Imaginer la paix

De
Publié par

Comme l'écrit Paul Ricoeur, imaginer la paix, ce n'est ni "la rêver ou l'halluciner, mais la concevoir, la vouloir et l'espérer". La paix est "un bien positif, un état de bonheur, consistant dans l'absence de crainte, la tranquillité, dans l'acceptation des différences". Les membres de l'Académie Universelle des Cultures et leurs invités se sont réunis autour de cet idéal insaisissable et inlassablement recherché.
De l'Antiquité, évoquée par Jacqueline de Romilly, au Moyen-Age, de la Paix de Dieu mais aussi de la "guerre juste" décrite par Jacques Le Goff, de la dissertation historique de Kant sur la paix perpétuelle, abordée en détail par le philosophe Heinz Wismann, aux lumineuses définitions d'Umberto Eco, historiens et philosophes ont tenté de cerner ce désir de l'humanité.
Jorge Semprun, rescapé des camps de la mort, a traité de la lutte contre toutes les formes de terreur, tandis que les victimes des violences en Algérie s'exprimaient par l'intermédiaire de Zazi Sadou, porte-parole du Rassemblement Algérien des Femmes Démocrates.
Et si la paix n'existait que comme discours ? Bernard Kouchner, Julia Kristeva, Blandine Kriegel, Bronislaw Gemerek, Daniel Sibony, Roger-Pol Droit, Ariel Dorfman, Jaan Kaplinski, Odon Vallet, François Gros, Lady Helena Kennedy, Mireille Delmas-Marty, Franz-Olivier Giesbert, Mohamed Talbi - toutes et tous ont apporté d'une voix forte leur réponse pleine de foi, en évoquant la paix du coeur, en revisitant les mythes fondateurs, en débattant des relations entre les sciences et la paix, en discutant du "droit de la paix", ou en repensant le monde d'après le 11 septembre, à la recherche d'une paix qui ne soit pas fondée sur l'affrontement, ni sur la loi du plus fort.
Publié le : mercredi 5 novembre 2003
Lecture(s) : 23
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246799528
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Comme l'écrit Paul Ricoeur, imaginer la paix, ce n'est ni "la rêver ou l'halluciner, mais la concevoir, la vouloir et l'espérer". La paix est "un bien positif, un état de bonheur, consistant dans l'absence de crainte, la tranquillité, dans l'acceptation des différences". Les membres de l'Académie Universelle des Cultures et leurs invités se sont réunis autour de cet idéal insaisissable et inlassablement recherché.
De l'Antiquité, évoquée par Jacqueline de Romilly, au Moyen-Age, de la Paix de Dieu mais aussi de la "guerre juste" décrite par Jacques Le Goff, de la dissertation historique de Kant sur la paix perpétuelle, abordée en détail par le philosophe Heinz Wismann, aux lumineuses définitions d'Umberto Eco, historiens et philosophes ont tenté de cerner ce désir de l'humanité.
Jorge Semprun, rescapé des camps de la mort, a traité de la lutte contre toutes les formes de terreur, tandis que les victimes des violences en Algérie s'exprimaient par l'intermédiaire de Zazi Sadou, porte-parole du Rassemblement Algérien des Femmes Démocrates.
Et si la paix n'existait que comme discours ? Bernard Kouchner, Julia Kristeva, Blandine Kriegel, Bronislaw Gemerek, Daniel Sibony, Roger-Pol Droit, Ariel Dorfman, Jaan Kaplinski, Odon Vallet, François Gros, Lady Helena Kennedy, Mireille Delmas-Marty, Franz-Olivier Giesbert, Mohamed Talbi - toutes et tous ont apporté d'une voix forte leur réponse pleine de foi, en évoquant la paix du coeur, en revisitant les mythes fondateurs, en débattant des relations entre les sciences et la paix, en discutant du "droit de la paix", ou en repensant le monde d'après le 11 septembre, à la recherche d'une paix qui ne soit pas fondée sur l'affrontement, ni sur la loi du plus fort.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.