Énigmes & Disparitions Insolites

De
Publié par

en décembre 1937, les armées japonaises qui ont déjà envahi une bonne partie de la Chine avancent vers Nankin, la capitale Chinoise.
Le colonel Li Fu Sien décide d’opposer une ultime résistance. Il poste 3 000 hommes le long du Yang Tsé.
Le lendemain matin, il s’aperçoit que tous ont disparu, sauf une centaine, installés à l’écart près d’un pont.
Ni ceux-ci, ni aucune sentinelle n’ont vu les 3 000 hommes abandonner leur poste, et les archives japonaises ne mentionnent aucune capture...


Publié le : vendredi 3 avril 2015
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332855961
Nombre de pages : 102
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-85594-7

 

© Edilivre, 2015

 

Mystérieuses disparitions de soldats

Les armées japonaises, qui ont déjà envahi une bonne partie de la Chine, en décembre 1937, avancent vers Nankin, la capitale chinoise.

Le colonel Li Fu Sien décide d’opposer une ultime résistance.

Il poste trois mille hommes le long du Yang Tsé.

Le lendemain matin, il s’aperçoit que tous ont disparu, sauf une centaine, installés à l’écart près d’un pont.

Ni ceux-ci, ni aucune sentinelle n’ont vu les trois mille hommes abandonner leur poste, et les archives japonaises ne mentionnent aucune capture.

En 1707, au cours de la guerre de la succession d’Espagne, quatre mille hommes de l’archiduc Charles de Habsbourg, engagés contre les armées de Philippe V, se mettent en route, un matin, dans le col des Pyrénées.

Nul ne sait, en dépit des recherches, ce qu’ils sont devenus. Ils ont disparu avec armes et bagages.

En 1858, lors de l’attaque des Français contre le royaume vietnamien, six cent cinquante zouaves du corps expéditionnaire avancent vers Saigon, dont ilsne sont plus éloignés que de vingt kilomètres.

Ils sont suivis à une distance de deux kilomètres par un autre groupe de soldats.

Soudain, ils s’évanouissent, sans que personne ne puisse dire ce qui leur est arrivé.

 

Disparition de Saint-Exupéry

Le dernier vol de Saint-Exupéry

Saint-Exupéry outrepasse les limites de l’autorisation exceptionnelle qui lui avait été délivrée par le commandement allié.

Lors de sa sixième mission, le 29 juin 1944, jour de son quarante-quatrième anniversaire, il est menacé de suspension après s’être égaré au-dessus des Alpes et avoir oublié de déclencher son signal d’identification radio.

Il atterrit en catastrophe à Borgo, dans les environs de Bastia, en Corse.

Sa dernière mission est prévue pour le 31 juillet : son supérieur hiérarchique devait lui annoncer, à son retour, le prochain débarquement allié en Provence ainsi que son interdiction de vol.

Bien que non inscrit sur le tableau des vols, il a insisté pour décoller.

Le nom de code de l’opération – une reconnaissance au-dessus de Grenoble et Chambéry – estSoda.

Saint-Exupéry monte dans l’étroite carlingue duLightning n° 223.

Toutes les vérifications d’usage ont été effectuées, la météo est bonne. Il est 8 h 45 du matin lorsque l’appareil décolle.

Vingt-cinq minutes plus tard, le poste radar signale qu’il a dépassé les côtes françaises.

À 13 heures, l’avion, qui doit être à court de carburant, n’est toujours pas réapparu sur l’aérodrome de Borgo. Il faut se rendre à l’évidence : le commandant Saint-Exupéry est porté disparu.

L’épave de l’avion ne sera jamais retrouvée.

Ainsi commence une énigme que plus d’un demi-siècle d’investigations n’a presque pas entamée.

 

L’Énigme des Égyptiens

images1

Des scientifiques ont durement travaillé pour arriver à étayer les versions officielles quant à la construction des pyramides, à savoir, comment les blocs servant à construire les pyramides ont été transportés !

Mais, malheureusement, cela reste une découverte qui accrédite les versions officielles, alors qu’il y a encore nombre de questions qui n’ont toujours pas de réponse, et quand il n’y a pas deréponse, on ne pose même plus la question…

Les versions officielles de l’histoire n’expliquent pas ce qui suit :

Comment se fait-il que les Égyptiens aient eu de telles connaissances en astronomie ?

Qu’ils aient été aussi précis quant au magnétisme terrestre ou à l’organisation des blocs ?

Comment est-il possible que des civilisations aussi éloignées et différentes les unes des autres aient pu construire des édifices parfois si similaires ?

 

Mystère autour des pyramides

Comment les Égyptiens sont-ils parvenus à construire des pyramides, transporter des blocs de pierre de plusieurs tonnes et déplacer des statues géantes, uniquement à la force de leurs bras et de leurs jambes ?

Quatre mille cinq cents ans plus tard, des physiciens néerlandais ont visiblement trouvé la réponse.

La solution est d’une simplicité enfantine…

Le peuple égyptien avait notamment développé des systèmes de traîneaux pour déplacer plusieurs tonnes de blocs de pierre.

Mais une question revenait avec insistance : comment faisaient-ils pour les tirer dans le sable ?

Il a toutefois fallu l’intervention de plusieurs physiciens néerlandais de l’université d’Amsterdam et de la fondation pour la recherche fondamentale sur la matière (FOM) pour y voir un peu plus clair dans cette affaire.

Goutte d’eau

Il apparaît que les Égyptiens se sont facilités la tâche en mouillant le sable à l’avant du traîneau. Des tests effectués en laboratoire ont démontré que la force de traction est diminuée de moitié en dosant correctement le taux d’humidité du sable.

Question de dosage

Si on ajoute de l’eau au sable, des « ponts capillaires » se forment entre les grains. Les petites gouttes d’eau les collent entre eux et la compacité du sable augmente. Forcément, un traîneau glisse mieux sur une surface compacte. Sur le sable sec, la progression a plutôt tendance à freiner. Et en versant trop d’eau, il existe un risque de boue et la force de traction deviendra à nouveau très compliquée. Bref, tout est une question de dosage…

Avancée historique

Cette découverte, une avancée importante dans l’histoire, permettrait aussi de comprendre le comportement d’autres matériaux granuleux, comme le béton, le goudron ou l’asphalte. Et par la même occasion d’améliorer les transports à travers le monde (10 % de notre consommation énergétique totale).

 

La planète manquante

images2

Entre Mars et Jupiter, des milliers d’astéroïdes encombrent le ciel.

Sont-ils les restes d’une planète disparue qui aurait explosé voici des millions d’années ?

Les astronomes se sont interrogés. On peut se poser d’autres questions : et si cette planète avait été peuplée de créatures intelligentes ?

Et si elle avait explosé à la suite d’une catastrophe de type nucléaire ?

Entre Mars et Jupiter, des mini-planètes rocheuses tournent autour du Soleil.

Ces astéroïdes, d’un mot grec signifiant « semblable à une étoile » sont une bonne centaine de milliers, et Cérès, le plus grand d’entre eux, a tout au plus mille kilomètres de diamètre, soit un douzième de la taille de la Terre et un millième de...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant