Chronique vénitienne

De
Publié par

ŤIl faut aussi, mais c'est impossible car incalculable, que je salue ici mon ami Marcelin Pleynet... Aprčs-midi ŕ la revue (Tel Quel, puis L'Infini), conversations de fond, établissement des sommaires et des illustrations, digressions sur tous les sujets, lectures communes, encouragements réciproques. Un enregistrement continu de ces rendez-vous quotidiens (une heure sur Rimbaud, une autre sur Hölderlin, une autre encore sur Giorgione, Piero della Francesca, Cézanne ou Picasso) ferait un roman extraordinaire...ť
Philippe Sollers, Un vrai roman. Mémoires
Publié le : jeudi 25 mars 2010
Lecture(s) : 113
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072406355
Nombre de pages : 211
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Marcelin Pleynet
Chronique vénitienne
r o m a n
G A L L I M A R D
Extrait de la publication
D U M Ê M E A U T E U R
P R OV I S OI R E S A MA NT S DE S NÈ GR E S , Seuil, 1962. P A Y S A GE S E N DE UX suivi de L E S L I GNE S DE L A P R OS E , coll. « Tel Quel », Seuil, 1963. C OMME , coll. « Tel Quel », Seuil, 1964. L A UT R É A MONT , coll. « Écrivains de toujours », Seuil, 1967. L ’ E NS E I GNE ME NT DE L A P E I NT UR E , coll. « Tel Quel », Seuil, 1971. S T A NZ E , Chants I à IV, coll. « Tel Quel », Seuil, 1973. A R T E T L I T T É R A T UR E , coll. « Tel Quel », Seuil, 1977. S Y S T È ME DE L A P E I NT UR E , coll. « Point », Seuil, 1977. S I T UA T I ON DE L ’ A R T MODE R NE : P A R I S  NE W Y OR K , Chêne, 1978. T R A NS C UL T UR E , coll. « 10/18 », Bourgois, 1979. L E V OY A GE E N C HI NE , coll. « POL », Hachette, 1980. R I ME , coll. « Tel Quel », Seuil, 1981. S P I R I T O P E R E GR I NO, coll. « POL », Hachette, 1981. L ’ A MOUR , coll. « POL », Hachette, 1982. L E S T R OI S L I V R E S , Seuil, 1984. F R A GME NT S DU C HŒUR , coll. « L’Infini », Denoël, 1984. L ’ A MOUR V É NI T I E N, Carte blanche, 1984. GI OT T O, Hazan, 1985. P R I S E D’ OT A GE , coll. « L’Infini », Denoël, 1986. ie L E S É T A T S  UNI S DE L A P E I NT UR E , coll. « Fiction & C », Seuil, 1986. P L A I S I R À L A T E MP Ê T E , Carte blanche, 1987. L E J OUR E T L ’ HE UR E , coll. « Carnets », Plon, 1989. MOT HE R WE L L , Papierski, 1989. L E S MODE R NE S E T L A T R A DI T I ON, coll. « L’Infini » Gallimard, 1990. GI OR GI ONE E T L E S DE UX V É NUS , Maeght, 1991. L A V I E À DE UX OU T R OI S , Gallimard, 1992. o MA T I S S E , coll. « Folio essais » n 215, Gallimard, 1993.
Suite des œuvres de Marcelin Pleynet en fin de volume
Extrait de la publication
L’Infini Collection dirigée par Philippe Sollers
Extrait de la publication
Extrait de la publication
MARCELIN PLEYNET
C H R O N I Q U E V É N I T I E N N E
r o m a n
G A L L I M A R D
Il a été tiré de l’édition originale de cet ouvrage vingt exemplaires sur vélin pur fil des papeteries Malmenayde numérotés de1à20.
© Éditions Gallimard, 2010.
« Voici, j’ai ouvert devant toi une porte que nul ne peut fermer. » Apocalypse de Jean, III. 8.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
I
Automne2007
san francesco della vigna. L’Arc et la Lyre
……………………………………………………………………………………………………..……
Un voyage, une traversée… Combien de fois déjà, ce passage, cette traversée, cette certitude ? Cette vision à tra vers les écrans… Cette présence à moimême vivant de l’autre côté.
Nous ne pensons pas de la même façon si nous descen dons, comme habituellement, un escalier ou si brusque ment nous manquons une marche.
Nietzsche : « La relation du cerveau et du pied en une seule personne qui trébuche… » (LeGai savoir, livre XII).
J’ai le sentiment de m’être très tôt trouvé engagé dans cette intrigue hasardeuse et risquée où la vie se joue en une fraction de seconde.
Extrait de la publication
11
À la naissance aussi sans aucun doute.
« Une telle connexion de pensée n’est pas plus extraor dinaire que la relation du cerveau et du pied chez une seule et même personne qui trébuche. »
Avant comme après mon accident, c’est une certitude, la chance se joue en une fraction de seconde… La nais sance, la chance dans son incarnation… en une fraction de seconde…
« Je ne connais pas d’autre grâce que celle d’être né, un esprit impartial la trouve complète », écrit Lautréamont, et justement dansPoésies.
Une marche manque… la chance est accueillie avec faveur et je rends grâce à la vie.
Combien de fois… Combien de fois suisje né ? Je rends grâce au nom que je porte dans les accidents et les hasards heureux de sa musicalité… Un nom dans son intrigue musicale… Il vise la plénitude en sa naissance, le don des langues en son théâtre... dans son jeu… Le jeu de la chance en sa parole, en son théâtre incarné. Pleynet :playné.
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Carnet américain

de les-editions-de-l-instant-meme

Le Seul Instant

de editions-du-boreal

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant