L'Envol

De
Publié par

Durant quelques années, j’ai parcouru le monde, observé d’autres sociétés et compris que je vivais, en France, certainement dans l’une des meilleures. Une société où j’ai accès à l’éducation, la santé, les services sociaux. Une société où je suis libre, où je peux être une femme et choisir ma vie. En même temps, lorsque je suis rentrée en 2001, son autre visage m’a sauté aux yeux. Nous avions basculé dans un autre millénaire et la surconsommation, la pollution, la spéculation atteignaient des sommets. Tout était absurde et indécent. La machine s’était emballée et plus personne ne semblait pouvoir l’arrêter.J’avais le sentiment que nous étions le cancer de la terre. Dans les plaisirs de la paix et de l’opulence, la société vivait sans craintes et sans remise en question. A moi, la nature manquait. Tous mes raisonnements se heurtaient à des murs, je ne trouvais pas de sens, et surtout je ne voyais pas d’issues. En 2015, au beau milieu de l’actualité entre la crise, les attentats de Charlie et ceux de Paris concomitants à la COP 21, l’ultime alerte de la nature malade, j’ai aperçu enfin un chemin…   "Merci pour ce moment de lecture agréable et inspirant. vous souhaite de tout cœur d'être édité ne serait-ce que pour aider l'humanité à prendre enfin son envol..." Nicolas Hulot
Publié le : mercredi 25 mai 2016
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791026205586
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Cecile MOLL
L'Envol "Chronique d'une révolution écologique"
© Cecile MOLL, 2016
ISBN numérique : 979-10-262-0558-6
Courriel : contact@librinova.com
Internet : www.librinova.com
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
A Mr le Président,
« Mr le Président, je vous fais une bafouille
Que vous lirez sûrement…
[…]
Et va pas t’imaginer, Monsieur le Président
Qu’ j’suis manipulé par les rouges ou les blancs
J’ne suis qu’un militant du parti des oiseaux
De la terre, des enfants, des baleines et de l’eau »
Renaud,Le Déserteur, 1983
Préambule
Uurant quelques années, j’ai parcouru le monde, observé d’autres sociétés et compris que je vivais, en France, certainement dans l’une des meilleures. Ûne société où j’ai accès à l’éducation, la santé, les services sociaux. Ûne société où je suis libre, ou je peux être une femme et choisir ma vie.
En même temps, lorsque je suis rentrée en 2001, son autre visage m’a sauté aux yeux. Nous avions basculé dans un autre millénaire et la surconsommation, la pollution, la spéculation atteignaient des sommets. Tout était absurde et indécent.La machine s’était emballée et plus personne ne semblait pouvoir l’arrêter.
J’avais le sentiment que nous étions le cancer de la terre.
Terre est mon corps… souillé,
Eau est mon sang… contaminé,
L’air est mon souffle… pollué,
Le feu est mon esprit…
Uans les plaisirs de la paix et de l’opulence, la société vivait sans craintes et sans remise en question.
A moi, la nature manquait, j’étais comme une bête sauvage dont la jungle aurait été détruite chaque jour à coup de bulldozer. Je me sentais acculée.
Je pleurais dans les supermarchés, devant les informations, devant les cadeaux de Noël. Tous mes raisonnements se heurtaient à des murs, je ne trouvais pas de sens, et surtout je ne voyais pas d’issues.
En 2015, au beau milieu de l’actualité entre la crise, les attentats de Charlie et ceux de Paris concomitants à la COP 21, l’ultime alerte de la nature malade, j’ai aperçu enfin un chemin…
Je l’ai emprunté pour voir où il menait. J’y ai rencontré un sage, un aventurier et un révolutionnaire. Ils m’ont accompagné, veillant à la rigueur du fond tandis que j’envisageais la route.
Voici le récit, l’aventure d’un chemin affrontable.
Ûn chemin indispensable car nous n’avons plus le choix, nous devons changer.
Ûn chemin réaliste car les graines ne demandent qu’à être mises en terre. Tout est déjà existant, il suffit juste de mettre en action une résolution novatrice.
Ûn chemin possible car comme vous le verrez les politiques le réclament, y voyant la solution à la dérive de la jeunesse.
Et si le passage était juste ici, sous nos yeux, à la jonction de tous les évènements du présent… ?
I - LE SAGE
L’IMPORTANCE D’AGIR
Une fête pour s’en convaincre - 4 juillet 2014
ne copine qui me sait intéressée par les livres et la démarche du philosophe agronome Pierre Rabhi, me propose un week-end dans la Drôme dans son fief des Amanins. Au programme, des conférences, de la musique. Une escapade en pleine nature, à l’orée de l’été, j’adore. Mais la veille, la copine se désiste. Je me retrouve seule avec le numéro de Manu, un copain qui s’y rend.
La quarantaine calme, le verbe posé, une petite moustache qui lui donne un air mi-gentleman mi-Freddy Mercury, Manu est charmant. Il a embarqué avec lui sa fille adolescente, Léa. Il me raconte qu’il y a peu, il était routier, il sillonnait l’Europe avec des produits frais et il trouvait cela “bizarre”. Ce qu’il aimait dans ce travail, c’était la solitude que lui laissaient les heures de route et la liberté de penser comme une longue méditation… Aujourd’hui, il a un emploi dans les assurances et litiges entre constructeurs. Cela ne le réjouit pas, mais il a fait ce choix pour être plus proche de Léa.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.