Famille d'accueil d'urgence

De
Publié par

Une famille d'accueil d'urgence de la DDASS relate son expérience Une aventure humaine unique Deux retraités, Maxime, ingénieur, et Viviane, professeur, ont accueilli pendant douze ans trente enfants dont les carences affective, hygiénique et éducative étaient le lot commun. Leurs traumatismes ? Rejetés, abandonnés, battus, martyrisés, violées : la déchéance parentale. Leurs réactions ? Mensonge, mutisme, vol, fugue, violence, psychopathie, suicide. L'accueil par Viviane et Maxime leur procure enfin affection, hygiène de vie et éducation équilibrée.
Publié le : lundi 7 avril 2008
Lecture(s) : 396
EAN13 : 9782304018608
Nombre de pages : 249
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Famille d’accueil d’urgence
3
Titre Tristan Claudève
Famille d’accueil d’urgence
Roman-témoignage
Témoignage
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01860-8 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304018608 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01861-5 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304018615 (livre numérique)
6
8
LE PARCOURS DE SELECTION
LE PARCOURS DE SELECTION
Après une carrière professionnelle bien rem-plie, nous sommes heureux comme au premier jour. Elle, Viviane, fut professeur et moi, Maxime, je fus ingénieur. Nos trois enfants (Florent, Marine et Jérôme) vivant leur jeune existence d’adultes, nous avons d’abord profité de notre liberté pour entreprendre les voyages dont nous rêvions. Mais, au bout de trois ans, le mirage n’était plus guère une tentation. Puis, les enfants manquèrent à Viviane. Les nôtres vo-lant de leurs propres ailes, les élèves étant dé-sormais hors de portée, il reste les enfants que des familles déchirées ont détruits ou bien abî-més. . Nous eûmes une vie heureuse. Alors, nous renvoyons l’ascenseur. Nous nous adressons donc à la Direction Départementale des Affaires Sociales et Sanitai-res des Yvelines (DDASS). Nous remplissons un long questionnaire. Puis, Marie, une assis-
9
Famille d’accueil d’urgence
tante sociale, vient visiter notre maison afin de s’assurer qu’elle n’offre aucun danger pour les bambins. Nous sommes convoqués à Versailles par Sophie, la psychologue du service chargé des relations avec les familles d’accueil. Elle s’enquiert de notre motivation, de nos enfances respectives, de notre vie de couple et de famille, de notre ancienne profession. Il semble que nos réponses lui conviennent, car nous sommes in-vités quelques jours plus tard à passer une visite médicale complète. Vers la fin juillet, Pascale, la directrice du service des familles d’accueil, nous reçoit à Versailles, afin de mettre un point final à ce parcours de sélection qui aura duré trois mois. – Alors, Viviane, et vous, Maxime, comment envisagez-vous votre rôle de famille d’accueil ? – En fait, nous désirons des accueils de courte durée, afin de pouvoir prendre deux se-maines de vacances tous les trois ou quatre mois et conserver un certain degré de liberté. – Je vous propose d’être une famille d’accueil d’urgence : vous prenez immédiatement en charge et presque sans connaître ses caractéris-tiques un enfant qui vient de subir un trauma-tisme et qui est retiré en urgence du foyer ou bien de la famille où il vit. C’est une tâche très difficile. Nous manquons de structures pour ce genre de problème. Réfléchissez.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.