Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 267

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 268

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 287

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
A
la
recherche
d'Imru'l-Qays' 1
Pétroleetthéologieunerichesseminéraleestvenue anachroniquementgratifierlesystèmewahhabite.Pour combiendetemps?Partoutailleurscesjaillissementsradi-cauxappellentunetransformationsocialeaussiprofonde, aussiviolentequ'eux.Maispourlemomentn'affleureà l'officiel,enArabieSéoudite,qu'unegrandeconviction danslesvertusbridéesdel'équipement.Leplan1970-1975,quiportesurlemontanténormede41milliards derials,n'enconsacreque2,7àl'industrie,3,6àl'agri-culture,et0,3à«commerceetservices».Gageonsqueles 17,8vouésàl'éducationneseproposentpasd'encou-rageruneintelligentsia.Récemmentunhautresponsable delà-bassedéfendaitdel'imputationdeconserva-tisme.«Sileprogressismesignifierénovation,reconstruc-tion,justice,élévationduniveaudevie,alorsnoussommes progressistes.Maisnousnerenonceronsjamaisànotre croyanceetànotrefoi.»Quivousledemande,ôArabes? Jeretrouvedansceproposl'antithèsesisouventbrandie entrelarénovationetl'authenticité.Ilyauraitcontra-dictionentrel'uneetl'autre.Ilfaudraitchoisirentrel'une etl'autre.Sicelaétaitvrai,lemondeentierseraitschizo-phrène.Heureusementquelesdéséquilibresn'ysontpas toujoursbloqués!Icimême,combiendetempsencorela réponsetypiquedugouvernantauxgouvernésal-chayûkh abkhaç,«lescheikhsvoientplusloin»,restera-t-elle admise? 1.ExtraitdeNouvellesjournéesarabes,àparaîtrechezGallimard.
LaNouvelleRevueFrançaise
VisiteàMadâ'inÇâlih'. L'avionmonomoteursautaitfarouchementsurles colonnesd'airchaudmontantdesreliefsnoirâtresqu'il survolaitàbassealtitude.Aterre,àmesurequenous nouséloignionsdeDjeddaverslenord,lesplansd'oùsur-gissaientcesbasaltess'illustraientdepetitsbarragesde crues,d'oùnaissaientdestachesd'agriculturecelles,par exemple,d'Ummal-Malh'etdeKhalîç.Parfoismême l'avionpassaitau-dessusdevéritablesruesdevégétation dévalantd'unehauteurdepartetd'autred'unlitleplus souventàsec,maisévoquantlemascarettoujourspossible etlesgrosépandagesdecrues.JenotaidansleWâdi Settâraseptvillagess'échelonnantsurlapente.Desrec-tanglesdelabouràproximitédeshabitatsdisaientl'orga-nisationetlaprospérité.Ils'agissaitprobablementde l'unedecescoloniesdeFrères,quelevieuxroicAbd al-cAzîzavaitcommencéàrépartirsurtoutel'étenduedu pays,cependantqu'ilenexaltaitfidèlementlesvaleurs bédouines. Surladroite,deplusenplus,desrochersnoirss'amon-celaientenchaînegrossièrementparallèleàlacôte.Cette barrière» ouHedjazretientlesventsdelameretconfère « aulittoralunecertainefertilité.Ailleurslereliefs'étalait enchampsdelavesvolcaniques,parfoisinterrompusçà etdepointesacérées,telleDjebelÇabâ.Aneufheures, nouscoupâmeslaroutemagnifiquementasphaltéequi quittelameràhauteurdeYanbûcetdeRâbugh,perpen-diculairement,ets'enfonceversMédine,etdegagne Taymâ. Nousobliquâmesàcemomentverslenord-nord-est, laissantsurlagauchela chaînelittorale.L'érosion,dans untelpays,celledesventsetcelledesvariationsthermiques, fendlesroches,etpeutàlalongueabraserdesmontagnes. Cependant,deplusenpluslessurfacesquenoussurvo-
Alarecherched'Imru'l-Qays
lionssefaisaientsablonneuses.C'étaitledésertclassique, encorequeparseméçàetdecequelesgéologuesappellent des«têtesdechat».Depuislongtemps,lesculturesorga-niséess'étaienteffacéesdusol.Onn'yobservaitplusque destracesderuissellementlibre,enécheveauxcurvilignes, deloinenloinparseméesdemisérablesgrattagesbédouins. Nouscroisâmessoudainlavoieruinéedechemindefer duHedjâz.Lelieuarchéologiquequej'allaisvisiteravoi-sinel'unedesstationsdecelongparcoursMadâ'inÇâlih', Tabûk,Macan,avantlaremontéeversAmman.Laligne, objectifdessabotagesdeT.E.LawrencedurantlaPremière Guerremondiale,nes'enestjamaisrelevée.Ilestaujour-d'huiquestiondelarétablir.Çàettoutefoiss'aperce-vaientencorequelqueswagons,quelqueslocomotives réduitsàl'étatdeferraille.Enfin,àMadâ'inÇâlih'apparut unegarebâtieenpierresdetaille,uneénormeconstruc-tiondestyleEuropecentrale.Ellerestaitsurpied, chargéedessouvenirsdel'aventurehachémite,desderniers soubresautsducalifatottoman.Maiscequifrappeaussitôt àMadâ'inÇâlih',c'estunconciled'étrangesrochesnoires, pareillesàdesgéants.Mahomet,quipassaitparceslieux danssesrandonnéesverslaSyrie,atransmislaterrible légendedupeupledeThamûd.Cepeupleobstinérefusa decroireàunprophèteissudelui-mêmealorsilfut emportéparl'ouraganpierreuxetpéritenmasse«les yeuxgrandsouverts». Lelieu-ditjemetrouvesouscesgrêlesfeuillages depalmiersetd'arbresfruitiers, s'appelleal-H'ijr.Cenom que jerecueilledelabouched'undemesinterlocuteurs, unressortissantdelatribudesBelè,n'estpasindifférent c'étaitbienlenomtraditionneldonnéàlavilledesTha-mûdites,quePtoléméedéformeenHegra.Prélevonsaussi quelquesnomsdevégétaux.Lecitronnierquim'ombrage estdel'espèceditebenzbir;deuxarbresd'agrumess'em-mêlentetsegreffentl'unl'autreonappellecelaun kubbâdh.Autourdenousdespalmiersdesdeuxsexes appartiennentauxespècesbarnî,sâ'ir,mul'awag,kassel,
LaNouvelleRevueFrançaise l'ayba.Etpuisdesplantessteppiquesdurlem,genêt connusouscenomjusqu'enAfriqueduNord,duramalh, etunépineuxquejeretrouveraiaussiauxalentoursde Bagdad,lecuchchâz.Encontreépreuve,jedemandequ'on merepèrecertainesplantesmentionnéesdanslavieille poésieonlesconnaît toutes,learl'â,leeucharpar exemple.Etjen'aipasàchercherbienloinpourdécouvrir lefeuillagemélancoliquedesgommiers»,l'alh'aetdes « «tamariniers»,ilhl. L'après-midi,nousgagneronslabourgaded'El-cUlâ, dontCharlesDoughty,lepremiervoyageureuropéenà découvrirMadâ'inÇâlih',alonguementparlé.Ilavaitété frappéparcettemédinajointive«depetitscubesetde videscarrés.coupéeparunesortedecimierosseux». vivaitungroupequiavaitsumaintenirsonautonomie par rapportauxfactions rivalesdesSacûd,desIbnRachîd, etduchérifdeLaMecque.QuantauxTurcs,ilsn'étaient icireprésentésqueparunpetitpostedeMaghrébinsémi-gréseffetindirectdenotreconquêtedel'Algérie.C'est, aussiunpèlerinmaghrébinquijadisauraitfondéEl-cUlâ, faisantdesonbâtonjaillirunesourcemiraculeuse.Au momentdupassagedeDoughty,lavilleprofessaitencore leritemalékite.Fortedesesparticularités,ellenepayait deredevancesqu'àlamosquéedeMédine.Seshabitants étaientdévôts,débonnaires,rêveurs,pluspolitiquesque « fanatiques,commedevaitl'êtreMahometlui-même.Tandis quelesgensduNadjsontbeaucoupplusgrincheuxet brusquesdansleur fanatisme».C'estunAnglaisvictorien quiparle.Ilneputcontinuersonvoyagequegrâceà labienveillanceduchâwichalgérien.Moi,jerêvedeces intimitésdegroupequelevoyageurdutempsetdel'es-pacearriveparfoisàressentir. El-cUlâconsisteencoredansunblottissementdepetites maisonsàcourinterne.Maisl'initiativegouvernementale yafaitpousser,aunordetausud,deuxpalmeraies modèlesmarque,sil'onpeutdire,dutempsséoudien. Cetempsestlui-mêmesollicitéparuneduréeplusactive
LaNouvelleRevueFrançaise
n'étaitpasforcémentunethéologie.Lebouddhismezenestproche d'unathéisme. i.x.Jepensequecespratiquesétaientparallèlesauxtrans-formationsdel'environnement,etensuitequelamodification intérieurequ'ellesambitionnaientn'apasabouti.Ilestpossible cependantqu'autrefoisonaiteuplusdefacultésexceptionnelles, télépathiquesparexemple. F.-B.M.Ilestpossibleaussiquenousayonsdestémoignagesde penséesquiontuneautrestructurationdutemps.Lalinguistique nousenfournitbeaucoupd'indices.Maiscesontdespenséesréputées primitives. i.x.Peum'importe,pourmoiellesnelesontpas.Ellesgardent eneffetpeut-êtrelatraced'uncheminementquipourdesraisons diversess'estarrêté,etquiauraitpuconduireàautrechose. F.-B.m.Peut-onallerjusqu'àrechercherunesynthèseentreces mentalitésarchalquesetlapenséemoderne,banaliséeetuniverselle? i.x.Jen'ensaisrien.J'aibeaucoupentenduparlerdel'ubi-quitéspatiale,donctemporelle,quiauraitétéconstatéeenAfrique etenAustraliechezcertainspersonnages. F.-B.m.Maiscestémoignagessont-ilsrecevables? i.x.C'estlaquestion.Ilyaune infinitédechosesquiexistent autourdenousetquenous nevoyonspas.Onnesaitpas lireles signes,vousêtesbiend'accord? F.-B.M.Onnesaitpasleslire,onnesaitmêmepascommenton pourraitapprendreàleslire,etmêmepassil'écritureinconnuequi noteunelangueinconnueestbienuneécriture.Detempsentempson croitrepérerquelquechose,etonaimeraitrecommencerl'expérience, sanslepouvoir.L'autrejourj'aireçuunelettred'unepersonneàqui jen'avais passongédepuisdesannées,etavantd'ouvrirmaboiteà lettres,ilsetrouvaitquejepensaisàelledepuisplusieursminutes. i.x.Moiaussi,celam'arrivesouvent. F.-B.m.Ilfaudraitdoncdébarrasserla«magie»detoutsurna-turel,etonpourraitpeut-êtretrouverquelquechose? i.x.Peut-être,silamagieexisteencore,etdansquellescondi-tions2? F.-B.M.Vousadmettezmêmedesrecherchesdugenredelamédi-tation,j'entendslaméditationinactivetenteruncontactavecl'im-manentenfaisantlevide,enarrêtantlesturbulencesduflotmental? i.x.Oui,j'admetscela.Maisjenesaispasçamène,finale-ment. F.-B.M.mènelereste? i.x.Jenesaispasnonplus,maisjesaisqueceluiquinefait queméditerfinitparsefaireasservirparceluiquialesmachines. F.-B.M.Êtreducôtédumanche,c'estunsouciimpérialiste.