La Nouvelle Revue Française N° 227

De
Marcel Proust :
Jacques Borel, Bonheur de l'imparfait ou Notes sur l'imparfait proustien
Roger Judrin, Proust et Sainte-Beuve ou L'auteur et l'homme
Jacques Benoist-Méchin, Une visite à Marcel Proust
Jean-Yves Tadié, La plume et l'épée
Marcel Proust, Lilas et aubépines - Soir d'hiver - La petite phrase
Jean-Michel Frank, Poème de nuit, poème de feu
Jorge Luis Borges, L'intruse
Gérard Prévot, L'impromptu de Coye
Franz Hellens, Psychanalyse d'un intérieur
Claude Ollier, Epsilon
Critique : la poésie :
Alain Bosquet, Ulysse bras attachés, par Melih Cevdet Anday (Guy Chambelland, Librairie Saint-Germain-des-Prés)
Jean Grosjean, Jeu de Francheval, par Maurice Bourg (Paragraphes littéraires de Paris)
Alain Bosquet, Scorpion Orphée, par Serge Michenaud (Guy Chambelland) - Le Silence, par Alain Suied (Mercure de France)
Jean Grosjean, La Cache, par Bruno de Panafieu (Saint-Germain-des-Prés)
Critique : littérature :
Jean-Philippe Segonds, Larbaud, peu à peu...
Alain Clerval, Le cœur de l'Angleterre, par Valery Larbaud (Gallimard)
Critique : connaissance :
Thomas Ferenczi, L'Homme et le langage
Michèle Pirazzoli-t'Serstevens, Le monde est à vous, par Jean-Pierre Diény (Gallimard)
Jean Bastaire, Une lecture politique de Jules Verne, par Jean Chesneaux (Maspero)
Jean-Yves Tadié, Critique du roman, par Françoise van Rossum-Guyon (Gallimard)
Lionel Mirisch, Lectures de Proust, par Jean-Yves Tadié (Armand Colin) - Les critiques de notre temps et Proust, par Jacques Bersani (Garnier) - Comment lire Proust?, par Georges Piroué (Payot)
Critique : histoire :
Patrick Choffrut, Les Frères de Soledad, par George Jackson (Gallimard)
Critique : romans :
Jacques Bersani, L'Œil double, par Gaëtan Picon (Gallimard)
Guy Rohou, L'empire du milieu, par Jean Duvignaud (Gallimard)
Alain Clerval, Le sac du Palais d'Été, par Pierre-Jean Remy
Jean Blot, Juliette éternelle, par S. Corinna Bille (La Guilde du Livre)
Jean-Claude Schneider, La lumière assombrit les feuilles, par Rof Dieter Brinkmann (Gallimard)
Alain Clerval, La Tour, par Jérôme Peignot (Christian Bourgois)
Jacques-Pierre Amette, Jeune fille en silence, par Rafaële Billetdoux (Le Seuil)
Guy Rohou, La saison perdue, par Bernard Delvaille (Gallimard)
Jacques-Pierre Amette, L'Irrévolution, par Pascal Lainé (Gallimard)
Critique : spectacles :
Claude Michel Cluny, Losey : le vieil homme et l'enfant
Emmanuel Berl, La télévision
Critique : les arts :
Renée Boullier, Arts de l'Islam (Musée de l'Orangerie) - Monet et ses amis (Musée Marmottan)
Critique :
Marcel Arland, La Bibliothèque bleue
Anonymes, Revues
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072387272
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ou
Bonheurdel'imparfait Notessurl'imparfaitproustien
L'œuvredeProust,elleabeaus'avancerversl'avenir, incertainetmasqué,del'écriture,esttoutentièreécriteau passé,etl'onpeutdirequeleprésent,ensomme,pasune foisn'yapparaît,sinon,d'îlotenîlot,danslespropos qu'échangeaient,cejour-là,cejourrévolu,dansletemps, despersonnages,euxaussi,quiétaientlà,danscesalon, danscerestaurant,surcetteplage,quin'ysontplus,etnon pluslesalon,laplage,lerestaurant,sesvitresouvertessur lamer.Riennes'ypassera,jamais,auprésentmêmecet objetsiamoureusement,siminutieusementapparu réapparudanstoutceréseauaériendemétaphores, autourdelui,quisetisseet lenoueàd'autres,dansl'espace, dansletemps,cesaubépines,ceslilas,cetêtredevenului-mêmeunobjet,Albertinedanssonsommeild'algue,son sommeildemorte,etsurlesquelsleregardindéfiniment s'attarde,ilsnesontpasilsyétaient.Cen'estpaseux, lesdouxetpoignantsLazares,lesressuscités,dansleur rayonnementamorti,queleregard,l'a-t-iljamaisfait? contempleetcaressec'estleurimage,c'est,seuleaimée peut-être,seuledésiréeetsilongtempsattendue,leur absence.Rienn'alieuriendecesjoutes,decesrencontres, decesinvestigationspassionnées,decesfêtespromiseset decesretombements,l'uneaprèsl'autre,quilessuivaient, oudecesextasessoudain,etqu'est-cealorsquinaissait, quipouvaitnaîtreetquiétaitaussitôtreprisetarraché?a Rienn'alieutoutaeulieuou,plutôt,toutavaitlieu.
LaNouvelleRevueFrançaise Sitôtjaillietexpiréledouxcoupd'archetdelapremière phrase,affirmationd'uneantérioritédéjàetd'unéloigne-mentLongtemps,jemesuiscouchédebonneheure»), avecsonadverbetemporel,longtemps, aussitôtsuividela paused'unevirgule,quil'isole,leretient,lefait,parcet insistantsuspens,entrerd'uncoupdanslaconsciencedu lecteuretlongtempseneffetyrésonner(sibienquele derniermotdel'œuvre,temps,sadernièresyllabe,plusde 3ooopagesplusloin,sembleêtrel'échoencoredupremier etnerenvoyerpasmoinsàluique,sil'onysonge,àla premièresyllabedeFinnegansWakeladernière,cette mêmeboucle,cettemêmetotalitéclose,cemêmeretour etcemêmerecommencement,lasourcetoucheàl'embou-chureetl'embouchureàlasource,etest-cedelafinque naîtlecommencementou ducommencementlafin,ilsse rejoignent,ilscoïncident,ilsserecouvrent,unerenaissance infinie,lalonguenaissance),viennenttouteunesérie d'imparfaitsetcesontlesplussimples,lesplusélémen-tairesdesgestes,lesplus enfantinementquotidiens,nuit aprèsnuitrépétés,quiaveceuxs'ébranlent,aveclenteur seredéploientetseprolongent«Parfois,àpeinema bougie éteinte,mesyeuxsefermaientsiviteque jen'avais pasletempsdemedireJem'endors.Et,unedemi-heureaprès,lapenséequ'ilétaittempsdechercherle sommeilm'éveillait;jevoulaisposerlevolumequeje croyaisavoirencoredanslesmainsetsoufflermalumière. Ilmesemblaitquej'étaismoi-mêmecedontparlaitl'ou-vrage.»L'adverbelongtemps,etdeuxfoislemottemps, quelesdernièrespagesdel'œuvrenecesserontderéper-cutercommeuncrienéchosouslavoûted'unpont,répété danslesquatrelignesquilesuivent.L'imparfait«Jeme demandaisquelleheureilpouvaitêtre;j'entendaisle sifflementdestrainsqui,plusoumoinséloigné,comme lechantd'unoiseaudansuneforêt,relevantlesdistances, medécrivaitl'étenduedelacampagnedéserte.»;et c'estluitoujours,quelqueslignesplusloin,dansleglis-sementétaleettoujoursplussinueuxdesphrases,quichu-
Bonheurdel'imparfait choteetsesuccède,lesmêmesgestesnocturnesetfamiliers aveclui,l'unaprèsl'autre,commeparlemêmeenfant engourdi,quisontrefaitsquil'étaient«J'appuyais tendrementmesjouescontrelesbellesjouesdel'oreiller qui,pleinesetfraîches,sontcommelesjouesdenotre enfance.Jefrottaisuneallumettepourregardermamon-tre.Jemerendormais.Unefemmenaissait.sonsou-venirs'évanouissait.» Letempsdel'œuvreestdonnéetnechangeraplus.On peutouvrirlelivre,leslivres,etc'estlemême,luiaussi, dechambreenchambre,quicontinue,déployantsessept voletslemêmeretable,auhasard,quelquespagesplusloin, p.i36,parexemple,deDucôtédechezSwann,etles lilas,surlechemindeTansonville,euxnonplusn'en finissaientplusdemourir,désertésparleurparfumetde lui,deleurviecommedélivrés,deprolongerleurmous-seuseetmarineagonie«Letempsdeslilasapprochait desafin»;letemps,oui,c'estluiencore,etdésignant, dumêmemouvement,lamêmefin,lamêmefin,pourtant, quin'enfinitplus,souslalumièrelointaineetdoréede l'imparfaitalentie,retardée,commeimmobilisée,etc'est quecetempsduverbeestbienletempsàlafoisdela consumationetduretour,letemps,aucontrairedusec, duponctueletdéfinitifpassésimple,quirendetranime quelques-unseffusaient encoreenhautslustresmauves « lesbullesdélicatesdeleursfleurs,maisdansbiendespar-tiesdufeuillagedéferlait,ilyavaitseulementune semaine,leurmousseembaumée,seflétrissait,diminuée etnoircie,uneécumecreuse,sècheetsansparfum». Quelques pages,ouplusieurscentainesdepages,etquand ilfaut,àlafindesJeunesfillesenfleurs,quitterpourla premièrefoisBalbec,c'estunimparfaitencorequiscellera ledépartetl'adieuetdumêmegestelesretiendra(etBalbec seraeneffetrevisité,l'arrachement,ladéchirure,plus désespérantsqueledésenchantement,luiaussi,quiest venu,c'estcetteautreannéeleNarrateurlequittera avecAlbertinequ'ilsaurontlieu),commeunemomiepré-
LaNouvelleRevueFrançaise cisémentlesembaumera,maisc'estbienquel'imparfait, cesdernièreslignesdesJeunesfillesenfleurslemontrent enclair,avecletempsenseveliensevelitaussietcontient déjàlapromessedesarésurrection«EttandisqueFran-çoiseôtaitlesépinglesdesimpostes,détachaitlesétoffes» cesétoffes,danslachambrehostiledupremierjour, tenduescontrel'assautbrutaletl'envahissementdujour, c'est-à-dire,aussibien,ledur,l'insoutenablesoleildu présentt «EttandisqueFrançoiseôtailesépinglesdes impostes,détachaitlesétoffes,tiraitlesrideaux,lejour d'étéqu'elledécouvraitsemblaitaussimort,aussiimmé-morialqu'unesomptueuseetmillénairemomiequenotre vieilleservanten'eûtfaitqueprécautionneusementdésem-mailloterdetousseslinges,avantdelafaireapparaître, embauméedanssarobed'or»(I,g55). Mort,morteletmort,lejourd'été,etiln'estplusdéjà quesonimage,auplusloindel'âme,quis'enfonce. Commes'iln'eûtjamaisétévuauparavant,si,uninstant, ilnebrillaitquedansl'actemêmedesonévanouissement, àdemiengloutis'iln'étaitplusquesonrefletdéjà,cette traînée,satraceàveniràrevenir.Sibienquelegeste deFrançoise,penchéesurleprécieuxetfragilesarcophage, estcommeunepréfigurationquecegestemêmerend possible,maiscelaleNarrateurnelesaitpasencore,ilne l'apasencoredécouvertdugestequeleNarrateuraura lui-mêmeunjour,desannéesplustard,etquiferadelui, enfin,unécrivain,lorsque,butantfortuitementsurlesar-cophageenglouti,ilsepencherapareillementsurluiet, aveclamêmeprécautionémerveillée, auboutdutemps soudainrevenu,intacte,identique,etseulementalors,peut-être,rayonnante,verraluiréapparaître,«danssarobe d'or»,l'imagedecequifutlesmêmeslilasquimou-raient,lemêmevisiteurdusoir,aufondd'unjardintouffu, tirantlamêmesonnette,lesmêmejeunesfilleshardieset garçonnièresprofiléessurlamer,lemêmecoupuissantet dorédelamêmefemmeendormie.Unmondedelaréappa-ritionunmondecequifutsemblen'avoirjamaisété
LaNouvelleRevueFrançaise sèchementdenotrelittératureprésente.»Beaucoupdecitations, fortbienchoisies,viennentappuyercetteétude.
ClaudelconsulàPraguedeigogà1911;lesferventesamitiés qu'ilyrencontre(avant toutcellesducritiqueMartenetde ZdenkaBraunerovâ);saméfianceàl'égardd'uneBohèmenou-velleNon,écrit-ilàSuarèsengagnantsonpostedeFrancfort, jeneregrettepasdutoutd'avoirquittéPrague,cesiloàbette-ravesLa«liberté»commed'habitudeafaitfuirdevantelle l'artetlapoésie.»telleestlamatièreduneuvièmecahierPAUL CLAUDEL.
Nousavonssignaléplusieursfoisavecélogelenouveaumensuel littérairematulu.IlapubliéderemarquablesétudessurJudrin, Perros,Caillois,Follain,Valéry.Queldommagequel'onpuisse liredanslenumérodeseptembre,souslaplumed'uncertain M.HenriHéraut,unéreintementdeRouault,«chef-d'oeuvre» devulgarité,desottises,deragotsetdefielsetrouvent d'ailleursprisàpartiePicasso,Braque,Derain,Matisse,Cha-gall. ces«soi-disantgéniesactuels».ViveBouguereau,n'est-cepas?
ImprimerieFirmin-DidotParis-Mesnil-Ivry.8330. d'édition16146.Dépôtlégal4etrimestre1971.ImpriméenFrance. GérantMARCELARLAND
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant