Du socialisme utopique au socialisme ringard

De
Publié par

Depuis plus de deux siècles, des vantardises socialistes nous ont assourdi les tympans en faisant croire à des solutions-miracle qui pourraient être obtenues par l’extinction de la propriété privée, la lutte des classes, l’abolition de la concurrence, l’opposition au capitalisme et tout un fatras de chimères prônant le socialisme, et qui, au fil des jours, ont montré leur inadaptation, leur fallacieuse impéritie et même leur nocivité. Devant tant de déboires et de fiascos, le socialisme a dû se transformer, se mettre au goût du jour et adopter, pour survivre, d’autres chevaux de bataille, mais sans pour autant reconnaître ses erreurs ou déplorer tant de combats perdus et tant de luttes inutiles. Il en est réduit aujourd’hui à n’avoir à exploiter que le thèmes des inégalités, en faisant croire qu’il sera capable de les résoudre autrement que par des prélèvements obligatoires et un renchérissement de la vie.
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 24
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748353921
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748353921
Nombre de pages : 232
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
 
Du même auteur
Le poignard, le lacet, le poison  2001 La conversion de don Juan  2001 Un camisolard  2001 La première Catherine  2002 Héroïque Marguerite  2002 La fantaisie des Parques  2002 Horribles Jacobins  2002 Les Mazarinettes  2002 Curiosités et bizarreries  2002 Lapothéose de Marat  2003 Pensées de Jacques Esprit  2003 Fausseté des idées politiques  2009 Le poison dans lHistoire  2009 La France équinoxiale  2009 Les amours princières  2009 Molière, Sarrasin et Esprit chez Conti Physiologie du comportement  2009 LÉglise, la papauté et la chrétienté Nouvelle anthologie de la littérature Un carbonaro  Silvio Pellico  2009
 
Henri Berna DU SOCIALISME UTOPIQUE AU SOCIALISME RINGARD
Mon Petit Éditeur
 
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.comCe texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0115068.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2010
 
Aux victimes du socialisme, et aux profiteurs du système
Avant-propos Nous vivons, et depuis longtemps, sous la domination du leurre le plus improductif, le plus hypocrite, le plus démobilisa-teur et à tout prendre le plus ringard qui soit, et qui consiste à faire croire au petit peuple quune structure sociale quelconque puisse le dispenser de travailler dur, de gagner sa vie à la sueur de son front ou de subir les misères ordinaires de lexistence. Il faudrait être pour le moins courageux, et admettre que la condition humaine nest pas un lit de roses, tandis que lhomme ne peut se détacher du désir daugmenter sempiternellement son aisance et de vouloir toujours plus obtenir de rendement de son labeur. Mais encore faudrait-il savoir faire la différence en-tre ce qui est normal dexiger et ce quil est dangereux de donner ou de promettre. Les démagogues ne sont pas généra-lement armés pour refuser les générosités quon leur réclame, estimant plus facile de laisser courir le laxisme et de différer les conséquences de leurs abandons. Ceci définit dun trait tout le socialisme daujourdhui, mais aussi, dans une certaine mesure, tout le socialisme dhier. La seule philosophie qui vaille pour un bienfaiteur de lhumanité souffrante serait de dire quil faut augmenter la pro-ductivité, lefficacité, la rentabilité de nos structures pour pouvoir prétendre à plus de bien-être et de satisfactions maté-rielles. Mais non, ces crétins ne parlent que de répartition
7
DU SOLIALISME UTOPIQUE AU SOCIALISTE RINGARD
équitable, avec en arrière-pensée la seule perspective de sen prendre aux riches Oui, mais voilà, certains constatent que le développement est anarchique, que des disparités sinstallent partout, que le bon-heur nest pas uniforme, et que trop nombreux sont ceux qui souffrent de lordre naturel et du laisser-faire, et quil y a néces-sité à réformer la nature et à y apporter un peu plus de cur grâce à des aménagements plus appropriés et des solutions ins-pirées par plus de générosité à défaut de plus defficacité. De là, mille propositions savantes inspirées soit par la charité et la bonté naturelles dun philosophe, soit par un esprit nova-teur soudainement inspiré par une vision céleste, soit par une mystique suffisamment abstraite pour être admise sans discus-sion. Le nombre de ces bienfaiteurs de lhumanité souffrante est grand, mais tous ne sont pas parvenus à imposer leur vision humanitaire de la société. Il reste cependant que certains conti-nuent à professer que le travail nest rien et que tout ne tient que dans une approche plus socialisante de lactivité humaine. La force de ce mythe est quil peut vivre et survivre et se dé-velopper en dépit des échecs, des tentatives avortées et des fiascos les plus retentissants, et que, comme une hydre, il peut se renouveler avec une face nouvelle ou comme un nouveau phénix, se régénérer à partir de ses cendres ou même de ses propres déboires. En réalité, ce nest pas parce que le concept date des pre-miers temps du machinisme et des premières prises de conscience des réalités sociales que le socialisme est malfaisant et plutôt improductif ; cest plus précisément parce que trop absorbé par des relents passéistes, il sinterdit de jauger le monde moderne sous son vrai jour quil est irrémédiablement dépassé, obsolète et ringard.
8
DU SOLIALISME UTOPIQUE AU SOCIALISTE RINGARD
Mais ne disons pas demblée tout le mal quil mérite : il sera bien temps de faire comprendre en quoi il est manifestement malfaisant et, pour ainsi dire, peu adapté à notre monde mo-derne. Et surtout, il est important de faire comprendre tout ce que la démagogie et le laisser-aller peuvent causer de dégâts dans la cervelle humaine.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.