Histoire de la notion de vie

De
Publié par

L'ouvrage s'efforce de saisir la notion de vie à travers les écrits des plus grands théoriciens de la vie, de l'Antiquité à l'aube de la biologie moderne. Il s'agit d'un guide de lecture et d'une gigantesque somme de textes - plus de mille extraits d'ouvrages essentiels - commentés et critiqués dans une perspective historique, philosophique et scientifique. C'est aussi la tentative d'éclaircir, par l'histoire d'une notion, la philosophie sous-tendant les sciences biologiques actuelles.
Texte principal et citations sont différenciés typographiquement. Deux niveaux de lecture sont possibles, soit l'ensemble du texte et des citations, soit le seul texte principal qui forme un tout en lui-même.
Publié le : mardi 25 février 2014
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072113154
Nombre de pages : 980
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
©ÉditionsGallimard,1993.
L'ouvrageestcomposéd'untexteprincipalillustréparde nombreusescitationsdesdiversauteursétudiés.Texteprincipalet citationssontdifférenciéstypographiquement. Deuxniveauxdelecturesontpossibles.Soitl'ensembledu texteetdescitations.Soit,pourlelecteurpressé,oudésireuxd'une premièreapproche,leseultexteprincipal,quiformeuntoutenlui-même,indépendammentdes citations.L'uneoul'autrelecturepeut êtreadoptéeselonleschapitresetlescentresd'intérêtdulecteur. Lescitationsnesontpasdonnéescomme"preuves"decequi estavancédansletexteprincipal,maiscommeillustrations.Comme "preuves",ellesseraientdérisoires,cariln'estpastrèsdifficilede fairedirecequel'onveutàdescitationsisolées.Commeillustra-tions,ellesapportentquelquesprécisionscomplétantletexteprinci-palet,surtout, ellesrestituentlestyleetl'espritdesauteursétudiés.
Lesconventionstypographiquesutiliséesdanslescitations sontlessuivantes
[caractèr [caractèr
esitaliques] esromains] [. ] (référence)
Commentaires insérésdans lescitations Ajoutdutraducteurpouréclaircirletexte Partiedetexteomise Référencedestextescités
INTRODUCTION
Bienqu'ellenoustouchedetrèsprès,lanotiondevien'aja-maisétéclairementdéfinie,nidansl'histoiredessciencesnidans celle delaphilosophie.Sansdouteparcequ'elleestdifficileàsaisir. D'elleonpourraitdirecequesaintAugustindisaitdutempsl "Qu'est-cedoncquelavie?Sipersonnenemeledemande,jele saismaissionmeledemandeetquejeveuillel'expliquer,jenele saisplus." Maisiln'yapasuniquementunedifficultédedéfinition(pa-radoxalementassociéeàunesorted'évidence)c'estaussiune notiondontonsedésintéresse.Lesdeuxdomainesprivilégiésdela connaissancesontceuxdontnousavonsunabordimmédiatle mondephysiquequiestprésentànossens,etledomainepsycho-logiquedontnousavonsl'expérienceintime.Leniveaubiologique nousestplusobscurlavien'offrepaslecaractèreobjectifdela matière,et,mêmesielleconcernenotreêtreintime,elleneseprête pasàl'introspection.Parailleurs,leniveaubiologiquesembleavoir une"dignité"inférieureàcesdeuxdomainesprivilégiésiln'apas lagénéralitéduniveauphysique,nila"noblesse"delapensée. Ainsi,chezl'homme,onpréfère engénéralsepenchersurcequilui estpropre,son"âmepensante",plutôtquesurcequ'ilpartagenon seulementaveclesanimauxmaisaussiaveclesvégétaux.Ilyadans lebiologiqueonnesaitquoid'unpeuéquivoque(le"vécu",c'estce qu'onnepeutdireclairement),voiredemalproprepeut-êtrejuste-mentparcequ'iltouchedetropprèsànotreintimitédanscequ'ellea d'obscuretcelabeaucoupplusquelapensée,dumoinslapensée
1"Qu'est-cedoncque letemps?Sipersonnenemeledemande,jelesais maissionmeledemandeetquejeveuillel'expliquer,jenelesaisplus"(Saint Augustin,Confessions,LivreXI.ch.14).Onverraquecerapprochementdela vieetdutempsn'estpassansfondements.
Histoiredelanotiondevie rationnellequi,elle,possèdelaclarté.Quantàlamatière,ellenous estindifférenteencedomaine, dumoinslorsqu'ellenousresteexté-rieurecen'estquelorsqu'elleestmanifestementorganique(et nousconcernealorsdansnotredimensionbiologique)qu'ellede-vientéquivoque,sinonmalpropre.
Silanotiondevieestdifficileàcerner,etn'amêmejamaisété trèsclairementdéfinie,pourquoi(etcomment)enfairel'histoire? Unconceptnondéfiniaurait-ilnonseulementune existencemais aussiunehistoire?Pourexposerlebutdemadémarche,ilmefaut faireunpetitdétour. DanssonouvrageLessciencesdelaviedanslapenséefran-çaiseauXVIIIesiècle,JacquesRogerécrit(p.41)"Devant l'effrayantecomplexitédesphénomènes,lemédecinresteterrible-mentdésarmé.Chaquefaitestisoléetcommeenfermésurlui-même,refusantd'entrerdansuneloidontl'existenceestimpro-bable.Ilnerestequ'àcollectionnerdeshistoriettes,etàformulerdes .[.] raisonnementshypothétiquesL'éruditionetlesyllogismetien-nentlieudescience.Maisenmêmetemps,ilsrendenttoutescience impossible."CequeJacquesRogerditdelamédecinedessiècles passés,onpourraitlediredel'histoiredelabiologie,etcecin'est passansrapportaveccela. Cettehistoire,aussisérieusementsoit-ellefaite,finittoujours parressembleràunecollectiond'anecdotes,trèslocaliséesdans l'espaceetletemps,etneconcernantqu'undomaineétroitduphé-nomènevivantdeshistoriettesqu'ilestquasiment impossibled'ar-ticulerentreellesenuntoutcohérent,mêmeenforçantunpeules choses.C'estque,contrairementauxmathématiques,àlaphysique, oumêmeàlachimie(dumoins,pourcelle-ci, depuisleXVIIIe siècle),labiologien'estpassous-tendueparunethéoriedotéede générativité.Ellenes'engendrepasparunraisonnementéventuelle-mentétayédequelquesexpériences.Ellen'estmêmedevenuescien-tifiquequ'enabandonnantlaspéculation,lathéorieetlessystèmes, pourneplusrecourirqu'àl'observationetàl'expérience(auXVIIe siècle,avecW.HarveydemanièreplusmarquéeauXVIIIe,avec notammentL.SpallanzanietsurtoutauXIXeavecMagendie,CI. Bernard,Pasteur,etc.)2.Sibienque,contrairementàl'histoiredes
2Encela,labiologies'opposeà laphysiquequi,elle,estdevenuescienti-fique,auXVIIesiècle,parl'abandondel'empirismedelaphysiquearistotéli-cienne,etparl'adoptiond'unepositiontrèslargementspéculativeet"théori-sante"(l'héliocentrisme,leprinciped'inertie,etc.).L'opinioncouranteoublie souventcecaractère"théorisant"delaphysiqueduXVIIesièclepourlaprésenter commeunescienceexpérimentaleetl'opposeràlascolastique.Cf.R.Lenoble,
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.