La Nouvelle Revue Française n° 203 (Novembre 1969)

De
Pierre Gascar, L'inventaire des grottes de B.
Michel Gresset, Eudora Welty
Eudora Welty, Un souvenir
Jean-Philippe Salabreuil, Dans les Tombeaux du Temps
Marcel Jouhandeau, Je songe à mon lot
Roger Gilbert-Lecomte :
Pierre Minet, L'amitié, la jeunesse et la mort
Roger Gilbert-Lecomte, Correspondance
Monny de Boully, Entretiens
Roger Gilbert-Lecomte, Poèmes
Chroniques :
Brice Parain, Michel Foucault : L'archéologie du savoir
Michèle Pirazzoli-t'Serstevens, Hô Xuân Huong ou L'impudeur d'aimer
Jean Blot, Deux femmes pour l'automne
Kenneth Graham, La double vision d'Eudora Welty
Claude Michel Cluny, Venise : les bégaiements de l'ambiguïté
Jacques-Pierre Amette, La Honte, d'Ingmar Bergman
Notes : la poésie :
Yvon Belaval, Les Psaumes de la Création, par F.-J. Temple (Robert Morel)
Notes : littérature et essais :
Michèle Pirazzoli-t'Serstevens, L'Œuvre complète de Tchouang-tseu (Gallimard)
Jean Grosjean, Le changement et la tradition, par Arnold Toynbee (Payot)
Claude Michel Cluny, Essais sur le roman, par Michel Butor (Gallimard)
Anne Fabre-Luce, Le vif du sujet, par Edgar Morin (Le Seuil)
Guy Rohou, L'Amour durable, par Jacques de Bourbon-Busset (Gallimard)
Henry Amer, Le regard intérieur, par Gabriel Germain (Le Seuil)
Claude Michel Cluny, Histoire de la Première Guerre mondiale, par F. Gambiez et M. Suire (Fayard)
Notes : romans français :
Guy Rohou, Suite cévenole, par André Chamson (Plon) - La surprise de vivre, par Jeanne Galzy (Gallimard)
Alain Clerval, Les Valeureux, par Albert Cohen (Gallimard)
Patrick de Rosbo, Une tragédie superflue, par Irène Monési (Mercure de France)
Guy Rohou, La loge du gouverneur, par Angelo Rinaldi (Denoël)
Alain Clerval, Quelques nouvelles de Jessica, par Henri-Pierre Denis (Gallimard)
Guy Rohou, Les murs du Havre, par Jean-Louis Bergonzo (Gallimard)
Notes : romans étrangers :
Patrick de Rosbo, La femme de Gogol et autres récits, par Tommaso Landolfi (Gallimard)
Guy Rohou, Tunc, par Lawrence Durrell (Gallimard)
Jean-Marc Bordier, Affaire d'habitude, par Vassili Bielov (Julliard)
Jean-Claude Schneider, Vivre comme au Paradis, par Heinz von Cramer (Gallimard) - Journal irlandais, d'Heinrich Böll (Le Seuil)
Notes : les arts :
Renée Boullier, Degas (Musée de l'Orangerie)
Jean Grosjean - Philippe Pons, Revue
Publié le : mardi 31 mars 2015
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072383953
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LA
REVUE
NOUVELLE FRANÇAISE
L'INVENTAIREDES
GROTTES
DEB.
Ons'accordeàvoirdanslesgrottesdeB.unedesprin-cipalescuriositésnaturellesdel'estdelaFrance,mais personnen'apujusqu'iciexpliquerclairementpourquoi. Ilexiste,danscetterégion,deslieuxd'unesingularitéaussi grande,quisurpassentmêmeceux-làenbeauté.Là,des montagnessefendent;ailleurs,d'autresavancentenbalcon; plusloin,desruisseauxrebondissentsansfinencascades, et,sil'ons'entientauxcavernes,ontrouve,àcertains endroits,àl'intérieurdusol,descavitésaussivastes,des eauxaussi froidesetdesconcrétionscalcairestoutaussi dignesd'attentionquecellesdesgrottesdeB. Enréalité,cesgrottesdoiventàleursituationbeaucoup deleurprestige.Elless'ouvrent,parunefailleunique,dans laparoid'unefalaise,aufondd'uncirqueendemi-lune depeudediamètre,assombridesapins.Cetteconfiguration duterrain,propreaujurassique,s'appelleunereculée,ce qui,parunedecesambiguïtésfréquentesdanslesprovin-cialismes,signifiequ'aufonddecettevalléeonsetrouve ledoscontreunmur.Cesgrottesconstituentainsiune dernièreissueou,pourceuxquilajugeraientillusoire,au moinsunsursis.Enplusdelagrandeurdusite,c'estcette imagedudernierrecours,del'ultimeretraite,serait-cedans
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
lenoir,quifaitquelesgrottesdeB.laissentuneassez forteimpressiondansl'espritdeceuxquilesvisitent. Sans douteapaisent-elleseneuxunefrayeur d'anmillequenos armesd'anéantissementrendentaujourd'huilégitime.Mais d'autreslieuxsouterrainsaussisûrsn'ontpaslemême pouvoir. SilesgrottesdeB.représententpournousunechance, lapossibilitéd'unsalut(temporaire,iln'importe),lorsque, arrivésaufonddelareculée,nousparcouronslafalaise duregard,c'estindépendammentdeleurutilisationpra-tique,dans quelquecirconstancequecesoit.Onesttentéde parlerdespiritualité,àproposdecettefuiteimaginaire danslesgrottes.Ennous,toutn'estpasquedésird'un surcroîtdelumière.Nousnouscherchonsaussiunprolon-gementdanslenoir.Noussavonscertesquecesgrottes, pourvastesqu'ellessoient,finissentàunendroit,maisil n'estpasdemur,defonddereculée,serait-elle,commeici, souterraine,derrièrelequelunnouvelespacenerésonne souslepoing.Deplus,ontrouve,danslesgrottesdeB., tantdefissures,d'ouverturesdetunnelsetdecheminéespersonnenes'estjamaisrisquéquel'espoirdelafuites'y renouvelleetquelerefugeprometconstammentunrefuge plusintérieurencore. Onnesauraitvoir,commeonl'afaitparfois,dans l'attractionqu'exercentsurnouslesgrottesuneffetde notrenostalgieduseinmaternel.Laterren'apas,ennous, unpasséantérieurànous-mêmes.Elleestabsentedetous lesmythesd'appartenanceoud'apparentement.Nousne nousretrouvonspasenelle.Aussin'est-cepasunretour quelesgrottesnousproposent,maisbienuneaventure nouvelle etunsurcroîtdeliberté. Libertéd'abordmenacéeparlenoir,ilvasansdire.A mesurequelesvisiteurss'avancentdanslesgrottes,le guidequilesaccompagneéteintlalumièredanslasalle qu'ilsviennentdequitter.Ceuxquiseretournentse découvrentprisonniers.Ilsnesaventpaslescommu-
L'INVENTAIREDESGROTTESDEB.
tateursélectriquessetrouventetn'oseraientpasserisquer danstantd'obscurité.Ens'yheurtant,lalumièredela partieéclairéelarendd'unbleud'ardoise. Déjà,leguideinvitelesvisiteursàpasserdanslasalle voisineetrendàlanuitcellequ'ilsachèventdequitter. Ilyaunedizainedesalles,toutesdegrandesdimensions. Desgaleriesdel'eaustagnelesrelient.Onchange parfoisdeniveau,grâceàdesescaliersdeferauxrampes couvertesd'écaillesderouille.L'obscurité,quiserétablit aufuretàmesuredelaprogressiondugroupe,donne auxsallesqu'illaissederrièreluidesproportionsverti-gineuses.Tantdenoirfinitpardéteindresurlavie.Un peudelamêmefaçonque,dansuntrain,nouscraignons denousretrouveraveugleàlasortiedutunnel,parl'effet d'unecontagiondel'obscurquenoussubodoronsdepuis notrenaissance,ilnousvientàl'esprit,danscesgrottes, quelemondeextérieurestpeut-êtreretournéàlanuit. Ainsi,enjouantducommutateur,leguidecontribueà fairenaîtreunpeudepeur,chezlestouristesqu'ilconduit. Iln'ymetaucunemalignité.C'estuneaffairederèglement. Dessallesrestantéclairéesderrièrelegroupe,certains visiteurss'yattarderaient,yentreprendraientdedange-reusesescalades,briseraientdesstalactitesoudesstalag-mitespourlesemporter,écriraientleursnomssurlesmurs, pousseraientdescrispouressayerl'écho.L'obscurité rameutetoutlemonde,rabatlestraînards,resserreétroi-tementlegroupe,commelefaitunchiendeberger,avec des moutons. L'économieaussijustifielamesure.Chaquesallecoûte autantàéclairerqu'unhalldegareouuneéglise.Enfin,le guide,concessionnairedesgrottes,tireunautreprofitde cetteavaredistributiondel'éclairage.Lorsque,arrivéau fonddesgrottes(etbienqu'ilnes'agissequed'unfond apparent),ilannonceauxvisiteursqu'ilsonttoutvu, ceux-ciseretournentd'unseulcoupetsehâtentvers l'endroitilsespèrentretrouverlejour.Iln'amaintenant
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
plusdeprix.L'étéflamboieoù,uneheureavant,on attendaitunticketd'entrée,entoussantdanslabrume. Maisuneruéedesvisiteurshorsdesgrottesempêcherait leguide,devenuledernierdugroupeàlasuitedelavolte-facegénérale,derecevoiràlasortielespourboiresqu'il attend.Engardantlescommandesdelalumière,iltientles visiteursensonpouvoir.Dansleurfuite,ilsseheurtentà l'obscuritédessallesets'arrêtent,dansunbourdonnement devoix.Enarrière,deloin,leguidelesrassureilarrive Ilarrive!Ilrejointlegroupe,lefendavecautorité,plonge samaindansuneanfractuositédelaparoi,faitjaillir lalumièredanslasallevoisine.Legroupes'yélancedéjà, enbutantsurlespierres,englissantsurlesold'argile.Un peuplusloin,mêmejeu.Mais,dèsqu'onapprochedela sortie,leguideneselaisseplusdistancer.Onaperçoit,là-bas,lejourbrillantcommeunmiroir.Lecœurdesvisiteurs s'apaise.Ilsontralentilepasetremuent,aufonddeleurs poches,lespiècesdemonnaiequ'ilsdestinentauguide. Leplaisirqu'ilsattendaientdelavisitedesgrottesn'a pasétédiminuéparlaprésencedecesmassesdeténèbres que,toutaulongdeleurpromenade,leguide,moitiépar devoir,moitiéparcalcul,aaccumuléesautourd'eux.Tout cenoirafaitdel'excursionuneaventureet,demain,en fera,dansleursbouches,unexploit.Cependant,leshabi-tantsduvillagedeB.,nonloinduquels'ouvrentlesgrottes, souhaitent,depuisuncertaintemps,qu'ellessoient exploitéesd'unetoutautrefaçon.Ilsserendentassez souventauxgrottes. C'estlapromenadequi,partradition, suitlesrepasdefête,auxquelsparentsetamisétrangers àlarégionsontconviés.Iln'estpasdebaptême,depre-mièrecommunionoudemariagequinesetermineparces trébuchementssurdesrochesruisselantes,cesrésonances d'au-delàetcetteangoisseàlacroiséededédalesobscurs. Personnen'iraitcertesréclamerl'éclairementgénéralet permanentdesgrottes.Leguideabesoindetenirsatroupe devisiteursenmain,onlesait.Onad'ailleursobservé
L'INVENTAIREDESGROTTESDEB.
que,lorsqu'onlaissaitleslampes alluméesdansplusieurs sallesàlasuite,lesperspectivesnetardaientpasàs'em-brumer.Leguideledit,àsamanière«Auboutd'un moment,danslesgrottes,lalumièreélectriquepourrit». Oncomprendd'autantmieuxqu'iljugeinutileladépense qu'entraîneraitcetteextensiondel'éclairage.L'excès d'obscuritéetlecaractèreunpeuheurtéqu'ildonneaux visitesengroupenesontpasd'ailleurslesseulescauses dumécontentementqueleshabitantsdeB.éprouvent,au sujetdel'exploitationdeleursgrottes.Ellen'apasété modifiéedepuislesiècledernieruneroutine.Chacun,ici, penseàpartsoiquesescuriositésnaturellesn'ontencore jamaistrouvéleurdestinationet,mieuxencore,leursens. Ainsi,ilarrivaitjadisquedesvoyageursfussenttenus enarrêtpardestemplesbarbares,souventassezsemblables auxcréationsdelanature,qu'ilsdécouvraientdansdes lieuxretirés,surdessommetsouaumilieud'unejungle. Ilsdevinaientquecesmonumentsavaientserviàunculte. Entoutcas,ilsenappelaientun,cettefoisdignedece nom.Riennerévèleuneutilisationreligieusedesgrottesde B.àunmomentquelconquedel'histoire,encorequele sitesoitdruidique àsouhait.Mais,iciaussi,l'aspiration deslieuxàuneformedesacréou,dumoins,àuneforme demystèrenepeutêtreniée. LaconvictiondeshabitantsdeB.estrenforcéepar l'emplacementdesgrottes,aufonddelareculée,parl'issue qu'ellesconstituent,alorsqu'alentourtouts'érigeen falaises,semure; parleurobscuritéprovidentielledansce mondeàchaqueinstant,onpeutmourirébloui.Lasitua-tiondesgrottessuffitàrévéleruneintentionsurnaturelle qui,aprèsavoirfaits'ouvrirlamontagne,àcetendroit,ne peutavoireud'autreconséquencequedemultiplierles prodigesdanssonsein. LeshabitantsdeB.estimentqueceuxqu'onpeutyvoir nesontpasencoreappréciéscommeilsméritentdel'être. Ilssaventaussiquedescavitésinexploréesprolongent
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
cellesqu'onvisite.L'écho,quandonpousseuncri,en s'approchantd'unefaille,donneuneidéedel'ampleurde leursproportions.Mais,pourpouvoiraccéderàcessalles, ilfaudraitattaquerlerocaupic,travailquenilacommune niaucunesociétésavanten'alesmoyensdefaireexécuter. ChezleshabitantsdeB.,ledésirquesoitmieuxreconnue l'importancedesgrottesetlavaleurdecequ'ellesren-fermentrelèveainsi depréoccupationsmorales,sansêtre toutàfaitindépendantdel'espritdeprofit.Laisserdormir dansl'obscurité(sil'onexceptecesvisitesaugalop)de tellesrichessesfaitpenseràunsacrilège,bienqu'ellesaient étéplacéesdansdeslieuxquisemblentlesvoueràcesort. Onretrouveiciladistancequis'établitd'elle-mêmeentre leshommesetlesobjetssurnaturelsetqui,ailleurs,sous laformeduSaintdesSaints,parexemple,nousrappelle quelagrâcesedéfinitparsonrecul. Mais,sansporteratteinteàl'intérioritédesgrottes (commeonseraittentédelefaireenyinstallantunchemin deferàvoieétroite,deshaut-parleursetunéclairageau néon),onpeuts'efforcerdeleurdonneruneplusjusteplace dansl'espritdupublic.LeshabitantsdeB.ressentent commeuneinjusticequedescuriositésnaturellesduvoisi-nagejouissentd'unplusgrandrenomqueleursgrotteset attirentlesfoules,alorsqu'onn'ytrouverienquiétonne vraimentet,lesdeuxchosessetenant,quiparleàl'âme. CessentimentsqueleshabitantsdeB.éprouventdepuis longtemps,d'unemanièreassezconfuseetsanspouvoirtrès bienlesexprimer,prennentplusdeforceaujourd'huique lebaildesgrottesarriveàsonterme.Touslesquinzeans, lamunicipalitédeB.lemetenadjudication,surunemise àprixmodeste.Enl'absencedeconcurrents,lebailest enlevé,sanssurenchères,parleguideenexerciceoul'un desesproches,lorsquel'heuredelaretraiteasonnépour lui. Onalongtempstenupourcertainqu'onnepeutvivre desgrottesquesil'onyguidesoi-mêmelesvisiteurs,de
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
quatrefoisetquatrefoisileutpeur.Pournepasmourir brûlé,Tecuciztecatlmanqual'occasiondesetransformer enSoleil.Cefutalorsletourdel'humbleNanahuatzin. TouslesdieuxréunisàTeotihuacâncontemplaientla scène.Nanahuatzin,fermantlesyeux,seprécipitadans lefeujusqu'àseconsumerenlui,sondestinétantdese transformerenSoleildececinquièmeâge.Désespéré, Tecuciztecatlseprécipitaluiaussidanslebûcher,mais, pourl'avoirfaittardivement,sondestinallaitêtre deseconvertiruniquementenlalune.» Jecroisquecettelégenderenfermeunepartiedela penséetéotihuacaneetque,parconséquent,elledoitêtre analysée.Nouspouvonsobserverqueledieuquiafait pénitenceavecleschoseslesplusprécieusesdelaterre, tellesquelesplumesetlesornementsdejade,estcelui quihésiteàsejeterdanslefeusacré.Mais,parcontre, ledieuquiasouffertetfaitpénitenceavecdesépines d'agaveestceluiquis'yjettesanshésiter.Jecroisque c'estl'unedesidéesprincipalesquianimalesmasses pourconstruirelagrandecité.Cen'étaitpasaumoyen delarichessequ'unêtrepouvaitsetransformerenSoleil maisaumoyendudétachement.Détachementqui,à Teotihuacân,seconvertit,commejel'aiindiquéprécé-demment,enuntravailphysiqueetintellectueltitanique. «Etcelui-ciparlaàuninfirmequisetrouvaitlà-bas etyétaitarrivé,etdontonnefaisaitaucuncas,etil lui ditQuefais-tuici?Nevois-tupascommentles noblesetlesprincesnesehasardentpas àcetteentre-prise?Puisquetutetrouvesdansunsimisérableétat, cartuestoutcouvertdeplaiesetdebubons,enhar-dis-toicar,bienqueceux-cit'enempêchent,entejetant aufeuavecrapiditéetdextérité,tutepurifierasenlui, tujouiraspartoneffortetparcequetumériterasle prixauqueleuxn'ontpaseulecouragedeprétendre. «Ainsiquelemaladenesedécouragepas,caràson tourilarriveraàêtreSoleil;etqueceuxquitravaillent soienttolérantsetsouffrentcarlejourviendrails serontrécompensés.a J.G.
LESTEMPSMODERNES(numérod'août-septembre)publieun choixdetextesetdepoèmesdesécrivainsduGroupe63.Créé
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 340

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 347

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 352

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant