différents pays du
continent de témoigner sur leurs us et coutumes, sur leurs
interdits afin de comprendre simplement la richesse de la
vie sociale de ce grand continent, barrière à l’uniformité
des peuples.
Je vous invite au cours de ce récit à lire les quelques
paroles qu’ont pu me confier diverses personnes de ce
grand continent africain.
* *
*
Je me prénomme Louisette originaire de la Région de
l’Ouest du Cameroun, plus précisément du Département
du Haut-Nkam et du village Bakondji, de la tribu bamiléké.
Les Bamilékés au Cameroun sont un peuple travailleur,
commerçant et ils contribuent beaucoup à l’économie du
pays.
Née de parents commerçants et agriculteurs, j’ai grandi
sans connaître trop de difficultés. Je suis Bakondji, comme
8