La Nouvelle Revue Française N° 205 (Janvier 1970)

De
Jean Grosjean, Le Stratège
Roger Caillois, Découverte de l'art
Robert André, La musique et l'existence
Daniel Blanchard, Caillou à travers le jour
Roger Judrin, Les oignons d'Égypte
André Dhôtel, Nausicaa
André Gide :
André Gide, Journal du voyage au Maroc - Lettre à Madeleine - Lettres à Jean Paulhan
Chroniques : au théâtre :
Jean Blot, Jean Giraudoux : Une vision dramatique du monde
Robert Abirached, Le temps comme il passe
Jacques-Pierre Amette, Osborne, Pinter, Saunders & Cie
Chroniques :
Jean Grenier, Sur l'Égype et sur l'art égyptien
Roger Judrin, François de Sales
Jacques Chessex, Les leçons de Philippe Jaccottet
François-Bernard Mâche, À propos de Xénakis
Claude Michel Cluny, Un délire splendide : Fellini–Satiricon
Notes : la poésie :
Claude Michel Cluny, Les Chambres, poème du temps qui ne passe pas, par Aragon (Éditeurs français réunis) - L'Inespéré, par Jean-Philippe Salabreuil (Gallimard)
Notes : littérature et essais :
André Marissel, Nietzsche et le cercle vicieux, par Pierre Klossowski (Mercure de France)
Claude Faraggi, Journal 1931-1934, d'Anaïs Nin (Stock)
Alain Clerval, À contretemps, par Emmanuel Berl (Gallimard)
Jean Grosjean, Moi je, par Claude Roy (Gallimard)
Guy Rohou, Le plaisir de voir, par Jean Lambert (Gallimard)
Notes : romans français :
Jacques Chessex, L'éternité plus un jour, par Georges-Emmanuel Clancier (Robert Laffont)
Patrick de Rosbo, Le guerrier de pierre, par Marcel Schneider (Grasset)
Alain Clerval, Lettre à Dora, par Dominique Fernandez (Grasset)
Lionel Mirisch, Le tour de ville, par Roger Bordier (Le Seuil)
Anne Fabre-Luce, L'Effroi, par Claude Faraggi (Mercure de France)
Notes : les arts :
Renée Boullier, Les plus belles eaux-fortes de Rembrandt (Musée du Louvre)
Notes : les spectacles :
Jean-Jacques Roubine, Le théâtre français de la danse (Odéon-Théâtre de France)
Florence Delay, Vincent et l'amie des personnalités, de Robert Musil (Théâtre du Studio des Champs-Élysées)
Jean-Jacques Roubine, Les Fausses Confidences, de Marivaux (Comédie-Française)
Claude Michel Cluny, Antonio das Mortes, de Glauber Rocha
Revue des livres :
André Miguel, Choix de poèmes d'André Marissel (Millas-Martin)
Michel Léturmy, Eliphas Lévi, visionnaire romantique, par F. P. Bowman (P.U.F.)
Jean Grosjean, L'intention poétique, par Édouard Glissant (Le Seuil)
Jean Follain, La Grande Guerre, par Marc Ferro (Gallimard) - L'étrange croisade de l'empereur Frédéric II, par Pierre Boulle (Flammarion) - Mémoires sur les temps qui ont précédé et subi la Révolution de l'Édit de Nantes, par Isaac de Bostaquet (Mercure de France)
Jean Grosjean, Miroir brisé, par Jean Sulivan (Gallimard)
Lionel Mirisch, Les allumettes suédoises, par Robert Sabatier (Albin Michel)
Guy Rohou, Un miroir le long du chemin, par Jean-Louis Curtis (Julliard)
Marcel Arland, Lectures
Claude Esteban - Jean Grosjean, Revue
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072379253
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFI~AJV~'AISE
LESTRATEGE
Lemaîtreenseigneenrasecam-pagne.IlditChaquejourestaujour-d'hui.Saparolen'estniflotnifoule.Il campesesphrasesparmaigresbataillons etnes'assurequedehauteursutiles.Il opposeànosscienceslamanceuvred'une arméesansbagage.S'ilarriveàdes arbresenfleur,qu'illesregarde,illes voitdéfleurir,illuisuffitdesetaire. D'autresqueluivoulurentgloser,mais attention,l'âme estsauvage,elleretourne àseschambres.Lemaîtrepasseàlafon-tainenepassequel'imagedesautres.
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
Ilcouchel'ombredesEcritures surunepoussièrequelessoufflesdépor-tent.Ilneparle pasdenepasmourir,il passeaveclenteur.Quandaboientlesétés surleschemins,ilbiaisetranquilleàtra-versbléssanslaisserdesillagequeles clartésdontsonregardestsource.Lui quisiègeauxconseilsdeCambalucnous vientplussecretqu'unbonheur,pluscher qu'unebrumedontseprotègeàl'aube, contrelejour,l'effraieclignanteattardée suruntoit.
LESTRATÈGE
Iln'yarienàluidire,iln'entend pas,ilflânelelongdesgranges.Ilestle maîtredel'écart.Lâchantlesbceufsqui secouentparnuéesleursmouches,il admirenotreterred'éteulesdumême frontqu'ilavus'écroulerRomeets'ef-feuillerlarose.Sonseulregarddéploie, toujoursnouveau,lecielimmobileetmou-vant.
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
Lespeuplesquicherchaientl'em-blèmen'ontaperçuqu'avecstupeursasoie d'ombreetdefeu.EtFrédéric,assis contreunmoulin,neparleplusdeportes silésiennesqu'àJésus-Christ.Certesle schismeentrelescoeurs,l'épéeparle milieudel'âme,maisnepasroulerdans lestêtesdepavot.S'ilvapleuvoirsur lescollinesdontrêvent,6H<fonddesécu-ries,lesgrandschevauxpleinsd'unépais sangsombre,faisonsretraitesansbottes nicasquesparmilessanglotsmalconte-nusdenosdeuils.
LESTRATÈGE
Nouspasseronsl'onde,etdessous plusquedessus,maisjamaiscielnevau-dranotreciel.Lesoirysuspendsurla riveleblêmebaiserdontilmédite l'échange.Unsaulefrissonneàlaporte dufleuve.Lemaîtremarchesurlesflots. Telleestl'imputrescible joiequ'obtientle maîtreàforcededétours.Telleestla stratégiequelouentlesherbesfolles autourdeWarnemündeetlespierres fêléessurl'Hermon,mêmesisevoilent denueslesyeuxducieletquenosdieux setaisentdansleurstombes.
LANOUVELLEREVUEFRANÇAISE
Dequelsdieuxnouspeuplal'été quandvoguaient,nimbéesdezénith.,sur nossiestes,lesmouchespL'éténenous futqu'ombreetsonge,maisquelsom-meilnoustientlieud'ombrequandtout arbrealâchésesfeuilles?Noschambres seraientnoslieuxfortssin'enavaitcor-rompul'ombrenotreâmeavecsesfaux feux.Ouilesdieuxlaissentleurtemple enruinequandilsdescendentàleur terme.Nem'ont-ilspasempreintchacun leurtourdusombresceaudeleurnombre? Etsijelescherchedansmamémoire, nousn'ysommesquedesmorts.
REVUE
ESPRITconsacrel'essentieldesalivraisond'octobre1969 (n°10)àuneséried'étudessur<L'Architecte,l'Urbanisme etlaSociété,largedébatseretrouvent,auxcôtésd'archi-tectes(uniquementfrançais,cequel'onregrettera,peut-être), ingénieurs,sociologues,chargésderecherchesauC.N.R.S. D'unepremièrepartiel'architecteestmisenquestionet sansménagementsonretiendraparticulièrementl'excel-lenteanalysedeJ.Lautmanquicernelaconditionactuellede l'architecte,victimeàlafoisducorporatismedésuetdesa professionditelibéraleetdesim pératifsfinanciersettech-niquesquileréduisentàlamercides<promoteursces potentatsdelaconstructionenFrance,ouauxinterventions incessantes,auxcontrôlesdédaliquesdesfonctionnaireslors-qu'iltravaillepourl'Etat.Mais«l'ordrecapitalistecomme lesouligneplusloinP.Dreyfus,conseillerscientifiqueàl'amé-nagementurbain,n'estpasseulresponsabledecetétatde chosesuncertain attachementà«l'ordrefonctionnalistes prônépardesmaîtresenrenomsoumetl'espacedesvillesà unesortederationalitépositivistesatisfaisantepourles <t beauxesprits,étouffantepourceux-làquidoiventlasubir.Le tempsdescitésradieusesest-ilrévolu.Nombred'architectes sontprêtsàadmettrequel'urbanismede1970doitrompreavec laCharted'Athènes;maisàl'Etat,auxcommunautéspubli-ques,ausimpleparticulierquiprotestent<Donnez-nousde bonsarchitectes,nousauronsdebellesbâtissesilsrépliquent, àjustetitre,quelasociétéelle-mêmesécrètesonarchitecture. Mettrefinaudésordreurbainestl'œ <uvredechacun. Commel'exposeavecardeurl'architecteA.Hermantdansla dernièrepartiedel'étude,ilimporteque<chaquecitoyen prenneconsciencedesesresponsabilitésquantàlacréationdu
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 258

de editions-gallimard-revues-nrf

Jean Grenier N° 221

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant