Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Nouvelle Revue Française N' 192 (Décembre 1968)

De
172 pages
Louis-Ferdinand Céline, Rigodon
Michel Butor, Les incertitudes de Psyché
Alain Bosquet, Les Pavés
Roger de Vilmorin, Jean-Jacques et la botanique
Bernard Savoy, Les Mutants
Jean Clair, La Grande Misčre de l'Art contemporain en France
Luigi Pirandello, Carnets inédits
Chroniques :
Béatrice Didier, Le sadisme des Martyrs
Jean Blot, Albert Cohen
Jean-Claude Schneider, Hermann Broch
Robert Abirached, Au théâtre : jeunes auteurs
Dominique Noguez, Le grand cinéma de tout ŕ l'heure
Notes : la poésie :
Pierre Chappuis, Oů le Soleil, par André du Bouchet (Mercure de France)
Jean Grosjean, Le Cur véhément, par Jean Pérol (Gallimard)
Notes : littérature générale et essais :
Willy de Spens, Jardins sans mur, par Maurice Genevoix (Plon)
Jean Duvignaud, Cahiers, de Jean Duval (José Corti)
Notes : le roman :
Guy Rohou, Le maître de maison, par François Nourissier (Grasset)
Dominique Noguez, La Rose rose, par Pierre Bourgeade (Gallimard)
Jacques-Pierre Amette, L'Océantume, par Réjean Ducharme (Gallimard)
Jean Blot, Le Temps infini, par Yvonne Escoula (Gallimard)
Guy Rohou, Zacharie Blue, par Pierre Silvain (Mercure de France)
Notes : les arts :
Jean-Jacques Lévęque, Marcel Duchamp - Rauschenberg (Musée d'Art moderne et Galerie Sonnabeud)
Notes : les spectacles :
Robert Abirached, Acropolis, de Stanilas Wyspianski (Théâtre de l'Épée-de-Bois)
Claude Michel Cluny, 2001, l'Odyssée de l'Espace, de Stanley Kubrick
Jacques-Pierre Amette, Il ne faut pas mourir pour ça, de Jean-Pierre Lefebvre - dipe-Roi, de Pier Paolo Pasolini
Lu et vu :
Denis Périer, Le retour au pays, par Jacques Bens (Gallimard)
Pierre Chappuis, Paul Éluard par lui-męme, par Raymond Jean (Le Seuil)
Denise Masson, 25 Psaumes (Cerf)
Pierre Oster, Le gauchisme, remčde ŕ la maladie sénile du communisme, par Cohn-Bendit (Le Seuil)
Denis Périer, Dans une Terre étrange, par Fereydoun Hoveyda (Gallimard)
Jacques-Pierre Amette, Cinquante ans de nouvelles américaines, par Martha Foley (Gallimard)
Jean-Claude Schneider, Le Bain, par Ernst Augustin (Gallimard)
Philippe Pons, Le Doge, par Aldo Palazzeschi (Flammarion)
Jean-Jacques Lévęque, Calder (Galerie Maeght)
Renée Boullier, Zoum Walter (Galerie de l'Université)
Robert Abirached, Le happening, par Gilbert Tarrab (Revue d'histoire du théâtre)
Anonymes, Revue - Mémento
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LANOUVELLE REVUEFRAN~'AISE
JeanSchlumberger vientdemourir,quelques joursaprèsJeanPaulhan,le25octobre,danssa quatre-vingt-onzièmeannée.Ilfut,en1908et 1909,l'undesprincipauxfondateursdeLa NouvelleRevueFrançaise;ilenfutaussil'un desdirecteurs,etleplusdévoué,jusqu'àla guerrede1914.Ilenesttoujoursrestél'amile plusvigilantetleplussûr.Nousl'aimions. Quin'eûtaimé,leconnaissant,cethomme scrupuleuxetdélicat,cetespritdehautequalité, cenoblecœur? Cestraits,onlesretrouveaussibiendansses livres.L'oeuvredeSchlumberger,siproche,dis-crèteetjuste,sicourageusedanssamodération, s'accordaitmalaisémentauxconditionsdujour etdelagloire.Maisellevitencore,ellepeut survivreàbeaucoupd'autres,quil'ontvoilée. Quel'onreprenneetredécouvresesbeauxrécits ouromansL'inquiètePaternité,UnHomme heureux,LeCamaradeinfidèle,LeLion devenuvieux,LesYeuxdedix-huitans,Saint-Saturnin,HistoiredequatrePotiers.son théâtreLaMortdeSparte,Césaire.l'étude deceferventcornélienPlaisiràCorneilleses essaisetdialogues,sestémoignages,sesconfi-dences,lesadmirablesportraitsdeMadeleineet
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
AndréGide,lesharmonieusesévocations d'Eveils,jusqu'auxplaisantscroquisdeRen-contres.C'estuneœuvrequin'apointcesséde sedépouilleretdes'enrichirtoutensemble;c'est lavoixfidèled'unhomme,danssaretenueet sonardeur. Cetteœuvren'estpasencoreàsonrang;si modestequefûtSchlumberger,ilnel'ignorait point;maisiln'enconcevaitpasd'amertume. Bienplutôt,ilenparlaitavecunsourire,en hommequiatravaillédesonmieux,selonsa conscience,jusqu'aubout,etquipeutfonder là-dessusquelquesespoirs. Oui,plussouriant,plusapaisé,àmesurequ'il approchaitdesafin;sansregrets,sansnulle peurdevantlamortnousécrivant,l'undeses derniersjoursAdieu,l'affectionfutbelle,et latâche«Noscœurs,malgrétout,sontrem-plisderayons».
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
RIGODON
Jemesuispermis.Madamevousmepardonnerez. importantpourvous. Nousécoutons.ilchuchotefort. LegouvernementfrançaisaquittéVichy. Alors? IlserepliesurSigmaringen. ilfautqu'ilnousexplique.Sigmaringen?enAlle-?.ui!oui!parfaitement!maistoutausud! magneo àlafrontièresuisse JevoisLaViguechangerdecouleur.luiqu'étaitbla-fard,presquedéfaillant,tournepourpre. Ah,Ferdine.Ferdine!lesalut! Ils'exclame. AttentionauxautresLaVigue!nousverronslà-bas Alorsonpart!quand? Maisoui!maisoui! LaViguesetientplus! OnvaretournerdisenFrance Maiscommenoussommes,moicouchéluidebout,je levoismal.cettesalleestnoire.jel'entends.Krachtet Harrasilluminent.ilsursaute,bonditdejoie,surplace. entrelescorps.va-vient.enjambe.ilestsortiducau-
(ExtraitdeRigodon,àparaîtreauxEditionsGallimard.)
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
chemar.ilsevoitdéjàenSuisse.etpresquechezlui, àMontmartre. Jelecalme. LaVigue,pote,c'estpasfiniécouteledocteurHar-rastugueules!ceslitièressontpleinesdemouches!y enapartout!tulesaispas?. Harrasm'interrompt.ilsortuntampondesapoche. Doncvoici!regardez! Nousexaminons.cen'estplusleReichsgesund. Unordredel'arméepourSigmaringenplus sérieuxn'est-cepas? Iln'estpasàrire,jetrouve.ilmemetengarde.le plusdifficileseraBerlin. voussavezçavamal.àlagarevoustrouverez toutlemonde.passeulementdesréfugiés.aussides soldats.pleinpourUlm,pourleSud..vousconnaissez lagareAnhalt?. Oui,certainementnousnotre«traindemarée» nousarrêteraavantBerlin.nousdescendrons.etnous a c ironsjusqu'à«Anhaltvenosdeuxfactionnaires,ils connaissentlechemin. Certainement!certainement! Letout,qu'onarrive Jeluidonnenospapiers,LaVigue,aussi.letampon, pourtantmagnifiqueReichsbevollnesuffitplus,ilnous fautceluidel'O.K.W.OberkommandoderWehr-macht.Commandementsuprêmedel'Armée.Harras yajoute,desamainWehrmachtbejehl!Sigmaringen. jecroisquecommeçanoussommesparés.maislesbil-?. letstoutestgratuit,décidément! Vouspayerezplustard!plustard! Quelledettenousaurons!eneffetj'aivu.plustard! quec'estpas encorefini! ils'agissaitdenospapiers.lesvoici!jerempoche letout!ycomprislesvisasdeLaVigue,ilpréfère. maintenantc'estpastoutencoreuneformalitéilfaut
RIGODON
qu'onprévienneBerlin.l'A.A.et laChancellerie.et toutesleslignessontcoupées.sousterraines.ou aériennes.aufuràmesurequ'onlesrépare.jesavais déjà.onsedoutequic'est.onaarrêtémille!les techniciensdelaWehrmachtontmisaupointunsystème «entraînementvélomagnéto»quepersonnenepeutsabo-ter.jevaisvoir.onvavoir.cequejevois.monté enhautd'untraîneaulevélodeKracht!sionle connaît!leferventduvélo,Kracht!maisalorssa bécaneamarréesolide,fixéesoudée.etlarouearrière motrice,reliéeparcourroieentraînantunemagnéto. Krachtmonteenselleetpédale! pédale!jecroiscom-prendre.luiquifaitl'électricité.hardimollegommes! lalongueantenne,toutàl'avantdutraîneau,émetetaussi capteantenneàdeuxfins.Harrasnousexplique.mais ilfautpasqueKrachtmollisse! Noch!noch!encore! HarraschercheBerlin.ilémet.ilmefaitvoirson petitappareil.toutpetit.danslecreuxdelamain.et puisqueBerlinluiréponde.Harrasestcasqué.ilécoute. voilà!çayest!pasétélong! Jelespréviensquevousarrivez.ilfaut Jesuisbiend'accord!tac.tac.tic! Jevoisqu'ilaapprisletélégraphe,l'autrelà-hautsur sabicycletteestpasnonpluspours'amuser. Kracht!encore! Nochnoch Krachtsedonne!ils'agitdelamagnétoetpaspar à-coups.continu!quel'antennebégayepas!stop! finislesenvoisbrusquemaintenantrecevoirleplus délicatlaréception!Krachtdoitpédalerl'autresens.à l'envers.hardi!etçayest!heureuxqueKrachtest entraîné. Gut!Kracht!Gut! Eneffet,onvoitàl'antenne,lecrépitement.Harras entend.ilentendBerlin.ilentendlaChancellerie. estouches,çava!accepté!ja!ja!vouspou-D
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE vezpartir!attendezencoreuninstant!Nochnoch! Kracht!Stettin!jedoisprévenirStettinilsdoivent savoir C'estvrai!notreconfrèregrecetleslépreuxetsa bonnesœur.jelesoubliais!douzepustuleux.quinze. toutuntraîneau.deuxtraîneaux.Stettinrépondpas! Krachtabeaudonnertoutcequ'ilpeut!eh,tantpis!ils n'irontpasseperdre!iln'yaqu'uneseulepistepour Stettin.trèsbienmarquéeet trèssurveillée.trèsentre-tenue.jevois.unchasse-neigetousleskilomètres.tout letrafic,civils,réfugiés,militaires,Stettin-Berlinpassepar cettepiste.etaussiMoorsburg-Baltique.Harrasm'avait parlédecespetitschevauxtartares,exprèspourtraî-neaux.jelesvoislà,attelés.eneffetsipoilus,barbus. maisàvraidire,ilsfontplusponeyspourenfantsqu'atte-lagesd'extrêmenord..trottineursdesneiges.toutça vientdeStettin,leurremonte.ilsseretrouverontbien! Harrasrenonceàsesappels.Stettindemeuresourd.il fautdireaussiqueKrachtS.S.estàboutdeforces.il tirelalangue.et quenotreantennenecrépiteplus. Noch!noch! Harrasabeaulestimuler. Nun!nun!lasse!laissez! Krachtdégringoledelaselle.ils'étenddansla neige.surleflanc,rendu.luiqu'étaitferventdevélo onlelaisse.onvavoirlesautres.prêtsaudépart.la sœurarefaittouslespansements.plusunmoignon quidépasse,toutestsouscharpie,etcrêpesetouates. commeemmitouflésilssont,têtes,corps,jambes,masca-radésdeTouaregs.etsicontents!letraîneaudoitles amuser,etdepartirloin.etd'avoirretrouvélasoeur. ilsn'irontpasvite.cinqjoursilparaît,pourStettin. c'estuntringlotquiconduit.chaqueattelage,deuxche-vaux,parlesmors.letringlotàpiedetenarmes,gre-nades,carabine.jevoisquec'estsérieux.desrelais toutlelongilparaît.là-hautledépôtàStettin.etla
RIGODON
léproserie.pasdanslavillemême,levillageavant.notre Proseïdon,jelevois,estpasenthousiaste.ilneproteste pas,maisilpréféreraitresteravecnous.ilafaitdutraî-neaudixans,ilconnaît.etdeslépreux.ilpartiraitbien avecnous,n'importeoù,sud!maissonordrederoute estStettin!ilneprotestepas,maisdanssongenreil faitlagueule.c'est-à-direencoreplusdiscretqued'habi-tude.etmettousseslépreuxenrangetillesemmène auxtraîneauxillesinstalle,et labonnesoeur,tousbien assis.ilnousditadieu!nousluirépondonsau revoir!lesdeuxtraîneauxglissent.décollent.çay est!lapiste.ilsenontpouraumoinsquatrejours. ilsne nousfontpasdesignes.nileslépreux,nilabonne soeur,niProseïdon. Enfaitnousnelesavonsjamaisrevus,nientenduparler d'eux.nidecetteléproserie.nideStettin.j'aibien demandépar-ci.par-là.àdesvoyageurs,soi-disant. villesetvillagesontchangédenoms,ilparaît.etles habitantssontpartis.ilfaudraityaller.voir.pensez! Donc,noustrois,Lili,moi,LaVigue,etnotregreffe, ». reprenonsnotre«traindemaréemêmecompartiment. nosdeuxsoldatsn'ontpasbougé,ilsnousattendaient. voilà.Harrasnousrecommandeencore. Vousaurezunpeuàmarcher,unedemi-heure,du dépôtdeslocomotivesàlagareAnhalt.lesdeuxsoldats ne vousquitterontpas. Parfait,cherHarras!àlagrâcedeDieu!ethei6 Hitler! Nousnousserronslesmains.fort.ilembrasseLili.il embrasseBébert.voilàdanslefondbiensûryade latristesse.mêmelesentimentquenousnenousreverrons pasdesitôt.Krachttoutdesonlongdansla neigesouffle. ilnousregarde. Aurevoir,Kracht! 1 Heil!heilDoktor! Luiaussiaétébienbrave.bourrique.ouiilfallait!
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE lequitternousfaitdelapeine.qu'a-t-ilpudevenir?. onleconnaissaitbien. Oh,maisnotre«traindemaréedémarre.toutde même!tchittt!tchutt!patine.enroute!encoreau revoiràHarras.etKrachtc'esttout.jelesaijamais revus.niProseïdon,nilasoeur,nidel'autrelà-haut,le nietzschéendeRostock.nidesessélectionsnaturelles. dansles«superjets»ilssequittentpas,ilsvontàNew Yorkentroisheures,etfoutrebonDieutousensemble, c'estdanslesvoyagesbricetbrocquevousêtesforcé debienfairegaffe,quevouslaissezpleindemonde dis-paraîtrepourunouiunnon,quec'estmiraclemêmedese souvenir,lapreuvelemalquej'aimoi-mêmeàvous donnerunpetitpeudepreuvesquecespersonnesfurent bienréellesetagissantes,plaignezlepauvrechroniqueur! Letrainnousemmène.d'abordtoutdoucement.et puisbrutalement.toutdemême,cettevoieestmeilleure. yadestasdecailloux,ilsréparent.nous noussommes installés,biensages.nousavonsàréfléchir.plusd'Har-ras,plusdeKracht.ànousmaintenantdenousdébrouil-ler.nosdeuxsoldatsmouftentpas.onverraàcette station.lastationavantBerlin.yaunpeud'avionsen l'air.maisquis'occupentpasdenousdutout.onpasse. onnes'arrêtenullepart.desbaraquements.garesou dépôts?nosdeuxsoldatsnenousparlentpas.sûr,ilsont l'ordre.avecHarrasilsparlaient.voicibientroisheures quenotretrainroule.ilasifflé.peut-êtreàchaque ?.ah,nousvoici!uneplate-forme.nousdevons station yêtre.leplusvieuxdesdeuxFritznousfaitsigne.oui. ouiçavanousdescendons.lesentierlelongdela voie.queueleuleu.cen'estpaspénible,mais sommes-nousloindecettegareAnhalt?.jedemande.«ach, nein! nein!».eneffet.voicidesbicoques,unfaubourg. bienendommagécefaubourg.mêmetrès!enbouillie. ilfume.enfindeuxmaisonssurtrois.ilsdoiventêtre accoutumés,deuxmaisonssurtrois.nousenavantla