Etienne

De
Publié par

Un lycée parisien paisible et sans histoires est le théâtre d’une étrange rencontre. Etienne, un élève habituellement réservé et discipliné, est soudain dépassé par des émotions incompréhensibles. Il partage des rêves communs avec son professeur de mathématiques et chacun de son côté ne comprend pas son étrange attraction pour l’autre. La vérité éclate aux yeux du professeur lors d’un accident et libère Etienne de ses tourments.   
Publié le : lundi 4 juillet 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791026206040
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Victoire Durell Etienne
© Victoire Durell, 2016
ISBN numérique : 979-10-262-0604-0
Courriel : contact@librinova.com
Internet : www.librinova.com
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Alix
Ma nouvelle classe de 1ere est installée. Ils semblent assez calmes, ça se sent tout de suite, j’ai l’habitude. Qu’il est beau ce jeune homme qui regarde le ciel par la fenêtre. Tous ces visages tournés vers moi, comment la nature peut-elle fabriquer tant d’êtres humains tous différents. Pourquoi le hasard n’offre-t-il pas au moins une fois la rencontre amusante de jumeaux qui ne sont pas nés de la même mère. Mère… Et ce mot qui me fait mal et qui revient sans cesse dans ma tête. Est-ce pour être la mère de tous ces enfants que je suis devenue prof de maths au lieu de poursuivre les études d’ingénieur auxquelles je m’étais destinée. Allez, Alix, tu t’es posé la question mille fois, reviens en classe et fais ton métier. Bizarre comme je guette ce visage près de la fenêtre. Des adolescents qui se démarquent par un visage dépourvu des affres de l’adolescence et qui reflètent déjà un aplomb masculin séduisant, j’en ai vu passer quelques uns. Sans que mon désir de les admirer n’aille plus loin. Et c’est pareil pour celui-là. Il m’intrigue c’est tout. Mais il m’intrigue bien plus que ne l’ont fait au cours des ans, d’autres regards atrocement tristes ou au contraire respirant une telle aisance dans l’existence qu’on voudrait aller enquêter chez eux pour en connaître la recette.
Etienne
Aujourd’hui c’est la rentrée. Ca va, je suis quand même content de retourner au Lycée. Le premier jour en général je suis content. Après ça va aussi même si ça n’est plus pareil. Je suis assez fier d’entrer en Première, de me sentir presque en Terminale.Une petite angoisse traîne toujours mais je me sens assez sûr de moi. C’est peut-être parce que je suis un peu angoissé justement mais je prépare toujours les cours en avance et quand j’arrive en classe, je sais déjà de quoi va parler le prof. J’ai fait presque tout le cours de maths de cette année pendant les vacances avec des bouquins que je suis allé acheter le premier jour des vacances. Je n’ai pas perfectionné mais je maîtrise les grandes notions. Elle a l’air sympa la prof de maths. Mais tout le blabla de la première heure ça m’ennuie. Je remplis la petite fiche que nous demandent les profs, un jour ils pourront peut-être se mettre d’accord pour qu’on en remplisse une seule et qu’ils la photocopient. Ou qu’on remplisse un document sur un site dédié sur internet. Ma mère elle me dit que c’était pareil il y a 20 ans, au début de chaque cours elle devait écrire ses coordonnées, le métier de ses parents et puis après il y avait des variantes selon les profs, du genre « quel métier vous avez envie de faire » ou « chez vous, pouvez-vous travailler dans le calme » ou « combien de temps mettez-vous pour venir au Lycée ». Je ne sais pas pourquoi, en maths, j’ai eu envie d’écrire n’importe quoi sur la fiche.
Alix
Les gamins ont rempli la petite fiche que je leur ai demandée, c’est moi qui distribue le papier, un quart de feuilles A4 avec des lignes. Comme ça je ne subis pas le brouhaha qu’engendre la recherche d’une feuille au bon format ce premier jour où chacun est venu avec ce qu’il veut ou avec rien du tout. La première fois je n’y ai pas pensé alors que ma propre expérience d’élève n’était pourtant pas loin. J’aimais bien remplir cette fiche, c’était du temps passé au Lycée, accompagné de la bonne conscience de faire ce que demandait le prof. Je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un coup d’œil sur la fiche d’Etienne alors que je ne regarde jamais les fiches avant d’être rentrée chez moi. Je tiens à commencer le cours rapidement. J’estime maintenant que passer une heure à nous donner bonne conscience mutuellement en palabrant sur le programme de l’année, mes exigences en terme de discipline ou l’importance pour eux de cette année décisive est mauvais pour ma crédibilité. Et puis, ça m’ennuie, je préfère commencer par le premier chapitre après leur avoir dit rapidement qu’ils prennent leur cours comme ils veulent, classeur ou cahier, formats des derniers, couleur de l’encre, peu m’importe.
Profession du père : Empereur Profession de la mère : Astronaute Nationalité : Martien (ramené de Mars par ma mère) Nombre de frères et sœurs : 28 Ce que je veux faire plus tard : la Pétanque International Academy (si j’y arrive)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Julien

de librinova

WAR 2.0

de librinova

suivant