Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
LaNouvelle RevueFrançaise
CENTDIX-HUITLETTRES INÉDITES
PARIS 5,rueSébastien-Bottin
AndréSuarès
SOMMAIRE
LéonBloy JohnCowperPowys Gustave-CharlesToussaint PaulValéry PierreReverdy GiuseppeUngaretti MarcelProust
AndréMalraux FrancisJammes AndréHarlaire MaxJacob
JoëBousquet GeorgesRouault JeanSchlumberger PaulClaudel JeanPaulhan
JacquesAudiberti
AndréGide GastonChaissac
HenriMatisse JacquesChardonne GeorgesBraque
àMarieDormoy àsasoeur aubaronAlbertLumbroso àLlewelynPowys à JeanPaulhan àJeanPaulhan à JeanPaulhan àJeanPaulhan aubaronAlbertLumbroso àJulienBenda àMarcelArland àJeanPaulhan àMarcelArland àJeanPaulhan àJeanDenoël àFrancine àMarcelArland àMarcelArland àJacquesBorel àPaulÉluard àPierreDrieulaRochelle àGonzagueTruc àJeanFautrier àJeanGuéhenno àHenriPourrat àMarcelJouhandeau àMarcelArland àJeanPaulhan àAnneHeurgon àGastonGallimard àLouisCattiaux àlaGaleriedeFrance àHenryClifford àMarcelArland àJeanPaulhan
7 13 22 26 37 41 46 52 57 60 63 68 70 73 76 80 91 96 98 113 114 115 117 119 121i 123 125 127 131 137 138 139 141 144 149
AlbertCamus HenriThomas
MicheldeGhelderode Jean-PhilippeSalabreuil YvesRégnier JeannineAeply ArmenLubin GeorgesPerros
DominiqueAury
MichelLéturmy JeanBastaire GuyRohou
BorisSchreiber JeanBlot
AndréDhôtel AlainBosquet JacquesChessex
JudeStéfan JuliaKristeva RogerJudrin
àPierreMoinot àDominiqueAury àMarcelArland àAlainBosquet àMarcelArland àMarcelArland àDominiqueAury àJacquesBrenner àMarcelArland àJeanGrosjean deCécileàGeorgespourunro-mancollectif àunévêque àunecomédienne àIrèneetFrançoisGachot,surle marronduBalaton àsonpère àMarcelArlandsurunpéché véniel(ousurlesspectacles qu'onsedonne) aujeuneMartinien àMarcelArland àBertilGallandsurlaren-contred'uneprairie auxsœurs àDominiqueAury Lettresurlalettre
152 157 160 163 170 175 178 185 190 192
195 204 208
211i 216
222 228 231
237 240 244 253
Comments'accordersurcequereprésenteunelettre?Est-ce lepremierpashorsdujournalintime,lepremierdegrédela communication?Existe-t-ilparailleursunedistanceentre l'œuvred'unécrivainetseslettres?Lestextesquevoicine prétendentpasrépondreàcesquestions,maisproposentun certainnombred'exemples,dontleseulpointcommunest l'origine.Larécolteenaétéfaiteparunréseaud'amitiés, quisegroupentautourdeLaNouvelleRevueFrançaise archivesouvertesparleshéritiersd'écrivainsdisparus,lettres reçuesouenvoyéesparlescollaborateursactuelsdelaRevue. Elless'échelonnentde1912ànosjoursetsontclasséesselon leurdate,ou,quandils'agitd'unesuite,selonladatedela premièrelettre. Ellesrassemblentdesmortsetdesvivants;certains d'entreeuxsontillustres;d'autres,derenomméeplusdis-crèteouplusjeune;quelques-uns,sansdoute,sontpeu connusaujourd'hui.Nousavonschoisiceslettressoitpour l'intérêtdeleurtémoignagesuruneœuvre,unevie,un débatou untemps;soitpourlesimpleplaisirdelalecture.: plaisirduton,dutour,dunaturelou dupropos.C'estqu'il noussemblequelalettre,fût-ceànotreépoque,demeureun moyend'expressionqu'aucunautrenesauraitvraiment remplacer.
N.R.F.
Leslettresci-dessousd'AndréSuarèsavaientétéremisesàMarcel Arland,ilyaplusieursannées,parMarieDormoy,pourqu'elles paraissentdanslaRevue.LarédactiondelaN.R.F.pensaitque lesexécuteurstestamentatresdel'écrivainavaientétéconsultés. Iln'enétaitrienetc'estàtitretoutàfaitexceptionnelquenous avonsobtenu,endernièreheure,l'accordindispensable.Nousles enremercionstrèsvivement. N. D.L.R.
AndréSuarès àMarieDormoy
Avril1912 Gentilcœur,vousm'étiezdéjàchèreàprésent,vous lesereztoujours'. Votresourirem'étaitdoux.Votretristesseaplusde grâceencore.Etc'estmoi,pourtant,encequej'aide meilleuretquifutarrachédemoi-même,c'estmoiqui traversed'unnuagelecieldevosyeuxetd'unbeaujour. Vousêtesentréedansmagrandepeine,touteseule, commeunepetitefilledansuneforêtpleinedevoix profondes,etpeut-êtrededouleurs.Vospasneseront paseffacésdemamémoire. Voilàdoncl'onvarendrevisiteàmonpauvre petit,quiétaitsigrand,sipuretd'unesimâleénergie. J'ailecœurdéchiréàcetteidée.Jamaisjen'yseraifait. Etvousavezétéluidonnerdesfleurs.Certes,vousne savezpas,s'ilaunrested'attentionpourlesombresde laterre,vousnesavezpascommeilatressaillirdans sonsommeililn'yavaitrien,pourlui,quivalûtla présenced'unebellejeunefemme.Ilenétaitenivré. Ilenoubliaittouslesdurscombatsdecemonde.
i.SéjournantàAiguebelle,MarieDormoyétaitalléedéposerquelques fleurssurlatombedeJeanSuarès,mortaccidentellementle4novembre 1903.Cf.Surlamortdemonfrère,1904.
LaNouvelleRevueFrançaise
Cen'estpasungestepuérilquelevôtre.Nousserions tropvieillis,lejournousn'auronspluslecoeurà cesgestes-là.Leslarmessontaussiunenfantillage.Et toutcequenousaimons.Ettoutcequinousattacheà lavie,ettoutcequenoussommes. Abientôt,jel'espère.Soignez-vousbien,Mademoi-selleMarion,pourêtretoujourscharmanteetdebeau visage.Jebaisevosmainspieuses,etvouspriedecroire àmonaffection. sv.
Nousn'ironspasàNoyon,quevousnesoyezlà. Bettyvousfaitunbeausourire.Jevoudraisquevous fussiezamies.Elleestsiseule,etpourtantd'uneâme sisûreetsigénéreuse.
Jnovembreigi2. Dimanchematin Ainsi,trèschèrepetitefille,vousavezpenséàfleurir lesroncesdemapeinetoujoursvivesetsirougesde sang. Vousvoulezdoncm'êtretoujoursplusproche?Ne croyezpasquejemedérobe,mêmesijeresteàl'écart etsilencieux. Jevoussourisvousêtesunedevosfleurs,vous-même. Votregrâcem'estchère.Vousêtespleinedesenti-mentsgracieux.C'estuneidéetouchanteetfineaussi d'associernotrebonarchitecte'àvotreoffrande.Qu'il ensoitremerciéparvous,chèrejeunefille,pourquele remerciementaittoutedouceur. Nedoutezjamaisdemoncœurpourvous.Etlaissez, jevousprie,quejebaisevosmainspieuses.Vousavez adouciunejournéebienlourde,envérité,deténèbres etd'amertume. sv. i.AugustePerret.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin