//img.uscri.be/pth/1e5d5401bbeff16dc38e3ea8c2d566ea61ec87e5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Chronique d'un déluge annoncé

De
350 pages
Cet ouvrage rend compte de l'impéritie des pouvoirs publics face à ce que l'on pourrait appeler « un déluge annoncé », tant la politique agricole intensive, l'aménagement du territoire et les pratiques privées immobilières ont concentré - dans la région du Pays-de-Caux - les conditions d'une multiplication des catastrophes naturelles, quelque unes mortelles. L'étude de Stéphane Cartier explore les arcanes parfois souterraines de la prise de décision au niveau local, dans le cadre juridique de la décentralisation. Au-delà, elle ébauche les conditions politiques et philosophiques d'une nouvelle gestion du risque collectif dans un contexte où les assurances rechignent de plus en plus à prendre en compte les dégâts liés aux catastrophes naturelles... En creux, l'auteur souligne l'inéluctable privatisation des ressources naturelles - ici l'eau. Où l'on observe certaines pratiques abusives comme le « salissement » des eaux à dessein afin de favoriser, par exemple, l'extension du lucratif marché des eaux minérales.
Voir plus Voir moins
Cet ouvrage rend compte de l'impéritie des pouvoirs publics face à ce que l'on pourrait appeler « un déluge annoncé », tant la politique agricole intensive, l'aménagement du territoire et les pratiques privées immobilières ont concentré - dans la région du Pays-de-Caux - les conditions d'une multiplication des catastrophes naturelles, quelque unes mortelles. L'étude de Stéphane Cartier explore les arcanes parfois souterraines de la prise de décision au niveau local, dans le cadre juridique de la décentralisation. Au-delà, elle ébauche les conditions politiques et philosophiques d'une nouvelle gestion du risque collectif dans un contexte où les assurances rechignent de plus en plus à prendre en compte les dégâts liés aux catastrophes naturelles... En creux, l'auteur souligne l'inéluctable privatisation des ressources naturelles - ici l'eau. Où l'on observe certaines pratiques abusives comme le « salissement » des eaux à dessein afin de favoriser, par exemple, l'extension du lucratif marché des eaux minérales.