//img.uscri.be/pth/262f4de04d4575d306a64b760064fae164805387
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - PDF - EPUB

sans DRM

Canonicité littéraire et écritures postcoloniales : problématique de légitimité discursive des champs émergents

De
448 pages

Cette thèse est une réflexion critique sur les principes de canonicité littéraire par rapport aux champs établis et émergents. Sont présentées, par le biais de penseurs camerounais, la mise en place et la continuité de la canonicité littéraire française dès le XVIIème siècle, ainsi que l'autonomie d’un champ d’écritures.

Selon certaines théories postcoloniales, la littérature canonique a semblé contribuer au maintien et à la transmission de valeurs d‘une classe dite dominante au détriment d‘autres valeurs présentes. Ces théories démontrent les processus d‘exclusion d‘écritures divergentes et différentes – notamment celles des anciennes colonies – engendrés par les termes de la canonicité littéraire occidentale. Mais c’est bien en développant un discours canonique propre que les écritures des pays émergents seront à même d’établir leurs instances de reconnaissance.

La thèse propose finalement le principe de canonicité comme instrument légitime et indispensable pour affirmer l‘autorité d‘un champ, ses caractéristiques et ses transformations.


Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-84664-8

 

© Edilivre, 2014

 

 

Declaration by author

This thesisis composed of my original work, and containsno material previously published or written by another person except where due reference has been made in the text. I have clearly stated the contribution by others to jointly-authored works that I have included in my thesis.

I have clearly stated the contribution of others to my thesis as a whole, including statistical assistance, survey design, data analysis, significant technical procedures, professional editorial advice, and any other original research work used or reported in my thesis. The content of my thesis is the result of work I have carried out since the commencement of my research higher degree candidature and does not include a substantial part of work that has been submitted to qualify for the award of anyother degree or diploma in any university or other tertiary institution. I have clearly stated which parts of my thesis, if any, have been submitted to qualify for another award.

I acknowledge that an electronic copy of my thesis must be lodged with the University Library and, subject to theGeneral Award Rules of The University of Queensland, immediately made available for research and study in accordance with theCopyright Act 1968.

I acknowledge that copyright of all material contained in my thesis resides with the copyright holder(s) of that material.

Statement of Contributions to Jointly Authored Works Contained in the Thesis

No jointly-authored works

Statement of Contributions by Others to the Thesis as a Whole

No contributions by others

Statement of Parts of the Thesis Submitted to Qualify for the Award of Another Degree

None

Published Works by the Author Incorporated into the Thesis

None

Additional Published Works by the Author Relevant to the Thesis but not Forming Part of it

None

Abstract – (English Version)

My thesis discusses the principles of Western literary canonicity in relation to both established and emerging literary fields.

My objective is to evaluate the pertinence of criticism of literary canonicity for non-established postcolonial writing spheres and their social contexts.

I have chosen literary spheres as they represent a privileged space in which social debates can take place. These spheres occupy a position that is subject to controversy as they may be instrumental in justifying a certain social order or challenging it, maintaining cohesion or fostering division. Questioning canonicity can therefore never simply be about changing certain literary criteria: it is always implicated in wider social discourses to which it may give legitimacy. Modifying the literary framework has repercussions on the definition, the validity and authority of the social order. For example, challenging the merit of canonicity necessarily brings to attention the terms of institutionalized legitimacy. It can potentially undermine, confirm or disqualify the social order attached to it. I therefore look not only at literary criticism but at its relations and involvement in various institutions, notably educational ones. I do this by also evaluating the necessary discursive conditions which allow a given “object” to be called “knowledge”: “How is the field of knowledge determined, challenged, and transmitted? How is this decided? How is this effected?” I describe the development and objectives of literary canonicity within its seventeenth and eighteenth century historical context and the institutional mechanisms which established and maintained it through a number of centuries. From this I posit the undeniable “progress” – or transformations – which have arisen as the consequence of a specific way of organising and narrating the field of knowledge.

After having looked at the terms and applications of literary canonicity, I then look at ways in which this has been critiqued. While these transformations may have been seen as “liberating” people from alleged obscurantism and an unfit society, critics came to see, throughout the twentieth century, the institutionalisation of knowledge – including that of literature – as preventing social justice insofar as it followed stultifying precepts favourable to the specific interests of a social elite. These critics, recently mostly postcolonial theories, have turned to the example of the literary production of ex-colonial countries to further support their argument. Western canonicity, they say, does indeed endure by excluding, and therefore silencing, other voices. It legitimates their exclusion by, amongst other factors, setting the criteria for inclusion in such a way that they are unattainable, not pertinent to a wide range of texts, or otherwise refusing to amend them in keeping with social changes and expectations. Nevertheless it is difficult to argue that aiming at selecting an “object” would not also inevitably be excluding another. It follows that a field cannot exist without principles of exclusion, however unfair and not well-founded the terms of exclusion may appear. I have referred to dissenting voices which were, well before postcolonial theories, challenging some of the criteria delimiting the Western literary field and its “great works”. Yet the problem of ex-colonies or emerging independent nations, is, I contend, a different problematic altogether. A number of ex-colonies do not have an existing dominant national literary sphere to challenge: they must first establish one. They wantto bring about cultural independence. In that context literary canonicity can be seen as one of the steps allowing legitimacy by demonstrating its limits. The “excluded” here themselves establish the terms of references, and of exclusion. To posit themselves as an independent field, in any case, would invalidate “exclusion” from the West. They might – or might not – be considered as interlocutors by the West: however – and this is crucial – reciprocally so. In other words, they could exclude the West too. This would highlight a function of canonicity overlooked by its Western critics: that of providing a crucial element that makes it possible for a field to be recognised. Where canonical texts are subsequently used to justify a given unfair social order, the criticism must be addressed to the interpretation and application, to a specific discourse, not to the texts themselves.

I have sought to challenge some of the terms of canon criticism, namely canonicity as mainly a stultifying imperialistic force. I do not deny that texts may be used in such fashion. This however only reinforces my point. I underline the distinction that needs to be made between the text, its interpretation and a wider discourse with ulterior motives which may guide, even divert the text’s meaning(s) to its own purpose. I have attempted to refer to one of the perhaps overlooked primary functions of literary canonicity: it is a process which is indispensable to the legitimate construction of a field and to the assertion of its authority. The challenge then would be for an “independent” literary canonicity to remain attuned to social changes, including that of different concepts of justice. This has not always been the case in the West.

Version française

Cette thèse est une réflexion sur la critique des principes de canonicité littéraire, que ce soit par rapport aux champs établis ou émergents. Nous nous efforcerons d’évaluer sous quelles conditions une critique littéraire ayant cours dans un espace déjà bien affirmé pourrait s’adresser avec profit à des écritures dont le contexte social et institutionnel présente des exigences spécifiques.

Nous avons choisi l’espace littéraire en ce qu’il correspond à un espace discursif privilégié dans une société donnée, tout à la fois par les textes mêmes que par les critères institutionnels d’interprétation, de classification qui leur sont appliqués. En effet, le texte, et sa critique, peuvent être tout autant un modèle de style, une réflexion virulente ou modérée sur un sujet donné, une manipulation politique ou un instrument d’émancipation idéologique. Nous y trouvons l’élaboration de discours légitimant ou discréditant tel ou tel agencement social. L’écriture dépasse donc toujours son propre cadre : elle émane du discours social et y retourne en l’affirmant, le contestant ou le rejetant tout à fait. Questionner les principes en place de canonicité, c’est peut-être mettre en doute les termes mêmes du discours de la légitimité institutionnelle et du bien-fondé de l’ordre social. En conséquence, nous nous arrêterons aux institutions dont l’une des fonctions principales est la transmission d’un discours social stable, mais rarement dénué d’objectifs politiques. Nous soulignerons le lien entre les classifications de l’espace du savoir et celui de l’ordre et de la hiérarchie sociale. Nous poserons notamment les questions suivantes : comment la définition même du savoir est-elle produite ? Comment cela est-il mis en pratique ? Pour ce faire nous rappellerons la mise en place de la canonicité littéraire, française, dans le contexte des XVIIe et XVIIIe siècles et sa continuité institutionnelle à travers plusieurs siècles. Nous en soulignerons les conséquences indéniables – de progrès ou de transformations – par rapport à l’organisation du savoir selon un nouveau discours. Après avoir présenté les termes de la canonicité littéraire, nous en présenterons les remises en question.

Les bouleversements sociaux y compris l’éducation généralisée – et la diffusion de la littérature canonique – ont pu avoir un aspect émancipatoire quant aux modes de pensée présumées formées sur l’obscurantisme. Néanmoins, au cours du XXe siècle, la perception de l’éducation comme moyen de progrès social s’est modifiée. L’enseignement, particulièrement littéraire, semblait contribuer au maintien d’une société injuste en promouvant surtout les valeurs d’une classe bourgeoise au détriment d’autres valeurs possibles. Cette position idéologique a été reprise récemment, en partie, par les théories postcoloniales. Ces dernières se sont attachées à démontrer les processus d’exclusion d’écritures divergentes et différentes – notamment celles des anciennes colonies – engendrés par les termes de la canonicité littéraire occidentale. Cette exclusion est légitimée, entre autre, par la formulation des critères ne pouvant être satisfaits par ces écritures dénommées périphériques et un certain refus quant à les modifier.

Pour autant, il est difficile de ne pas admettre que la définition d’un objet se fait grâce à l’exclusion d’autres objets. En conséquence, nous posons qu’un champ ne peut exister sans exclusion. Le fait que ses termes puissent apparaître injustes ou mal-fondés ne met pas en cause, a priori, l’objet mais la manière dont le discours le définit. Nous faisons référence à des voix dissidentes qui se sont exprimées bien avant les théories postcoloniales et qui avaient déjà contesté les termes de la canonicité littéraire. Par ailleurs, nous positons que la situation des écritures des anciennes colonies ne bénéficie ni d’une acceptation passive des grandes œuvres internationales, ni d’une contestation qui suivraient la position des théories postcoloniales. Un certain nombre de pays nouvellement indépendants n’a pas de sphère littéraire nationale dominante à contester : ces sphères sont en cours d’établissement avec l’objectif, entre autres, de signifier l’indépendance culturelle nationale. Dans ces circonstances, le principe de canonicité littéraire peut être perçu comme une étape vers la formation d’une sphère indépendante et spécifique. Mais ici, les termes d’exclusion partiraient d’une autorité institutionnelle nationale qui ne dépendrait ni de la tradition, ni de la contestation occidentale mais des choix des nouvelles nations. Pour un choix légitime, il faut qu’un discours soit produit. Alors les « exclus » eux-mêmes pourraient devenir interlocuteurs de l’Occident. Ils choisiraient de concert les termes de dialogues. Cela souligne un aspect de la canonicité peu considéré par les théories postcoloniales : elle procure à un espace d’écritures un point d’appui dans l’effort de définition légitime d’un champ et permet alors sa reconnaissance, voire sa remise en question. Si les textes canoniques sont utilisés pour justifier un ordre social, culturel, injuste, le blâme doit être adressé alors à l’utilisation de ces textes et non aux textes eux-mêmes.

Nous nous sommes efforcés de contester la perception du principe de canonicité comme principalement un instrument de la diffusion d’un impérialisme culturel. Nous acceptons que, bien sûr, certains textes aient pu être utilisés de la sorte. Cela ne fait que renforcer notre position : il faut distinguer entre un principe de canonicité attaché au débat littéraire, à sa délimitation et à l’utilisation, pour nous dévoyée, d’un tel principe pour faciliter et justifier une certaine politique. Finalement, nous soutenons le processus de canonicité comme un instrument légitime et indispensable pour affirmer l’autorité d’un champ, ses caractéristiques et pour légitimer ses transformations afin de demeurer à l’écoute des changements sociaux ou bien de les instiguer.

Keywords

Canonicité littéraire / Institution / Éducation / Histoire Littéraire / Théories Postcoloniales / Écritures Camerounaises

Literary Canonicity / Institution / Education / Literary History / Postcolonial Theories / Cameroonian Writings

Australia and New Zealand Standard Research Classifications (ANZSRC)

[maximum 3 codes and descriptors followed by the relative weighting, separated by commas. For example : code descriptor 50 %, code descriptor 30 %, code descriptor 20 %]

Introduction
État des lieux

Autour du concept de la canonicité

La canonicité littéraire peut être aisément définie en principe : il s’agit d’un ensemble de textes partageant des qualités esthétiques et intellectuelles exceptionnelles. Ces textes sont tenus pour modèle d’écriture et de raisonnement. Les qualités canoniques seraient par nature au-dessus des contingences temporelles et géographiques. Ces textes nous parleraient, au-delà du temps présent, de ce qu’il y a de fondamentalement humain dans chacun de nous et par là seraient d’intérêt et de compréhension universels. Ils ne seraient pas à la gloire d’une nation, ou d’une classe, mais représenteraient une pratique de la langue et des idées à un niveau élevé. L’origine nationale pourrait être une caractéristique mais pas un critère de canonicité. Ce n’est pas là son intérêt. La canonicité ne serait donc pas un procédé d’exclusion mais de rassemblement des chefs-d’œuvre humains, transcendant temps et espaces. Et certains aspects locaux se retrouveraient nécessairement dans les textes canoniques. Présentée ainsi, la canonicité littéraire aurait plutôt vocation à réunir qu’à diviser, qu’à exclure pour dominer. Elle poserait la question suivante : qu’est-ce qui, malgré toute la diversité, les intérêts immédiats, opposés, réunit les êtres humains ? Et essaie d’y répondre en proposant une discussion éthique à travers une maîtrise esthétique du langage.

Il faut toutefois noter que ces textes, habituellement en décalage avec le temps présent, sont toujours présentés encadrés dans un discours, en général contemporain, au ton d’évidence qui ne met pas en relief le processus de sélection et de transmission. Il n’y a pas de littérature canonique sans qu’un discours l’encadre et la présente comme telle.

L’élève, l’étudiant, le professeur sera en présence d’un fait accompli. D’autant plus difficile à contester qu’il est à peu près impossible de remettre profondément en question grand nombre de textes retenus par la tradition institutionnalisée car, s’il y a eu discours d’opposition, textes discordants, il est difficile de les retrouver. Cependant chaque « nouvelle » critique tiendra compte du consensus, des débats la précédant et formulera, si besoin est, un nouveau cadrage. En ce sens la critique contemporaine est elle-même ancrée dans certains aspects de la canonicité littéraire. Si ces textes sont anciens, les discours les accompagnant pour justifier leur statut et leur pertinence sont contemporains. Le texte canonique n’est donc perpétré que grâce à l’accueil des critiques actuelles, au moins dans les institutions de lettres.

On pourrait alors avancer que la sélection a pu être, et continue d’être l’abouti de débats au point de rencontre entre la tradition héritée et le monde contemporain où un consensus peut se (re)former. On ne peut donc pas associer trop hâtivement canonicité et immobilisme répressif. Mais il faut se demander quelle est la nature, l’étendue de ce consensus. Qui participe véritablement à ces discussions, ainsi s’interroge Arnold Bennett : « In the face of this one may ask : Why does the great and universal fame of classicalauthors continue ? The answer is that the fame of classical authors is entirely independent of the majority ».1 Ce qui suggérerait qu’une minorité décide de cette sélection.

Il semblerait alors qu’il y ait débat mais que celui-ci ait lieu selon des contraintes spécifiques : il est informé par des personnes déjà versées dans la lecture littéraire canonique. Leur capacité à rendre un jugement de qualité doit être reconnue officiellement. Les possibilités de bouleversements quant à ce qui est reconnu comme canonique sont alors réduites par le cadre de référence et la formation du jugement littéraire de ces personnes mais il a néanmoins lieu. Dans ce contexte, la canonicité fonctionnerait à la fois comme la source (le modèle) et le produit d’une recherche intellectuelle.

Avant même qu’il y ait savoir il faut que des concepts de vérité et de connaissance soit proposés, délibérés et acceptés. Il faut poser ce que constitue le savoir, comment et pourquoi l’acquérir. Les contraintes dans ce cas seraient le résultat d’un consensus, entre un nombre limité de voix, sur la méthode afin de mesurer l’objet. C’est cette garantie de la méthode qui permettrait de parler de valeurs légitimes et de proposer l’universalité (et non pas simplement au niveau de sentiments partagés par tous les êtres humains). Dans la mesure où ce qui constitue une question, une recherche et une réponse valables ne peuvent se faire que dans un cadre défini préalablement, le résultat du débat « d’experts » peut alors établir une imposition légitime.

La littérature est liée à une notion de savoir. Elle doit donc être validée selon des processus bien définis. L’évaluation de ce savoir est subordonnée à un discours qui est dominant à la fois par imposition et par consensus (un consensus en cercle restreint et une imposition au-delà). Lorsqu’il s’agit de canonicité littéraire, nous avons affaire à un raffinement des normes. En effet, toute littérature conforme aux normes d’écriture, de goût, etc., n’est pas forcément canonique. L’appréciation de la nouveauté, une certaine flexibilité est inscrite dans le concept de canonicité qui peut questionner certaines normes et les transformer. Les critères mêmes de la définition de l’objet sont donc loin d’être immuables.

La littérature contribue à l’élaboration des critères de l’évaluation des savoirs puisque sans pouvoir donner de réponse définitive, elle est bien le lieu où tous les doutes sont possibles et exprimés, même concernant sa propre fonction, ses propres possibilités. Elle possède une certaine liberté de jeu que la critique n’a pas. Grâce à cela elle pourra contribuer à des modifications fondamentales des critères littéraires en place. Plutôt que simplement le respect de normes, le concept de canonicité littéraire pose celui de la vérité : est-ce que ce mot peut-être utilisé au pluriel ? Est-ce qu’il peut être dit de manière différente ? Jacques Bouveresse pose, à ce sujet, la question suivante : « La vérité peut-elle être objective et universelle, et en même temps liée intrinsèquement à une façon déterminée de l’exprimer… ? »2

Dès le XVIe siècle la conscience et l’intention d’un corpus littéraire de langue française commencent à s’affirmer. A partir du moment où certains textes ont été retenus à un niveau institutionnel, étant à la fois exemplaires et prescriptifs, un nombre surprenant d’entre eux demeure, à travers les siècles, et dans toute l’Europe, un bagage culturel indispensable à toute personne se voulant cultivée : « A taste for liberal art is necessary to complete the character of a gentleman ».3 Cette culture fait partie d’un effort. Il ne s’agit pas d’un simple bien matériel reçu que l’on ferait ou non fructifier. Il faut démontrer une volonté d’acquisition et de compréhension. C’est un travail, une discipline. Ce travail peut du reste être un devoir pour un milieu aristocratique ou bourgeois. Le travail de recherche par rapport au patrimoine littéraire canonique est particulièrement évident dans la diversité des textes formant une liste de « classiques » dans les œuvres présentées par les institutions éducatives par exemple.

Cependant on peut aisément remarquer que les textes ont des points extrinsèques communs. Le même milieu social, la bourgeoisie, l’aristocratie, demeure représenté dans les textes à travers les siècles ainsi que, dans cette classe, le genre masculin. Les autres groupes tels les ouvriers, les auteurs régionaux ou ex-colonisés, les femmes ne sont pas ou peu représentées. Cela serait cependant justifié selon les normes de l’époque : ces groupes ne présentaient pas les qualités requises pour participer aux délibérations sur la sélection de tel ou tel texte. Cela laisse supposer que loin d’aller vers l’universel, les « sélectionneurs » préféraient rester dans un contexte familier. L’écriture était surtout le domaine réservé d’une classe. Il semble raisonnable d’accepter que jusqu’à la scolarisation généralisée, l’écriture ait pu demeurer la pratique d’une classe qui se parlait à elle-même. Les critiques majeures de la canonicité ne se rapporteront d’ailleurs pas aux pratiques internes d’une classe, à l’exception de la bourgeoisie féministe qui aura les moyens linguistiques et la position sociale qui lui permettra de se faire entendre, sinon écouter, mais à sa revendication de pouvoir et de devoir servir de modèle de pensée, d’action pour diverses sociétés et couches sociales.

La littérature canonique, positionnée au-delà des conflits, des luttes de son temps, participerait aux débats d’idées dans un espace privilégié précisément parce qu’il serait désintéressé. Si finances il y avait, c’était pour préserver l’indépendance de la pensée et non pour façonner le texte en vue de l’obtention d’un avantage matériel ou idéologique quelconque. L’enjeu en serait la démonstration raisonnable propre à éclaircir, convaincre et non à manipuler. La littérature, même et surtout canonique, pourrait alors être une pratique d’écriture des divergences et de la contestation. La proposition d’une unité idéologique de la littérature qui formerait la base de la canonicité semble insatisfaisante : dans le champ littéraire même, il y a des hiérarchies et des oppositions. Mises à part les idées mêmes, les critères de qualité littéraire seraient principalement basés sur la dextérité linguistique, le respect des contraintes du genre et la position que ce genre occupe dans les hiérarchies littéraires.

S’il y a confrontation, remise en question, transformations idéologiques même dans un certain cadre prescrit, il est difficile de soutenir qu’il y a aussi intention de domination et pratique d’immobilisme dans les textes canoniques. A en croire Marc Fumaroli, ce serait plutôt le contraire. Cet auteur en veut pour preuve les idéaux et les pratiques des membres de la « République littéraire ».4 Cette « internationale » de l’érudition et de la recherche européennes était déjà en place au temps de Descartes. Cela est particulièrement remarquable dans la mesure où le canon littéraire est souvent décrit comme excessivement prescriptif, contraignant et immuable. Il s’agit d’un espace qui, précisément, se veut non subordonné, au moins sciemment, à une idéologie dominante. Les recherches semblent être interdisciplinaires, inter-frontalières, et « la communication littéraire » forme la base de tout savoir.5 Selon Fumaroli, il s’agit d’une confrérie désintéressée s’appliquant à améliorer le savoir et non simplement à le répéter, le transmettre, qui « donne l’exemple du sens élevé des devoirs que chacun des membres de cette communauté se sent tenu de remplir, par delà sa carrière professionnelle et ses intérêts personnels, envers un bien commun universel qui lui-même dépasse celui de la cité ou de la nation auxquelles chacun d’entre eux appartient ».6 Lorsqu’un texte est sélectionné comme modèle dans ce contexte, ce serait parce qu’il s’adresse à des problèmes qui iraient au-delà de frontières culturelles ou autres. Ce texte pourrait avoir un sens et une utilité dépassant un espace physique, temporel et idéologique donné. Puisqu’il y avait, nous dit-on, collaboration à travers toute l’Europe, un texte pouvait alors être dépositaire de plusieurs cultures dans ce qu’elles avaient de commun. Le XVIIIe siècle confirme le cosmopolitisme et l’ouverture d’esprit : les circonstances internationales semblaient être propices aux échanges et transformations culturels. Voltaire fait le commentaire suivant à l’ambassadeur de Russie en France : « Les grands talents sont rares, mais la science et la raison sont communes. Je vois avec plaisir qu’il se forme dans l’Europe une république immense d’esprits cultivés. La lumière se communique de tous les côtés ».7

Cela laisserait à penser qu’il y aurait eu, pendant une période historique relativement longue, cohabitation entre un concept de canonicité que nous jugeons maintenant restrictif et inadéquat et une société bourgeoise à tendance cosmopolite. Cela en soi ne répond pas aux accusations contemporaines d’hégémonie culturelle et financière de la part d’une culture dominante. Néanmoins cela pose une question cruciale : quelle est la différence, s’il y a lieu de faire une différence, entre des valeurs universelles et des valeurs impérialistes, entre une pratique de la recherche et un élitisme dominant ? Peut-il exister des valeurs universelles qui ne soient pas en même temps dominantes, voire destructives par rapport à d’autres cultures, certaines sections d’une société donnée ?

Transformations sociales et canonicité littéraire

Nous avons vu que le concept de canonicité littéraire était élaboré, discuté et mis en pratique, dans un milieu qui, même lorsqu’il est cosmopolite, demeure restreint. Par ailleurs, nous n’avons pas, à ce point, trouvé l’évidence d’une intention d’oppression culturelle dans la sphère canonique. Pour autant, les transformations du milieu de consommation de cette littérature amèneront avec force la question à la fois de l’intention et de la mise en pratique d’une oppression culturelle.