La Nouvelle Revue Française N° 268

De
Anna Akhmatova, L'année quarante
Marina Tsvétaïéva, Poèmes
Cioran, Après l'histoire
Jacques Réda, Les ruines de Paris
Georges Perros, Rhamsin
Peregrino Junior, Pêcheur d'Amazonie
Jean-Michel Frank, Le paradis des orphelines – À un saule mort – L'île de sévérité – Siméon des sables – Les locataires du Palais de Justice
André Dhôtel, Un soir...
Roger Judrin, Sur la liberté de publier les écrits
Critique : poésie :
Lionel Ray, Gestes, par Yannis Ritsos (Éditeurs Français Réunis)
André Dhôtel, La ligne de feu, par Jean Mambrino (Éditeurs Français Réunis) - Clairière, par Jean Mambrino (Desclée de Brouwer)
Lionel Ray, Cahier de poésie, I (Gallimard)
Critique : littérature :
Dominique Aury, Trois femmes
Critique : romans :
Alain Bosquet, J.M.G. Le Clézio et Jacques Almira
Jean-Michel Maulpoix, Elles étaient quatre..., par Paul Goma (Gallimard) - Les pailles allumées, par Gérard Nicaisse (Julliard)
Critique : connaissance :
Hervé Cronel, Langages arabes du présent, par Jacques Berque (Gallimard)
Jean Duvignaud, Langages arabes du présent, par Jacques Berque (Gallimard)
Bernard Sesé, Le surréalisme et le rêve, par Sarane Alexandrian (Gallimard) - André Breton, l'écriture surréaliste, par Gérard Durozoi et Bernard Lecherbonnier (Larousse)
Critique : histoire :
Janine Léturmy, Louis XI, par Paul Murray Kendall (Fayard)
Critique : cinéma :
Jean-Claude Guiguet, Chase, Chéreau, Aldrich
Michel Grisolia, L'ennemi principal, de Jorge Sanjinés
Jérôme Prieur, Kashima paradise, de Bénie Deswarte et Yann Le Masson
Jean Prieur, Entretiens sur le cinématographe, de Jean Cocteau (Pierre Belfond)
Critique : les arts :
Jean Guichard-Meili, Œuvres 1970-1974 de Manessier (Galerie de France)
Guy Rohou, Gaston Chaissac, par Dominique Allan Michaud (Gallimard)
Correspondance :
Roger Judrin, Lettre à Roger Caillois
Roger Caillois, Lettre à Roger Judrin
Anonymes, Revues et journaux
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072386817
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L'annéequarante
1
Quandonenterreuneépoque Nulchantfunèbrenemonte. Lesseulsornementsdesatombe Serontlechardonetl'ortie Etseulsdehâtifsfossoyeurs Viennentl'enfouird'unemainprompte. Autourunsiprofondsilence Qu'onentendletempspasser.
Puisl'époqueremontecommeuncorps Quiflotteauprintempssurl'eaudufleuve. Maislefilsnereconnaîtpassamère Etlepetit-filstroplassedétourne. Lestêtess'inclinentplusbas encore Souslelentbalancierdelalune.
Cesilence,ilrègne SurParisquimeurt.
LaNouvelleRevueFrançaise
AUX
2 LONDONIENS
Letempsajouteavec indifférence UndernierdrameauxdramesdeShakespeare Etnous,conviésàcenoirfestin, NousrelironsHamlet,CésarouLear Au-dessusdufleuvedeplomb. Plutôtconduireavecchantsetflambeaux LatendreJulietteàsatombe, ÉpieràlafenêtredeMacbeth Etfrémirquandlemeurtriertremble, Toutlireplutôtquecedrame Dontnulnesupportel'horreur.
3 L'OMBRE
Pourquoiremontes-tudufonddesannéesmortes Danstoutl'éclatdetonaltièrebeauté? Pourquoimamémoireavidea-t-elleéveillé Tonprofildiaphaneàlavitred'unfiacre? Qued'échangesencetemps!Toil'angeoul'oiseau! Unpoètealorst'appelaitSolominka1.
1.Ils'agitdeSaloméeAndronikovadontlepoèteMand lstamétait épris.«Solominka»,quisignifie«brindepaille)),peutêtreprispour undiminutifdeSalomée.
L'annéequarante Tulaissaisruisselerentreteslongscilsnoirs Latendrelumièredetesyeuxinsondables. Pardonne-moi,chèreombre.Cematinlimpide, Flaubert,unenuitblancheetlesdernierslilas Ontfaitrevivretonéclatdel'annéetreize Etl'égalitésereinedetesjours, Quandiln'estplustempspourmoi Quecepassérenaisse.
4
J'aivécutantdenuitsblanches Quej'enconnaistouslesgouffres, Maiscelle-cidéferleetgronde Commedeschevauxàlacharge. J'entredansdesmaisonsdésertes, Hierencoredesrefuges. Aucunbruit.Seulesdepâlesombres Parfoistraversentlesmiroirs. Est-celà-basdanslabrume LeDanemark?laNormandie? Leslieuxmêmesjevenais? Toutn'est-ildonc quelereflet D'instantsàjamaisenfuis?
5
Maisautantvousledire Jevispourladernièrefois.
LaNouvelleRevueFrançaise Jeneseraipasl'hirondelle, Leroseau,l'étoileoul'érable, Lesonvibrantdelacloche l'eaujailliedessourcesvives Pourques'émeuventleshommes, Etmaplainteinextinguible Netroublerapasleurssonges?
L'ÉGLANTIER
EN
FLEUR
Surcetteroutejadisunprince Menaitàlagloiresonarmée, leventsesouvientdesbarbares, lalunead'étrangesclartés, Jemarchaiscommeaufonddelamer. L'odeurdel'églantierchargeaitl'air, Sifortequelesmotsennaissaient, Etj'étaisprêtealorsàcroiser Lahautevaguedemondestin.
Cettenuit-làsouslesétoiles J'écoutaisdesmotssansrecours, Étourdieetcommepenchée Au-dessusd'ungouffredefeu. Maislamorthurlaitsurleseuil, Lejardinobscurhululait
1940.
(extraits)
LaNouvelleRevueFrançaise
LesCahiersroumains(deBucarest),quiensontàleursecond numéro,rassemblentunedizained'étudessurcethème«La littérature,l'humanismeetl'avenir.»
DansRomantisme(n°8),signalonsenparticulierl'étudedeNelly ViallaneixKierkegaardromantique.
OnliradanslarevuetrimestrielleD'atelier(sixièmenuméro)le débutd'uneœuvredeMiklôsSzentkuthyPrae,quiparuten1934 àBucarest.Laversionfrançaisedecespages,quiattirentl'atten-tion,estdePhilippeDôme,PaulNogyetTiborPapp.
L'association-PrésencedeGabrielMarcel(85,boulevarddePort-Royal),apourdesseindeservirlamémoired'unhommequilui-même,danssesamitiéscommedanssonœuvre,nefutquedévoue-ment.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 267

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 229

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant