Chroniques douces-amères

De
Publié par

Qui n’a jamais rêvé de se constituer une bibliothèque à son image ? Jean Rivet l’a fait avec les armes des écrivains : les mots. De Prévert à Lydie Salvayre en passant par Saint-Exupery, il offre un regard précis et documenté sur la littérature. Il propose une suite d’articles sur ses auteurs favoris à la lueur de son analyse et de son imaginaire. Ce texte est tout à la fois une déclaration d’amour à l’art d’écrire et le récit de passions littéraires. Il transmet, grâce à son ouvrage, le meilleur des belles lettres : de l’intelligence et du style, de la nuance et de la profondeur.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 415
EAN13 : 9782304032086
Nombre de pages : 381
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Chroniques douces-amères
3
Titre Jean Rivet
Chroniques douces-amères (2000 – 2007 : Le Publicateur libre)
Essais et documents
5 Éditions Le Manuscrit Paris
© Éditions Le Manuscrit, 2010 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-03208-6 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304032086 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-03209-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304032093 (livre numérique)
6
Titre A la mémoire de Robert de Goulaine
7 Éditions Le Manuscrit Paris
Chroniques
PRÉFACE
Jean Rivet apprivoise les mots comme le mime Marceau s’appropriait le silence. Il leur donne souvent un relief surprenant ;Mots pour Margaux ouQuand Charlotte me prenait la maindisent avec simplicité les joies que procurent les petits-enfants, l’art d’être grand-père, si justement illustré aussi, jadis, par Victor Hugo. C’est toute la spontanéité de l’enfance dans l’insouciance de la vie. Avec une infinie tendresse, Jean Rivet aime ainsi se pencher sur l’enfance, celle de Margaux et de Charlotte, ses petites-filles. La sensibilité de l’écrivain se conjugue alors avec une fraîcheur d’expression. Et ces moments d’émotion, de communion, voire de parfaite symbiose entre Jean et ses deux petites-filles trouvent un langage, une musicalité tout verlainiens, notamment dans son poèmeMots pour Margaux: C’était comme un signe Qu’elle avait laissé avant de partir
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Une Saison avec Bernard Frank

de editions-flammarion

La Nouvelle Revue Française N° 360

de editions-gallimard-revues-nrf

L'Homme de ma vie

de les-editions-quebec-amerique