//img.uscri.be/pth/8432edb192c6c1a23f7b17fbe1f6395e2055da96
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

BLANCOLOR

De
182 pages
Entreprise phare dans le secteur de la peinture et de la décoration, Blancolor se démarque par la beauté et la qualité de ses produits. Depuis sa création dans les années 1950 par une famille provençale, les Chauvin, elle connaît un essor sans cesse croissant. Rencontrant dirigeants et employés, Albertine Gentou reconstitue l'histoire de cette PME et démonte aussi ce qui se passe d'un bout à l'autre de la chaîne. Passant du XXe au XXIe siècle, de l'artisanat à l'industrie, elle entraîne le lecteur dans une véritable épopée. Celle d'un microcosme social où seul compte le respect des valeurs humaines, de l'environnement et d'un certain art de vivre. Mais partons à la découverte de cette société sur la trace de l'auteur…
Voir plus Voir moins
Éditions Le Manuscrit
2
Titre
Blancolor
3
DU MÊME AUTEUR
Rockeuses, les héroïnes de juke-box, (sous le nom de Pascale Jugé), Éditions Jacques Grancher, 1982 « Si vous me connaissiez »,Une biographie de Louise de Vilmorin, Éditions Perrin, 1998 Dictons & Maximes, Écoutez la sagesse populaire !, Éditions Michel Lafon, 2003 En collectif :Invités à vivre,Éditions L’Harmattan, 2003 La Muse amusée,Réédition de la biographie de L. de Vilmorin, Éditions Le Manuscrit, 2006 Le Roi de la Belle, Éditions Le Manuscrit, 2006
Éditions Le Manuscrit
Albertine Gentou
Blancolor Une entreprise aux couleurs de la vie
Essais et Documents
Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9106-4 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748191066 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9107-2 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748191073 (livre numérique)
6
Avant-Propos
7
Avant-Propos
AVANT-PROPOS
Quoi de plus incongru, à première vue, qu’un pot de peinture ? Oui, un pot de peinture ! Cet objet cylindrique en métal, recouvert d’étiquettes, renfermant par définition de la peinture soit à l’huile soit à l’eau. Les apparences ne sont pas toujours ce que l’on veut bien croire. Cette boîte hermétique, qui pourrait s’inscrire dans un inventaire à la Prévert, recèle par son contenu mille promesses d’embellissement. Mais il s’agit de bien plus que cela. Au-delà de son aspect, de son poids, de sa présentation, de ses composants chimiques, de sa texture, la peinture matérialise les efforts, l’énergie, l’attention, le labeur que fournit une équipe tout au long de la chaîne, de la conception à la vente. Or, quand cette peinture arrive sous les yeux du décorateur ou du consommateur, elle a déjà beaucoup voyagé et possède une longue histoire. Une longue histoire mais surtout une grande tradition.
9
Blancolor
Son apparition remonte à l’aube des temps, à l’avènement de l’homme dès que celui-ci, désireux d’exprimer ses qualités artistiques, laisse une trace, un témoignage de son existence, et célèbre le divin. Cinquante-cinq millénaires avant notre ère, l’être humain décide de mélanger de l’argile, des cendres d’os, des pigments végétaux avec de l’eau et de la graisse. Les Aborigènes en Australie, les Indiens, peuples premiers du continent américain, produisent de magnifiques pétroglyphes et lèguent à la postérité une multitude de signes de « l’âge du rêve » mis ainsi en images. Quinze mille ans avant Jésus-Christ, à Lascaux, en France, à Altamira, en Espagne, les hommes de la préhistoire ornent les grottes de peintures rupestres, de véritables chefs-d’œuvre que l’on contemple sans se lasser de nos jours. Quatre mille cinq cents ans avant J. -C. l’Égypte pharaonique maîtrise les colorants. Avec de la poudre de lapis-lazuli, les artistes des bords du Nil obtiennent un bleu profond. En chauffant différentes argiles, de la silice, du cuivre et du natron (l’actuel silicate double de calcium et de cuivre), ils parviennent à fabriquer le célèbre bleu égyptien, un secret fort jalousé. Ils emploient aussi du vert de malachite qu’ils nuancent en fonction de son dosage. Verts et bleus que l’on retrouve, à l’honneur, sur les
10