Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 2,50 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : ODT - PDF

sans DRM

Publications similaires

Dis-moi comment tu parles je te dirais qui tu es...
Les tripes retournées que j'suis… six euros donnés au premier tour de la Primaire - un pour chaque
candidat - pour voir sortir en finale les plus détestables ou les plus vieux du lot… Alors comprenez
ma déception et le second tour boudé sur mon matelas à rêver de coalition rouge-verte, d'un drapeau
violé, de la suppression des banques et de la monnaie avec mise au chômage immédiate des traders
trop gloutons devenus véritables fossoyeurs de la hausse des salaires… Cauchemar cérébral à
l'annonce du vainqueur déjà baptisé "le grumeau" par un twist arrogant. La suite ne sera qu'une
épouvantable catastrophe, la ruine du pays… Mais le sourire aux lèvres et le coeur plein nous
aurons abattue la droite en disant d'innombrables conneries !
Le PS organise une quête, mobilisation de la charité intellectuelle, dépeçage de tout ce qui surtout
ne doit pas être marxiste… oublie des luttes soumises au
"réenchantement du rêve des français"
Patience, patience, le cercle Polaire n'a pas encore fondu entièrement… Ne soyons Français sous
aucun prétexte puisque c'est une élection française "de fait", ça ferait trop chargé et on se croirait du
coup à la porte du FN qui pratique ce langage bien mieux que nous… Voilà où on en arrive à force
d'avoir été obligé de lutter contre l'extrême droite, on finit par un peu parler son langage ou du
moins on utilise les mêmes mots en espérant donner de la hauteur au drapeau quitte à étouffer Marx
puisqu'il est convenu aujourd'hui de ne surtout pas le sortir de sa poussière. Certains finissent
vraiment par dire que des conneries… Le
"Chirac de la gauche"
laisse pantois… Évidemment lui
ne pourra pas témoigner et la Marine (Le Pen) coule à pic au fond de l'océan des mièvreries des
talkstation
médiatiques emportant avec elle la centrifugeuse tarie de ses idées, sa confusion des
genres et ses amalgames de la dilution pris à la sauvette des minutes de son temps de parole qui
s'égrainent et qui n'a d'avantage sur le temps que de le pourrir un peu plus… Ça n'a pas changé
depuis 42 mais là, l'abcès arrive à maturité, il est devenu purulent et suinte les tristes exploits de
cette formation politique… Il faut qu'il crève ! Crevons l'abcès ou d'abcès crevons-nous lorsque les
mots raisonnent de travers ?
À les entendre parler on s'croirait dans un couvent !
Si le
"réenchantement du rêve français"
ainsi que le
"Chirac de gauche"
paraissent moins religieux
que les
"petit miracle au quotidien"
et le
"remettre l'église au centre du village"
les débats
politiques de l'
afterPrimaire
prennent une tournure solennelle. On sent que l'heure est grave… que
la crise du jugement dernier est arrivée… Ce week-end aura lieu la nième rencontre au sommet pour
"sauver" l'€ et l'Europe qui se cache derrière… Ne gageons pas que la communion capitaliste
continuera de se tromper sur l'intérêt divin en privilégiant son sacrosaint bénéfice au profit du
partage des richesses ! L'assistance est devenue vulgaire… plus moyen de s'trouver une soupe…
mais mon père y venait de l'assistance alors ça me pose un problème toutes ces conneries qu'on a dit
sur son dos et en pleine face… Les assistés sont à éliminer convenait parfaitement à mon père lui
qui n'a pas trop osé s'en mêler et qu'est toujours resté en retrait de la socialité mondaine qui sauve
les oubliés de l'acharnement médiatique. Ça l'empêchait pas de tout lire dans les journaux sur les
histoires de dollars lui qu'est mort avec la naissance de l'euro ! Il mordait sa pipe à pleines
mâchoires comme si d'un coup de croc il aurait pût s'en bouffer une tranche de ce capitalisme
qu'était tout juste parvenu à lui assurer une retraite qui lui permettait de s'entretenir décemment. Le
billet rouge en poche chaque fois qu'il se dirigeait vers les urnes électorales dès le premier tour il
finissait rapidement, toute sa vie, à faire la moue au second et regrettait déjà que la balance
influente des équilibres qui fit passer Mitterrand devant Marchais ne pût malheureusement pas
s'inverser. Au grand désarroi de son sens de l'égalité, celui de la fraternité il s'est toujours demandé