Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

LE PETIT JOURNAL SUPPLEMENT ILLUSTRE N° 549 du 19 mai 1901

de LE-PETIT-JOURNAL-SUPPLEMENT-ILLUSTRE

Les nouveaux Tintin

de le-nouvel-observateur

La Nouvelle Revue Française N° 552

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LaNouvelle RevueFrançaise
JOURNAUXINTIMES ETCARNETS
PARIS 5,rueSébastien-Bottin
ZsigmondJusth
AlexandreBlok
MarcelJouhandeau MariaSânchezArbôs
SOMMAIRE
EmmanuelBerl LouisGuilloux HenriPetit ArmandSalacrou MarcBernard RobertDesnos MauriceMeunier RogerJudrin JacquesMasui E.M.Cioran JacquesdeBourbonBusset EugèneIonesco RenéRoger ÉmileSimon HenriThomas
MarcelSchneider RobertMallet AlainBosquet
journalépoqueparisienne(tra-duitduhongroisparFran-çoisGachot) journal1911-1912(traduitdu russeparSylvieTécoutqff). AdieuàChaminadour journald'uneinstitutrice(traduit del'espagnolparSylvieLéger etBernardSesé) Surle<rJournalintime» journal Bribesd'unjournaldepensée journaldeCourval Notes Journal1944 Pagesdejournal Jardinfermé journal Fluctuations journal journald'uncitoyenmalgrélui Poussièresdemoi-même journal Iln'yapasdejournalintime Été,Paris journalintimedejanvier1968 journal journalpublic
5
19g 27
29 39 46 59 64 76 85 97 16o 1 29 136 156 167 1 84 189 198 200 209 221i 236
LaNouvelleRevueFrançaise
RogerVrigny JeanineAeply RobertAndré Jean-ClaudeBrisville Charles Duits GeorgesPerros JeanBlot JacquesBorel LorandGaspar JacquesBrenner ThorkildHansen
JeanBastaire JérômePeignot AlainClerval GuyRohou PierreOsterSoussouev KennethWhite
JudeStéfan ChristianGiudicelli
Accidentsdeparcours Pagesdejournal Pagesde carnets journal Notes Feuillesmortes NiKalimera,nihoraKali journal journaldeJérusalem Échantillons67-68 journal1945(traduitdudanois parAnnickMazaillier) Croireauprintemps journal Leslimitesdujournalintime Lecontrecoeur PaysageduTout LeDésertdeGobi(traduitde l'anglaisparMichelleTranVan Khai) Fauxjournal L'adieudupère
245 253 259 274 280 283 309 314 328 333
34 1 348 354 360 365 375
384 389 401
Journal
époqueparisienne
ZsigmondJusth,né en1863danslesud-estdelaHongrieetquiapparte-naitàunevieillefamille,anoblieauxv.siècle,commençaparétudierle droitetl'économiepolitiqueàKiel,ZurichetParis,avantdedébuterdans lalittérature.Sespremiersrécits,parusen1887sousletitred'Éblouisse-ments,mettentenscènedespersonnagesappartenantàl'aristocratiede sonpays.Suivent,danslemêmeespritcritique,Amourd'artiste(1888)et LaLégendedel'argent(1893).Parailleurs,ilsaitdiscernerlesqualitésdela paysanneriehongroise,d'où,en1891,LeLivredelaPuszta.Atteintde tuberculose,ilmeurten1894,ayantpuencoreterminerdeuxromans, l'un,d'inspirationpaysanneJulcsaGanyo,l'autre,consacréàl'histoire d'unefamilledelahauteHongrie,Fuismus,seretrouventsesdons d'analystesubtil,etquifurentpubliésen1895.
19janvier1888. JevaischezTaineà5heures.Iln'estpasd'homme quim'enimposeautantquelui,etenfaceduquelj'aie toujours,maistoujours,letrac.Pourtantnuln'est meilleur,plussimple,bienveillantet,peut-être,aussi grand. Jemesentaispetitjeunehomme engravant(sic)l'escalier. Levaletdechambrem'areconnuetm'annoncepar monnomavecunlargesourire.(Ilfautsavoirqu'une foisilm'aannoncécommeM.deHirsch;onimagine l'effetproduitsurlemaîtreetlamaîtressedemaison, maisaussisurmoi.) Bienqu'ilsmereçoiventchaleureusement,jesuis incapablededireunseulmotetilsn'enprononcent pasplus,deleurcôté,quecequ'ilséprouventàcet instant-là.
LaNouvelleRevue Française
Taineunhommetrapu,detaillemoyenne;delarges épaules,légèrementployéesenavant,unedémarche lenteetprécautionneuse.Sousseslunettes,sesyeux, atteintsd'unlégerstrabisme,brillentavecunecuriosité attentive.Uncostumetrèssimple,desmanièresdirectes etpaternelles.Ils'intéressetoujoursplusàuntalent enformationqu'àceluiquiadéjàtrouvésondévelop-pementdéfinitif.C'esttrèscaractéristiqueetc'estpeut-êtrecequifaitdeluilechefdetouteuneécolelittéraire internationale;sesdisciplesBrandes;leDanois,Bour-getetVogüé,parmilesFrançais,HenryJames,l'Amé-ricain. MaisdistinguonsBrandes(Danoisfrançais),Bourget (Français+Anglais+philosophieallemande),Vogüé (Français+Russe),HenryJames(Anglais+Français). Taines'intéresseàtouslesgenresd'hommes,il regardetoutaveclesyeuxducritiquecompréhensifet compréhensible.Bienqu'ilvoietoutàtraversles lunettesdusystèmecritiquequ'ilainventé(milieu, hérédité,circonstanceshistoriques).Ilestplusanglaisque français.Ilahorreurdelaphraséologieetdel'affecta-tion.Lorsqu'ilparle,c'estpourdirequelquechoseet, s'ils'entretientavecquelqu'un,c'estpourl'écouter. Quellesquesoientlesconditionsdanslesquellesilse trouve,lavérité(cequ'iltientpourlavérité)sort toujoursdesabouche;aussi,nombredepersonnes l'accusentd'êtrechangeantetluienfontlereproche. Onpourraitpenserqu'ilestl'inventeurdelaphrase èbreIIya céln'quelessotsquinechangentjamais. Safemmeestsondignependant.Elleporteégalement deslunettes,alupresqueautantquesonmarimais (c'estlà,peut-être,untraitquil'apparenteauxbas-bleus)ellemontremoinsd'indulgencequelui.Leur fille,Geneviève,encoreuneconglomérationanglofrançaise admirablementréussie. Lajeunefilleanglaise,simple,sansrechercheet,avec cela,ladylikedanstoutessesmanières.
Journalépoqueparisienne LeurfilleunitenelleleclairjugementdesFrançais etlesérieuxdesAnglais.Dommagequ'ellenesoitpas plusbelle.Unpeuanguleuse.
Mercredi25janvier. Aprèsledéjeuner,chezHuysmans,avecLouiseRead. Ilsepasseenmoiquelquechosedecurieuxàpropos decetécrivain.J'aieudumalàlireseslivresjusqu'au boutetpourtantilm'intéresseénormémentetjetrouve qu'ilabeaucoupdetalent. Quejem'explique!Lesujetet,danslaplupartdes cas,lespersonnagesdeseslivresmanquentd'intérêt (c'est,enlittérature,lamêmemanièrequecelledeson ancêtre,lecélèbrepeintredegenrehollandais,Huys-mans),maisletoutreçoitladorured'uneémotion chaleureuseetchaquedétailrévèleungrandartdans lafaçondontilestdépeint.C'estainsiqueplu-sieurspartiesdeEnménageetEnradem'ontenchanté; alorsquej'étaisincapabledeterminercesdeux livres. SeslivreslesplusintéressantsArebours(analysedela personnalitéMontesquiou-Fézensac)etsonrecueilde critiquesL'Artmoderne. L'homme,àmonavis,estunde ceuxquiméritentle plusderetenirl'attentionparmilesécrivainsfrançaiset j'aiétéravidefairesaconnaissance. IlhabiteruedeSèvresaucinquièmeétaged'une vieillemaison. Ilestvenuau-devantdenous.Unhommedetaille moyenne.Descheveuxetunebarbegrisonnants.Unnez busqué,desyeuxgris(quejecroisgris).Uneexpres-sionmélancoliquesurlevisage.Ilaressemblerà sonpère(hollandais)plusqu'àsamère.Ilparlelen-tementmaissansaffectation.Tant<qu'ilparle,sa figurerestecalme,empreinted'unprofondsentiment. Ilnesaitpassourire,dèsqu'ilsouritsestraitsse
LaNouvelleRevueFrançaise contorsionnent;c'esttrèscaractéristiquedesapart. Sonintérieurestcommeluietcommeseslivres beaucoupdechaleuretd'atmosphère. Nouspénétronsd'aborddansunepetitesalleà manger.Unegrandebibliothèque,quelquesgravures, quelquesporcelainesanciennes.Surlatableunmanus-critqu'ilvientdecommencer.Onpasseensuiteau salon.Danslecoin,unecheminéeentouréedechaises. Lacouleurgénéraledesdeuxpiècesungriscendrésur lequellesdessins,lesporcelainesetquelquesobjets d'artsedétachent. Commependantàlacheminée,unepetitetableau-dessusdelaquellesetrouveleportraitdeGoncourt (unecélèbregravure);unpeuplusloin,sonpropre portrait,trèsmauvais,peintdefaçonincohérente,ila l'airdesortird'uncachot. Sousleportrait,unefantaisied'OdilonRedon,moins démentiellequenelesontd'habitudelestableauxde cepeintre.Sonsujetlediableemporteavecluidans l'espaceunejeunefilledemi-nue,àmoitiéhabillée d'unerobedestylegothique,seulLucifersaitcequ'il chuchoteàl'oreilledelafillequiregarde,lesyeuxfixes, droitdevantelle. Enface,unepetitebibliothèqueaveclescélèbres livresdeHuysmans.(C'estàParisqu'onpeutvoirles plusbellesreliures.) Alafin,ilnousmontresachambreàcoucher.Ony remarquedeuxpetitesgravuresdeRembrandt,au-dessusdulit. Nousretournonsdanslesalon.Ilmontrelesvolumes reliés.Quelques-unssontvéritablementadmirables. Parexemple,l'und'eux(LesCroquisparisiens)dansune reliurevioletetor;àl'intérieur,unpapierjaponais avecdesfleursd'unordélavésurunfondd'unbleu verdâtre.C'est,sansaucundoute,laplusbellereliure modernequej'aiejamaisvue. UneintéressantereliureArkydéneril,mi-LouisXV,