1999-2012: Un Citoyen au Pouvoir

De
Publié par

Le titre 1999-2012 : Un citoyen au Pouvoir peut paraître prétentieux et même provocateur mais il n’en est rien.
En effet, en 1999, Stéphane d’Antine écrit un monde idéal, enfin je pense, qui est le grand frère de 1999-2012 : un citoyen au pouvoir. Après avoir envoyé ce livre en 1999 par e-mail aux partis politiques, l’UMP a appliqué, depuis 2002, pas moins de 23 projets qui étaient présents dans ce livre. Ils sont détaillés au sein de cet ouvrage.
Cet auteur souhaite présenter sa vision idéale de la vie, qui lui réserve parfois des surprises bien agréables.


Publié le : vendredi 23 août 2013
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332602909
Nombre de pages : 338
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture
CopyRight
Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-60288-6
© Edilivre, 2014
Préface
Ce titre « 1999-2012 : un citoyen au pouvoir » peut paraître prétentieux, provocateur et même d’un goût douteux mais en réalité il s’agit simplement de vous présenter un ancien livre qui a eu une histoire peu banale ou en tout cas inattendue. L’histoire de ce livre « 1999-2012 : un citoyen au pouvoir » est la suivante : – En 1999, un jeune homme au chômage décide pendant sa période d’inactivité d’écrire ce qui serait pour lui un monde idéal basé sur le modèle de la France, – 2 mois et 128 pages plus tard, naissait un manuscrit intitulé « Un monde idéal,… Enfin je pense » qui propose des orientations ou des projets pouvant mener à une société idéale et une vie meilleure pour tous les citoyens français sans exception, – Le livre est ensuite enregistré à la SGDL (Société des Gens De Lettres) le 19 Avril 1999 sous le n°1999.04.0470 avec le titre « Un monde idéal,… Enfin je pense », – Le livre est envoyé à 3 éditeurs qui ont pignon sur rue à l’époque mais les réponses sont toutes négatives car il faut dire que le livre se compose d’une rédaction vraiment basique, – Internet naissant, le livre est envoyé par e-mail en 1999 aux 3 plus grands partis politiques français, en l’occurrence, le P.S, le RPR et le PCF au cas où certains sujets pourraient les inspirer ou les aider pour améliorer la richesse de leur programme politique, – Pendant 3 ans, silence radio, la vie s’écoule plus ou moins paisiblement dans la République, – Mais à partir de 2002 et pendant plus de 10 ans, le parti au pouvoir, en l’occurrence l’UMP (anciennement RPR) va appliquer pas moins de 23 projets de ce livre sur la trentaine relatif au système français et cela ne peut aucunement être le fruit du hasard car les dossiers sont trop importants et les similitudes trop flagrantes et en plus cela ne peut être contesté car le livre a été enregistré et diffusé sur internet ou par e-mail, je possède le manuscrit original écrit à la main, le premier exemplaire imprimé, la lettre de la SGDL ou encore la réponse des éditeurs de l’époque, – Les projets appliqués par l’UMP sont les suivants : • Fusion ANPE/Assedic (p.107), • Inscription et Radiation à l’ANPE (p.106), • Création de l’UFR (Union Force Régional de la Police) (p.208), • La confiscation des biens par l’AGRASC dans les délits financiers (p.200) • La réforme de l’administration (p.16), • Fin de la gratuité sociale et médicaments payants (p.269, 271), • Pathologie des maladies sur feuilles d’ordonnance (p.282), • Réduction des droits de succession (p.181), • La mensualisation des impôts (p.185), • Un mandat par homme politique (p.251), • Notation du Gouvernement (p.252), • Salaire du Président de la République (p.256), • Création du numéro 119 pour la maltraitance (p.297), • Fichiers généraux d’endettement des citoyens (p.43), • Projet d’étude de loi pour les multirécidivistes (p.206 et 229), • L’égalité sociale et la défiscalisation dans les DOM-TOM (p.47), • Programme scolaire, contrôle continue et revalorisation diplôme (p.79 à 82), • Contrat Unique d’Embauche (p.90 à 94), • Doublement de la capacité d’insertion des handicapés (p.283), • Prime et activité contrôlée des retraités (p.307),
• Utilisation stricte de produits biodégradables (p.31), • Les labels Qualibat, Maitre-artisan, Poulet fermier (p.32), • Possibilité d’utilisation d’enquêteurs privés par les avocats (p.198), Je dois avouer ma satisfaction d’avoir vu pendant une décennie l’application d’une grande partie des propositions de mon livre et je pense que leurs applications ont été plus bénéfiques que nuisibles à la société française mais ce que je regrette c’est premièrement l’empressement et le manque d’étude pour leurs applications et deuxièmement c’est le manque de concertation et les objectifs de ces projets qui étaient dirigés plus vers des réduction d’effectifs et des coupes sombres dans les budgets alors que j’aurais préféré des études plus longues et plus concertés avec les différents acteurs de ces projets pour des actions pérennes et le lancement d’une vraie politique qualité, L’application de nouveaux projets ne sont plus maintenant au planning avec l’arrivée de cette nouvelle majorité qui a son propre programme mais je regrette une chose : d’autres projets du livre mériteraient un petit coup d’œil ou peut-être même faire l’objet d’une étude car la crise est là et en toute humilité, j’aimerais aider si cela est possible. Et même si ces propositions sont vieilles de plus d’une décennie, je pense que certaines sont encore au goût du jour. Ces projets dont je parle sont les suivants : – La mise en place d’une taxe internationale tripartite sur les marchandises étrangères : • Cette taxe internationale (1/3 au fabricant étranger, à l’état étranger et à la France) serait acceptée car les pays étrangers s’enrichiraient et seraient obligés de progresser si ils ne veulent pas voir leur part de taxe régresser, • La taxe permettrait de relancer l’économie intérieure du pays et aussi de mener à un équilibre de la mondialisation qui aboutirait à la disparition de la taxe, • La mondialisation à l’origine de la crise européenne ne pouvait pas se faire sans système d’équilibre comme la mise en place d’une taxe internationale par exemple et plusieurs faits vérifient mon hypothèse comme les bourses internationales avec leurs système d’alertes, le sport avec les ligues, le sport automobile avec ses catégories, ou encore les chevaux avec leurs valeurs handicap, – La naissance de la Mutuelle Sociale et de l’Aide Sociale : • La Mutuelle Sociale pour les revenus moyens et l’Aide Sociale pour les faibles revenus seraient des filiales de la Sécurité Sociale, • La mutuelle de l’ANPE qui serait une filiale de l’ANPE avec un fonctionnement privé pour des allocations complémentaires chômage, • Ces mutuelles qui sont des filiales d’Etat fonctionneraient comme les mutuelles privées capitalistes avec comme sur-assureur obligatoire l’Etat, – La couverture par l’Etat de la Sécurité Sociale, le Chômage et la Retraite au niveau du SMIC : • L’Etat diminue sa responsabilité au niveau du Smic pour le chômage, la santé et la retraite mais augmentera son contrôle sur les mutuelles complémentaires des citoyens, • Le citoyen est plus responsable et choisit sa couverture en fonction de sa situation et gère mieux son pouvoir d’achat, • La Mutuelle Sociale ou les mutuelles privées proposeront sûrement des produits attractifs et concurrentiels mais seront obligatoirement contrôlées et couvertes par des sur-assureurs qui officient en France, • La relance de l’économie française grâce à ses nouveaux capitaux qui pourront être investis pour créer de la richesse, – Une nouvelle politique fiscale pour les citoyens et les sociétés qui soit juste, variable en fonction de l’économie du pays et inférieure à 39,5 % pour que nous ne devenions pas des fonctionnaires et que nous puissions savourer le fruit de nos efforts, – L’accroissement des pouvoirs des médiateurs et du réseau de médiation pour le
désengorgement des tribunaux et une accélération des procédures et des jugements. Si je devais, aujourd’hui, présenter de nouvelles idées ou de nouvelles voies d’études, mes suggestions seraient les suivantes : – La naissance d’une vraie structure derrière la loi LME : cette loi oblige le monde économique français à régler ces factures dans un délai de 60 jours mais cette obligation est souvent ignoré et voici mes conclusions : • L’application de cette loi devrait être obligatoire aussi bien pour le secteur privé que pour le secteur public car l’Etat est souvent aussi la source de la détresse de certaines entreprises privées qui ne sont pas payées mais peut-être ce délai pourrait passer pour certains secteurs à 90 jours dans des cadres bien précis comme le contrôle de tranche de travaux ou encore un contrôle obligatoire des transferts de fonds, • La réduction des escroqueries ou la faillite d’entreprises honnêtes qui sont les victimes de certaines personnes mal intentionnées, des gérants peu scrupuleux, ou de grands groupes qui se servent de leur influence, • L’accroissement des pouvoirs des huissiers et des sociétés de recouvrement qui, dans les cas difficiles, pourraient préparer des dossiers fiscaux en partenariat avec le trésor public pour le recouvrement des sommes dues sous forme d’impôts, • L’intervention du Trésor Public pour la récupération de ces sommes sous forme d’impôts et son enrichissement grâce à la majoration des pénalités perçues qui seraient partagés si l’intervention d’huissiers ou de sociétés de recouvrement a eu lieu, • Le signalement et la notation annuelle ou biannuelle des sociétés connues pour des difficultés de paiement exactement comme la notation des exercices comptables des sociétés, – L’arrêt des sociétés à responsabilité limitée sans capital (zéro euro) qui n’est pas viable ou logique car : • Le gérant de la société ne comprend pas l’importance de sa charge car il n’apporte rien et les biens personnels qu’il pourrait mettre en garantie sont souvent difficiles à récupérer voire impossible avec la lenteur administrative et les nombreux recours à disposition, • Les dégâts occasionnés par la liquidation de ces sociétés dirigés par des gérants peu expérimentés, peu motivés ou peu scrupuleux car n’oublions pas que les liquidateurs privilégient d’abord le paiement des dettes d’Etat avant les dettes des autres fournisseurs ce qui a pour conséquence l’appauvrissement de sociétés sérieuses ou plus professionnelles, • Le meilleur moyen pour la création d’une société pérenne serait l’obligation pour le gérant, suite aux conseils d’organismes bancaires ou de sociétés de microcrédit, de réunir les moyens, les aides ou les revenus qui permettent la constitution d’un capital de départ et surtout un contrôle sans faille de l’évolution de sa future société, – Le remplacement des subventions trop lourdes et trop générales par des allègements sociaux et fiscaux : • Garder le système de subventions pour des applications nécessaires et spécifiques comme les domaines de hautes technologies, les secteurs confrontés à des catastrophes ou difficultés temporaires, • L’allègement des charges en remplacement des subventions permet de mieux vérifier le véritable potentiel de la société et ses perspectives prévisionnelles, • La réduction des dépenses de l’Etat avec la diminution des subventions et le montant des allègements sociaux et fiscaux qui varient en fonction de l’évolution de la société. Cette préface est maintenant terminée et je vous laisse découvrir maintenant le livre original qui est à l’origine de cette histoire et de voir si mes propositions qu’elles soient anciennes ou récentes peuvent encore aider la France, les français et la République.
UN MONDE IDEAL,… ENFIN JE PENSE
(ou Conseils aux Gouvernements)
Dans ce livre dont j’espère que la lecture vous plaira, vous trouverez : – Ma recherche de l’idéal, – Ma vision du monde, – Mes idées, – Mes opinions, – Mes sentiments, – Mes réflexions, – Et aussi les idées de certaines personnes qui m’ont plu en intégralité ou sur le fond. Vous y découvrirez aussi : – Ma colère, – Ma haine, – Ma rage, – Mes critiques qui ne visent personne car chacun est libre de ses idées et de ses opinions, – Mes regrets sur certaines situations, – Et aussi des aberrations et des erreurs qui sont dus à un manque de culture ou d’informations mais je ne voulais pas sacrifier la simplicité de mes réflexions à un langage ou à des études trop techniques qui nuisent assez souvent à la qualité et à l’efficacité des résultats que l’on veut obtenir. Mais le plus important, je veux essayer de vous faire sentir, ressentir ou découvrir les merveilles dont la vie et la nature nous ont fait don telles que : – la – – – la Mémoire l’Instructionl’IntelligenceRéflexion – le – la – la – la Paix Calme Sérénité Tranquillité – – le – la Joie – le l’Humour Plaisir Bonheur – – la – l’Amitié – la l’Amabilité Chaleur Fraternité En conclusion, retrouvez avec les quelques mots suivants car il fallait bien pouvoir les nommer, les pouvoirs et les éléments les plus magnifiques que l’on nous ait donnés : – la Nature, – la Liberté, – la Sagesse, – l’Amour, – Bref en un seul mot : la VIE. Les gens qui détruisent ont un problème car ils aiment détruire, par conséquent ils peuvent aimer ; de même pour les gens qui haïssent détruire car cela démontre qu’ils peuvent haïr, d’où un équilibre à rechercher.
Mon objectif n’est pas d’aboutir à un monde utopique, paradisiaque ou encore sans technologie ou sans argent mais simplement à un monde idéal évoluant dans un état d’équilibre et d’apesanteur si fragile que lorsque nous nous apprêtons à commettre des erreurs, nous nous rappelons au passé ; et lorsque nous construisons notre futur, nous devons réfléchir sur les conséquences éventuelles de nos actes pour pouvoir immédiatement agir dans le présent. Les différents sujets dans ce livre seront présentés de la façon suivante : – Présentation – Suggestions – Avantages et Inconvénients (si nécessaire) – Conclusion (si nécessaire)
Administration
Présentation L’Administration ne représente pas seulement un organisme d’Etat chargé d’appliquer des lois ou de fournir des prestations nécessaires à la vie d’un citoyen ou de la Société mais elle représente surtout un nerf essentiel de la vitalité Economique et Sociale d’un pays, d’où la nécessité pour elle d’être une entité souple, organisé, hiérarchisé, communicative et efficace. Le poste du fonctionnaire qui est synonyme de garantie d’emploi, de salaires minimums plus ou moins aisés par rapport au privé, de respect des horaires et des droits du travail doit aussi être synonyme de rigueur, de foi et de respect envers son métier car de ses valeurs découleront une plus grande efficacité et rapidité du monde administratif, une plus grande mobilité et un meilleur développement du secteur privé grâce à des prestations administratives simples et souples, d’où par conséquent une meilleure santé économique et financière pour le pays. Les suggestions qui vont suivre ont donc les objectifs suivants : une plus grande qualité et une meilleure organisation, une plus grande équité et justice pour la répartition des prestations extérieures sollicitées par l’administration, une confirmation d’une gestion plus saine des budgets, et dernièrement une information plus importante et plus précise du public sur les avancées et les actions effectuées par une institution.
Suggestions Pour l’Administration tout entière
– Une étude approfondie du fonctionnement de chaque administration : la qualité et la teneur des liens avec leurs clients et leurs partenaires administratifs, la complexité ou le manque de souplesse de leur communication interne et externe, la lourdeur des procédures ou de la paperasse à établir, et bien d’autres paramètres souvent propres à l’organisme étudié. Cette étude peut être interne ou pour certains dossiers sérieux ou complexes, la sollicitation à des sociétés spécialisées en qualité (dont les tarifs sont plus ou moins élevés selon le niveau de l’étude) pourrait être envisagée : cette étude qui correspondrait à un Audit Qualité pourrait s’effectuer par un sondage des employés exerçant dans de petites et grandes antennes administratives, et ensuite en complément par un dossier établi par les chefs de services faisant part des désagréments ou des dysfonctionnements constatés par eux-mêmes, par leurs employés ou par leurs partenaires. – L’établissement d’un rapport général présentant la future restructuration possible de l’administration visée serait effectué et présenté à tous les employés ainsi qu’aux syndicats pour que les dernières retouches soient effectuées pour que la cohésion soit totale, et aussi pour qu’aucune grève ne vienne entacher et perturber la mise en place et les budgets investis pour cette restructuration. Ce rapport devra contenir : les objectifs principaux de l’organisme, les aménagements des horaires et des postes de travail, la nouvelle souplesse des procédures et de la communication interne et externe, les grilles salariales et la réglementation souple et simple des promotions professionnelles (ancienneté, concours, diplômes, productivité, professionnalisme,…), les fonctions principales et annexes des postes, et aussi le rendement moyen de chaque poste si celui-ci est quantifiable puisqu’une simple étude sur la productivité d’un poste sur plusieurs années est tout à fait possible grâce à l’outil informatique, cette étude de rendement permettrait d’établir plus ou moins précisément les véritables besoins en personnel et d’éviter des créations ou des suppressions de postes qui sont souvent décidées pour des raisons politiques ou des variations de budgets qui n’ont rien à voir avec le fonctionnement de l’administration ou encore avec la qualité des prestations attendues. – Après adoption de la restructuration, l’application sur le terrain, vu les budgets investis doit être bien planifié et orchestré. Cette restructuration pourrait faire l’objet, ne nous voilons pas la
face, de certains licenciements dans certains organismes mais avant de crier au loup, d’autres organismes plus nécessiteux pourraient présenter plusieurs créations de postes, d’où des échanges possibles pour des postes à niveau et à caractéristiques à peu près similaires ; exemple à l’intérieur de la Sécurité Sociale entre ses différents centres (maladie, retraite, allocations familiales,…), entre la Poste et les Télécom, ou encore bien d’autres mais dans une moindre mesure. A mon avis, vu les grèves, les restrictions budgétaires et la dégradation de la qualité des prestations administratives de ces dernières années, les créations d’emploi devraient être assez nombreuses. – La poursuite et l’approfondissement de la démarche qualité doivent continuer pour les administrations, qu’elles aillent vers une privatisation ou non, car je vais me répéter mais une inertie et une lourdeur des services administratifs provoque un ralentissement et un affaiblissement du secteur privé, entraînant un appauvrissement de la population et donc de l’économie du pays, responsable à son tour de l’augmentation des impôts et des restrictions budgétaires pour l’administration ; comme quoi tout est lié et forme un cercle vicieux. – L’amélioration et une plus grande efficacité des modalités de mutation des fonctionnaires car offrir à un homme un avenir professionnel dans lequel il ne veut pas investir n’est pas bénéfique pour sa propre productivité et pour l’économie du pays, il faudrait mettre en place une procédure de mutation définissant les choix de mutation, les raisons de la mutation (région d’origine, déménagement de sa famille, rêve,…), un classement en fonction des raisons et de l’attente de la mutation. – L’utilisation et la mise en place d’huissiers pour tous les appels d’offres quel que soit le montant. Ces huissiers auraient les responsabilités suivantes : premièrement, pour les petits appels d’offres dont le montant varierait entre 10 000FF et 50 000FF (entre 1500 et 7500 Euros) : la diffusion par fax de la part de l’huissier aux entreprises intéressées ou cataloguées du détail des prestations attendues par l’Administration concernée, ensuite la réception et la collecte des fax présentant les devis des entreprises, suivra une réponse quasi immédiate par fax de la part de l’huissier à toutes les entreprises de l’accord ou non pour l’attribution du marché car il s’agit souvent de travaux d’entretien ou de maintenance qui ne peuvent souffrir aucun retard d’où l’utilisation du télécopieur. Deuxièmement, pour les appels d’offres importantes dont le montant dépasse 50 000FF (7500 Euros), l’huissier se charge de la publication de l’appel d’offre de l’Administration dans la presse, ensuite effectue la collecte des devis des entreprises intéressées, et décide de l’attribution des marchés aux entreprises présentant les meilleurs devis. Ces huissiers seront tirés au sort suite à une inscription des huissiers intéressés par la gestion des appels offres d’une administration. Un huissier ne pourra pas avoir plus de deux administrations à sa charge. Leurs prestations seront rémunérées en fonction des tarifs moyens en vigueur et la durée de leur contrat sera au maximum d’un an pour les grandes régions et de deux ans pour les petites régions. Les huissiers ne devront pas oublier qu’ils sont des agents de justices assermentés et les administrations ne pourront exercer aucune pression sous peine d’être accusé de chantage et de corruption. Ces mesures permettront la diminution du trucage des appels d’offres, le copinage entre des fonctionnaires et des entreprises, la corruption de fonctionnaires ou d’élus, ou encore l’enrichissement de certains élus qui attribue les marchés à leurs propres entreprises. Les huissiers pourront faire appel à des experts techniques de leur choix pour vérifier la bonne réalisation des travaux. Cette technique apporte autant à l’Administration qui se sent protégé, propre et soulagé qu’à l’huissier qui peut acquérir une meilleure notoriété et réputation. – L’utilisation et la mise en place d’experts comptables pour la vérification et l’honnêteté de la comptabilité des administrations, et aussi pour être vigilant sur les opérations à caractère litigieux qui nuisent souvent au peuple qui cotisent ou paient les taxes et aussi aux administrations qui souffrent déjà cruellement de budgets. Ces experts comptables auraient les fonctions et les responsabilités suivantes : premièrement un suivi trimestriel des mouvements
comptables grâce à un contrôle superficiel, deuxièmement l’établissement pour la Cour des Comptes d’un bilan semestriel sur la situation financière de l’administration concernée, troisièmement l’établissement d’un rapport semestriel de gestion pour les dirigeants de l’administration présentant des conseils et des actions à mener pour une gestion plus sage, plus saine et plus sécurisante, quatrièmement l’établissement d’un rapport annuel pour la Cour des Comptes sur la gestion et la comptabilité générale de l’institution concernée et aussi sur les opérations à caractère litigieux non résolues ou susceptibles de malversations. Ces experts comptables seront tirés au sort suite à une inscription des experts comptables intéressés par le suivi comptable d’une administration. Un expert comptable ne pourra pas avoir plus de deux administrations à sa charge. Leurs prestations seront rémunérées en fonction des tarifs moyens en vigueur et la durée de leur contrat sera au maximum de deux ans quelle que soit la taille de la région. Ces experts comptables ne doivent pas oublier qu’ils sont assermentés et peuvent avoir à répondre de leurs actes devant un tribunal ; les administrations quant à elles ne pourront exercer aucune pression sous peine d’être accusées et jugées pour chantage et corruption. Cette technique permet, je le pense, de soulager et d’aider le travail de la Cour des Comptes, de diriger la Cour des Comptes vers des actions précises, d’améliorer la notoriété et la réputation des experts comptables, de diminuer les fraudes, les détournements de fonds ou encore les abus sociaux commis par des fonctionnaires ou des élus. – La diffusion publique d’un dossier détaillé présentant la gestion, le montant et les actions menés par une administration pour l’année écoulée. Cette diffusion serait accessible aux médias et ce dossier serait consultable par le public pendant un an à l’accueil de chaque administration. Cette technique permettrait de renseigner le public, de comparer par exemple les promesses électorales à la réalité, de déprécier ou d’améliorer la réputation et le professionnalisme d’un élu ou d’un haut fonctionnaire, et dernièrement de constituer un historique des avancées et de l’évolution d’une institution.
Pour la Sécurité Sociale
– Le montage d’un réseau informatique efficace et commun à toutes les structures composant la Sécurité Sociale. Ce réseau aurait la configuration suivante : les différentes structures tels que Maladie, Retraite, Mutuelle, Assurance, Aide Sociale et Allocations Familiales fonctionnerait sur un même réseau compatible et commun et sur une même base de données, les dossiers d’un citoyen aurait pour identifiant son numéro de Sécurité Sociale et aussi un numéro de pièce officiel comme le numéro de la Carte d’Identité. Un tel réseau aurait les exigences suivantes : protection informatique à toute agression externe, l’installation, la maintenance, l’entretien et les interventions assurés par un organisme d’état et non un organisme privé, autonomie et indépendance informatique de chaque structure sociale pour leur gestion et leur fonctionnement, mise en place d’un système de verrouillage et de traçage des dossiers des clients pour éviter toute violation de vie privée par des individus peu scrupuleux et dernièrement la formation et la mise en place pour chaque organisme d’agents de liaison chargés de la résolution et du maintien de la cohésion informatique de certains dossiers mettant en cause plusieurs organismes sociaux. Ce réseau permettrait les avantages suivants : fonctionnement de toutes les structures de la Sécurité Sociale sur un même réseau informatique et une base de données commune, un traitement souple, efficace et cohérent des dossiers, un règlement rapide des dossiers litigieux liant plusieurs organismes car c’est le peuple qui souffre ou n’obtient pas la régularisation de leur situation, la diminution des procédures administratives et de la paperasse inutile concernant les dossiers litigieux, l’obtention de statistiques et de données globales concernant le fonctionnement et la gestion de la Sécurité Sociale et dernièrement diminution des saisies ou des courriers entre les différents organismes ce qui permet une réduction des frais de fonctionnement.
Pour la Poste
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant