La Nouvelle Revue Française N° 256

De
Gunnar Ekelöf, De la vie d'une ombre
Claude Menuet, Le pensionnaire
Roger Judrin, Sainte-Beuve
Georges Thinès, Attention au départ
Henri Meschonnic, La situation d'un langage poétique
Robert Mallet, Quand le miroir s'étonne
Louis Pralus, Comment vivre?
Tadao Takémoto, Mishima pour ou contre Bataille?
Yukio Mishima, Essai sur Georges Bataille
Critique : poésie :
Alain Bosquet, Gunnar Ekelöf. Du désespoir au désespoir ébloui
Critique : littérature :
Guy Rohou, Lumières allumées, par Bella Chagall (Gallimard)
Georges Auclair, El, ou Le dernier livre, par Edmond Jabès (Gallimard)
Jean Duvignaud, Le temps qui reste, par Jean Daniel (Stock)
Critique : connaissance :
Alain Clerval, Histoire de la philosophie, II (Gallimard)
John E. Jackson, Humanisme de l'Autre Homme, par Emmanuel Levinas (Fata Morgana)
Roger Judrin, Monsieur de Saint-Simon, par Georges Poisson (Berger-Levrault)
Jacques Borel, Rimbaud, par Madeleine Perrier (Gallimard)
Critique : romans :
Hervé Cronel, Enigma, par Claude Ollier (Gallimard)
Philippe Jaccottet, Les Chasseurs deux, par André Hardellet (J.-J. Pauvert)
Lionel Mirisch, Le Visiteur, par György Konrad (Le Seuil)
Philippe Jaccottet, Laura, par Étienne Barilier (L'Âge d'homme)
Carnet de lectures :
Jean-Philippe Segonds, Valery Larbaud sous divers visages, par Th. Alajouanine (Gallimard)
Guy Rohou, Les bouchers, par Pierre Gascar (Delpire) - Mémoires des morts illustres, par Yann Gaillard (Gallimard)
Jean Blot, Sept cents roubles nouveaux, par Zoïa Bogouslavskïa (Gallimard) - Les sept jours, par Vladimir Maximov (Grasset)
Dominique Aury, De mémoire et d'oubli, par Alice Rivaz (L'Aire Coopérative Rencontre) - Le trou de l'aiguille, par Clarisse Nicoïdski (Mercure de France)
Jean-Michel Maulpoix, Conte de la 1002<sup>e</sup> nuit, par Joseph Roth (Gallimard)
Critique : théâtre :
Matthieu Galey, Petit journal d'un critique
Critique : cinéma :
Michel Grisolia, Dirty little Billy, de Stan Dragoti
Matthieu Galey, Dillinger, de John Milius
Critique : les arts :
Renée Boullier, Richard Lindner (Musée national d'Art moderne)
Édith Boissonnas, Barthélemy (Galerie Claude Bernard)
Jean-Jacques Lévêque, Yolande Fièvre (Galerie Daniel Gervis) - Anne et Patrick Poirier (Galerie Ileana Sonnabend)
Critique :
Anonymes, Les revues – Mémento
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072380952
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Delavied'uneombre (Extraitsde«LalégendedeFalumeh»)
Lesoirsefilsilencedansl'attenteincertaine
L'aveugledemandaHabibi,quedisentlesétoiles? ElleréponditJ'aperçoisdanslaVoielactéeungrand sacdeneige puisunvidec'estprésaged'orage IldemandaencoreQuedisentlesétoiles? Ellesscintillent,leuréclatn'est pasimmobile detellesétoilesannoncentlatempête,leséisme. EncoreunefoisildemandaHabibi,quedisentles étoiles? Del'eaus'estamasséeautourdeleursregards Elleslaissentéchapperdesrayonsquisontcommedes larmes etvoicicequiestarrivé Deshommessanstoitfuienllelongdeschemins oudanslefroidsegroupentautourd'unleudebranches Oui,quelques-unsmêmeabattentlesolivierssacrés quilesavaientnourris pournourrirlefeu etsurvivreencoreuninstant.
LaNouvelleRevueFrançaise
Surcelleplacequ'onappellePlaceduMur sedresseunesculpturedeténèbres visibledetoutesparts uneOmbrerondeenrelief Etlaplacemême estpavéedepierresblanchesbienajustées commeunmurposéàplat Toulautourdelaplacelesmursd'unpalais qu'onappellelePalaisduMilieu Maissesmurssontdesruesdebout blanchiesàlachauxdresséesdanslaboue Danscesruesquisontdesmurs onpeutvoirfourmillerdesombresplates quisontdeshommes MaislaplaceduMuresttoujoursvide exceptéensoncentrelastatuenoire Siquelqu'un,homme oufemme,s'yhasarde ilsetransformeenombreprojetéesurlesmurs quisontdesrues.
Unchienerrant
C'esll'odeurdespoubellesnoclurnes bienplusquecelledesapeauoudesamain quimeparledemaMaîtresse MaMaîlresseeslmorleoudisparue,éparpillée enmilleodeursquisonlloulesunpeud'Elle siseulementonpouvaitlesréunirensemble pourreconstiluerneserail-cequ'unepartied'Elle
Delavied'uneombre MaismaMaîtresseestmorte Lorsquerègnentlesjoursauxstatuesambulantes d'uneurineétrangère lorsquelaruepleinedemonde répandl'odeurdescoupsdepied alorsjedorscachésurunvieuxsac àmoinsquejenemegratte Jevislanuitetquêtedanslespoubelles unepitancequimevientd'Elle oubiendisputeàd'autreschiens unenourriturenomméeCharogne etcenomjelesais carc'estlenomqu'Ellemedonnait.
Danslenoir,surlaplacesanssurface j'allaidenouveaucellenuit unelanterneàlamain ouélail-celelongdesruellesverticales? Quellequefutmafaçondetenirlalanterne jevoyaiss'allongercelleombre commesielleétaitlamienne Elleavançaittoutentâtonnant maissanscesserdes'allonger ilnereslabientôtplusquesespieds trouvantleurchemindanslenoir
CetteSituationinstable avecenpluslespierresrépanduessurmaroute commesiprécisémentellesattendaientmespieds! J'aiunmauvaispied,c'estlebon elj'enaiunbon,c'estavecluiquej'essaiedemarcher 0pieddroit
LaNouvelleRevueFrançaise quifaistrébuchermonpiedgauche 0piedgauchequifaistrébuchermonpieddroit Etlespierresquisonttoujoursimmobiles Pierres! Qued'Ombresvous jetez surmoncheminversElle!
A.l'heuremême,àl'instant tu passesdel'unàl'autre Al'heuresedéchirelevoileduTemps j'entendsunchantsimple etfamilier chantéparlamère,parunemère Telleétaitsaberceuse Oui,ainsiétait-elle Viens,viensàmoi Allons,rentre,dulaitcaillénourrissant l'attend,jel'aipréparépourloi Viens,prendsunecuillerée Tiens,prends-enuneautre!
0loiquiveillessurmoi encetinstanl!Pardonne-moi sijerepousselacuillère demespetitesmains EtTumeprendsdanslesbras avecdeslarmesdepierre.
LaNouvelleRevueFrançaise Amourensouriantpritmamainetmedit Quidoncfit lesyeuxsinonmoi?
C'estd'unegrâcetoutepure,queVerlaineeûtenviée.
U N EN O U V ELLEREV U E
NaissancedelarevueCultures1sonpremiernuméroestconsa-créàlamusique.Onyapprendquelsrapportscelle-cientretient aveclesenvironnementssonoresetaveclescivilisations.Ony rencontrepar-dessuslemarché,dansLacréationmusicale « aujourd'hui»,laplumehorspairducompositeurFrançois-BernardMâchel'acuitédesoninterrogationetlescomplexités desonexpériencesontserviesparlafermetéd'unlangagequisait àlafoiscerneretfouiller.Ilentredansunefouleconfuseetfait asseoirchacunàsaplace,lesgénérationsdiversesàlaleur,l'in-flationdesbanalitésàlasienneenfacedelasurenchèredescoups d'éclat.Lesimpassesdel'accélérationsontstigmatiséesavec autantdetristessequelesroutinesoulesrégressions.F.-B.Mâche sondeassezàfondsonsujetpourquecequ'ilditdelamusique soitvraidepresquetoutesnosactivitéshumaines.L'avant-garde installéequinecroitqu'àl'histoireprendlarévolutionpourune valeurpermanentetandisqued'autresinvoquentplusoumoins lezenpournenousconvierqu'àl'instantprésent,etailleurs l'hommemodernesemontrefortprimitifquandilmimelechaos pourrevendiquersaliberté.Sanshumiliténiorgueil,lecompositeur sesitueàsontouraveclenaturalismesonoredontilindiquelavoie fascinante,unpeuàl'écart,maisrichedesesavenirsetnon dépourvued'aînés.
MÉMENTO
BÉTELGEUSE(n°26)évoquelesouvenirdeCharlesGuérin, lepoèteduCœursolitaire,duSemeurdecendreetdeL'Homme intérieur,quinaquiten1873et mourutàtrente-quatreans. Poursaluerlecentièmeanniversairedesanaissancevient deparaîtreunvolumedePoèmeschoisis2danssonœuvre. Œuvreinégale,sansdoute,etmarquéeparlesinfluencesd'une
1.UnescoetlaBaconnière. 2.Éd.Grasset.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 258

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant