//img.uscri.be/pth/93e5aa3f9c1cc77db67135927de023acccb075ab
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

De mon âme à la tienne

De
120 pages

Quand l'inspiration est là, quand la curiosité s'éveille, alors la vie nous laisse l'occasion de nous surprendre.
Si nous gardons en nous l'infime conviction que l’existence nous propose d'exprimer ce qu'il y a de meilleur en nous, alors nos épreuves nous offriront la possibilité de nous dépasser.
Tout est amené à être transcendé, comme disait le chimiste Antoine Lavoisier:
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.»
C'est au cœur de ce principe que mon initiation dans le monde des sentiments commençait, m'inspirant un doux message à léguer en partage.


Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-95264-6

 

© Edilivre, 2015

 

Dédicaces

À ma famille d’âme, à vous qui me lisez,

à toi mon âme flamme :

« Comme dit l’adage :

« vas, vis et deviens. »

Et reviens, en attendant, ton bonheur pèse en moi plus lourd que ma peine. Je veille de loin de mon âme à la tienne. »

De mon âme à la tienne

 

 

De mon âme à la vôtre, j’ai fait le choix de vous ouvrir mon cœur et la porte de mes souvenirs.

Il y a tant de merveilles en nous, que je souhaite humblement vous prêter le temps de quelques pages, mon tendre regard sur nous-même.

Si nous osions parler de nous ?

Parlerions-nous de nos ressentis qui jaillissent de vieux souvenirs enfouis ?

Pouvons-nous laisser nos peurs et nos convictions de côté le temps d’un partage ?

Même si les mots réduisent la vie, les mots sont également des portes qui peuvent offrir un nouveau chemin à emprunter.

Nous savons tous qu’un seul mot sincère peut redonner le sourire à ceux qui n’en ont plus le goût.

Vous souvenez vous ?

Et toi, mon autre, te souviens-tu ?

De plus en plus d’êtres humains, commencent à ressentir qu’il y a bien plus que de la chair et du sang en eux-mêmes.

Beaucoup commencent même à se souvenir, car la conscience revient si on la stimule.

On pourrait retourner en enfance avec une simple odeur, alors en guise d’odeur, je vous livre une facette de la vie qui nous appartient.

Qui sait ? Peut-être cela ramènera votre âme à la maison.

Pour cela, l’amour qui circule me somme de vous conter nos vies, tout simplement !

Ressentez-vous cette intuition qu’il y a autre chose derrière tout ce que l’on voit ?

Comme un ordinateur, nos personnalités sont le résultat de programmations collectives.

Nous percevons le monde à travers ces programmations, comme un logiciel implanté.

Derrière toutes nos croyances qui dirigent nos choix, que reste-t-il de nous ?

L’homme pense avoir créé des ordinateurs, internet, la wi-fi, les télécommandes par l’intention… les villes, les transports.

Lavoisier disait :

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. »

Alors qu’a créé réellement l’homme ?

Ou plutôt qu’a-t-il copié ?

De quoi s’est-il inspiré ?

Certains d’entre nous sont tellement avalés par la vie quotidienne et par leur vie affective, qu’ils ne se sont jamais posés les questions qui pourraient leur rendre leur liberté.

Qu’est-ce qui nous anime ?

Pourquoi m’arrive-t-il souvent ça ?

Pourquoi je le sentais avant que cela arrive ? Qu’est-ce que l’intuition ?

Existe-t-il sur terre une autre loi que celle de la pesanteur ou du cycle de l’eau ?

Ressentez-vous la pesanteur qui cède place à la légèreté quand la joie s’installe ?

Les études en physique ont démontré le fonctionnement similaire de l’infiniment petit et de l’infiniment grand.

Quel lien y a-t-il entre ces deux mondes.

En quoi le fait de comprendre les mécanismes de l’Univers nous aiderait dans notre vie ?

Savoir qui nous sommes, est-ce si important ?

Conclure qu’il existe des lois incontournables dans l’univers et comment elles interagissent sur l’infiniment petit et dans l’infiniment grand nous permets de mieux comprendre nos relations humaines. Simplement parce que, cette observation, nous prouve que nous partageons les mêmes règles.

Cela admet de mieux vivre nos émotions et les événements douloureux que nous traversons tous.

Beaucoup ressentent une nostalgie de l’ailleurs sans pouvoir l’expliquer, ou vivent en eux une sensation de décalage avec leur entourage.

La sensation de ne pas être nés à la bonne époque…

Certes cela nous le ressentons lorsque le présent ne nous comble pas, mais pour avoir partagé quelques mots avec de nombreuses personnes, il me semble qu’il y a autre chose de plus profond et commun à tous.

On ressentait cela dès notre plus tendre enfance, mais nous ne savions pas pourquoi.

Alors si quelques instants on fermait nos yeux pour un voyage, allongeons-nous sur l’herbe et regardons les étoiles, pour y découvrir notre ciel intérieur…

Chaque constellation, chaque astre nous remplissent d’humilité.

Le soleil qui vient réchauffer notre dos en hiver, la lune qui nous éclaire la nuit, tout cela éveille une sensation très personnelle en chacun de nous.

Il est vrai que notre corps entier est un émetteur et un récepteur d’ondes, alors nous aimons ce qui nous fait vibrer, d’où l’expression : « ça me fait vibrer ».

Beaucoup vivent sans savoir comment fonctionne globalement notre corps dans son environnement, ce n’est pas cela que l’on apprend à l’école ;

Comme disait Erwin SCHRÖDINGER qui a eu le prix Nobel de physique en 1933 :

« L’être vivant ne doit pas se considérer comme une matière animée par de l’énergie : c’est de l’énergie préexistante. »

Depuis déjà de nombreuses années, la physique moderne a prouvé que la matière, telle que nous la connaissons, n’existe pas ; Einstein disait, qu’elle n’est en réalité, qu’une forme condensée de l’énergie et que cette énergie, en perpétuelle vibration, ne serait que de la lumière condensée.

Mais cela, nous ne l’apprenons pas dans les écoles, du moins pas à notre époque.

En évidence, nous vivons dans un monde composé de vibrations et non de matière au sens compréhensible du terme, et nous-mêmes, sommes un ensemble de vibrations.

Expliqué de cette manière, nous comprenons désormais que tout est énergie.

Nos expressions quotidiennes révélaient déjà cela.

Vous avez déjà entendu dire :

« Je n’aime pas ce que cette personne dégage ».

Nous émettons et recevons des données via notre ressenti, pas uniquement par ce que nous voyons, touchons ou entendons.

Beaucoup disent, je ne crois que ce que je vois, mais c’est un leurre !

Heureusement que non ! Parfois vous prenez des décisions ou vous faîtes telle ou telle chose, parce que vous le ressentez, sans l’expliquer.

Quand vous dites :

« je ne connais pas cette personne, mais je ne la sens pas. »

Qu’est-ce qui en vous ne ressens pas cette personne ?

La peur liée à une expérience ?

Votre éducation liée aux attentes familiales ?

Toutes ces découvertes sur la matières, n’est pas un nouveau concept, car beaucoup de sciences anciennes en parlaient.

Les textes médicaux chinois disent que le corps humain est parcouru par des lignes énergétiques, que l’on appelle méridiens, au nombre de douze, chacun correspondant à un organe.

Par l’intermédiaire de points situés sur leur trajet, on peut agir directement sur les organes visés (estomac, rate, intestin, etc).

L’acupuncture est une véritable chirurgie de l’énergie qui permet de rétablir un nouvel équilibre.

Seulement, comme la technologie moderne vient de prouver la véracité de l’existence de ces méridiens et du CHI à l’institut « Anatomie Nucléaire » de l’Académie Sinica, on pense que c’est un nouveau concept.

Ils sont enfin parvenus à détecter ce que les Chinois appellent le Chi (ou Qi), énergie vitale comparable à un flux de microparticules, d’un diamètre de soixante microns environ et d’une vélocité de vingt à cinquante centimètres par seconde.

Ce qui rejoint les enseignements de la tradition orientale qui distingue différents corps humains qui se superposent, car chacun d’entre eux est plus fin et plus impalpable que le précédent, il est porteur de vibrations de plus en plus élevées.

Le corps physique est simplement la partie la plus dense d’autres corps qui nous appartiennent aussi, mais sans que nous en ayons conscience, car ils sont imperceptibles pour l’œil.

Nos corps sont composés de particules vibrant à des taux de plus en plus élevés à mesure qu’elles s’éloignent de la matière.

Ce qui rend notre corps physique visible et apparemment solide, c’est la lenteur de ces vibrations.

Ainsi, les phénomènes biologiques ne se bornent pas à des échanges chimiques : ils collaborent à une maintenance de l’ensemble des paramètres physico-chimiques de l’organisme, qui doivent rester relativement constants dans ces vibrations en perpétuelle évolution.

Lorsque notre taux vibratoire diminue, l’organisme court le risque d’être malade en entrant en accord de résonance avec des microbes, ou des virus qui resteraient bloqués devant nos défenses si nos vibrations demeuraient plus élevées.

Chacun peut accroître son niveau vibratoire, en choisissant des pensés positives, en ayant une bonne activité physique régulière et une alimentation saine.

J’étais curieuse de savoir si mon ressenti et celui de beaucoup d’autres personnes sensibles, avaient été expliqués par la science.

Donc, ma curiosité dirigeât mes recherches vers les études du Physicien René Blondot, il a découvert en 1903 que des rayons qui émanaient du corps humain, émettaient un fluide. Il partagea sa trouvaille à la Faculté des Sciences en expliquant que le corps humain dégage des effluves invisibles, qui peuvent être détectés à plus de deux mètres.

Ces radiations électromagnétiques du corps humain, ont avéré la réalité physique de ce que les traditions appellent l’aura, qui rayonne autour du corps physique.

Bien des années plus tard, ces découvertes ont été certifiées par Lucien Romani.

(directeur du laboratoire Eiffel d’essais aérodynamiques subsoniques, dans sa Théorie générale de l’Univers physique.)

Je me suis donc penchée sur la théorie quantique qui révèle une unicité fondamentale de l’univers et démontre l’impossibilité de découper le monde en unités plus petites, douées d’une existence indépendante.

Tout est en interconnexion et la distribution de l’information se fait aussi bien dans le Cosmos, que dans le corps sur un mode holographique.

Grâce à la lumière de la physique moderne, le magnétisme perd sa connotation purement occulte pour devenir une thérapeutique « logique ».

On comprend simplement qu’en travaillant sur la structure énergétique de toutes vies, on puisse produire un effet sur son organisme. Connaître le mécanisme de notre corps dans l’univers permet de mieux nous comprendre et de mieux appréhender les événements. Comprendre que nous sommes tous reliés, donne un sens aux émotions qui nous envahissent, à un moment qui nous semble de toute évidence, illogique.

Tout est en interconnexion.

Parfois, je me vois encore avec l’homme que j’aime allongés dans l’herbe à regarder le ciel pailleté, entendant mon dialogue intime :

« Et si chaque étoile, planète, étaient des corps encore plus grands ?

Si nous avions oublié comment lire ce qui est gravé dans notre ADN ?

Et si chacun de ces corps possèdent comme nous des organes ?

Alors, la Voie Lactée serait également le corps d’un être encore plus grand, qui a pour rôle d’être lui aussi une cellule dans un organe et ainsi jusqu’à l’infini.

Telles les poupées russes !

Et si mon hypothèse n’en était pas une ?

Mais juste une lecture de ce qui est inscrit en chaque particule de vie holographique du grand Tout.

Le tout petit et le plus grand dépendant l’un de l’autre dans une union insoupçonnée.

Comprendre comment fonctionne l’univers, c’est comprendre comment fonctionne notre vie et donc, ne plus subir les choses, mais être co-acteur conscient.

Ne plus être dans l’ignorance et à la merci des lois universelles.

Alors ma conscience courrait comme un enfant qui découvre la vie partant dans toutes les directions.

Je regardais le ciel, puis je fermais les yeux pour ressentir mon corps, et finir par passer des heures à regarder les insectes ou la magie du vivant sous un microscope.

Seulement ce qui m’intéressait n’était pas visible, les émotions d’où viennent telles ?

La biologie, la physiques-chimie m’apportaient quelques réponses. Nos organes communiquent entre eux, travaillent en symbiose, mais ont-ils notions de faire partis d’un Tout encore plus grand et de posséder en eux-mêmes un Tout plus petit ?

En biologie, un tissu est formé de cellules elle-mêmes formées par d’autres entités plus petites, chacune œuvrant pour un Tout plus grand, dont parfois elles n’ont même pas conscience.

Comprendre cela nous permet d’assimiler pourquoi aucune vie n’est insignifiante.

Vous êtes importants ! Croire ne pas l’être, résume nos vies à laisser notre pouvoir personnel aux systèmes collectifs.

Croire que dans la masse, nos actions sont insignifiantes fait justement, que si tout le monde pense ainsi, le monde est tel qui est.

Mais si tout le monde prend conscience de l’importance de ses choix et de son pouvoir personnel on pourrait réellement faire des choses merveilleuses.

Et cela est déjà arrivé. Chaque personne qui croit en sa propre force peut la relier à une autre personne positive pour créer une énergie de joie. De ce partage d’énergie positive, une force jaillira.

Il n’y a rien de plus concret que :

« l’union fait la force. »locution française.

On peut sûrement finir par s’unir dans le respect de nos différences et non plus dans nos peurs.

N’attendons pas que l’autre le fasse en premier, comme des adolescents capricieux qui manqueraient de bon vouloir en disant à leurs parents qu’ils ne souhaitent pas participer aux tâches ménagères car de toutes les façons leurs frères et sœurs ne font rien également. Cependant nous savons tous que la participation d’un d’entre eux serait déjà un soulagement pour les parents.

Il en va de même pour notre contribution à l’amélioration de notre environnement.

Nous valons bien plus que ce que les apparences nous montrent.

Car même une cellule qui paraît insignifiante parmi tant d’autres est extraordinairement complexe. Chaque cellule est en soi un monde qui compte jusqu’à deux cent mille milliards de minuscules ensembles d’atomes, qu’on appelle molécules. Chacune de ces 100 000 milliards de cellules de l’organisme fonctionne comme une ville fortifiée. Vous concevez ? Des centrales électriques produisent l’énergie dont la cellule a besoin.

Des usines confectionnent des protéines indispensables à la chimie de l’organisme. Des systèmes de transport complexes garantissent les échanges chimiques à l’intérieur comme à l’extérieur de la cellule.

Des sentinelles postées sur les fortifications contrôlent les importations, les exportations et espionnent le monde extérieur, à l’affût du danger.

Des armées biologiques disciplinées sont prêtes à repousser tout éventuel envahisseur.

Le maintien de l’ordre est assuré par un gouvernement central génétique.

Tout cela baignant dans de l’eau, l’eau étant le principal constituant du corps humain.

Rappelez-vous, la quantité moyenne d’eau contenue dans un organisme adulte est de 65 % minimum, ce qui correspond à environ 45 litres d’eau pour une personne de 70 kilogrammes.

La teneur totale en eau du corps humain dépend de plusieurs facteurs.

Elle est fonction de la corpulence : plus une personne est maigre, plus la proportion d’eau dans son organisme est importante.

Elle dépend également de l’âge : elle diminue avec les années, car plus les tissus vieillissent, plus ils se déshydratent, l’eau étant remplacée par de la graisse.

Mais le résultat est là, peu importe notre âge...