Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Cahier Desnos

de herne

La Nouvelle Revue Française N° 229

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
Nousavonsperduenquelquesjourstroisdenosamis lesplusanciens.JeanGrenierestmortle5mars;Jean Follainle12;BriceParainle20. JeanGrenieravaitdébutédanslaRevueen1927; BriceParainen1929;JeanFollainen1932.Onapu suivredanslaN.R.F.ledéveloppementdeleurpenséeet l'approfondissementdeleurart.Quandnousavons reprislaRevue,en1953,ilsnousontdenouveau apportélaplusfidèlecollaboration.Aumoisdejuin derniernoslecteurstrouvaient,danslaRevue,despoè-mesdeJeanFollain;cetteannéemême,enfévrier,un textedeJeanGrenier(JeanGiono)etunenotedeBrice Parain. Nousrendronshommageàchacund'euxàJean Grenieraujourd'hui,àJeanFollaindansnotrelivraison suivante,àBriceParaindansnospagesdejuillet.
LaNouvelleRevueFrançaise.
Jean
Grenier
Jen'aienviedeparleraujourd'huià sonsujetquedesadiscrétion,lesourire il amuséqu'ilavaitquandaccueillaitdes personnesvenuespourlevoir.D'après sescontrats,àpartlathèse,sonpremier ouvragedevaitêtreLESMÉMOIRESD'UN CHAT,jenecroispasqu'ill'aitécrit.
BRICEPARAIN
In
memoriam
J'aiconnuJeanGrenieràNaplesen1926.C'estdoncune amitiédequarante-cinqansquej'évoque,uneamitiédura-ble.Sielleaconnudesabsenceslacauseenfutauxécarts inévitablesdelavie.Luietmoiavonsvoyagéetpeuécrit. Maispasunnuage.Pourtantl'amitiéavecJeanGrenier n'étaitpastoujourstrèsfacile.Ilétaitsoi,avecunbesoin précisd'exclusivité.Ill'était,oudumoinsilvoulaitl'être, etl'êtreenplein,etcommeilnel'étaitpassanseffort,tant ilrestaitsensibleauxattaquesdumonde,ceteffortl'obli-geaitàdissimulersesdésirsetunefuyantepenséequi,tout ensefuyant,serecherchaitsanscesse,ets'atteignaitenfin quelquepartdanslesprofondeurs. Ildonnaitalorsl'impressionétranged'êtreunesorte delointainunlointainsurlaterre,unlointainaux confinsdel'espritetducœur. Onn'étaitque trèsdifficilementensaprésence.Au mieux,c'estàsescôtésqu'onpouvaitamicalementetsilen-cieusementsetenir.Maismêmealorsonpercevaituneindé-finissabledistance,nonpasuneséparation,quipeutvous laisseràproximité,maisunesorted'étenduemoralel'onpouvaitàlarigueurs'aventurer,maissansjamais atteindrel'autrebord. D'abordonpouvaitcroirequecebesoind'éloignement, loindeluiêtredifficile,n'étaitqu'uneprisedeposition naturelle.Maisàmieuxleconnaître(etcelamefutdonné longuement)onsoupçonnaitlatensiondouloureused'un
LaNouvelleRevueFrançaise effort.Carondevinaitqu'ilportaitunmasque,etl'appli-cationdecemasqueàungrandvisagesensible,volontai-rementmaintenu,blessaitsecrètementcevisage. Unmasquevoulu,façonnéd'ironie,decrainte,de réserve,d'ombres,quilaissaitpassertoutdemêmepar millepetitesgerçuresunfonddetendressedéçue,defai-blessespeut-êtrechères,defidélitésméconnues,etd'aspi-rationsreligieuses,celles-ci,sansqu'ill'avouât,dumoins auxautres,constituaientletufdecetespritsecret. Toutledramed'unspirituelattaquéparsaproprevie. Pourlecommun,ilavaitdesmots,del'humour,de cruellesboutadeset,luiprésent,parlui,ontrouvaità sontourdesmots,onlançaitdesboutades. Ilaenseigné.Etpoursesdisciplesj'imaginequ'ilétait bienplusun«excitant»qu'unpédagogue.Noussommes plusd'unàl'avoiraimé. N'étaitlabrièvetédutempsquemelaissesamortimpré-vue,j'auraiseuàparlerdeluitrèslonguementencore. Icicen'estpaslephilosophequej'aiévoqué,mais l'ami. Demapartc'estlemieuxquemonamitiépouvaitfaire. UntropbrefInmemoriam.
HENRIBOSCO Le23mars1971
LaNouvelleRevueFrançaise dudomainemusical.Nuln'estpluscentralquelui.Moinshabile, moinsvarié,moinsprolifiquequed'autres,ilavucequ'ilsn'ont passuvoirunecivilisationuniversellelespouvoirsduson primordialetceuxdestechniqueslesplusraffinées,lestrompes tibétainesetlessynthétiseurscontracterontalliancepourcréer, nonplustantdenouvellesœuvresqu'unenouvelleplacedessons danslaviespirituelledel'homme.Danscemondeneuf,donc angoissantetfascinant,ils'estrisquélepremier,etseul,etsans jamaisseretournerversaucuneEurydice,irrésistiblement,ila marché,ilmarche.
FRANÇOIS-BERNARDMÂCHE