Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,68 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

BUT

De
178 pages
BUT
C'est un livre avec un but bien marqué et qui devrait servir à autre chose qu'à mettre un ballon dans les filets. Un livre où, même si vous n'êtes pas joueur vous devriez vous sentir sur le terrain. Avoir un but reflète une action réfléchie par laquelle nous mettrons notre intelligence dans la direction choisie. Le but est la cible sur laquelle notre esprit se concentre pour arriver à ses fins. Et ce, quelle que soit notre action. De la plus infime à la plus titanesque. Un poil retourné dans les narines, une petite chatouille gênante et… notre index se lève aussitôt « ramoner» les lieux. Cet index bienfaiteur ne s’est pas déplacé pour rien. Aussi idiot que cela puisse paraître… il avait un but. Sur Terre, rien ne bouge sans raison… sans but. Quel est véritablement le nôtre ?
Les livres de cette collection ne sont certainement pas de grandes œuvres littéraires. Ils ne sont pas destinés à marquer l’histoire avec un texte écrit dans les règles de l’art, ni à remporter un prix pour le style, la grammaire ou la syntaxe. La démarche est toute autre. Les idées exprimées sont le fruit d’une recherche personnelle et, comme l’indique le nom de cette série, n’engagent que l’auteur. Toutefois, elles ont le mérite d’intéresser chacun d’entre nous, quel que soit le niveau d’expression ou d’orthographe.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

 
 
 
BUT
 
 
 
Un homme sans but est un homme sans espoir.
 
 
 
 
 
ESSAI DE VULGARISATION Texte découvert sur manuscrit.com 2003 ISBN: 2-7481-3242-4 (pour le livre imprimé)
  
Non, ce n'est pas un livre consacré au football ! C'est un livre avec un but bien marqué et qui devrait servir à autre chose qu'à mettre un ballon dans les filets. Un livre où, même si vous n'êtes pas joueur, vous devriez vous sentir sur le terrain.  Avoir un but dans la vie, n'est pas une besogne facile. Et pourtant, avoir un but dans la vie est beaucoup moins acclamé que d ’en  marquer un, sur le gazon, entre deux poteaux. *  Dans la rue, d emandons à 100 passants, ce qu’est un « but » et 99 répondront ( en riant de votre ignorance)  qu’un but est le moment sacré où le ballon entre dans les cag es d’une des deux équipes de foot.   ( Le centième passant n’aura pas répondu car, c’était un japonais en vacances ne comprenant pas un traître mot de français ! )  Le mot « but », dans le sens où il exprime un objectif, à été largement supplanté par le « but » sportif.  Ce mot a non seulement disparu de notre vocabulaire mais également et surtout de notre esprit. Ce qui est bien plus triste, grave et considérablement préoccupant comme nous allons le voir tout au long de ce livre.  
* * *    
    Avoir un but reflète une action réfléchie par laquelle nous engageons notre intelligence dans la direction choisie.  Le but, est la cible sur laquelle notre esprit se concentre pour arriver à ses fins. Et ce, quelle que soit notre action. De la plus infime à la plus titanesque.  Un poil retourné dans les narines, une petite chatouille gênante et … notre index se lève aussitôt « ramoner » les lieux. Cet index bienfaiteur ne s’est pas déplacé pour rien. Aussi idiot que cela puisse paraître …   …il avait un but.   Tout comme le plus petit des esclaves ayant participé à la construction des pyramides ou comme le pianiste s’asseyant face à son instrument.   Sur Terre, rien ne bouge sans raison … rien ne bouge sans but.  L'important n'est pas vraiment ce que nous faisons mais bel et bien pourquoi nous le faisons. Et , ce pourquoi, est le but de notre action.  En tous moments, nous devrions agir en pleine conscience de ce que nous faisons. Et, pardessus tout,
devrions garder, comme fil conducteur de nos actions, les raisons pour lesquelles nous avons choisi de faire telle ou telle chose.  Pour avoir un but, il faut un minimum d’intelligence et de raisonnement. C’est essentiel.   Si nous agissons sans raisonnement, il n’y a que le hasard qui pourra nous faire atteindre un but.  Il faut un minimum de connaissance à un joueur de football pour mettre le ballon dans les buts adverses  localisation dans le temps et l’espace, assimilations des règles du jeu et décision  Sans ce minimum “d’intelligence”, il n’ ivera à rien. A moins bien  sûr, arr qu’il ait la chance avec lui. Il peut courir le ballon au pied et si le vent est dans le bon sens, si un rebond heureux le favorise ou si les bois se mettent devant le ballon, il arrivera à son but. Le résultat sera un à zéro. La foule sera en déli re, “le veinard” se croira un héros et fera le pitre sur le gazon. Mais… à aucun moment , le joueur n’aura eu la maîtrise de son jeu. Il aura peut -être marqué un but, mais n’en avait pas.   Règle n° 1 du jeu de la vie : marquer des buts en sachant ce que l’on fait et surtout… pourquoi.   *  Le but est l’étincelle qui devrait faire jaillir de notre cerveau un fantastique feu d’artifice composé d’intelligence, de raison, de logique et de sagesse. Malheureusement, trop souvent, le dosage n’est pas assez
délicateme nt mesuré et c’est le cerveau qui part en fumée. Notre raisonnement et notre logique s’en voient alors fortement affectées.  Le poil s’est retourné dans les narines. De gênante, la petite chatouille devient insupportable, car l’index s’est bien levé, mais il est allé « ramoner » l’orifice opposé. ( Pensez à l’orifice que vous voulez!)  Notre esclave égyptien essaie de pousser son caillou avec les oreilles et notre pianiste s’est assis en face d’une poêle à frire. Tout ceci est complètement absurde me direz-vous. Mais, il faudra quelquefois admettre que notre comportement, au sein de la société moderne, peut laisser un sérieux doute en ce qui concerne le but de nos agissements.  Malheureusement, nous ne sommes pas toujours conscients de nos actions. Je ne veux pas parler des moments d’inattentions pouvant surprendre à qui que ce soit. Non, je veux parler des actions commises simplement sans le moindre soupçon de raisonnement.  Nous avons, en effet, la fâcheuse tendance à faire les choses par habitude…sans b ut réel.  ( Ce qui dévoile une inconscience ou une ignorance totale ) ou, ce qui est encore plus grave pour la qualité de notre vie, certains justifient leurs agissements en mettant en avant un but honorable alors qu’en réalité un but beaucoup moins glorifiant en est la raison occulte. ( Ce qui indique une couardise perverse)    Le monde va mal, notre société est malade, c’est
une époque de crise. Il y a de plus en plus de malheureux, de ratés, de paumés et pourtant… il n’y a jamais eu autant de « progrès. » Il n’y a jamais eu autant d’organisations et de fondations de toutes sortes pour « aider » les pays sous développés, les pauvres ou les réfugiés. Il n’y a jamais eu autant de sectes et religions de toutes sortes, sensées « éclairer » leurs fidèles sur les voies du paradis.  Ces antinomies sont le résultat de « buts mirages. » Ces buts existent certainement quelques parts mais le manque d’intelligence, de raison, de logique et de sagesse des protagonistes les transforment en buts incohérents. Tandis que pou r d’autres, ces « buts miroir aux alouettes » servent de paravents à leur cupidité.  Les choses vont mal car la plupart du temps nous prenons un chemin erroné pour atteindre le but fixé. Et ce, de la plus petite de nos actions à nos projets les plus grandioses. Le chemin devient alors si compliqué et si tortueux que nous sommes désorientés dans un labyrinthe sans issue. La peur nous envahie. Elle nous pousse à fuir par tous les moyens. L’unique préoccupation sera de sortir de ce piège. Nous ne pensons plus à ce que nous y étions venus chercher.   *  Si nous mangeons avec le but de rassasier notre faim, nous aurons agit avec une d’intelligence minimum nommée instinct. Cette dernière étant le « strict minimum » d’un raisonnement primaire programmé dès
la naissance.  Maintenant si nous mangeons uniquement parce que « c’est l’heure », en grande partie, notre action aura perdu la logique de son but. Et nous trouvons alors, l’homme et son « intelligence moderne ». A la question : manger pourquoi ? Nous ne répondrons plus : « Parce que j’ai faim  », sinon par tout un arsenal d’excuses complètement incohérentes à la mère nature. « C’est l’heure, c’est l’habitude ou encore , c’est gratuit »   L’homme et son « intelligence » est en train de tuer les raisons de ses besoins les plus fondamentaux. Le pourquoi de toutes choses est déformé et le but originel n’est plus atteint ou outrepassé.   Résultat : un déséquilibre aberrant du régime alimentaire d’un nombre de personne de plus en plus important. Tous les jours, nous pouvons trouver un article dans une revue ou une autre, concernant l’inquiétante augmentation des obèses dans tel ou tel pays. Ou, des enquêtes sur la non moins inquiétante population d’anorexiques volontaires encombrant nos hôpitaux. C’est également tous l es jours, que dans les mêmes revues, nous pouvons trouver les résultats d’importantes recherches de nos savants nutritionnistes, calculant à la molécule près, les quantités caloriques, énergétiques, graisseuses, minérales ou autre … concernant tel ou tel produit. Dans quel but ? Transformer le consommateur en expert chimiste ? Ou en un malade obsédé, accompagné d’une calculette au moment de manger ? Le but réel ne serait-il pas une
sournoise manœuvre  commerciale afin de rassurer le consommateur sur la q ualité d’un produit  délaboration douteuse ? Le consommateur n’achète plus le petit paquet de biscuits parce qu’ils sont bons. Il ne l’achète plus, non plus, parce que ceux-ci sont à son goût. Il les achète encore moins parce qu’il a faim. Il les achète parce que l’emballage est joliment coloré et qu’un « savant » descriptif de la composition « théorique » lui met de la poudre aux yeux.  J’ai maintenant en main un produit, parmi tant d’autres, trouvables dans n’importe quel supermarché du monde. Ce sont des petits flocons de maïs d’une célèbre marque que je ne citerais pas. Et bien figurez-vous que je suis très heureux de savoir qu’en plus de toute la ferraille, le zinc, le phosphore, les vitamines de tout l’alphabet que si j’ajoute 30 grammes de ce produ it dans 12,5 centilitres de lait en poudre ( dont j’omets volontairement la composition pour ne pas compliquer davantage la formule) j’aurais avalé 174 calories, 5,5 g de protéine, 32,9 g de carbo-hydrate, 18,5g de sucre, 14,4 d’amidon, 2,2 g de graisse, 10 mg de cholestérol, 0,4 de fibre alimentaire et 206 mg de soude!  Voilà! Le consommateur est très content de savoir tout ça. D’autant plus qu’il est « vraiment » sûr qu’il en est ainsi. Aux yeux du public, ce sont de véritables paroles d’évangile. C’est écrit, donc c’est vrai.   L’attention de la « victime » est attirée sur un autre chemin. Les raisons et le but recherché sont déformés. La stratégie est très bien étudiée. Et pour ne pas
avouer au grand jour que ce genre de manœuvre n’est que de l’arnaque  ( avec « le but bien marqué » de gagner de l’argent et non , de bien nourrir le client )  on se débrouille encore en camouflant le tout sous un nom mystérieux et savant qu’est le : marketing  D’un coté, on met un joli dessin en couleurs pour attirer le m ouflet et de l’autre , on imprime la « jolie formule » en lettres microscopiques, pour obliger maman à sortir ses lunettes.   La mère a acheté le produit :  1/ Parce que le gamin faisait un caprice. 2/ Parce qu’elle a aperçu brièvement la sérieuse description du produit. (Elle regardera mieux à la maison car ici, les gens pourraient la voir avec ses lunettes et deviner qu’elle est déjà d’un certain âge )  3/ Le prix est virgule quelques choses.   Mais… non parce que son gamin à faim.  
 Quant au gamin, il voulait la boite pour trouver, à l’intérieur,  une saloperie en plastique dont la taille, la qualité et les possibilités sont très largement enjolivées sur le joli dessin en couleur du couvercle.  Bref, lui non plus n’a pas pris le produit parce qu’il avait faim.   Ceci n’est qu’un bref exemple. Evidemment, certaines mamans achètent leurs produits avec l’intention
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin