Jacques Lemarchand N° 257

De
Jacques Berque, À la recherche d'Imru'l-Qays
Jacques Borel, Narcisse écrit-il?
Édith Boissonnas, À revers
Julia Mood Peterkin, Sur l'autre rive
Guy Rohou, La vie l'amble
Yvon Belaval, Poésie incomplète
Michel Deguy, Lettre à l'auteur des Notes sur la foi
Jacques Lemarchand :
Marcel Arland, L'un des nôtres
Robert Abirached, Un témoin équitable
Gilbert Chateau, Jacques Lemarchand ou La passion du théâtre
Jean Duvignaud, Jacques Lemarchand, le témoin
Eugène Ionesco, Un homme secret
Guy Lauzin, Un poète hebdomadaire : Jacques Lemarchand
Marcel Maréchal, Jacques Lemarchand, le distillateur
Silvia Monfort, Jacques Lemarchand, témoin pudique
Roger Planchon, Un serviteur rigoureux
Bertrand Poirot-Delpech, Les silences de l'amitié
André Reybaz, Jacques Lemarchand
Jean Tardieu, L'homme du vrai
Jean Vauthier, Mon ami Jacques Lemarchand
Critique : poésie :
Alain Bosquet, La poésie et ses techniques (Jacques Roubaud, Pierre Torreilles, Serge Gavronsky, André Schmitz, Jacques Sommer)
Critique : romans :
Jean Blot, La réponse juive (Peter Schwiefert, Roger Ascot, Abraham Yehoshoua, Jean Blot)
Critique : théâtre :
Gilbert Chateau, La Vie : Shakespeare, Audiberti, Grumberg, Arlette Thomas et les comédiens
Critique : cinéma :
Michel Mohrt, Lacombe Lucien, de Louis Malle
Critique : les arts :
Antoine Terrasse, Jean Paulhan au Grand Palais
Critique : musique :
Iannis Xenakis - François-Bernard Mâche, Entretien
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072389481
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
A
la
recherche
d'Imru'l-Qays' 1
Pétroleetthéologieunerichesseminéraleestvenue anachroniquementgratifierlesystèmewahhabite.Pour combiendetemps?Partoutailleurscesjaillissementsradi-cauxappellentunetransformationsocialeaussiprofonde, aussiviolentequ'eux.Maispourlemomentn'affleureà l'officiel,enArabieSéoudite,qu'unegrandeconviction danslesvertusbridéesdel'équipement.Leplan1970-1975,quiportesurlemontanténormede41milliards derials,n'enconsacreque2,7àl'industrie,3,6àl'agri-culture,et0,3à«commerceetservices».Gageonsqueles 17,8vouésàl'éducationneseproposentpasd'encou-rageruneintelligentsia.Récemmentunhautresponsable delà-bassedéfendaitdel'imputationdeconserva-tisme.«Sileprogressismesignifierénovation,reconstruc-tion,justice,élévationduniveaudevie,alorsnoussommes progressistes.Maisnousnerenonceronsjamaisànotre croyanceetànotrefoi.»Quivousledemande,ôArabes? Jeretrouvedansceproposl'antithèsesisouventbrandie entrelarénovationetl'authenticité.Ilyauraitcontra-dictionentrel'uneetl'autre.Ilfaudraitchoisirentrel'une etl'autre.Sicelaétaitvrai,lemondeentierseraitschizo-phrène.Heureusementquelesdéséquilibresn'ysontpas toujoursbloqués!Icimême,combiendetempsencorela réponsetypiquedugouvernantauxgouvernésal-chayûkh abkhaç,«lescheikhsvoientplusloin»,restera-t-elle admise? 1.ExtraitdeNouvellesjournéesarabes,àparaîtrechezGallimard.
LaNouvelleRevueFrançaise
VisiteàMadâ'inÇâlih'. L'avionmonomoteursautaitfarouchementsurles colonnesd'airchaudmontantdesreliefsnoirâtresqu'il survolaitàbassealtitude.Aterre,àmesurequenous nouséloignionsdeDjeddaverslenord,lesplansd'oùsur-gissaientcesbasaltess'illustraientdepetitsbarragesde crues,d'oùnaissaientdestachesd'agriculturecelles,par exemple,d'Ummal-Malh'etdeKhalîç.Parfoismême l'avionpassaitau-dessusdevéritablesruesdevégétation dévalantd'unehauteurdepartetd'autred'unlitleplus souventàsec,maisévoquantlemascarettoujourspossible etlesgrosépandagesdecrues.JenotaidansleWâdi Settâraseptvillagess'échelonnantsurlapente.Desrec-tanglesdelabouràproximitédeshabitatsdisaientl'orga-nisationetlaprospérité.Ils'agissaitprobablementde l'unedecescoloniesdeFrères,quelevieuxroicAbd al-cAzîzavaitcommencéàrépartirsurtoutel'étenduedu pays,cependantqu'ilenexaltaitfidèlementlesvaleurs bédouines. Surladroite,deplusenplus,desrochersnoirss'amon-celaientenchaînegrossièrementparallèleàlacôte.Cette barrière» ouHedjazretientlesventsdelameretconfère « aulittoralunecertainefertilité.Ailleurslereliefs'étalait enchampsdelavesvolcaniques,parfoisinterrompusçà etdepointesacérées,telleDjebelÇabâ.Aneufheures, nouscoupâmeslaroutemagnifiquementasphaltéequi quittelameràhauteurdeYanbûcetdeRâbugh,perpen-diculairement,ets'enfonceversMédine,etdegagne Taymâ. Nousobliquâmesàcemomentverslenord-nord-est, laissantsurlagauchela chaînelittorale.L'érosion,dans untelpays,celledesventsetcelledesvariationsthermiques, fendlesroches,etpeutàlalongueabraserdesmontagnes. Cependant,deplusenpluslessurfacesquenoussurvo-
Alarecherched'Imru'l-Qays
lionssefaisaientsablonneuses.C'étaitledésertclassique, encorequeparseméçàetdecequelesgéologuesappellent des«têtesdechat».Depuislongtemps,lesculturesorga-niséess'étaienteffacéesdusol.Onn'yobservaitplusque destracesderuissellementlibre,enécheveauxcurvilignes, deloinenloinparseméesdemisérablesgrattagesbédouins. Nouscroisâmessoudainlavoieruinéedechemindefer duHedjâz.Lelieuarchéologiquequej'allaisvisiteravoi-sinel'unedesstationsdecelongparcoursMadâ'inÇâlih', Tabûk,Macan,avantlaremontéeversAmman.Laligne, objectifdessabotagesdeT.E.LawrencedurantlaPremière Guerremondiale,nes'enestjamaisrelevée.Ilestaujour-d'huiquestiondelarétablir.Çàettoutefoiss'aperce-vaientencorequelqueswagons,quelqueslocomotives réduitsàl'étatdeferraille.Enfin,àMadâ'inÇâlih'apparut unegarebâtieenpierresdetaille,uneénormeconstruc-tiondestyleEuropecentrale.Ellerestaitsurpied, chargéedessouvenirsdel'aventurehachémite,desderniers soubresautsducalifatottoman.Maiscequifrappeaussitôt àMadâ'inÇâlih',c'estunconciled'étrangesrochesnoires, pareillesàdesgéants.Mahomet,quipassaitparceslieux danssesrandonnéesverslaSyrie,atransmislaterrible légendedupeupledeThamûd.Cepeupleobstinérefusa decroireàunprophèteissudelui-mêmealorsilfut emportéparl'ouraganpierreuxetpéritenmasse«les yeuxgrandsouverts». Lelieu-ditjemetrouvesouscesgrêlesfeuillages depalmiersetd'arbresfruitiers, s'appelleal-H'ijr.Cenom que jerecueilledelabouched'undemesinterlocuteurs, unressortissantdelatribudesBelè,n'estpasindifférent c'étaitbienlenomtraditionneldonnéàlavilledesTha-mûdites,quePtoléméedéformeenHegra.Prélevonsaussi quelquesnomsdevégétaux.Lecitronnierquim'ombrage estdel'espèceditebenzbir;deuxarbresd'agrumess'em-mêlentetsegreffentl'unl'autreonappellecelaun kubbâdh.Autourdenousdespalmiersdesdeuxsexes appartiennentauxespècesbarnî,sâ'ir,mul'awag,kassel,
LaNouvelleRevueFrançaise l'ayba.Etpuisdesplantessteppiquesdurlem,genêt connusouscenomjusqu'enAfriqueduNord,duramalh, etunépineuxquejeretrouveraiaussiauxalentoursde Bagdad,lecuchchâz.Encontreépreuve,jedemandequ'on merepèrecertainesplantesmentionnéesdanslavieille poésieonlesconnaît toutes,learl'â,leeucharpar exemple.Etjen'aipasàchercherbienloinpourdécouvrir lefeuillagemélancoliquedesgommiers»,l'alh'aetdes « «tamariniers»,ilhl. L'après-midi,nousgagneronslabourgaded'El-cUlâ, dontCharlesDoughty,lepremiervoyageureuropéenà découvrirMadâ'inÇâlih',alonguementparlé.Ilavaitété frappéparcettemédinajointive«depetitscubesetde videscarrés.coupéeparunesortedecimierosseux». vivaitungroupequiavaitsumaintenirsonautonomie par rapportauxfactions rivalesdesSacûd,desIbnRachîd, etduchérifdeLaMecque.QuantauxTurcs,ilsn'étaient icireprésentésqueparunpetitpostedeMaghrébinsémi-gréseffetindirectdenotreconquêtedel'Algérie.C'est, aussiunpèlerinmaghrébinquijadisauraitfondéEl-cUlâ, faisantdesonbâtonjaillirunesourcemiraculeuse.Au momentdupassagedeDoughty,lavilleprofessaitencore leritemalékite.Fortedesesparticularités,ellenepayait deredevancesqu'àlamosquéedeMédine.Seshabitants étaientdévôts,débonnaires,rêveurs,pluspolitiquesque « fanatiques,commedevaitl'êtreMahometlui-même.Tandis quelesgensduNadjsontbeaucoupplusgrincheuxet brusquesdansleur fanatisme».C'estunAnglaisvictorien quiparle.Ilneputcontinuersonvoyagequegrâceà labienveillanceduchâwichalgérien.Moi,jerêvedeces intimitésdegroupequelevoyageurdutempsetdel'es-pacearriveparfoisàressentir. El-cUlâconsisteencoredansunblottissementdepetites maisonsàcourinterne.Maisl'initiativegouvernementale yafaitpousser,aunordetausud,deuxpalmeraies modèlesmarque,sil'onpeutdire,dutempsséoudien. Cetempsestlui-mêmesollicitéparuneduréeplusactive
LaNouvelleRevueFrançaise
n'étaitpasforcémentunethéologie.Lebouddhismezenestproche d'unathéisme. i.x.Jepensequecespratiquesétaientparallèlesauxtrans-formationsdel'environnement,etensuitequelamodification intérieurequ'ellesambitionnaientn'apasabouti.Ilestpossible cependantqu'autrefoisonaiteuplusdefacultésexceptionnelles, télépathiquesparexemple. F.-B.M.Ilestpossibleaussiquenousayonsdestémoignagesde penséesquiontuneautrestructurationdutemps.Lalinguistique nousenfournitbeaucoupd'indices.Maiscesontdespenséesréputées primitives. i.x.Peum'importe,pourmoiellesnelesontpas.Ellesgardent eneffetpeut-êtrelatraced'uncheminementquipourdesraisons diversess'estarrêté,etquiauraitpuconduireàautrechose. F.-B.m.Peut-onallerjusqu'àrechercherunesynthèseentreces mentalitésarchalquesetlapenséemoderne,banaliséeetuniverselle? i.x.Jen'ensaisrien.J'aibeaucoupentenduparlerdel'ubi-quitéspatiale,donctemporelle,quiauraitétéconstatéeenAfrique etenAustraliechezcertainspersonnages. F.-B.m.Maiscestémoignagessont-ilsrecevables? i.x.C'estlaquestion.Ilyaune infinitédechosesquiexistent autourdenousetquenous nevoyonspas.Onnesaitpas lireles signes,vousêtesbiend'accord? F.-B.M.Onnesaitpasleslire,onnesaitmêmepascommenton pourraitapprendreàleslire,etmêmepassil'écritureinconnuequi noteunelangueinconnueestbienuneécriture.Detempsentempson croitrepérerquelquechose,etonaimeraitrecommencerl'expérience, sanslepouvoir.L'autrejourj'aireçuunelettred'unepersonneàqui jen'avais passongédepuisdesannées,etavantd'ouvrirmaboiteà lettres,ilsetrouvaitquejepensaisàelledepuisplusieursminutes. i.x.Moiaussi,celam'arrivesouvent. F.-B.m.Ilfaudraitdoncdébarrasserla«magie»detoutsurna-turel,etonpourraitpeut-êtretrouverquelquechose? i.x.Peut-être,silamagieexisteencore,etdansquellescondi-tions2? F.-B.M.Vousadmettezmêmedesrecherchesdugenredelamédi-tation,j'entendslaméditationinactivetenteruncontactavecl'im-manentenfaisantlevide,enarrêtantlesturbulencesduflotmental? i.x.Oui,j'admetscela.Maisjenesaispasçamène,finale-ment. F.-B.M.mènelereste? i.x.Jenesaispasnonplus,maisjesaisqueceluiquinefait queméditerfinitparsefaireasservirparceluiquialesmachines. F.-B.M.Êtreducôtédumanche,c'estunsouciimpérialiste.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 267

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 268

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 213

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant