Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,97 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Du même auteur
Plan B anticapitaliste et libéral, 2007
José Gauvain CONSEILS POLITIQUES D’UN EXTRATERRESTRE
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120474.000.R.P.2015.030.31500 5Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 201
Sommaire Préambule du messager ....................................................................9Assumer le collectif .........................................................................15Démarrer la mondialisation politique...........................................19Créer une union des nations démocratiques ...............................25Freiner la mondialisation économique .........................................33Changer les règles du monde du travail .......................................37Bâtir un plancher économique pour tous ....................................41Instituer la démocratie dans les entreprises .................................49Libérer le marché du travail ...........................................................55Amener à maturité votre démocratie............................................59Informer les citoyens ......................................................................65Simplifier les finances publiques ...................................................71Simplifier les règles et les lois ........................................................77Animer le financement des partis politiques ...............................81Valoriser des mandats politiques uniques ....................................87Développer les services publics.....................................................91Développer l'efficacité des services publics.................................97Construire un service public bancaire ........................................101Créer un service public du logement ..........................................107Consolider le service public de la santé......................................111Harmoniser les moyens des collectivités....................................117A la recherche du collectif intelligent .........................................121
7
Préambule du messager Ma voiture décolla, à la verticale. J’étais au volant mais je ne contrôlai rien. À côté de moi, Yo me regarda en riant. Il m’ob-servait, une tablette de pilotage entre les mains. J’étais scotché. Arrivée à environ trente mètres du sol, la voiture s’est stabilisée. Yo se prétendait extraterrestre et il avait décidé de me le prou-ver. Nous étions à Paris, en plein été, en début d’après-midi. Nous avions décollé d’une place de parking le long d’un trot-toir, rue Mazarine, une petite rue du centre de Paris, rive gauche, près du pont Neuf. Je profitai de la lévitation stabilisée de la voiture pour voir si quelqu’un nous observait. Yo m’indiqua que personne ne pouvait nous voir. L’équipe-ment qu’il avait installé sur le toit de la voiture comportait un brouilleur visuel qui nous rendait proprement transparent. Ben voyons. Mais je devais constater que le vieux couple situé sur une terrasse, face à nous, à moins de vingt mètres, semblait ef-fectivement ne pas nous voir. Et la circulation de la rue Mazarine poursuivait son cours, sans manifestation de surprise et sans un regard vers nous. Devant ma surprise, Yo m’expliqua que rien n’était magique. Leur avance technologique leur avait donné une maîtrise des ondes, lumineuses, gravitationnelles, nucléaires, qui nous était totalement inconnue.Maintenant, en route pour le Soleil. Nous allons le traverser, votre Soleil, et nous reviendrons sur Terre en faisant une halte sur la Lune. J’ai des choses importantes à vous dire. Nous en avons pour une petite heure environ, arrêt sur la Lune compris.En voyant ma tête,
9
CONSEILS POLITIQUES D'UN EXTRATERRESTRE
Yo s’esclaffa à nouveau. Il sortit deux casques souples de l’un de ses sacs. Il m’en tendit un et me demanda de le porter. Il enfila le sien en me montrant la marche à suivre. Je m’exécutai. Nous avons besoin de casque pour pouvoir respirer normalement quand nous aurons quitté l’atmosphère.Nous avions une bonne communi-cation auditive avec les casques. Avant de partir, il nous reste à déployer le fuselage du vaisseau.Facile. Yo appuya sur un bouton. Du toit de ma voiture, une petite Citroën C3 grise, surgit un filet métallique qui l’engloba. Le filet était tressé de triangles. Il se transforma rapidement en une sorte de couverture transparente, avec le filet en armature. Alors, le filet-couverture se déploya, progressivement, en une coque fermée, rigide, et toujours transparente. Avec la C3 et les deux crétins à l’intérieur. Toujours sur son balcon, le couple continuait à nous ignorer.C’est bon, on y va. Dans un quart d’heure, nous traverserons le Soleil. Dans un même élan, la coque et la voiture s’inclinèrent, pour se stabiliser à la verticale, le bec pointé vers le Soleil. La force gravitationnelle se mit alors à me plaquer sur mon siège. Immo-bilisé et en route vers notre astre favori. Oui, je sais, vous ne me croyez pas. Vous pensez seulement commencer la lecture d’un roman. Vous avez tort, je ne fais que témoigner. Tant pis, je continue mon récit. En moins de cinq minutes, nous avions quitté l’atmosphère et rejoint l’espace, infini, noir, rempli d’étoi-les. Devant nous, le Soleil grossissait, lentement mais sûrement. J’étais sans doute de couleur verte derrière mon casque rouge. Un vrai martien. Yo fit beaucoup d’efforts pour me rassurer. Sa voix sou-riante m’expliqua qu’avec notre moteur ondulatoire et notre bouclier thermique et lumineux, nous n’avions rien à craindre. Il se lança dans des explications sur le fonctionnement du moteur et du bouclier mais j’ai très vite décroché. Pour le moteur ondu-
10