Journaux intimes et Carnets N° 274

De
Zsigmond Justh, Journal : époque parisienne
Alexandre Blok, Journal 1911-1912
Marcel Jouhandeau, Adieu à Chaminadour
María Sánchez Arbós, Journal d'une institutrice
Emmanuel Berl, Sur le 'Journal intime'
Louis Guilloux, Journal
Henri Petit, Bribes d'un Journal de pensée
Armand Salacrou, Journal de Courval
Marc Bernard, Notes
Robert Desnos, Journal 1944
Maurice Meunier, Pages de Journal
Roger Judrin, Jardin fermé
Jacques Masui, Journal
Cioran, Fluctuations
Jacques de Bourbon Busset, Journal
Eugène Ionesco, Journal d'un citoyen malgré lui
René Roger, Poussières de moi-même
Émile Simon, Journal
Henri Thomas, Il n'y a pas de journal intime - Été, Paris
Marcel Schneider, Journal intime de janvier 1968
Robert Mallet, Journal
Alain Bosquet, Journal public
Roger Vrigny, Accidents de parcours
Janine Aeply, Pages de Journal
Robert André, Pages de carnets
Jean-Claude Brisville, Journal
Charles Duits, Notes
Georges Perros, Feuilles mortes
Jean Blot, Ni Kali mera, ni hora Kali
Jacques Borel, Journal
Lorand Gaspar, Journal de Jérusalem
Jacques Brenner, Échantillons 67-68
Thorkild Hansen, Journal 1945
Jean Bastaire, Croire au printemps
Jérôme Peignot, Journal
Alain Clerval, Les limites du Journal intime
Guy Rohou, Le contrecœur
Pierre Oster, Paysage du Tout
Kenneth White, Le Désert de Gobi
Jude Stéfan, Faux Journal
Christian Giudicelli, L'adieu du père
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072389344
Nombre de pages : 408
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LaNouvelle RevueFrançaise
JOURNAUXINTIMES ETCARNETS
PARIS 5,rueSébastien-Bottin
ZsigmondJusth
AlexandreBlok
MarcelJouhandeau MariaSânchezArbôs
SOMMAIRE
EmmanuelBerl LouisGuilloux HenriPetit ArmandSalacrou MarcBernard RobertDesnos MauriceMeunier RogerJudrin JacquesMasui E.M.Cioran JacquesdeBourbonBusset EugèneIonesco RenéRoger ÉmileSimon HenriThomas
MarcelSchneider RobertMallet AlainBosquet
journalépoqueparisienne(tra-duitduhongroisparFran-çoisGachot) journal1911-1912(traduitdu russeparSylvieTécoutqff). AdieuàChaminadour journald'uneinstitutrice(traduit del'espagnolparSylvieLéger etBernardSesé) Surle<rJournalintime» journal Bribesd'unjournaldepensée journaldeCourval Notes Journal1944 Pagesdejournal Jardinfermé journal Fluctuations journal journald'uncitoyenmalgrélui Poussièresdemoi-même journal Iln'yapasdejournalintime Été,Paris journalintimedejanvier1968 journal journalpublic
5
19g 27
29 39 46 59 64 76 85 97 16o 1 29 136 156 167 1 84 189 198 200 209 221i 236
LaNouvelleRevueFrançaise
RogerVrigny JeanineAeply RobertAndré Jean-ClaudeBrisville Charles Duits GeorgesPerros JeanBlot JacquesBorel LorandGaspar JacquesBrenner ThorkildHansen
JeanBastaire JérômePeignot AlainClerval GuyRohou PierreOsterSoussouev KennethWhite
JudeStéfan ChristianGiudicelli
Accidentsdeparcours Pagesdejournal Pagesde carnets journal Notes Feuillesmortes NiKalimera,nihoraKali journal journaldeJérusalem Échantillons67-68 journal1945(traduitdudanois parAnnickMazaillier) Croireauprintemps journal Leslimitesdujournalintime Lecontrecoeur PaysageduTout LeDésertdeGobi(traduitde l'anglaisparMichelleTranVan Khai) Fauxjournal L'adieudupère
245 253 259 274 280 283 309 314 328 333
34 1 348 354 360 365 375
384 389 401
Journal
époqueparisienne
ZsigmondJusth,né en1863danslesud-estdelaHongrieetquiapparte-naitàunevieillefamille,anoblieauxv.siècle,commençaparétudierle droitetl'économiepolitiqueàKiel,ZurichetParis,avantdedébuterdans lalittérature.Sespremiersrécits,parusen1887sousletitred'Éblouisse-ments,mettentenscènedespersonnagesappartenantàl'aristocratiede sonpays.Suivent,danslemêmeespritcritique,Amourd'artiste(1888)et LaLégendedel'argent(1893).Parailleurs,ilsaitdiscernerlesqualitésdela paysanneriehongroise,d'où,en1891,LeLivredelaPuszta.Atteintde tuberculose,ilmeurten1894,ayantpuencoreterminerdeuxromans, l'un,d'inspirationpaysanneJulcsaGanyo,l'autre,consacréàl'histoire d'unefamilledelahauteHongrie,Fuismus,seretrouventsesdons d'analystesubtil,etquifurentpubliésen1895.
19janvier1888. JevaischezTaineà5heures.Iln'estpasd'homme quim'enimposeautantquelui,etenfaceduquelj'aie toujours,maistoujours,letrac.Pourtantnuln'est meilleur,plussimple,bienveillantet,peut-être,aussi grand. Jemesentaispetitjeunehomme engravant(sic)l'escalier. Levaletdechambrem'areconnuetm'annoncepar monnomavecunlargesourire.(Ilfautsavoirqu'une foisilm'aannoncécommeM.deHirsch;onimagine l'effetproduitsurlemaîtreetlamaîtressedemaison, maisaussisurmoi.) Bienqu'ilsmereçoiventchaleureusement,jesuis incapablededireunseulmotetilsn'enprononcent pasplus,deleurcôté,quecequ'ilséprouventàcet instant-là.
LaNouvelleRevue Française
Taineunhommetrapu,detaillemoyenne;delarges épaules,légèrementployéesenavant,unedémarche lenteetprécautionneuse.Sousseslunettes,sesyeux, atteintsd'unlégerstrabisme,brillentavecunecuriosité attentive.Uncostumetrèssimple,desmanièresdirectes etpaternelles.Ils'intéressetoujoursplusàuntalent enformationqu'àceluiquiadéjàtrouvésondévelop-pementdéfinitif.C'esttrèscaractéristiqueetc'estpeut-êtrecequifaitdeluilechefdetouteuneécolelittéraire internationale;sesdisciplesBrandes;leDanois,Bour-getetVogüé,parmilesFrançais,HenryJames,l'Amé-ricain. MaisdistinguonsBrandes(Danoisfrançais),Bourget (Français+Anglais+philosophieallemande),Vogüé (Français+Russe),HenryJames(Anglais+Français). Taines'intéresseàtouslesgenresd'hommes,il regardetoutaveclesyeuxducritiquecompréhensifet compréhensible.Bienqu'ilvoietoutàtraversles lunettesdusystèmecritiquequ'ilainventé(milieu, hérédité,circonstanceshistoriques).Ilestplusanglaisque français.Ilahorreurdelaphraséologieetdel'affecta-tion.Lorsqu'ilparle,c'estpourdirequelquechoseet, s'ils'entretientavecquelqu'un,c'estpourl'écouter. Quellesquesoientlesconditionsdanslesquellesilse trouve,lavérité(cequ'iltientpourlavérité)sort toujoursdesabouche;aussi,nombredepersonnes l'accusentd'êtrechangeantetluienfontlereproche. Onpourraitpenserqu'ilestl'inventeurdelaphrase èbreIIya céln'quelessotsquinechangentjamais. Safemmeestsondignependant.Elleporteégalement deslunettes,alupresqueautantquesonmarimais (c'estlà,peut-être,untraitquil'apparenteauxbas-bleus)ellemontremoinsd'indulgencequelui.Leur fille,Geneviève,encoreuneconglomérationanglofrançaise admirablementréussie. Lajeunefilleanglaise,simple,sansrechercheet,avec cela,ladylikedanstoutessesmanières.
Journalépoqueparisienne LeurfilleunitenelleleclairjugementdesFrançais etlesérieuxdesAnglais.Dommagequ'ellenesoitpas plusbelle.Unpeuanguleuse.
Mercredi25janvier. Aprèsledéjeuner,chezHuysmans,avecLouiseRead. Ilsepasseenmoiquelquechosedecurieuxàpropos decetécrivain.J'aieudumalàlireseslivresjusqu'au boutetpourtantilm'intéresseénormémentetjetrouve qu'ilabeaucoupdetalent. Quejem'explique!Lesujetet,danslaplupartdes cas,lespersonnagesdeseslivresmanquentd'intérêt (c'est,enlittérature,lamêmemanièrequecelledeson ancêtre,lecélèbrepeintredegenrehollandais,Huys-mans),maisletoutreçoitladorured'uneémotion chaleureuseetchaquedétailrévèleungrandartdans lafaçondontilestdépeint.C'estainsiqueplu-sieurspartiesdeEnménageetEnradem'ontenchanté; alorsquej'étaisincapabledeterminercesdeux livres. SeslivreslesplusintéressantsArebours(analysedela personnalitéMontesquiou-Fézensac)etsonrecueilde critiquesL'Artmoderne. L'homme,àmonavis,estunde ceuxquiméritentle plusderetenirl'attentionparmilesécrivainsfrançaiset j'aiétéravidefairesaconnaissance. IlhabiteruedeSèvresaucinquièmeétaged'une vieillemaison. Ilestvenuau-devantdenous.Unhommedetaille moyenne.Descheveuxetunebarbegrisonnants.Unnez busqué,desyeuxgris(quejecroisgris).Uneexpres-sionmélancoliquesurlevisage.Ilaressemblerà sonpère(hollandais)plusqu'àsamère.Ilparlelen-tementmaissansaffectation.Tant<qu'ilparle,sa figurerestecalme,empreinted'unprofondsentiment. Ilnesaitpassourire,dèsqu'ilsouritsestraitsse
LaNouvelleRevueFrançaise contorsionnent;c'esttrèscaractéristiquedesapart. Sonintérieurestcommeluietcommeseslivres beaucoupdechaleuretd'atmosphère. Nouspénétronsd'aborddansunepetitesalleà manger.Unegrandebibliothèque,quelquesgravures, quelquesporcelainesanciennes.Surlatableunmanus-critqu'ilvientdecommencer.Onpasseensuiteau salon.Danslecoin,unecheminéeentouréedechaises. Lacouleurgénéraledesdeuxpiècesungriscendrésur lequellesdessins,lesporcelainesetquelquesobjets d'artsedétachent. Commependantàlacheminée,unepetitetableau-dessusdelaquellesetrouveleportraitdeGoncourt (unecélèbregravure);unpeuplusloin,sonpropre portrait,trèsmauvais,peintdefaçonincohérente,ila l'airdesortird'uncachot. Sousleportrait,unefantaisied'OdilonRedon,moins démentiellequenelesontd'habitudelestableauxde cepeintre.Sonsujetlediableemporteavecluidans l'espaceunejeunefilledemi-nue,àmoitiéhabillée d'unerobedestylegothique,seulLucifersaitcequ'il chuchoteàl'oreilledelafillequiregarde,lesyeuxfixes, droitdevantelle. Enface,unepetitebibliothèqueaveclescélèbres livresdeHuysmans.(C'estàParisqu'onpeutvoirles plusbellesreliures.) Alafin,ilnousmontresachambreàcoucher.Ony remarquedeuxpetitesgravuresdeRembrandt,au-dessusdulit. Nousretournonsdanslesalon.Ilmontrelesvolumes reliés.Quelques-unssontvéritablementadmirables. Parexemple,l'und'eux(LesCroquisparisiens)dansune reliurevioletetor;àl'intérieur,unpapierjaponais avecdesfleursd'unordélavésurunfondd'unbleu verdâtre.C'est,sansaucundoute,laplusbellereliure modernequej'aiejamaisvue. UneintéressantereliureArkydéneril,mi-LouisXV,
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant