Développement durable... Dans un monde en accélération

De

Notre Monde du big-bang est en constante accélération et tire toujours vers le haut notre société humaine. Celle-ci est avant tout une société de la contestation?par la communication. Le développement que celle-ci engendre est-il un développement durable et, si oui, pour qui ?


Dans ce macrocosme, qu?en est-il de la société française ? Quel rôle y jouent les médias, notamment la télévision et l?Internet ?


Sur un plan plus élevé, a-t-on le droit de rêver d?une humanité où les individus seraient immortels ? Ne serait-ce pas là le seul véritable développement durable digne de l?homme ? La réponse reste en suspens, à attendre de la biologie et de la médecine?

Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 84
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782952305082
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Préambule
Introduction
1 Dans un ouvrage antérieur , il a été montré comment le Monde, né du big-bang, est enperpétuelle expansiondepuis son avènement  il y a plusieurs milliards dannées  et, sur notre petite planète, nous ne manquons pas dêtre affectés dans nos comportements par laccélération de ce Monde. Constituée en ses débuts de matière minérale, notre Terre sest progressivement transformée en support de vie de plus en plus complexe ; puis la matière orga-nique sest doté desprit, mutant sans cesse en se com-plexifiant... Et tout ça, en une évolution de plus en plus rapide. Si on na pas une vision claire de lUnivers (boîte-à-malices !), on ne peut appréhender les transformations auxquelles sont soumises nos sociétés humaines. Et cest la raison pour laquelle, dans tous mes ouvrages, je fais preuve dun optimisme rare (par les temps qui courent !)  non pas béat mais mesuré, décalé, dirait la pensée unique ! , optimisme qui fait malheureusement défaut à beaucoup dobservateurs de la société humaine.
1 Louis Salomon,LUnivers, Boîte à malices, Ed. Saint-Julien dOrcival, 2005.
11
Cependant, pour quil ny ait pas de confusion, il nest pas inutile de faire ici la remarque suivante : nous sommes présentement dans une période de calme géologique et cosmique. Mais il ne faut pas se faire dillusions : le * temps du tumulte naura jamais de fin .Et laction de lhomme ny est absolument pour rien 2 C’était hier... et c’est déjà demain
Dès 1985, nous avions dressé, dans louvragequi porte ce titre, le tableau dun profond changement dans les mentalités socio-économiques : genre de vie, échanges économiques, structures de société. Depuis lors, ce bouleversement sest confirmé parla fin du monde en deux blocs(Est-Ouest), et jusques et y compris dans les rapports Nord-Sud. A partir de ce point singulier où lon a vu tous les pays de la planète se mettre àléconomie de marché, avec, pour un grand nombre dentre eux, le soutien de régimes démocratiques, laccé-lération sest amplifiée : on a cessé de vivre au sein des vieilles structures du passé les yeux tournés sur le passé, et lon a, a contrario, multiplié les projets davenir. Malgré cela, on ne doit pas éluder le fait que près du tiers des habitants de la planète meurent de faim ou sont dans des situations de grande pauvreté.
* A lheure où sont écrites ces notes, le violent séisme du Setchouan en Chine, ajouté au cyclone qui a dévasté la Birmanie, et qui ont fait des victimes par milliers, sont là pour confirmer mon propos... 2 Louis Salomon,Cétait hier et... cest déjà demain, Ed. Saint-Julien dOrcival, 2005 (écrit pour lessentiel en 1985).
12
En outre, un aspect inquiétant dans ce panorama du futur se nomme lacontestation permanente (à titre tran-sitoire, espérons-le), sur des sujets de progrès ou de ré-forme, par des gens qui nont que peu dexpérience sur un domaine donné, mais qui veulent tout ralentir au nom de pseudo-connaissance, de pseudo-idéologie (du type de laltermondialisme), de pseudo-science (du type de léco-logie), de pseudo-prévoyance (le sacro-saint principe de précaution). Dans cette optique, le plus grave  la société étant ainsi dévoyée  cestquon na pas le droit de contester la contestation ! Ce droit, nous le prendrons nen déplaise aux donneurs de leçons ! A bas la censure (tous azimuts) et lintolérance de tous bords (nest-ce pas M. Plantu ?) ! Il y a un fossé dangereux entre le dialogue fructueux et la contestation aveugle (souvent fruit de la mauvaise foi) : et cestau sein des parlements à deux chambresque devraient se résoudre les divergences éventuelles. Certes, il est sain que lon se révolte et que lon proteste contre linjustice avérée, mais, dautre part, il est sage que la contestation ouvre la porte à laconcertation (puis, éventuellement, au compromis ou à la conciliation).
13
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les aléas du nucléaire de fission

de ed-saint-julien-d-orcival

Formez le monôme, formez…

de ed-saint-julien-d-orcival

L'Opéra fantastique

de ed-saint-julien-d-orcival

suivant