Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 17,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

7

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant
©ÉditionsGallimard,1993.
L'ouvrageestcomposéd'untexteprincipalillustréparde nombreusescitationsdesdiversauteursétudiés.Texteprincipalet citationssontdifférenciéstypographiquement. Deuxniveauxdelecturesontpossibles.Soitl'ensembledu texteetdescitations.Soit,pourlelecteurpressé,oudésireuxd'une premièreapproche,leseultexteprincipal,quiformeuntoutenlui-même,indépendammentdes citations.L'uneoul'autrelecturepeut êtreadoptéeselonleschapitresetlescentresd'intérêtdulecteur. Lescitationsnesontpasdonnéescomme"preuves"decequi estavancédansletexteprincipal,maiscommeillustrations.Comme "preuves",ellesseraientdérisoires,cariln'estpastrèsdifficilede fairedirecequel'onveutàdescitationsisolées.Commeillustra-tions,ellesapportentquelquesprécisionscomplétantletexteprinci-palet,surtout, ellesrestituentlestyleetl'espritdesauteursétudiés.
Lesconventionstypographiquesutiliséesdanslescitations sontlessuivantes
[caractèr [caractèr
esitaliques] esromains] [. ] (référence)
Commentaires insérésdans lescitations Ajoutdutraducteurpouréclaircirletexte Partiedetexteomise Référencedestextescités
INTRODUCTION
Bienqu'ellenoustouchedetrèsprès,lanotiondevien'aja-maisétéclairementdéfinie,nidansl'histoiredessciencesnidans celle delaphilosophie.Sansdouteparcequ'elleestdifficileàsaisir. D'elleonpourraitdirecequesaintAugustindisaitdutempsl "Qu'est-cedoncquelavie?Sipersonnenemeledemande,jele saismaissionmeledemandeetquejeveuillel'expliquer,jenele saisplus." Maisiln'yapasuniquementunedifficultédedéfinition(pa-radoxalementassociéeàunesorted'évidence)c'estaussiune notiondontonsedésintéresse.Lesdeuxdomainesprivilégiésdela connaissancesontceuxdontnousavonsunabordimmédiatle mondephysiquequiestprésentànossens,etledomainepsycho-logiquedontnousavonsl'expérienceintime.Leniveaubiologique nousestplusobscurlavien'offrepaslecaractèreobjectifdela matière,et,mêmesielleconcernenotreêtreintime,elleneseprête pasàl'introspection.Parailleurs,leniveaubiologiquesembleavoir une"dignité"inférieureàcesdeuxdomainesprivilégiésiln'apas lagénéralitéduniveauphysique,nila"noblesse"delapensée. Ainsi,chezl'homme,onpréfère engénéralsepenchersurcequilui estpropre,son"âmepensante",plutôtquesurcequ'ilpartagenon seulementaveclesanimauxmaisaussiaveclesvégétaux.Ilyadans lebiologiqueonnesaitquoid'unpeuéquivoque(le"vécu",c'estce qu'onnepeutdireclairement),voiredemalproprepeut-êtrejuste-mentparcequ'iltouchedetropprèsànotreintimitédanscequ'ellea d'obscuretcelabeaucoupplusquelapensée,dumoinslapensée
1"Qu'est-cedoncque letemps?Sipersonnenemeledemande,jelesais maissionmeledemandeetquejeveuillel'expliquer,jenelesaisplus"(Saint Augustin,Confessions,LivreXI.ch.14).Onverraquecerapprochementdela vieetdutempsn'estpassansfondements.
Histoiredelanotiondevie rationnellequi,elle,possèdelaclarté.Quantàlamatière,ellenous estindifférenteencedomaine, dumoinslorsqu'ellenousresteexté-rieurecen'estquelorsqu'elleestmanifestementorganique(et nousconcernealorsdansnotredimensionbiologique)qu'ellede-vientéquivoque,sinonmalpropre.
Silanotiondevieestdifficileàcerner,etn'amêmejamaisété trèsclairementdéfinie,pourquoi(etcomment)enfairel'histoire? Unconceptnondéfiniaurait-ilnonseulementune existencemais aussiunehistoire?Pourexposerlebutdemadémarche,ilmefaut faireunpetitdétour. DanssonouvrageLessciencesdelaviedanslapenséefran-çaiseauXVIIIesiècle,JacquesRogerécrit(p.41)"Devant l'effrayantecomplexitédesphénomènes,lemédecinresteterrible-mentdésarmé.Chaquefaitestisoléetcommeenfermésurlui-même,refusantd'entrerdansuneloidontl'existenceestimpro-bable.Ilnerestequ'àcollectionnerdeshistoriettes,etàformulerdes .[.] raisonnementshypothétiquesL'éruditionetlesyllogismetien-nentlieudescience.Maisenmêmetemps,ilsrendenttoutescience impossible."CequeJacquesRogerditdelamédecinedessiècles passés,onpourraitlediredel'histoiredelabiologie,etcecin'est passansrapportaveccela. Cettehistoire,aussisérieusementsoit-ellefaite,finittoujours parressembleràunecollectiond'anecdotes,trèslocaliséesdans l'espaceetletemps,etneconcernantqu'undomaineétroitduphé-nomènevivantdeshistoriettesqu'ilestquasiment impossibled'ar-ticulerentreellesenuntoutcohérent,mêmeenforçantunpeules choses.C'estque,contrairementauxmathématiques,àlaphysique, oumêmeàlachimie(dumoins,pourcelle-ci, depuisleXVIIIe siècle),labiologien'estpassous-tendueparunethéoriedotéede générativité.Ellenes'engendrepasparunraisonnementéventuelle-mentétayédequelquesexpériences.Ellen'estmêmedevenuescien-tifiquequ'enabandonnantlaspéculation,lathéorieetlessystèmes, pourneplusrecourirqu'àl'observationetàl'expérience(auXVIIe siècle,avecW.HarveydemanièreplusmarquéeauXVIIIe,avec notammentL.SpallanzanietsurtoutauXIXeavecMagendie,CI. Bernard,Pasteur,etc.)2.Sibienque,contrairementàl'histoiredes
2Encela,labiologies'opposeà laphysiquequi,elle,estdevenuescienti-fique,auXVIIesiècle,parl'abandondel'empirismedelaphysiquearistotéli-cienne,etparl'adoptiond'unepositiontrèslargementspéculativeet"théori-sante"(l'héliocentrisme,leprinciped'inertie,etc.).L'opinioncouranteoublie souventcecaractère"théorisant"delaphysiqueduXVIIesièclepourlaprésenter commeunescienceexpérimentaleetl'opposeràlascolastique.Cf.R.Lenoble,