Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Nouvelle Nouvelle Revue Française N' 6 (Juin 1953)

De
228 pages
Paul Claudel, Entretiens avec Jean Amrouche (I)
Jean Hugues, ŤLe Počme pulvérisé parut ŕ ŤFontaineť en 1947...ť
René Char, Arričre-histoire du Počme pulvérisé
Cioran, D'une certaine expérience de la mort
Roger Peyrefitte, Les Trois Roses
Franz Kafka, Lettre au pčre (Fin)
André Dhôtel, Les Premiers Temps (Fin)
Chroniques : recherches :
Maurice Blanchot, L'expérience d'Igitur
Chroniques : la littérature :
Marcel Arland, Race du Soleil, par Marcel Arland
Jean Grenier, Deux précurseurs de l'État moderne
Notes : la littérature :
Jean Duvignaud, L'An mil, par Henri Focillon (Armand Colin)
François Nourissier, Géographie universelle, par Bernard Frank (La Table Ronde)
Notes : les romans :
Dominique Aury, La Pierre angulaire, par Zoé Oldenbourg (Gallimard)
Manuel Rainoird, Les Gommes, par Alain Robbe-Grillet (Éditions de Minuit) - Jules et Jim, par Henri-Pierre Roché (Gallimard)
Notes : littérature étrangčre :
Jean Duvignaud, Avant que le coq chante, par Cesare Pavese (Gallimard)
Notes : les arts :
René de Solier, Steinberg (Galerie Maeght) - Hajdu (Galerie Jeanne Bucher)
Notes : le cinéma :
Denis Marion, Le Salaire de la peur, d'H.-G. Clouzot
Notes : la musique :
Marina Scriabine, Ŕ propos des Ballets de Bali
Revue des livres :
Jean Guérin, De l'érotisme, par Robert Desnos (Cercle des Arts)
Anonymes, Irčne, Anonyme (Chez l'auteur)
Jean Guérin, Le discours de la derničre chance, par Paul Rassinier (Voie de la Paix) - Dictionnaire de l'argot moderne, par G. Sandry et M. Carrčre (Dauphin) - René Guénon, par Paul Sérant (La Colombe)
Les films :
Gilbert Villars, La vie des grands étangs, d'Homoki-Nagy
Les expositions :
René de Solier, Les expositions
Les revues, les journaux :
Albert Camus, Peut-ętre
Anonymes, Poésie involontaire
René de Solier, Le prisonnier politique inconnu
Le temps, comme il passe :
Gilbert Lely, Sade a-t-il été jaloux de Laclos?
André Pieyre de Mandiargues, L'exposition Jarry
Henri Pierre Roché, Souvenirs sur Marcel Duchamp
Jacques Audiberti, Paris fut
Anonymes, Bulletin
Textes :
Fr.-J. Carmody, Note
Anonymes, Le livre du Physiologue
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

BULLETIN DE JUIN1953
SUPPLÉMENT A LA NOUVELLE N.R.F.
DU I" JUIN 1953
N° 6
Wjf
PUBLICATIONS DE MAI
Les ouvrages analysés dans cette rubrique sont ceux dont la mise en vente a
été prévue pour le courant du mois. Il est cependant possible que, pour des
raisons techniques, la mise en vente de certains d'entre eux se trouve reportée
plus tard.
POÉSIE
NOUVEAU (Germain) ŒUVRES POÉTIQUES, I
Premiers Vers. Dixains réalistes. Notes parisiennes. La Doctrine de l'Amour.
Edition établie par Jules Mouquet et Jacques Brenner. Préface de Jacques Brenner.
Compagnon de Rimbaud, puis de Verlaine, Germain Nouveau n'est pas un inconnu.
Son récent centenaire n'est nullement passé inaperçu. Beaucoup cependant n'ont lu
de lui que deux ou trois poèmes dans des anthologies ses œuvres n'avaient pas
été rééditées depuis près de trente ans. Peut-être Nouveau va-t-il trouver enfin
sa place véritable dans notre poésie.
Aragon a écrit que Nouveau est « non pas un poète mineur, mais un grand poète.
Non pas un épigone de Rimbaud son égal. » Quant à André Breton, il ne sait pas
de poète qui ait fait « scintiller et éclore plus merveilleuse rosée verbale ».
La présente édition, en partie originale, présente 'les œuvres de Nouveau dans
un ordre chronologique, le seul valable en l'absence de toute indication de l'auteur
qui n'autorisa la publication d'aucun recueil.
La vie de Nouveau n'est pas moins remarquable que son œuvre. L'une et l'autre
sont inséparables. C'est pourquoi on trouvera, dans la préface de Jacques Brenner,
d'importantes notes biographiques ainsi qu'un choix de lettres significatives.
ROMANS
AUDISIO (Gabriel) LE COLOMBIER DE PUYVERT.
On retrouve, dans Le Colombier de Puyvert, les personnages picaresques
méditerranéens chers à Gabriel Audisio, tels qu'on les rencontrait déjà dans Les
Compagnons de l'Ergador.
Sauveur, chef d'une petite bande de sympathiques aventuriers, les avait menés,BULLETIN DE JUIN 1953
à travers mille péripéties picaresques, des environs de Marseille à la Corse, en
passant par les Baléares et l'Algérie.
Dans ce nouveau roman, nos aventuriers vont aller de la Corse à la Grèce, en
passant par l'île d'Elbe, Piombino, Naples, Brindisi. Que cherchent-ils donc ? Une île.
Quelle île ? Une île où ils pourront vivre librement, sans contraintes légales. Autant
dire une chimère.
Ils s'en apercevront quand ils auront finalement échoué sur le pauvre îlot de
Cratéros-la-Fenouillère, perdu au fond de l'archipel des Cyclades, après avoir
traversé des aventures d'un comique souvent truculent.
Alors le climat du livre se transforme. Sauveur voit se défaire la communauté
fraternelle dont il avait rêvé. Il voit mourir d'abord le vieux Cuscute, un érudit
semble-fou qui représentait peut-être le dernier exemplaire de la fantaisie
individualiste. Il voit mourir ensuite sa propre mère, qui représentait la vieille sagesse
provençale.
Nous sommes en 1932. Le monde entre dans sa grande division. Des compagnons
de Sauveur, les uns vont vers les milices totalitaires, les autres vers la révolution
prolétarienne. Et Sauveur reste seul, provisoirement du moins. Il devient l'image
même de l'intellectuel qui ne peut pas encore « choisir ». Dans une ardente
méditation, au creux du colombier de Puyvert déserté des oiseaux (ce colombier existe
bel et bien du côté du Lubéron), Sauveur cherche passionnément résoudre ses
contradictions, à retrouver cet équilibre propre au génie méditerranéen, qui
sauvera peut-être le monde, cette « pensée de midi » comme dit Camus, de «
midile-juste » comme disait Valéry, qu'Audisio lui-même a cherchée dans ses essais
(Jeunesse de la Méditerranée, Sel de la Mer, Ulysse ou l'Intelligence) et qu'a voulu
distinguer le récent Grand Prix de la Société des Gens de Lettres.
Pourtant la gravité de cet épilogue n'est nullement pessimiste. La confiance en
l'homme demeure intacte. Nul doute qu'à l'heure de la vérité Sauveur sera « du
côté de l'homme ». Et les lecteurs seront sans doute sensiblesau ton de cet ouvrage,
qui, indifférent à la mode, mêle le rire le plus franc aux chagrins les plus purs, et qui
fait preuve, au total, d'une excellente santé morale.
BAY (André) LA FONTE DES NEIGES.
Une débâcle de l'amour et de l'amitié, de l'ambition aussi, voilà ce qu'évoque
cette « fonte des neiges qui met fin à la saison .des sports d'hiver. Un grand
écrivain, sa fille Clara et un jeune homme, Constant, admirateur du père et amoureux
de la fille, sont les principaux personnages de ce roman. Des liens subtils et
rigoureux se nouent entre eux; un combat se livre où s'affrontent l'esprit, la grâce et
l'amour. Au bout du compte, il semble que la neige l'emporte. C'est qu'une passion
de pureté et d'absolu domine Constant passion qui ne pouvait faire de lui qu'un
vaincu.
A l'arrière-plan du drame s'agite le petit peuple de l'hôtel où Constant et son ami
Marcus se sont installés. Tous ces personnages nous sont décrits avec un humour
à la fois pitoyable et cruel. On n'oublie pas Marcus dont l'assurance sportive
contraste avec la grâce fébrile de Constant; madame Augusta, la bonne hôtesse, qui
étend sa sollicitude aux amours de ses pensionnaires. Olympe, la betle fille du
village. André Bay a désormais sa palette et son univers, que nous n'avons pas oubliés
depuis la lecture de son premier roman L'Ecole des Vacances. C'est un univers
secret et douloureux, non dépourvu de force encore que celle-ci apparaisse voilée
sous la tendresse et le rêve. Dans tout cela, un symbolisme qui n'est pas sans trouver
un curieux écho chez de jeunes romanciers d'Outre-Atlantique. De ce romantisme
nouveau, paré aux couleurs de notre après-guerre et oùles éléments de la nature
semblent liés inextricablement aux passions du cœur, André Bay s'affirme comme
l'un des meilleurs représentants.
BLANCHOT (Maurice) CELUI QUI NE M'ACCOMPAGNAIT PAS.
Ce récit est peut être le plus « difficile» qu'ait écrit Blanchot. Pourtant, il est
plus clair que ses récits précédents; tout ce qui s'y passe est réel (et hautement
tragique).BULLETIN DE JUIN 1953
Celui qui ne m'accompagnait pas est le troisième panneau du triptyque dont
l'Arrêt de Mort et Au Moment voulu formaient les deux premiers panneaux.
Ils constituent trois récits distincts, mais ils appartiennent cependant tous les trois
à la même expérience.
GUÉRIN (Raymond) LES POULPES.
Les Poulpes sont les formes hideuses dont se sert la Société pour avilir et museler
les individus. Les individus ici, ce sont des prisonniers, prisonniers d'hier,
prisonniers de tous les temps. Raymond Guérin, en maint endroit, les appelle des larves.
Car c'est bien une vie larvaire que traînent ceux dont il retrace ici l'existence
dérisoire.
Mais Raymond Guérin est un grand romancier. Ces larves prennent sous sa plume
des figures saisissantes. Avec un magma de quelques centaines de reclus, il recrée
toute une Société. Société confinée, sans doute, soumise aux exigences de la faim,
à la tyrannie des geôliers, aux sottises de la propagande, mais société quand même
avec ses lâchetés, ses héroïsmes, ses amours, sa politique. Ceux qui la composent
sont eux-mêmes affublés de sobriquets qui les dépeignent tout en les
dépersonnalisant Domisoldo, Le Folliculaire, Thorax d'Ajax, le Prince, Tante Pitty, Marie
Madeleine, Alcibiade, Paludes. et surtout Le Grand Dab qui n'est autre que
Monsieur Hermès, le héros de L'Apprenti et de Parmi tant d'autres feux.
«Il s'agit là avant tout», écrit l'auteur, «d'un livre de dérision. Dérision du sujet
et dérision du style. » Mais il s'agit aussi d'une véritable épopée, dure, implacable,
désespérée. C'est le constat tragique d'un homme conscient de l'amère dérision
de la vie. le bilan d'un destin irrémédiablement voué au cauchemar et à la
fantasmagorie criminelle d'une société policière.
HERBART (Pierre) L'AGE D'OR.
Voici un livre qui parle de la jeunesse avec liberté, je veux dire sans honte ni
complaisance. Après tant d'ouvrages qui mettaient la jeunesse en accusation, ce
récit nous la montre innocente, même lorsque les hommes l'enchaînent.
Chaque âge a ses plaisirs, dit Boileau, cité par l'auteur. Ce sont ici les plaisirs de
l'amour. Le lecteur doit savoir au moins qu'il s'agit de l'amour des garçons, dont il
est parlé avec franchise. Mais cet amour est évoqué, sans complaisance ni
coquetterie, ce qui, pour finir, le rend plus respectable que la chiennerie dont nos scènes
de boulevards parlent sans relâche à d'inlassables spectateurs. C'est pourquoi on
souhaite à ce livre de n'être pas trop souillé par les ricanements qui servent de
contrechant, chez nous, aux choses de l'amour. Le mot pureté est un mot dont il
convient de se méfier (presque autant que du mot « humanisme »). Mais, allié à
celui de plaisir, on peut encore en faire usage. Il est donc permis de dire que « L'Age
d'Or » est un livre pur qu'on ne voudrait mettre qu'entre des mains nettes.
Le climat de cette œuvre est d'ailleurs tragique. Mais ce tragique ne se sépare
pas de la lumière ni de la joie. Le don de vie est merveilleux, la lumière est bonne,
la seule tragédie est de la quitter et de devoir faire face à la nuit. Ce sentiment
profond et simple, mis en ordre par un véritable écrivain, nous vaut aujourd'hui
« L'Age d'Or », beau récit qu'on recommande à quelques-uns.
A. C.
MEYER (Dick) ISABELLE ou LE COMPLEXE DES ILES.
Jean, orphelin de la guerre 14-1 8, petit-fils d'un grand colonial décédé, est élevé
parmi les femmes. Il passe ses vacances d'enfant dans une maison de famille au bord
du Rhône, avec ses deux cousines germaines Isabelle, qui est plus âgée que lui, et
Anne, plus jeune. Isabelle est la conquête, l'ardeur, l'aventure; Anne, la douceur,
la fidélité, la résignation. Jean les aime toutes les deux, avec une préférence marquée
pour Isabelle. L'une est l'initiatrice, l'autre celle qu'on initie. Elles sont à l'image des
Iles-Sœurs, dont Jean aime poursuivre l'exploration imaginaire, en attendant d'en
rechercher les survivances jusqu'au fond de l'Afrique et de l'Asie.BULLETIN DE JUIN 1953
Jean est désormais voué aux amours doubles. A deux reprises, une femme jouera
auprès de lui le rôle d'Isabelle, une autre sera destinée à jouer le rôle d'Anne. C'est
là son Complexe des Iles. Il n'aura de cesse qu'il n'ait réuni intimement les deux
partenaires de sa quête; l'épisode africain du livre est l'histoire de cette rencontre.
Cette situation risquerait de se présenter à nouveau si les hasards de la guerre
ne l'amenaient en Chine où un étrange Chinois, adepte de disciplines mystérieuses,
se prend de sympathie pour lui et va lui servir de père. Comme beaucoup de
Chinois, ce personnage a eu autrefois deux épouses. Sous sa conduite, Jean entreprend
une expérience de rêve éveillé à travers la peinture chinoise, comme un autre
périple à la recherche de sa vérité. Il accède ainsi à l'âge d'homme, se délivre de sa
longue enfance, et les Iles-Soeurs contrastées font place en lui au mythe de l'Ile
féminine unique.
Isabelle ou le Complexe des Iles est le premier roman de Dick Meyer. Il comporte
des épisodes délicieux et des épisodes poignants. Le ton peut évoquer parfois
l'exotisme cher au XVIII' siècle (le temps des Iles), mais l'ambiance tour à tour
dramatique et surréelle est bien de notre époque. Des motifs secondaires
s'entrelacent au thème principal, poursuivant une évolution parallèle à celle des héros.
C'est plus qu'une promesse. Dick Meyer a quelque chose à dire et les moyens de le
dire.
MARGERIT (Robert) LA FEMME FORTE.
Dominique Brunet est une belle et ardente jeune femme. Par son intelligence,
son autorité, son habileté aux affaires, elle a fait du petit journal La Presse, dont elle
est secrétaire générale, un quotidien régional à fort tirage. Aussi considère-t-elle
ce journal comme sa chose. Elle y règne en maîtresse rien ne se fait sans son accord
les typos et les rotativistes l'aiment, les rédacteurs la craignent, le conseil
d'administration la respecte.
Mais le destin des créateurs est souvent d'être dépassés par leur création. La
Presse est devenue un journal trop important pour se passer de rédacteur en chef.
On donne ce poste à un M. Romain, venu tout exprès de Paris. L'antagonisme entre
Romain et Dominique éclate. Il se marquera par une série de drames. Dominique
est une femme forte, mais ses désirs, ses passions, ses fureurs la dominent. Romain
lui oppose une douceur inflexible. Lequel d'entre eux triomphera? Réussira-t-il
à lui enlever, en même temps que le journal, l'être qu'elle aime ? Mais on n'abat
pas ainsi les vrais créateurs, car leur création n'est jamais finie.
Robert Margerit décrit avec beaucoup de finesse et d'observation les mœurs du
journalisme et de la province. Mais on retrouvera aussi, dans ce roman, l'auteur
de Mont-Dragon, de Par un été torride et du Dieu nu (Prix Théophraste Renaudot
1951),qui sait jeter, sur les problèmes de l'amour, une lumière insolite.
SARRAUTE (Nathalie) MARTEREAU.
C'est un jeune homme qui raconte cette histoire. Il vit chez son oncle à Paris,
et soigne ses poumons dans le confort et l'oisiveté. Sauf de brefs moments de
lucidité, ou plutôt de vision conventionnelle, il est plongé la plupart du temps dans
un état d'hypersensibilité qui lui fait attribuer aux faits et aux sensations une
signi• fication étrange.
L'oncle, ayant décidé de placer une somme d'argent sans avoir à la déclarer au
fisc, demande à un de ses amis, Martereau, d'acheter une maison en son nom.
Martereau est un homme d'un certain âge, de milieu modeste le narrateur
l'admire et l'envie pour sa solidité et sa banalité apparentes où il croit trouver un
remède à ses propres incertitudes.
C'est le narrateur lui-même d'ailleurs qui porte l'argent à Martereau. Il oublie
de lui en demander reçu.
L'attitude de Martereau après l'acquisition de la maison inquiète la famille du
narrateur Martereau, en effet, s'installe dans cette maison avec sa femme sous
prétexte de surveiller les travaux; il ne répond même pas aux lettres de l'oncle.
Martereau est-il un escroc ou un homme d'une infinie délicatesse ? Au fond de saBULLETIN DE J U I N 1 9 53
faiblesse et de son oisiveté, le narrateur passe par des alternatives de confiance et
de soupçon. La restitution même de la maison ne lui apportera pas de réponse
décisive.
Si Nathalie Sarraute n'a donné de nom qu'au seul Martereau, c'est pour souligner
le contraste entre cet homme et la famille du narrateur. Martereau est le seul
personnage de l'histoire qui ait des contours nets, que le jeune homme voie d'une
façon apparemment saine et normale. Et pourtant, l'énigme qui le ronge, ce n'est
pas sa famille qui la lui pose, sa famille tourmentée et inquiétante, mais bien ce
Martereau qu'il croyait toute lumière, toute simplicité.
Avec une puissance de pénétration et un acharnement dans l'analyse qui font
songer à Proust, Nathalie Sarraute ( dont le premier roman Portrait d'un
Inconnu avait été préfacé par Sartre) a écrit ici un roman qui touche à ces deux
buts si rarement atteints ensemble le portrait profondément vrai d'un caractère
(le narrateur) et la peinture d'un milieu social.
TRADUCTION
WELLES (Orson) UNE GROSSE LÉGUME.
Traduit de l'américain par Maurice Bessy.
Collection l'Air du Temps
dirigée par Pierre Lazareff
Dix mille chroniques dans la presse et la Radio; trois cents mises en scène
de théâtre et de cinéma; près de cinq cents rôles; des films jalons qui ont nom
Citizen Kane, Lo Splendeur des Ambersons, La Dame de Shanghaï, Macbeth, Othello.
Et le regard narquois, inoubliable, du Troisième Homme tel est le bilan d'Orson
Welles.
Étrange grand homme, surprenant personnage, caractère mal connu, cet
Américain de quarante ans, voyageur éternel débordé par sa légende, est très
certainement un destin hors série. Il publie aujourd'hui, en francais, Une grosse Légume
qui est moins un roman que la narration d'un film d'humour, genre qu'Orson Welles
souhaite depuis toujours aborder,
Ce récit enjoué est le fruit de la confrontation d'un Américain fier de ses origines
et des réalisations de son pays, avec une Latinité qui l'a adopté et à laquelle il
s'est adapté.
La satire n'est pas absente du conte qui, à travers les artifices de la fiction, flirte
avec des événements et des personnages d'une actualité familière. Pas un épisode
de cette aventure ne nous paraît imaginaire. Nous retrouvons dans l'ouvrage les
joyeux reproches dont nous aimons charger nos amis d'Amérique, mais aussi
leurs remarques à notre endroit. Le tout sur le mode chanté, à la façon de ces
comédies musicales où chaque fois que l'action. évolue, le dialogue fait place au
couplet.
Orson Welles a écrit ce récit pour se divertir en notre compagnie.
DOCUMENTS
JACQUOT (Général P. E.) ESSAI DE STRATÉGIE OCCIDENTALE,
précédé d'une lettre d'ANDRÉ MALRAUX
La sécurité de l'Europe occidentale semble difficile à assurer depuis la fin de la
deuxième guerre mondiale. Les progrès techniques et les bouleversements
politiques ont profondément modifié les conditions de sa défense. Cet ouvrage analyse
les données nouvelles dont l'ignorance rendrait cette défense inconcevable, et
dont plusieurs seront pour le lecteur de véritables découvertes. Il ramène à sa
juste valeur la réalité des forces soviétiques et affirme avec force l'impossibilité
initiale d'assurer à la France une protection à base de poitrines humaines (le front
continu). Il propose une nouvelle stratégie, sortant des rites, donnant à la manœuvre
une importance renouvelée et s'appuyant sur les possibilités considérables de
l'aviation et des armes atomiques.BULLETIN DE JUIN 1953
André Malraux, dans une lettre qui précède ce livre, écrit « Chacun de nous
souhaite connaître, aux questions que posait à César la campagne des Gaules, la
réponse de Napoléon. Pourtant ceux qui cherchaient ce que pense un soldat ont
été souvent découragés de trouver ce que pense un militaire; de rencontrer une
littérature pieuse qui défend, sous le nom de technique, des conventions dont ils
espéraient précisément qu'elles seraient dénoncées avec une compétence qu'ils ne
possédaient pas. » Ce livre les dénonce. Loin de s'adresser aux seuls techniciens, il
rend claires pour la première fois les conditions d'une invasion et de son échec.
ROY (Jules) LA BATAILLE DANS LA RIZIÈRE.
Ce livre, Jules Roy le rapporte des champs de bataille d'Extrême-Orient. Il a vu,
ika vécu la guerre d'Indochine et la guerre de Corée. Plus particulièrement il a
partagé la vie des soldats qui se battent là-bas.
Bien que Jules Roy n'ignore pas les problèmes politiques que posent ces conflits,
il les a laissés résolument de côté et s'est attaché à peindre des hommes qui
souffrent et qui meurent, qui sont parfois des héros, et à les faire entrer dans la légende
un officier, qu'on a déjà vu dans La Vallée Heureuse, et qui maintenant commande
une base en Indochine, l'adjudant-chef Tuoc qui résiste toute une nuit avec
quatrevingts hommes à deux bataillons ennemis le lieutenant Perron qui, la tête percée
par des éclats d'obus, rentre dans ses lignes après avoir erré une nuit entière sur
le front de bataille et bien d'autres.
Mais Jules Roy n'est pas un simple hagiographe militaire (il n'est que de se
rappeler Le Métier des Armes il sait aussi souligner les à-côtés sordides de la
guerre. Les profiteurs, les mercantis, les exploiteurs de l'héroïsme sont peints
ici avec des mots qui les marquent pour toujours.
Les paysages d'Extrême-Orient, l'existence dans les villes de l'arrière, les scènes
de bataille, retracées avec un bonheur d'expression et une puissance d'évocation
constants; ne font jamais perdre de vue le propos de l'auteur, qui est de montrer
l'horreur de la guerre et la grandeur simple des hommes.
HISTOIRE
WALTER (Gérard) DE LA RÉVOLUTION RUSSE. l.-L'Effondrement
de la Monarchie (Février-Mars 1917).
Gérard Walter, l'auteur du monumental Robespierre, entreprend aujourd'hui,
avec son Histoire de la Révolution russe, le récit d'une des périodes les plus
importantes et les plus embrouillées de l'histoire contemporaine. En se fondant
principalement sur des témoignages de première main, et dont le dépouillement
n'a pas été sans difficultés, il est parvenu à composer un livre qui se lit avec autant
d'intérêt qu'un roman. On admirera notamment le relief qu'il a su donner aux
grandes figures de ce drame.
Cet ouvrage présente une innovation importante au lieu de s'arrêter à la prise
de pouvoir par les Bolcheviks, en octobre 1917, il ne s'achève que sur la levée du
blocus allié et l'écrasement de la résistance blanche.
Le premier volume L'Effondrement de la Monarchie, (février-mars1917) forme
un tout indépendant.
Il offre, en guise d'introduction, une analyse détaillée de la condition sociale et
économique du pays à la veille de la Révolution. Vient ensuite l'examen du
processus révolutionnaire lui-même. Le lecteurest transporté successivement de l'usine
à la caserne, du palais impérial au parlement. Il assiste aux séances du conseil des
ministres et du soviet des députés ouvriers. Il est mis en contact avec les soldats dans
les tranchées et avec les marins à bord de leurs navires. Il assiste aux exécutions
des officiers et aux arrestations des « nouveaux suspects ». Bref, ce livre l'entraîne
dans un voyage bouleversant au bout de la Révolution.
Suffisamment documenté pour l'érudit, l'Histoire de la Révolution russe de Gérard
Walter constitue un livre précieux pour tous ceux qui désirent acquérir des idées
claires et définitives sur un des problèmes les plus importants de notre siècle.BULLETIN DE JUIN 1953
PHILOSOPHIE
PARAIN (Brice) SUR LA DIALECTIQUE.
Ce livre est composé de trois textes ayant pour sujet commun la dialectique
° Un essai sur Pascal, contenant une analyse de ses méthodes de raisonnement
en mathématique. Pascal est le premier, dans l'ère moderne, qui ait opposé la
dialectique à l'ancienne logique, qu'on appelait alors la scolastique.
2° Un court traité dont l'objet est le développement d'une critique formelle de
la dialectique, c'est-à-dire d'une critique portant sur le mode de raisonnement
qu'on appelle de ce nom, quel que soit le contenu des propositions qui le composent.
3° Enfin une pièce de théâtre, dont l'auteur justifie l'introduction dans le volume
en disant qu'elle n'est pas une illustration des thèses sur la dialectique exposées
dans les essais, mais le récit d'un moment même de la dialectique, et sans doute le
plus important, celui où la dialectique, se sentant enfermée dans sa propre
incertitude, s'avoue impuissante à assurer la conduite de la vie.
L'ensemble est un examen sévère de la dialectique, comme méthode de pensée,
et un effort pour proposer à la place un mode de communication plus sûr, plus
simple également, donc plus universel. Pourquoi donc la dialectique ne
devraitelle pas, elle aussi, selon sa propre loi, céder la place à une autre solution, qui
s'opposerait à elle comme elle s'est opposée à l'ancienne logique ?
TRADUCTION
HEIDEGGER (Martin) KANT ET LE PROBLÈME DE LA MÉTAPHYSIQUE.
Introduction et traduction de l'allemand par Alphonse de Waelhens et Walter
Biemel.
Collection « Bibliothèque de Philosophie »,
dirigée par Maurice Merleau-Ponty et J.-P. Sartre.
Kant et le Problème de la Métaphysique n'est pas une excursion de Heidegger
hors de ses propres recherches. Ce n'est pas un livre d'histoire au sens positiviste.
Heidegger s'attache consciemment à un kantisme possible devant lequel Kant
luimême aurait reculé après la première édition de la Critique de la Raison Pure. Il
s'agit donc d'une lecture de Kant par Heidegger, d'une reprise ou «répétition»
qui dépasse autant qu'elle conserve.
Démarche qui n'est présomptueuse qu'en apparence. On peut la justifier même
sur le terrain de la pure histoire. Car c'est ainsi que chacun lit. L'historien «
objectif », qui veut s'en tenir aux textes et au sens manifeste, métamorphose et peuVêtre
détruit les philosophies en les privant de leur mouvement intérieur vers le vrai.
Une philosophie peut bien devenir, en s'.enfonçant dans le passé, grimoire, empreinte,
textes écrire l'histoire de cette philosophie sera toujours en recommencer
l'entreprise. Il n'y a d'histoire de la que pour un philosophe.
Il faut seulement que sa philosophie se fasse moyen de situer et comprendre les
autres, et qu'il ne leur impose pas son outillage mental et les formules de son
interrogation propre. On peut se demander si, à aucun moment, Kant a vraiment conçu
la finitude comme toute positive, intégré la passivité et l'activité, pris comme
originaire le pouvoir d'articuler l'une sur l'autre les perspectives en les insérant
dans un horizon. Peut-être trouvera-t-on qu'ici Heidegger prête à Kant, non
seulement, comme il est inévitable, ses problèmes, mais encore ses solutions (à supposer
que les deux choses puissent être absolument distinguées).Mais on ne contestera pas
qu'il approfondisse et ressuscite le kantisme en comprenant le fameux «
renversement copernicien » comme la découverte d'un rapport d'implication entre la
subjectivité et l'être, thème d'une « métaphysique » tout opposée aux
métaphysiques classiques de « l'étant ».
En tout cas, comme introduction à Heidegger, ce livre vaut mieux que les textes
de Sein und Zeit sur l'angoisse, la déréliction et l'authenticité, qui ont été traduits
et répandus en France. Ces descriptions ont fait croire que Heidegger substituaitBULLETIN DE JUIN 1953
le pathétique à la rigueur, l'anthropologie à la philosophie. La confrontation avec
Kant montre au contraire qu'à travers elles il cherchait à fixer, non seulement la
situation de l'homme souffrant, mais aussi bien celle de l'homme connaissant et
ouvert à une vérité. Il ne peut plus être question d'anthropologie au sens ordinaire
du mot quand l'homme précisément est défini par une relation qui n'a d'analogue
ni dans le monde, ni dans la vie, ni dans le « psychisme » comme révélateur de
l'être, ou même comme le lieu métaphysique où l'être se manifeste à lui-même. On
voit ici sans équivoque que l'incarnation et l'historicité ne remplacent pas la vérité,
mais la réalisent.
SCIENCES
LATIL (Pierre de) LA PENSÉE ARTIFICIELLE. Introduction à la Cybernétique.
Collection « L'Avenir de la Science », dirigée par Jean Rostand.
Jamais science n'eut si foudroyante naissance que la cybernétique, cette science
qui veut relier les mécanismes des êtres vivants et ceux des machines les plus
évoluées.
Les automatismes supérieurs qu'elle réalise ou promet excitent la grande presse
qui titre sur les machines à calculer, les « animaux synthétiques », les « cerveaux
électroniques », les « machines qui pensent », les « robots ». Mais les esprits
les plus pondérés devinent quels prodigieux horizons s'ouvrent à ce carrefour de
toutes les sciences, quelles révolutions sont en vue, mécaniques autant que
philosophiques.
Malheureusement, la cybernétique a rebuté beaucoup de ceux qui, séduits par
ses principes et ses perspectives, se sont heurtés à des calculs de haute
mathématique, ou à des développements de neurologie, ou à la technique des
télécommunications. A l'opposé, bien des articles qu'on a pu lire sont apparus trop.simplistes,
sinon agaçants par leur recherche d'anticipations sensationnelles.
Entre ces deux aspects trop difficile, trop facile, il fallait qu'un livre complet
mais débarrassé de tout appareil mathématique, sérieux mais clair, exposât la
nouvelle science, ses merveilleuses réalisations, ses bouleversantes promesses. Ce
livre, dans une célèbre collection, le voici.
Le titre surprend. Mais, la lecture achevée, il s'avère profondément exact.
L'ouvrage surprend aussi par l'universalité de l'organisation qu'il montre derrière
tous les phénomènes naturels.
La cybernétique est la science des mécanismes « autogouvernés ». Mais la nature
qui tend à certaines stabilités, n'est-elle pas un système auto-gouverné ? Du coup, les
principes de la cybernétique, lumineusement révélés dans ce livre, doivent être
vus comme nécessaires à une compréhension du monde.
PUBLICATIONS
DU 15 AVRIL AU 15 MAI 1953
(Renseignements bibliographiques)
On trouvera ici les renseignements bibliographiques sur les ouvrages
effectivement parus du 15Avril au 15Mai 1953 et dont l'analyie a été publiée dans
l'un de nos précédents bulletins ou dans le présent bulletin.
POÉSIE
LEBRAUJean Impasse du Romarin, 88 p. in-16jésus.
Collection Métamorphoses. 1.500 ex.
numérotés sur châtaigner. 250 fr.BULLETIN DE JUIN 1953
ROMANS
AUDISIO Gabriel. Le Colombier de Puyvert, 304 p. in-16 6
double-couronne. Collection blanche.. 550 fr.
50 ex. numérotés sur pur fil Lafuma
Navarre 1 .500 fr.
BAY André La Fonte des Neiges, 248 p.
in-6doublecouronne. Collection blanche. 400 fr.
50 ex. numérotés sur pur fil Lafuma
Navarre 1.200 fr.
CLOT René-Jean. Le Mât de Cocagne, 448 p. in-8 soleil.
Collectionblanche 740 fr.
50 ex. numérotés sur pur fil Lafuma 2.500 fr.
ROCHÉ Henri-Pierre. Jules et Jim, 256 p.
in-16double-couronne. Collection blanche. 480 fr.
50 ex. numérotés sur pur fil Lafuma
Navarre 1.500fr.
ESSAIS CRITIQUE LITTÉRATURE
ELSEN Claude Homo Eroticus, Esquisse d'une
Psychologie de l'Érotisme, 232 p. in-
1doublecouronne. Collection « Les Essais ». 4IOfr.
MÉMOIRES SOUVENIRS
NIJINSKY Journal, 'traduit par G. Solpray. 288 p.
in-6double couronne, hors-série, sous
couverture illustrée, et comportant 166
planches hors-texte. 650 fr.
SAINT-SIMON Mémoires Tome IV. Années1712(suite) à
1715, appendices. Introduction, Notes,
Bibliographie, Index, par Gonzague
Truc, 1.360 p. in-166 double-couronne.
Collection « Bibliothèque de la Pléiade ». 2.300fr.
DOCUMENTS
JACQUOT (Général P. E.). Chimères ou Réalités: Essai de Stratégie
Ancien membre du Conseil occidentale, précédé d'une lettre
Supérieur de la Guerre. d'André Malraux, 224 p. in-16
doublecouronne, hors-série 390fr.
ROY Jules La Bataille dans la Rizière, 368 p. in-6
double-couronne. Collection' blanche. 590 fr.
90 ex. numérotés sur pur fil Lafuma
Navarre 1 .600 fr.
HISTOIRE
SADE Marquis de Histoire secrète d'Isabelle de Bavière,
reine de France. Texte inédit établi et
préfacé par Gilbert Lely. 336 p. in-16 6
double-couronne, 2 fac-similés in-texte.
Collection blanche 560 fr.
20 ex. numérotés sur hollande 3.000 fr.
100 ex. sur pur fil Lafuma
Navarre 1.500 fr.BULLETIN DE JUIN 1953
LA NI
NOUVELLE RE
REVUE MENSUELLE DE LI
Rédacteurs en chef: JEAN PAULHAN, MARCEL AR
publiera p
MARCEL PROUST inédits.
ANDRÉ1 SUARÈS Le Paraclet.
ANTONIN ARTAUD Fragmentations.
C.-F.RAMUZ. Désordre dans le Coeur.
VALERY LARBAUD. Le souvenir de Gabriel Miro.
LOUIS DE BROGLIE Regard sur la Cybernétique.
JEANGIONO. Le Bonheur fou, roman.
PAUL LÉAUTAUD. journal littéraire.
.HENRI MICHAUX Témoin, qu'as-tu fait de tes yeux ?1
CIORAN Contre le roman.
LOUIS GUILLOUX Vingt ans passés.
BRAQUE Nouveaux Propos.
ARMAND ROBIN Poésie non traduite.
ETIEMBLE Mots d'enfant.
JEAN GRENIER Mon oncle Charles.
MICHEL DE M'UZAN La chasse.
ROGER GILBERT-LECOMTE. Rêves.
CONSTANTIN BRUNNER Aphorismes.
GAULÉE. Lettres.
VICTORHUGO. Erotica.
J~an Paulhan et.Marcel Arland reçoivent le mercredi, de 5 à 7 heures.
La Revue n'est pas responsable des manuscrits qui lui sont adressés.
Les auteurs non avisés dans un délai de trois mois de l'acceptation de leurs
manuscrits peuvent les faire reprendre au bureau de la Revue, où ils restent à leur
disposition pendant un an.
Les manuscrits accompagnés des timbres nécessaires pour les frais de poste sont
seuls retournés à leurs auteurs,
Pour tout changement d'adresse, prière d'adresser la dernière bande et la somme de 20 frs.BULLETIN DE JUIN 19.53 3
TELLE
ue Française
RATURE ET DE CRITIQUE
ID. Secrétaire de Rédaction DOMINIQUE AURY
îinement
des poèmes, essais et récits de
Roger Martin du Gard. André Malraux. Albert Camus. René Char.
Jean Grosjean. André Chamson. Julien Gracq. julien Green. Jacques de
Lacretelle. Noël Devaulx. Béatrix Beck. Marcel Bisiaux. René de Solier. Léon
Bopp. Nathalie Sarraute. Albert-Marie Schmidt. Henri Bosco. Franz Hellens.
Roger Nimier. Henri Calet. Manuel Rainoird. Armen Lubin. G. Bataille.
des textes de
Alexei Remizov. Rainer Maria Rilke. G. Ungaretti. G. Bataille.
de vieux textes français, et des inédits de
André Gide. André Suarès. C.-F. Ramuz. Antoine de Saint-Exupéry.
Pendant l'annéeI 953, tout abonné à la Nouvelle N. R. F. qui nous
enverra l'adresse d'un nouvel abonné d'un an, accompagnée du
montant de cet abonnement, recevra, sur sa demande, un volume
à son choix du fonds des Editions Gallimard, d'une valeur égale ou
inférieure à 1.000
francs.
-0BULLETIN D'ABONNEMENT
Veuillez m'inscrire pour un abonnement de e un on, six mois, a l'édition s ordlnaire
de luxe de La Nouvelle Nouvelle Revue Française,à partir dui~ 19.
Ci-joint mandat chéque de FRANCE ET UNION ÉTRANGER 1.
FRANÇAISE ETRANGER
Je vous envoie par courrier de
ce jour chèque postal de Édition de luxe
Veuillez faire recouvrer à mon 4.500 fr. 5.000 fr. UN AN
domicile la somme de Édition ordinaire
(majorée de 46 francs pour frais 1.950 fr. 2.450fr. UN AN
recouvrement d domicile). 1.000 Ir. !.250fr.StXMOtS
le 19.
Nom. SIGNATURE
Adresse Rayer les indications inutiles.
Détacher le bulletin ci-desiui et l'adresser à votre libraire habituel ou au Service
Abonnement de LA NOUVELLE NOUVELLE REVUE FRANÇAISE, 5, rue
SébastienBottin, Parts-Vil*. Compte Chèque postal t169.33. Téléph. Littré 28-91, 92 et 93.
Adr. télégr. Enerefene Paris. R. C. Seine 35-807.
iBULLETIN DE JUIN 1953
WALTER Gérard. Histoire de la Révolution Russe. I.
L'Effondrement de la Monarchie (février-mars
1917), 392 p. in-8° Soleil, couverture
illustrée 790 fr.
PHILOSOPHIE
HEIDEGGER Martin Kant et le problème de la Métaphysique.
Introduction et Traduction de
l'allemand par Alphonse de Waelhens et
Walter Biemel, 312 p. in-8 carré.
Collection « Bibliothèque de
Philosophie » 640 fr.
BEAUX-ARTS
MALRAUX André Le Musée Imaginaire de la Sculpture
Mondiale, nouvelle édition complète
conforme au premier tirage pour le texte
et les illustrations. 750 planches
héliogravées en noir, 16hors-texte en
couleur, cartes, 832 p. au format
225X 180 mm., relié pleine toile sous
jaquette illustrée tirée en hélio deux
couleurs. Collection « La Galerie de la
Pléiade » 3.900 fr.
ETHNOGRAPHIE
LOT-FALK Evelyne Les Rites de Chasse chez les Peuples
Sibériens, 240 p. in-8, carré 2 cartes in-texte
et15clichés au trait in-texte.
Collection « L'Espèce Humaine». 750 fr.
SÉRIE NOIRE
HOLDING Elisabeth Au pied du mur, traduit de l'américain par
Sanxay G. Horst et J.-G. Marquet. 220 fr.
KEENE Day C'est ma Fête! traduit de l'américain par
Jacques-Laurent Bost 220 fr.
WALSHTh. Ronde de Nuit, traduit de l'américain
par François de Mecquenem.
Chacun de ces volumes 256 p. in-16
double-couronne, reliure jaune et noire
sous couverture assortie 220 fr.
RELIURES D'ÉDITEUR
d'après la maquette de Paul Bonet.
ALAIN Propos d'un Normand(l 906-1 914), 1.000
exemplaires numérotés sur vélin labeur. 1.580fr.
d'après la maquette de Mario Prassinos,
FARGUE, Léon-Paul. Dîners de Lune, 700 ex. numérotés sur
vélin labeur (édition originale). 1.450 fr.B ULLETIN DE J UIN 1953
BIBLIOTHÈQUE
DE LA PLÉIADE
NOUVEAUTÉ
SAINT-SIMON. MEMOIRES, Tome IV (Années 1712 (suite)- 171 5).
Appendices, Introduction, Notes, Bibliographie, Index par GONZAGUE TRUC.
1.360 pages in- 166 double couronne, reliure pleine peau 2.300 fr.
Le tome IV des Mémoires de Saint-Simon embrasse les années 1712àà I 7 15,c est-à-dire les derniers
moments du règne de Louis XIV. amorce sa vie publique (on sait qu'iafait partie du
gouvernement du Régent).
C'est dans ce volume qu'on trouvera l'admirable « portrait » de Louis XIV, ainsi que
l'extraordinaire épisode de la dégradation des bâtards qui avait tant frappé Sainte-Beuve.
Les notes et l'index sont dus à Gonzague Truc.

RÉÉDITION
DESCARTES ŒUVRES ET LETTRES
NOUVELLE ÉDITION ·
Cette nouvelle édition a été considérablement remaniée et augmentée par
André Bridoux, auteur de tout l'appareil critique du volume. Outre une importante
Bibliographie, les importantes additions apportées à l'ouvrage sont constituées
par les œuvres suivantes, qui ne figuraient pas dans la première édition
Dioptrique, Météores, Géométrie, Les Principes de la Philosophie, Les Passions de
l'Ame, Traité de l'Homme, Entretien avec Burman.
La nouvelle édition comporte 320 pages de plus que la précédente. Un volume
in-16double couronne, 1.420 pages, reliure pleinepeau. 2.3 50fr.

NOTE IMPORTANTE
CONCERNANT LA MODALITÉ DE LA TROISIÈME OPÉRATION D'ÉCHANGE
dans la
BIBLIOTHÈQUE DE LA PLÉIADE
1 ° L'échange de la nouvelle édition des Œuvres et Lettres de Descartes,
contre l'ancienne édition, se fera au prix de 1.300 fr.
2° Le client particulier devra présenter le volume à échanger à son libraire
habituel, qui y apposera son cachet;
3° Le client devra nous faire parvenir le volume ainsi oblitéré, par poste
recommandée, frais de port à sa charge, en même temps que la somme de 1.300 fr.;
les envois devront être faits à l'adresse suivante Librairie Gallimard,
ServiceEchanges, 5, rue Sébastien-Bottin, Paris (7e);
4° Nous ferons retour au client, dans le plus bref délai possible (I5 jours au
maximum), du nouveau volume, par poste recommandée, frais de port à notre
charge
5° En même temps, nous adresserons au libraire la somme de 200 francs, à
titre de dédommagement pour la part qu'il aura prise à cette opération, et pour
laquelle, en outre, nous lui adressons d'avance tous nos remerciements.BULLETIN DE JUIN 1953
ÉDITIONS ILLUSTRÉES RELIÉES'
ANDRÉ MAUROIS
de l'Académie française
L'ANGLETERRE ROMANTIQUE
DON JUAN ou LA VIE DE BYRON ARIEL ou LA VIE DE SHELLEY
LA VIE DE DISRAELI UN ESSAI SUR DICKENS
Préface inédite de l'auteur
Vingt-quatre compositions à la gouache, hors-texte, par GRAU SALA
gravées sur bois en couleurs par G. ANGIOLINI et R. BOYER
« Ces romantiques anglais », dit André Maurois dans sa Préface inédite, « vivent plus
complètement et plus follement leur romantisme. C'est ce qui fait d'eux d'admirables héros de biogra.
phies. D'où ce livre qui est un portrait de la première moitié du XIX" siècle et peut-être
de l'Angleterre éternelle. »
L'Angleterre de la vie fastueuse et des antiques manoirs seigneuriaux la Grèce martyre et
renaissante l'Italie où les amants et les poètes poursuivent leur rêve de beauté voluptueuse
le Parlement de Londres où Disraeli fait triompher sa conception grandiose de l'Empire
britannique les sites londoniens et ruraux, aimables ou tragiques, que hantent les personnages créés
par un prodigieux romancier, tels sont les thèmes de l'illustration, d'un style véridique et
brillant,à laquelle le procédé de reproduction et la virtuosité du graveur ont su garder sa
fratcheur de coloris et son caractère original.
Un volume au format 230x 180; le texte, composé en elzévir Plantin de corps 9, imprimé sur
vélinPlumex » des papeteries Téka par l'Imprimerie Floch, à Mayenne; les illustrations gravées surr
bois en couleurs tirées sur les presses de Coulouma, imprimeur, S. A., à Paris. Relié en chagra
ivoire, décoré de fers spéciaux en grenat, vert anglais, rouge et or, d'après la maquette de
PAUL BONET.PRIX 3.950 fr.

BERNARD BERENSON
LES PEINTRES ITALIENS
DE LA RENAISSANCE
Traduit de l'anglais par LOUIS GILLET
Nouvelle édition
Pour cette nouvelle édition, tant attendue, de son ouvrage le plus célèbre, Bernard Berenson a
revu son texte et l'a fait précéder d'une préface inédite dont nous détachons ce passage significatif;
Je ne suis pas un lecteur assidu de mes propres ouvrages. Des dizaines d'années se sont écoulées sans
que je lise attentivement de la première d la dernière page le texte des PEINTRES ITALIENS DE LA
RENAISSANCE. En le parcourant aujourd'hui, je me suis efforcé de le considérer comme un ouvrage
quelconque traitant du même sujet.
En fin de compte, il semble encore atteindre son but. Il ne vise pas à informer sur les biographies
des peintre, ni même sur leurs techniques propres, mais sur ce que représentent aujourd'hui pour nous
leurs tableaux en tant qu'œuvres d'art, sur ce qu'ils peuvent nous apporter en tant que réalités toujours
actuelles, propres d illuminer notre vie.
D'autre part, la présentation de l'ouvrage, tant par la qualité de la reproduction des
tableaux et leur nombre, que par le format et la reliure est incomparablement supérieure à
celle des deux premières éditions françaises du même ouvrage, publiées en 1927 et 1935, et
depuis longtemps épuisées.
Dans l'édition actuelle, le choix des illustrations est, pour la plus grande partie, renouvelé
l'auteur s'est attaché surtout à révéler au public européen les chefs-d'œuvre qui lui sont le plus
difficilement accessibles, parce qu'ils figurent dans les grandes collections américaines, dont
certaines sont des collections privées.
Un volume de 500 pages au format 26,5x 18,5, comportant 400 illustrations en noir, dont
un grand nombre inédites, et 17planches hors-texte en couleurs. Reliure pleine toile.
Couvrelivre Illustré en couleurs.PRIX 2.950 fr.BULLETIN DE JUIN 1953
DIOGÈNE
REVUE INTERNATIONALE DES SCIENCES HUMAINES
(Revue trimestrielle.)
L'homme cultivé du XX* siècle a ordinairement une culture qui date du
XIX* siècle. Il continue de vivre sur ce qui était nouveau pour ses maîtres quand
ceux-ci étaient jeunes. D'où, sans compter les retards dus aux distances
géographiques ou aux inégalités culturelles, un écart normal de deux générations entre
le temps de la fertilité scientifique effective d'une théorie et l'heure de son prestige
auprès de l'élite intellectuelle non spécialisée. En règle générale, une théorie
commence à avoir de l'influence sur le mouvement général des idées quand elle a cessé
d'être tenue pour valable dans son domaine propre.
Pour remédier à cet état de choses et pour procurer un organe unique à un
groupe de sciences dont l'importance ne cesse de s'accroître, le Conseil
international de la Philosophie et des Sciences humaines a pris la responsabilité de publier,
à partir de1952, une revue qui porte le titre de Diogène.
C'est la première tentative de ce genre conçue à l'échelle mondiale et avec le
maximum de garanties et d'ambitions du point de vue du niveau, du sérieux et
de la valeur des textes qu'elle publiera.
Il s'agit avant tout d'aider l'esprit à s'affranchir des opinions reçues et des erreurs
accréditées, de donper à chacun le moyen de renouveler ou de préciser la partie
peut-être périmée ou vague de ses connaissances, de rattraper ainsi le retard de
la culture générale par rapport aux multiples savoirs spécialisés.
COMITÉ DE RÉDACTION
BROGAN (Royaume-Uni), CASTRO LEAL (Mexique) KOPPERS (Autriche)
LEVI DELLA VIDA (Italie) McKEON (États-Unis) POS (Pays-Bas).
Rédact. en chef Roger CAILLOIS Secrét. de Rédaction:Jean d'ORMESSSON
RÉDACTION ET ADMINISTRATION
19, avenue Kléber, Paris (16·). Tél. KLEber 52-00
L'édition française de DIOGÈNE est publiée par la LIBRAIRIE GALLIMARD.
SOMMAIRE DU PREMIER NUMÉRO
E. BENVENISTE. Communication animale et Langage humain.
Karl JASPERS. Liberté et Autorité.
Gilbert MURRAY Les Leçons de l'Histoire.
Jean PIAGET. De la Psychologie génétique à l'Épistémologie.
C.-M. BOWRA La Poésie en Europe de 1900 à 1950.
Alf.'SOMMERFELT Tendances actuelles de la Linguistique générale.
Darsie R. GILLIE Découvertes et Controverses.
John U. NEF Lettre ouverte à « Diogène ».

SOMMAIRE DU NUMÉRO DEUX
Colin CLARK L'Avenir du Prolétariat.
Heinrich FICHTENAU Naissance de l'Empire Médiéval.
Pierre DEFFONTAINES Valeur et Limites de l'Explication religieuse en
Géographie Humaine.
Lionello VENTURI. Piero della Francesca, Seurat, Gris.
Louis RENOU L'Indianisme en 1952.
Claude LEVI-STRAUSS Panorama de l'Ethnologie 1950-1952.
Paul RIVET. L'Origine de l'Homme.
Prix du N' 200fr.-Abonnement annuel (4nM) France 700 fr.- Étranger 875fr.
Les abonnements sont reçus au « Service Abonnements Diogène », Librairie
Gallimard, 5, rue Sébastien-Bottin, Paris (7*). C. C. P. Paris 169-33,
et chez tous les libraires.BULLETIN DE JUIN 1953
OEUVRES COMPLÈTES DE VALERY LARBAUD
VIENT DE PARAITRE
VII. CE VICE IMPUNI, LA LECTURE
DOMAINE FRANÇAIS
Introduction de ROBERT MALLET
Notes bibliographiques dues à G. JEAN-AUBRY et ROBERT MALLET
Un volume de 440 pages au format in-8° carré, tiré à
50 ex. sur vélin d'Arches à la forme, sous couverture Ingres rosé des
Papeteries de Lana 5.500 fr. (épuisé)
150 Ex. sur vélin pur fil Lafuma Navarre, sous couverture Ingres gris
clair des Papeteries de Lana 3.900fr.
1.300 Ex. sur vergé à barbes des Papeteries Navarre de Voiron, fabriqué
spécialement pour les Œuvres complètes de Valery Larbaud, sous
couverture carte ivoirée des Libert 2.300fr.
VOLUMES PARUS
1. JAUNE BLEU BLANC
392 pages. Exemplaires Arches 3.800 fr. (épuisé)
Exemplaires pur fil 2.800 fr. vergé 1.450 fr.
Il. FERMINA MARQUEZ ENFANTINES
432 pages. Exemplaires Arches 4.200fr. (épuisé)
Exemplaires pur fil 3.100 fr.
Exemplaires vergé 1.600 fr-.
III. CE VICE IMPUNI, LA LECTURE DOMAINE ANGLAIS
472 pages. ExemplairesArches. 5.400 fr. (épuisé)
Exemplaires pur fil 3.900fr. vergé. 2.000 fr.
IV. A. 0. BARNABOOTH SES ŒUVRES COMPLÈTES
c'est-à-dire re
UN CONTE, SES POÉSIES ET SON JOURNAL INTIME
492 pages. Exemplaires Arches 7.000 fr. (épuisé)
Exemplaires pur fil 4.800 fr. vergé 2.900 fr.
V. ALLEN AUX COULEURS DE ROME
314 pages. Exemplaires Arches 5.000 fr. (épuisé)
Exemplaires pur fil 3.400fr. vergé 2.000 fr.
VI. AMANTS, HEUREUX AMANTS.
précédé de BEAUTÉ, MON BEAU SOUCI
et suivi DE MON PLUS SECRET CONSEIL.
320 pages. Exemplaires Arches 5.000 fr. (épuisé)
Exemplaires pur fil 3.400 fr. vergé 2.000 fr.
A paraître
VIII. SOUS L'INVOCATION DE SAINT JÉROME
IX. JOURNAL (inédit)
Chacun de ces volumes comporte une Introduction de ROBERT MALLET et des Notes
Bibliographiques dues à G. jEAN-AUBRY et MALLET.BULLETIN DE JUIN 1953
LE RAYON D'OR
Nouvelle collection N. R. F. illustrée
NOUVEAUTÉ
PAUL CLAUDEL
L'ANNONCE FAITE A MARIE
avec 12 illustrations gravées sur bois de A. M. CASSANDRE
5.000 exemplaires sur vélin de Lana 1 .950 fr.
RAPPEL
ANDRÉ GIDE ALBERT CAMUS
LES NOURRITURESTERRESTRES
LA PESTE
suivies des
avec 12 aquarelles par
NOUVELLES NOURRITURES
ÉDY LEGRAND
avec 12 aquarelles de RAOUL DUFY.
(épuisé)(épuisé)
CHARLES PÉGUYJEAN-PAUL SARTRE
LA NAUSÉE LE MYSTÈRE DE LA CHARITÉ
avec 12 gouaches par DE JEANNE D'ARC
MARIO PRASSINOS
avec 12 gouaches par JEAN HUGO
3.500 exemplaires sur vélin de Lana3.500 exemplaires sur vélin de Lana
2.400 fr. 2.400 fr.
MARCEL AYMÉ MARCEL PROUST
LA VOUIVRE UN AMOUR DE SWANN
avec 12 aquarelles par avec 12 aquarelles par
GRAU SALA HERMINE DAVID
Chacun de ces deux volumes, 3.500 exemplaires numérotés sur vélin Lana 2.500 fr
D. H. LAWRENCE JULES ROMAINS
L'AMANT DE
LES COPAINS
LADY CHATTERLEY
avec 12aquarelles par FONTANAROSA avec 12 aquarelles par GUS BOFA
3.500 exemplaires numérotés sur vélin 3.500 exemplaires numérotés sur vélin
de Lana 2.450 fr.de Lana 2.850 fr.BULLETIN DE JUIN 1953 3
SÉRIE NOIRE
KEENE (Day) C'EST MA FÊTE
N°160. Traduit de l'américain par J. L. Bost.
· Soixante-deux dollars cinquante par semaine, ça n'est pas grand-chose, mais on
y tient quand même à sa petite place. Etsi on se fait flanquerà la porte le jour de son
anniversaire, on est bien embêté. Qu'est-ce que va dire votre femme ?
Jim Charters va se soûler pour se remettre. Et se réveille le lendemain dans une
chambre d'hôtel avec la ravissante Lou. Puis un inconnu frappe à sa porte et lui
remet dix mille dollars de provision sur l'affaire qu'ils ont conclue au dix-huitième
whisky.
Lou et dix mille dollars! Jim pourrait s'estimer heureux. Mais il aime sa femme et
de plus, il ne sait absolument pas de quelle affaire il s'agit. Il recherche donc l'inconnu
et le retrouve mort.
WALSH (Thomas) RONDE DE NUIT.
N° 161.Traduit de l'américain par F. de Mecquenem.
Harry Wheeler avait cambriolé une banque de Brooklyn, et descendu un veilleur
au cours de l'opération. Depuis, il se planquait dans la nature. Sa femme venait de
louer un appartement dans un immeuble ultra-moderne. Toute l'affaire consistait
à agrafer Wheeler avant qu'il n'arrive dans l'appartement.
Ahern était posté dans une auto garée devant l'immeuble. En-haut, dans un
appartement, Sheridan était installé, les écouteurs aux oreilles, attentif au moindre bruit.
Tandis que McCallister, caché derrière une jalousie avec une paire de jumelles,
ne quittait pas de l'oeil le salon de la femme.
Pourtant en dépit de toutes les précautions, Wheeler réussit à entrer et ce fut
le début du drame.
STEWART (Terry) PAS DE VIEUX OS.'
N° 162.
Smett était mort. Le gros Ole Bagley avait pris la direction du « Paradise », avec
l'accord de Fan, la femme de Smett. C'était une curieuse fille, un mélange d'explosif
et de source fraîche.
Des tas de personnages entrèrent brusquement dans ma vie Frost, un flic,
et Rhule, un autre flic. Puis une mauvaise petite brute qui travaillait. pour Bagley,
à ce que je croyais. Et il y avait aussi Ry Allison, si belle et si pure, et qui faisait un
si drôle de boulot. Et Paula Ames, la femme du secrétaire de Smett, terrorisée
depuis la disparition de son mari et imbibée d'alcool.
Je ne tardai pas à comprendre que je ne ferais pas de vieux os si je ne gardais
pas mes arrières. Un gros sac de fric était en jeu. Mais le tout était de savoir faire
rouler les dés, même pipés.
LE RAYON FANTASTIQUE
ASIMOV (Isaac) CAILLOUX DANS LE CIEL.
Joseph Schwartz, tailleur, âgé d'une soixantaine d'années, se promenait le long
des agréables rues de la banlieue de Chicago, quand un rayon radioactif échappé
d'un laboratoire le toucha. Un moment il se sentit étourdi comme si pendant un
infime espace de temps un tourbillon l'avait saisi et tourné à l'envers. Il n'était plus
à Chicago, mais dans une prairie. Et cette prairie n'appartenait ni à la terre, ni
même au XX' siècle.
A la vérité, Joseph Schwartz a, d'un seul bond, sauté dans la galaxie et dans
l'avenir. Il a parcouru des millions d'années-lumière. Le voici dans un monde neuf,
mais un monde habité par des hommes, car l'humanité forme alors un empire de
plusieurs dizaines de millions de planètesr

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin