La Nouvelle Revue Française N° 258

De
Saint-John Perse, Sécheresse
Henri Thomas, Le secret de la confession
Lorand Gaspar, Journal de Patmos
Gyula Krúdy, Le secret de Sindbad
James Sacré, Rougigogne
Antoine Terrasse, André Malraux et les questions inépuisables
Jean-Claude Renard, Réponse à Michel Deguy. À propos des Notes sur la foi
Critique : poésie :
Jean Grosjean, Singles, par Jean Lebrau (Grasset)
Maurice-Jean Lefebve, Légendaire, par Robert Mathy (Jacques Antoine)
Critique : littérature :
Lionel Mirisch, Le Fichier parisien, par Henry de Montherlant (Gallimard)
Michel Léturmy, Journal d'un escargot, par Günter Grass (Le Seuil)
Alain Clerval, Pourquoi cette joie?, par Roger Vrigny (Gallimard)
Critique : histoire :
Olivier Postel-Vinay, Le Territoire de l'historien, par Emmanuel Le Roy Ladurie (Gallimard)
Roger Judrin, La conspiration de Hiro-Hito, par David Bergamini (Fayard)
Critique : romans :
Alain Clerval, Henry James ou De la décadence à l'anarchie
Lionel Mirisch, La Pie voleuse, par Georges Limbour (Gallimard)
Alain Clerval, Deux Indiennes à Paris, par Michel Mohrt (Gallimard)
Lionel Mirisch, Les noisettes sauvages, par Robert Sabatier (Albin Michel)
Christian Giudicelli, L'éducation de l'oubli, par Angelo Rinaldi (Denoël)
Philippe Jaccottet, La Dentellière, par Pascal Lainé (Gallimard)
Guy Rohou, Les armoires vides, par Annie Ernaux (Gallimard)
Critique : théâtre :
Matthieu Galey, Claudel et Giraudoux, musiciens français
Critique : cinéma :
Michel Grisolia, Les violons du bal<oeu>, de Michel Drach - <oeu>Portier de nuit, de Liliana Cavani
Critique : les arts :
Renée Boullier, Juan Gris (Musée de l'Orangerie) - Les fusains de Sam Szafram (Galerie Claude Bernard)
Jean-Jacques Lévêque, Rancillac (Galerie Mathias Fels)
Anonymes, Revue des revues
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072384172
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sécheresse
Quandlasécheressesurlaterreaura tendusapeaud'ânesseetcimentél'argile blancheauxabordsdelasource,leselrosé dessalinesannonceralesrougesfinsd'em-pires,etlafemellegrisedutaon,spectre auxyeuxdephosphore,sejetteraennym-phomanesurleshommesdévêtusdes plages.Fangeécarlatedulangage,assez detoninfatuation!
Quandlasécheressesurlaterreaura prissesassises,nousconnaîtronsuntemps meilleurauxaffrontementsdel'homme tempsd'allégresseetd'insolencepourles grandesoffensivesdel'esprit.Laterrea dépouillésesgraissesetnouslèguesa concision.Anousdeprendrelerelais! Recoursàl'hommeetlibrecourse!
Sécheresse,ôfaveur!honneuretluxe d'uneélite!dis-nouslechoixdetesélus. SistredeDieu,sois-nouscomplice.La
LaNouvelleRevueFrançaise chairicinouslutPlus-prèsdel'oschair delocusteoud'exocet!Lamerelle-même nousrejettesesnavettesd'osdeseicheetses rubansd'alguesflétries éclipseetmanque entoutechair,ôtempsvenudesgrandes hérésies!
Quandlasécheressesurlaterreaura tendusonarc,nousenseronslacordebrève etla vibrationlointaine.Sécheresse,notre appeletnotreabréviation.«Etmoi,dit l'Appelé,j'aiprismesarmesentreles mainstorcheslevéesàtouslesantres,et ques'éclaireenmoitoutel'airedupossible! Jetienspourconsonancedebasececri lointaindemanaissance.»
Etlaterreémaciéecriaitsontrèsgrand crideveuvebafouée.Etcelutunlongcri d'usureetdefébrilité.Etcelutpournous tempsdecroîtreetdecréer.Surlaterre insoliteauxconfinsdésertiques,l'éclair vireaunoir,l'espritdeDieutenaitson hâledeclarté,etlaterrevénéneuses'enfié-vraitcommeunmassifdecorailtropical. N'était-ilpluscouleuraumonde quecejauned'orpiment?
«GenévriersdePhénicie»,Pluscrépelés quetêtesdeMauresoudeNubiennes,et
Sécheresse vous,grandsIlsincorruptibles,gardiens dePlacesfortesetd'îlescimentéespourpri-sonniersd'Étatmasquésdefer,serez-vous seuls,toutcetemps-là,àconsumericile selnoirdelaterre?Plantesàgriffeset ronciersregagnentlesgarrigues;leciste et lenerprunsontpèlerinsdumaquis. Ah!qu'onnouslaisseseulement cebrindepailleentrelesdents!
0Maïa,douceetsageetMèredetous songes,conciliatriceetmédiatriceentre toutesfactionsterrestres,necrainspoint l'anathèmeetlamalédictionsurterre.Les tempsvontrevenir,quiramènerontle rythmedessaisons;lesnuitsvontramener l'eauviveauxtétinesdelaterre.Lesheures cheminentdevantnousaupasdel'espa-drille,et,rétive,lavieremonteradeses abrissousterreavecsonpeupledefidèles ses«Lucilies» oumouchesd'ordela viande,sespsoques,sesmites,sesréduves; etses«Talitres»,oupucesdemer,sousle varechdesplagesauxsenteursd'officine. LaCantharideverteetleLycènebleunous ramènerontl'accentetlacouleur;etlaterre tatouéederougerecouvrerasesgrandes rosesmécréantes,commetissudetoile peintepourfemmesdeSénégambie.Les
LaNouvelleRevueFrançaise dartrespourpresdulézardvirentdéjàsous terreaunoird'opiumetdesépia.Nous reviendrontaussilesbellescouleuvres visiteuses,quisemblentdescendredelitière avecleursondulationsdehanchesàlaSan-severina.Guêpiersd'AfriqueetBon-dréesapivoresarraisonnerontlaguêpeaux terriersdesfalaises.EtlaHuppemessa-gèrechercheraencoresurterrel'épaule princierseposer.
Éclate,ôsèvenonsevrée!L'amourfuse departout,jusquesousl'osetsouslacorne. Laterreelle-mêmechanged'écorce.Vienne lerut,viennelebrâme!etl'hommeencore, toutabîme,sepenchesansgriefsurlanuit desoncœur.Écoute,ôcœurfidèle,cebat-tementsousterred'uneaileinexorable. Lesons'éveilleetsauvel'essaimsonorede saruche;et letempsmisencagenous faitentendreauloinsonmartèlement d'épeiche.Lesoiessauvagess'agrainent-ellesauxrivesmortesdesrizières,etles grenierspublicscéderont-ilsunsoiràla pousséedeshoulespopulaires?.0terre dusacreetduprodigeterreprodigue encoreàl'hommejusqu'ensessourcessous-marineshonoréesdesCésars,quedemer-veillesencoremontentversnousdel'abîme detesnuits!Ainsipartempsdecouvaison d'oragelesavions-nousvraiment? lespetitesPieuvresdegrandfondre-
LaNouvelleRevueFrançaise Mansfield. Mayapura,deChristianCharrière Katherine LeVisiteur,deGyôrgyKonrâd LeFichierparisien,d'HenrydeMontherlant LaPievoleuse,deG.Limbour LesNoisettessSabatier. auvages,deRobert
YUKIOMISHIMA EssaisurGeorgesBataille MICHELMOHRT LacombeLucien,deLouisMalle
SILVIAMONFORT pudique. JacquesLemarchand,témoin JULIAPETERKIN Coindreau). Surl'autrerive(traduitdel'américainparM.-E. HENRIPETIT LespeupliersdeGuyancourt
ROGERPLANCHON Unserviteurrigoureux(JacquesLemarchand) BERTRANDPROOIDET-ECLPH Lessilencesdel'amitié(JacquesLemarchand) OLIVIERPOSTEL-VINAY LeTerritoiredel'historien,deE.LeRoyLadurie LOUISPRALUS Commentvivre? RAYMONDQUENEAU foi) Poèmes JEAN-CLAUDERENARD RéponseàMichelDeguyproposdesNotessurla
103 100 103 82 95 98
77
115
85
34
26
88
92
87
51
1
66
253 255 256 258 258 258
256
257
257
257
254
257
257
258
256
253
258
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 256

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant