Discours d'Oslo

De
Publié par

Ce Discours d'Oslo est le texte du discours prononcé par Elie Wiesel au moment de la réception du Prix Nobel de la Paix.

Publié le : jeudi 4 juin 1987
Lecture(s) : 26
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246793601
Nombre de pages : 48
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1
AI-JE LE DROIT ?
Paroles de reconnaissance. La première va au Créateur de l'univers. La tradition dont je me réclame nous l'ordonne. Qui vit un moment privilégié doit prononcer la formule que, avec votre gracieuse permission, Majesté, je vais répéter ici même : « Baroukh shehekhyanou vekiimanou vehiguianou lazman hazéé. Loué sois-tu, Seigneur, de nous avoir maintenu en vie jusqu'au jour d'aujourd'hui. »
Puis, ma reconnaissance va à vous, Monsieur le Président Aarvik. Merci de la profondeur de votre éloquence et de la générosité de votre geste. Merci de vouloir construire des ponts entre peuples et générations. Merci, surtout, de tenter d'aider l'humanité dans son devoir : regarder la paix comme la plus urgente, la plus noble de nos aspirations.
Je suis ému, profondément ému par vos paroles ainsi que par leur signification, Monsieur le Président. Et c'est avec une réelle humilité que j'accepte l'honneur, le plus haut qui soit, que vous et vos collègues du Comité avez bien voulu me conférer.
Je sais : votre choix transcende ma personne. Ai-je le droit de représenter les multitudes qui ont péri ? Ai-je le droit d'accepter cette distinction en leur nom ?
Non, je n'en ai pas le droit. Nul ne peut parler pour les morts, nul ne doit interpréter leurs rêves et visions mutilés. Et pourtant, je sens leur présence. Je la sens toujours — et, en ce moment, plus que jamais. La présence de mes parents, celle de ma petite sœur. La présence de mes maîtres, celle de mes amis, de mes compagnons...
Cet honneur appartient à tous les survivants. A leurs enfants. Et à travers nous, au peuple juif tout entier dont je revendique le destin dans sa totalité.
Je me souviens. C'est arrivé hier ou des éternités plus tôt. Un jeune garçon juif découvre le royaume de la nuit. Je me souviens de son étourdissement. Je me souviens de son angoisse. Les événements s'étaient déroulés avec une rapidité irréelle. Le ghetto, La déportation. Le wagon scellé. L'autel enflammé sur lequel étaient sacrifiés l'histoire de notre peuple et l'avenir du genre humain.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.