Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 258

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 344

de editions-gallimard-revues-nrf

Auteur Titre N°

de ajaniwaq

Vous aimerez aussi

suivant
Delavied'uneombre (Extraitsde«LalégendedeFalumeh»)
Lesoirsefilsilencedansl'attenteincertaine
L'aveugledemandaHabibi,quedisentlesétoiles? ElleréponditJ'aperçoisdanslaVoielactéeungrand sacdeneige puisunvidec'estprésaged'orage IldemandaencoreQuedisentlesétoiles? Ellesscintillent,leuréclatn'est pasimmobile detellesétoilesannoncentlatempête,leséisme. EncoreunefoisildemandaHabibi,quedisentles étoiles? Del'eaus'estamasséeautourdeleursregards Elleslaissentéchapperdesrayonsquisontcommedes larmes etvoicicequiestarrivé Deshommessanstoitfuienllelongdeschemins oudanslefroidsegroupentautourd'unleudebranches Oui,quelques-unsmêmeabattentlesolivierssacrés quilesavaientnourris pournourrirlefeu etsurvivreencoreuninstant.
LaNouvelleRevueFrançaise
Surcelleplacequ'onappellePlaceduMur sedresseunesculpturedeténèbres visibledetoutesparts uneOmbrerondeenrelief Etlaplacemême estpavéedepierresblanchesbienajustées commeunmurposéàplat Toulautourdelaplacelesmursd'unpalais qu'onappellelePalaisduMilieu Maissesmurssontdesruesdebout blanchiesàlachauxdresséesdanslaboue Danscesruesquisontdesmurs onpeutvoirfourmillerdesombresplates quisontdeshommes MaislaplaceduMuresttoujoursvide exceptéensoncentrelastatuenoire Siquelqu'un,homme oufemme,s'yhasarde ilsetransformeenombreprojetéesurlesmurs quisontdesrues.
Unchienerrant
C'esll'odeurdespoubellesnoclurnes bienplusquecelledesapeauoudesamain quimeparledemaMaîtresse MaMaîlresseeslmorleoudisparue,éparpillée enmilleodeursquisonlloulesunpeud'Elle siseulementonpouvaitlesréunirensemble pourreconstiluerneserail-cequ'unepartied'Elle
Delavied'uneombre MaismaMaîtresseestmorte Lorsquerègnentlesjoursauxstatuesambulantes d'uneurineétrangère lorsquelaruepleinedemonde répandl'odeurdescoupsdepied alorsjedorscachésurunvieuxsac àmoinsquejenemegratte Jevislanuitetquêtedanslespoubelles unepitancequimevientd'Elle oubiendisputeàd'autreschiens unenourriturenomméeCharogne etcenomjelesais carc'estlenomqu'Ellemedonnait.
Danslenoir,surlaplacesanssurface j'allaidenouveaucellenuit unelanterneàlamain ouélail-celelongdesruellesverticales? Quellequefutmafaçondetenirlalanterne jevoyaiss'allongercelleombre commesielleétaitlamienne Elleavançaittoutentâtonnant maissanscesserdes'allonger ilnereslabientôtplusquesespieds trouvantleurchemindanslenoir
CetteSituationinstable avecenpluslespierresrépanduessurmaroute commesiprécisémentellesattendaientmespieds! J'aiunmauvaispied,c'estlebon elj'enaiunbon,c'estavecluiquej'essaiedemarcher 0pieddroit
LaNouvelleRevueFrançaise quifaistrébuchermonpiedgauche 0piedgauchequifaistrébuchermonpieddroit Etlespierresquisonttoujoursimmobiles Pierres! Qued'Ombresvous jetez surmoncheminversElle!
A.l'heuremême,àl'instant tu passesdel'unàl'autre Al'heuresedéchirelevoileduTemps j'entendsunchantsimple etfamilier chantéparlamère,parunemère Telleétaitsaberceuse Oui,ainsiétait-elle Viens,viensàmoi Allons,rentre,dulaitcaillénourrissant l'attend,jel'aipréparépourloi Viens,prendsunecuillerée Tiens,prends-enuneautre!
0loiquiveillessurmoi encetinstanl!Pardonne-moi sijerepousselacuillère demespetitesmains EtTumeprendsdanslesbras avecdeslarmesdepierre.
LaNouvelleRevueFrançaise Amourensouriantpritmamainetmedit Quidoncfit lesyeuxsinonmoi?
C'estd'unegrâcetoutepure,queVerlaineeûtenviée.
U N EN O U V ELLEREV U E
NaissancedelarevueCultures1sonpremiernuméroestconsa-créàlamusique.Onyapprendquelsrapportscelle-cientretient aveclesenvironnementssonoresetaveclescivilisations.Ony rencontrepar-dessuslemarché,dansLacréationmusicale « aujourd'hui»,laplumehorspairducompositeurFrançois-BernardMâchel'acuitédesoninterrogationetlescomplexités desonexpériencesontserviesparlafermetéd'unlangagequisait àlafoiscerneretfouiller.Ilentredansunefouleconfuseetfait asseoirchacunàsaplace,lesgénérationsdiversesàlaleur,l'in-flationdesbanalitésàlasienneenfacedelasurenchèredescoups d'éclat.Lesimpassesdel'accélérationsontstigmatiséesavec autantdetristessequelesroutinesoulesrégressions.F.-B.Mâche sondeassezàfondsonsujetpourquecequ'ilditdelamusique soitvraidepresquetoutesnosactivitéshumaines.L'avant-garde installéequinecroitqu'àl'histoireprendlarévolutionpourune valeurpermanentetandisqued'autresinvoquentplusoumoins lezenpournenousconvierqu'àl'instantprésent,etailleurs l'hommemodernesemontrefortprimitifquandilmimelechaos pourrevendiquersaliberté.Sanshumiliténiorgueil,lecompositeur sesitueàsontouraveclenaturalismesonoredontilindiquelavoie fascinante,unpeuàl'écart,maisrichedesesavenirsetnon dépourvued'aînés.
MÉMENTO
BÉTELGEUSE(n°26)évoquelesouvenirdeCharlesGuérin, lepoèteduCœursolitaire,duSemeurdecendreetdeL'Homme intérieur,quinaquiten1873et mourutàtrente-quatreans. Poursaluerlecentièmeanniversairedesanaissancevient deparaîtreunvolumedePoèmeschoisis2danssonœuvre. Œuvreinégale,sansdoute,etmarquéeparlesinfluencesd'une
1.UnescoetlaBaconnière. 2.Éd.Grasset.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin