Beckett l'abstracteur. Anatomie d'une révolution l

De
Publié par

Et si Beckett n'avait dû sa consécration qu'à un malentendu si insistant que seule une révolution de sa lecture pouvait restituer la révolution qu'il a accomplie.


Il arrive en effet que l'interprétation obligée et autorisée d'un travail littéraire, relayée par les dévots de la mystique poétique, occulte l'immensité d'une oeuvre et en inverse le sens.


Beckett a introduit en littérature une subversion aussi radicale que celle de Duchamp en art : il a inventé l'art littéraire abstrait. Entreprise si attentatoire aux credos de la "profondeur" qu'on n'a su appliquer à son oeuvre que l'idée la plus rebattue de la poésie qu'il avait passé sa vie à refuser : " Ah, les vieilles questions, les vieilles réponses, il n'y a que ça! " ironisait-il.


Au terme d'une enquête qui réintroduit l'histoire (Goyce, Yeats, la littérature et l'Irlande...) au sein de cette oeuvre réputée la plus pure ", voici le portrait inédit de l'artiste en " abstracteur", inventeur des règles spécifiques de l'abstraction littéraire; et un démontage de sa combinatoire logique qui donne la clé des énigmes les plus obscures du Dépeupleur ou de Cap au pire.


Comme dit Beckett : "Encore. Dire encore. Soit dit encore. Tant mal que pis encore. Jusqu'à plus mèche encore. Soit dit plus mèche encore."


Publié le : mardi 25 novembre 2014
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021066623
Nombre de pages : 176
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
B E C K E T T L ’ A B S T R A C T E U R
F i c t i o n & C i e
Pascale Casanova
B E C K E T T L’ A B S T R A C T E U R Anatomie d’une révolution littéraire
Seuil e 27, rue Jacob, Paris VI
c o l l e c t i o n
« F i c t i o n & C i e » DI R I G É E P A RDE N I SRO C H E
ISBN978-2-02106663-0
© ÉDITIONS DUSEUIL,AVRIL1997
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
M a l v u m a l l u
Beckett, tel qu’en ses photos terribles et hiératiques imposées par l’imagerie officielle, est devenu l’incarnation de la mission prophétique et sacrée que les dévots de la lit-térature assignent à l’écrivain. Alors on l’a rangé du côté d’une métaphysique vague, dans un curieux lieu solitaire, là où la souffrance ne laisserait place qu’à un langage presque inarticulé, informe, une sorte de cri de douleur à l’état pur, jeté tel quel sur le papier. Comme s’il figurait à lui seul une sorte d’au-delà poé-tique, Beckett n’a jamais été lu que comme le messager ou l’oracle de la vérité de l’«être».L’Innommable, écrit Mau-rice Blanchot, est «un être sans être qui ne peut ni vivre ni mourir, ni cesser ni commencer, le lieu vide où parle le désœuvrement d’une parole vide1». Cette mise en scène du tragique poétique, qui n’est qu’une des innombrables formes de l’annexion de la littérature par les philosophes, réduit le poète à la fonction passive et archaïque de média-
1. Maurice Blanchot, «Où maintenant? Qui maintenant?», NRF, 1eroctobre 1953, repris inLe Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959, p. 312.
7
b e c k e t t l ’ a b s t r a c t e u r
teur inspiré, chargé du «dévoilement de l’être». («Ah les vieilles questions, les vieilles réponses, il n’y a que ça!» dit Beckett qui, au moins dans l’ironie, surpasse ses glossa-teurs…) Qu’importe que le jargon de l’«authenticité» lui fût étranger, il fallait bien que l’obscurité et l’étrangeté de ses textes puissent être ramenées à la seule profondeur légi-time. Dès les années 50, le discours blanchotien est devenu le seul commentaire autorisé, contribuant ainsi à «fabri-quer» un Beckett sur mesure, héros de la critique «pure». Sans histoire, sans passé, sans héritage et sans projet, Bec-kett a disparu sous les oripeaux de la canonisation poétique. Cette imagerie héroïque a été l’un des plus sûrs moyens d’occulter la spécificité de la forme littéraire, de refuser à Beckett tout souci esthétique, la recherche formelle se trou-vant par là réduite à un artifice indigne de la quête de l’«authenticité». Ainsi, Blanchot, à propos deL’Innom-mable, parle d’un livre «sans tricherie, sans subterfuge […] [où] les sentiments esthétiques ne sont plus de mise1». L’obscurité (apparente) des textes a servi les desseins obscu-rantistes de la critique selon Blanchot. Or, cette glaciation herméneutique a non seulement caché, mais inversé le sens du projet littéraire de Beckett: il a été célébré et consacré au nom même d’une idée de la poésie contre laquelle il a lutté toute sa vie. La révolution formelle à laquelle il a travaillé l’a conduit à dénoncer comme «conventions périmées» tous les présupposés qui fondent le réalisme et la croyance dans la «vérité» littéraire et surtout le pathos de l’«être» au nom duquel il deviendra pourtant l’un des écrivains les plus célébrés et les plus consacrés du siècle. Faut-il imaginer que son œuvre était si
1. Ibid.
8
m a l v u m a l l u
attentatoire à l’idée même de poésie qu’elle ne pouvait qu’être dissoute dans la grande machine à normaliser la lit-térature? Contraint d’écrire après Joyce et, pour ne pas l’imiter, au-delà de lui, Beckett s’engage sur la voie d’une autre modernité formelle. L’abstraction littéraire qu’il invente, au prix de l’immense travail de toute une vie, pour mettre la littérature à la hauteur de toutes les grandes révolutions artistiques du siècle – et en particulier de l’abstraction pic-turale – va reposer sur une combinatoire littéraire inédite. L’art de la logique va être mis au service de l’«abstractiva-tion», mouvement propre à chaque texte et qui va des mots au retrait du sens, c’est-à-dire du sens à la mise à mort de la représentation réaliste. Pour rompre avec la signification et le référent, inhérents au langage, Beckett ne travaille pas sur la matérialité sonore du mot; il est conduit à mettre en cause, les unes après les autres, toutes les conditions de pos-sibilité ordinaires de la littérature, le sujet, la mémoire, l’imagination, la narration, les personnages, la psychologie, l’espace et le temps… sur lesquels repose, sans même que nous le sachions, tout l’édifice historique de la littérature, pour parvenir à l’effacement progressif de ses images dans «la pénombre et le vide». Beckett est sans doute l’un des écrivains contemporains – avec Joyce – qui a suscité le plus de commentaires et d’analyses, phénomène redoublé dans son cas par le bilin-guisme qui a entraîné la constitution d’une double tradi-tion critique, en anglais et en français1: tout ou presque a
1. En 1970, on dénombrait déjà soixante livres et plus de cinq mille articles entièrement consacrés à l’œuvre de Beckett, en langue anglaise dans leur très grande majorité. Les publications spécialisées
9
b e c k e t t l ’ a b s t r a c t e u r
donc déjà été dit sur lui. Mais il suffit de renverser la pers-pective critique et d’étendre à la littérature le principe de l’«enquête historique», que Spinoza proposait afin de rendre leur sens aux textes sacrés, pour découvrir de mul-tiples traces de l’intention formaliste de son projet, traces inaperçues jusque-là puisqu’elles n’entraient pas dans le sys-tème d’explication par le miracle. Il s’agit donc de se livrer à une sorte d’enquête minutieuse – revendiquant son appar-tenance à la généalogie sherlock-holmesienne! – et de se mettre à la recherche de petits indices qui, pris à l’état isolé, peuvent paraître insignifiants et même surinterprétés mais qui, rapprochés, parviennent à dessiner une extraordinaire cohérence. Ces indices éclairent l’œuvre en donnant à voir les principes de sa genèse; mieux, ils font comprendre les problèmes que Beckett s’est posés, c’est-à-dire l’ensemble des possibilités littéraires avec lesquelles il a dû jouer pour «inventer» sa propre solution. Il va travailler pendant trente ans à faire entrer la littérature dans la modernité, à élaborer une réponse esthétique à ses questions intimes qui sont aussi des interrogations littéraires: celle de l’échec, du ratage et du «pire». L’«enquête historique» permettra ainsi de découvrir que le projet qui préside à l’écriture de Beckett n’est pas, comme veut le faire croire la critique officielle, de l’ordre de l’étrangeté radicale, météorite tombée brutalement et
sont de plus en plus nombreuses, et l’on peut désormais consulterThe Journal of Beckett Studies(éd. par S. E. Gontarsky, Londres, John Cal-der) et la revue bilingue (anglais-français)Samuel Beckett Today / aujourd’hui(éd. par Marius Bruning et Sjef Houpermans, Amster-dam, Rodopi), qui recensent toutes les publications critiques et bec-kettiennes.
1 0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.