Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 230

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 234

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
Parlant
à
sa
personne
Noussommesdéjàpresqueenautomne.Après-demain viendralaSaint-Michel,ilfaudrapayersonterme.C'està quoij'aitoutdesuitepenséaumomentdememettreà cespages. Ilnefaut diredumaldepersonne,c'estvrai,mais j'auraisbeaufairejenetrouveraispasgrandbienàdirede MmeVeuvePoret,néeClaireLechap,àquimonpère auraitpayersonterme,ilvayavoirdecelasoixante-sixans.Maisl'argentduterme,ilnel'avaitpas.Et MmeVeuvePoret,néeLechap,n'étaitpasdutoutcom-mode. Danslespapiers quemonpèrealaissésdanslepetit tiroirdesonveilloir,j'airetrouvéunelettreàluiadressée parMmeVeuvePoret «Monsieur,sicequej'apprendsvientdevousjevous préviensqueplutôtdeperdremonlocatairedupremier,je vousprieraidechercherunautrelocalcarjepréfèreperdre 180francsplutôtquedemanquerlalocationdemamaison. Jevousailaissémamaisonenbonétat,sivosenfants fontdesdégâtsceseraàvosfrais.Jepourraisbienaller voussurprendredansquelquesjoursetsiçanemarchepas tantpispourvous.Croyezàmesmeilleurssentiments. Cl.Lechap.» Cettelettren'estpasdatée.Ilenexistaituneautre,hélas perdue,parlaquelleMmeVeuveLechapenjoignaitàmon pèred'avoirà cesserdes'occuperdepolitique.Ilestvrai
LaNouvelleRevueFrançaise quedanssonéchoppedecordonniermonpèreavaitaffiché leportraitdeJaurès,celuidel'infâmepetitpèreCombes, etquel'échoppeelle-mêmeétaitdevenuecommeunesorte depetitclubseretrouvaientchaquejourbonnombre decamarades.MmeLechapn'étaitpasd'accordavec l'affreuxpetitpèreCombesresponsabledesInventaires. Bienquenondatée,lalettredeMmeVeuvePoretque je viensdeciterprécèdedepeuledocumentauqueljel'ai trouvéeépinglée «L'an1904le17novembreàlarequêtedeMmeClaire PoretveuvedeM.VictorLechap,propriétaire,demeurant àSaint-Brieuc,17,ruedeQuintin,élisantdomicileen monétudeetenvertudel'article.duCodedeprocé-durecivile.»C'estunlongdocumentsurunegrande feuillebleuedeuxfoistimbrée,lapremièreenhautetà gauchedanslamarge,d'untimbrerondPapierspécial pourleshuissiers,notificationsd'exploitsetsignifications depièces60centimes,laseconded'untimbreovaleversle milieudelamargeF.Lefeuvre,huissierdelaBanque deFrance. «Etparsuiteducommandementdepayer,signifiéà M.Guillouxci-aprèsnomméqualifiéetdomiciliépar exploitdemonministèreendatedui5novembreigo4 enregistréetrestéinfructueux.» Ainsicontinuecedocumenttrèsdétailléetunpeufroid. OnyapprendqueM.l'huissiers'estprésentéchezmon pèreaccompagnédedeuxaides. «Je,EmileLefeuvre,huissieraudiencierprèsletribunal civildepremièreinstanceséantàSaint-Brieuc,ydemeurant rueHouvenagle,assistédeMM.DutertreJean,praticien, etLePivert,retraité,demeurantl'unetl'autreséparément villedeSaint-Brieuc,témoinsparmoirequisexprèsemme-nésaussisoussignés. «Mesuistransporté12,rueduParc,audomicilede M.Louis-MarieGuilloux,cordonnier,étantensondomi-cileetparlantàsapersonne. «Etjeluiaifaititératifcommandementdeimmédia-
Parlantàsapersonne tementpayeràlarequérante,endeniersouquittances valablesentrelesmainsdemoihuissier,chargéderecevoir, auxoffresdeluiendonnerquittance,lasommede Soixantefrancs,montantdesloyerséchusle29sep-tembre1904dulogementqu'iloccupeetloueàladiterequé-rante,suivantbailsoussignaturesprivées,enregistréà Saint-Brieuc,le3ooctobre1902,5i,cote19par M.leReceveurquiaperçulesdroits60francs.Celle desixfrancssoixante-cinq,coûtducommandementpré-cité.Lecoûtdusuivantmarquéaupied.Sanspréju-diceetsousréservedetousautresdroitsetactionsnotam-mentdesloyersencoursetàéchoir. «Luidéclarantquefauteparluid'obtempérerauprésent commandementj'allaisimmédiatementprocéderàlasaisie gageriedetouslesmeublesetobjetsmobiliersgarnissant leslieuxloués. «Aquoiilm'aétéréponduparM.Guillouxqu'iln'était pasenmesuredepayerlasommeréclaméeetn'avaitaucun moyendes'opposeràlaprésentesaisie.» Monpèreétaitdanssatrente-septièmeannée,mamère danssatrente-sixième.Huitjoursplustôt,le6dumême moisdenovembre,étaitpasséleonzièmeanniversairede leurmariage.Ilsnel'avaientguèrecélébré.Mêmes'ils avaienteudequoisepayerunecoupedechampagne,ilsne l'eussentpasplusfaitcetteannée-làqu'ilsnel'avaientfait avantetquejenelesaivusfairedepuis.Lamisèren'arrange pastout.Ilss'étaientmariéssansseconnaître,parcequ'ils étaientdansl'âge,quemamèreétaitseuleaumonde,que monpère,aprèssestroisannéesdeserviceau4i°régiment d'infanterie,àRennes,étaitrevenutravaillerchezsonpère d'oùilavaitenviedes'échapper,et,surtout,parce que FrancisLeker,lemarideMarieBéquet,lacousinedema mère,quiallaitdevenirmamarraine,avaitdegrandes ambitions.FrancisLekerétaitunhommedetrèsbonne humeur.Ilaimaitlavieetlemonde,payaitlargement latournéeaucafé.Ilétaitunpeutroppromptàs'enflam-merpourdegrandsprojets,maisavectantdegaietéet
LaNouvelleRevueFrançaise d'entrainquepersonneneluienfaisaitreproche.Unpetit hommesolide,bongymnaste,moustachucommeungrena-dier,patriote,BretonenFranceetFrançaisenBretagne, filsdecommerçantplusqu'àl'aise.Autantqu'ilm'ensou-vienne,sesparentsétaientdanslestissus,propriétairesde nombreusesmaisonsenville,disait-on.MaisFrancisLeker, danslebeautempsdespremièresannéesdesonmariage, étaitbienrésoluàfairebeaucoupmieuxquesesparents, c'est-à-direàfairefortune.Commeonétaitàuneépoque labicyclettenefaisaitencorequed'apparaître,mais avectoutungrandavenirdevantelle,l'idéeluiétaitvenue decréerunvélodromeauxportesdelaville,l'onvien-draitenmasseassisterà descoursesquiseraientàlafois unesourcedejoieetdeprofitillimités.Seulement,pour garderlevélodrome,ilfallaitunconcierge.Onbâtiraitune maisonnetteexprèspourlui,onlaferaitassezgrandepour ylogerleconciergeetsafemme.Or,quoidemieuxpour cetemploiqu'unjeuneménage?Commeiln'avaitpasde jeuneménageenvuerestaitàenfabriquerun.Tiensldit-il àMarieBéquetsafemme,voilàl'idée!Ilconnaissaitun jeunehommepresqueaussibongymnastequelui.C'était unpetitcordonnierquirevenaitdurégimentets'ennuyait chezsonpère.«TacousinePhilomènes'ennuieelleaussi bienforttouteseuledanssapetiteboutiquedemodisteen hautdelarueduChapitre.Sionlesprésentaitl'unà l'autre?»Iln'enavaitpasfalludavantagepourque s'accomplissentlesdestins.Lemariagefutcélébréle6no-vembrei8g3enl'églisecathédrale.M.lecuréunit«en facedel'Eglise»Louis-MarieGuillouxàSaint-Michel etdomiciliéàSaint-Etienne,filsmajeurdeLouis-Marie GuillouxetdeMarie-MathurineSoupletetPhilomène-Jeanne-MarieMarmier,fillemajeuredefeuCharlesMar-mieretdeMarie-Françoise-PhilomèneLageat, néeàSaint-MicheletdomiciliéeàSaint-Etienneenprésencede PierreGueléotetJean-FrançoisLecoq.Lerepasdenoceeut lieudansuneaubergeàl'enseignedel'Espérance.La mariéen'yavaitpersonnedessiens,samèreétaitpartie
LaNouvelleRevueFrançaise
lateursdevestiges.Cetterivalitésenourrissaitdel'extrêmefierté deJungd'avoirmisaumonde,dansunétatdetranse,Antwort aufHiob,livremusical,torturé,extatique,fascinéparlegnosti-cisme,Manèsetl'alchimie.Jungétaitdemeuréunthéologien protestant,vouéàl'exaltationmoralisantedudevenirdelacons-cience,qu'ilappelait,bienavantleteilhardisme,le«processus d'individuation».Jemesuismoi-mêmelonguemententretenu d'EliadeavecJung,cefoudegénie,cenévroséguériparlui-même,cethommedesplusprofondesintuitionsetdesrationalisa-tionslesplusinconsciemmentabusives,cesavantvivant,protéi-forme,spéléologueetpremierarchéologuedel'«objectivité».Il s'étaitconquissurletragique,etilsavait,avantLacan,que l'hommeestlaproiedesesimages.Pourcelaseul,sonnom reviendra. Maisilestentouré,àZurich,depsychothérapeutesplanscomme lamer,etd'exténuantsgénéralisateurs.Jemedemandesila décadencedujungismenedonnepasàl'ethnologiereligieuseses vaguesréférencesàlasoi-disantpsychologiedesprofondeurs.Les petitsdisciplesdeJungsontbienplusdangereuxqueles«freu-diensconfitssurlefoetusmacérédeleursrésistances»,commedit Lacan.Lesgrandshommesontunstyle;toutestdansleurrespi-ration.Ilsmettentaumondedesdisciplesquirespirentàpeine, tantilsontlesoufflecourt. AZurich,lesdisciplesdeJungmettentsousvitrine,dansleur neutralitéaseptisée,forcearchétypes,mandalasetautresosse-mentsuniverselsd'unsyncrétismetrèspaisible.Cesgens-làont évacuéletragiqueàlamanièresuisse,parl'exilintérieur.Jeme demandesiEliade,àChicago,n'apasretrouvécetteatmosphère demonotonerecensement,l'ubiquitédel'erreurtientlieude vérité.Ah!ilnaîtrabienunjourunromancierdel'erranceetde l'exilpropresàl'ethnologiereligieuse,àlalinguistiqueetà quelquesautressciencesdites,pourmémoire,«humaines». MaisilfaudraitunBalzacpournousdonnerlapsychanalysede cescousinsPonsdescroyancesquesontlesethnologuescollec-tionneurs.Espéronsqu'unjourla«psychologiedesprofon-deurs»constitueraunlieuphilosophique,etquelaphilosophie redeviendraainsi,commechezlesGrecs,lapartlaplusprofonde delalittérature.Alors,observantnoséléphantsmentaux,qui planentau-dessusdenostêtes,etdontleplusgrosestleverbe «être»,noussauronsàquelleidolenosnomenclaturesadressent leurslouangesetleursprières.
R. B.