La Nouvelle Revue Française N° 281

De
Cioran, L'amateur de Mémoires
Eugène Guillevic, Du domaine (Fragments)
Tadeusz Nowak, Les pommes rouges
Claude Pradet, Le séjour à Tigery
In memoriam, Pierre Jean Jouve :
Jean Starobinski, Hécate, Vagadu
Jean Blot, L'itinéraire romanesque de Pierre Jean Jouve
Pierre Silvain, 'De la pauvre, de la belle puissance érotique humaine'
Les pays et les hommes :
André Dhôtel, Littérature sauvage
Jean Bastaire, Un hameau qui se dénature
Critique : littérature :
Georges-Arthur Goldschmidt, Le monde concret de Heinrich Böll
Hervé Cronel, Tolkien : magie grise
Critique : connaissance :
Jean Duvignaud, La Voie des masques, par Claude Lévi-Strauss (Albert Skira)
Peter Mayer, L'homme et la société
Bernard Sesé, Apprendre à rire sans pleurer, par Kurt Tucholsky (Aubier-Montaigne)
Hervé Cronel, Le Chili sous Allende, par Alain Joxe (Gallimard)
Critique : romans :
Alain Clerval, Romans étrangers : Milan Kundera, Peter Handke
Alain Bosquet, La jeune fille, par Bernard Privat (Gallimard)
Jacques Chessex, La Belle Charbonnière, par G.-O. Châteaureynaud (Grasset)
Boris Schreiber, La Sagouine, par Antonine Maillet (Grasset)
Monique Flepp, Algues, par Marcel Brion (Albin Michel)
Alain Bosquet, Les Graffiti, par Roger Blondel (Jean-Claude Lattès)
Critique : carnet de poésie :
Gilles Pudlowski, L'Ambigauche, par Albarède (Chambelland)
Alain Bosquet, Le non-sens de l'histoire, par Charles Autrand (Saint-Germain-des-Prés)
Gilles Pudlowski, Restez. Je m'en vais, par Guy Bellay (Saint-Germain-des-Prés)
Alain Bosquet, L'oiseau Faydit, par Jean Bénac (Chambelland)
Gilles Pudlowski, Dissidence, par Lionel Bourg (Saint-Germain-des-Prés)
Alain Bosquet, La Guerre sainte, par Jacques Crickillon (André de Rache)
Gilles Pudlowski, Folie Robot, par Pierre Della Faille (Saint-Germain-des-Prés)
Alain Bosquet, À la santé des Argonautes, par Jacques Gaucheron (Hors commerce)
Gilles Pudlowski, Hautes chaumes, par Gil Jouanard (Les Amis de Métamorphoses) - Ce Maroc!, par Mohammed Khaïr-Eddine (Le Seuil)
Alain Bosquet, En soi le chaos, par Jean Orizet (Saint-Germain-des-Prés)
Critique : théâtre :
Gilbert Chateau, Auteurs et personnages d'aujourd'hui : Marivaux, Shakespeare, Feydeau et Don Juan
François Gachot, Néronissime ou L'Empereur s'amuse, par Miklos Hubay (Éditions P.-S. Oswald)
Critique : cinéma :
Jean-Claude Guiguet, Le Messie, de Roberto Rossellini
Jean-Charles Gateau, Maîtresse, de Barbet Schroeder
Michel Grisolia, La Kermesse des aigles, de George Roy Hill
Critique : les arts :
Jean-Jacques Lévêque, Tal Coat (Galeries nationales du Grand Palais) - Louis Soutter (Musée municipal d'Art moderne de la Ville de Paris) - Sam Szafran (Galerie Claude Bernard) - Barthélémy (Galerie Jeanne Bucher)
Antoine Terrasse, Voline (Galerie Le Mas Théotime) - Bonnard, par Jean Clair (Éditions Henri Screpel)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072385131
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L'amateurdeMémoires
Lesmystiques,toutparticulièrementMaîtreEckhart, enfaisantladistinctionentrel'hommeintérieuret l'hommeextérieur,optaientnécessairementpourle premier,êtreréelparexcellence;lesecond,pantin funèbreourisible,revenaitdedroitauxmoralistes,ses accusateursetpourtantsescomplices,rebutésetattirés parsanullité,incapablesdesurmonterl'équivoque sinonparl'amertume,cettetristessedégradéeàlaquelle seulunPascalrésisteparcequ'ilesttoujourssupérieur àsesdégoûts.Etc'estbienàcausedecettesupériorité qu'ilnedevaitpasmarquerlesmémorialistes,alorsque l'acrimoniecontagieused'unLaRochefoucauldsetrouve àl'arrière-plandetousleursportraitsetdetousleurs récits. Commeilnehaussejamaislavoixninebrusquele ton,lemoralisteestnaturellementbienélevé,etille prouveenexécrantsessemblablesavecéléganceet, détailplusimportant,enécrivantpeu.Est-ilmeilleur signede«civilisation»quelelaconisme?S'appesantir, s'expliquer,démontrer,autantdeformesdevulgarité. Quiprétendàunminimumdetenue,loindecraindrela stérilité,doits'yappliqueraucontraire,saboterlesmots aunomduMot,pactiseraveclesilence,nes'endépartir queparinstantsetpourmieuxyretomber.Lamaxime, quirelèved'ungenrediscutable,n'enconstituepas moinsunexercicedepudeur,puisqu'ellepermetquel'on
LaNouvelleRevueFrançaise s'arracheàl'inconvenancedelapléthoreverbale.Moins exigeant,carmoinsramassé,leportraitestleplussou-ventune maxime,délayéechezcertains,étofféechez d'autres;cependantilpeut,àtitreexceptionnel,prendre l'allured'unemaximeéclatée,évoquerl'infiniparl'accu-mulationdestraitsetlavolontéd'êtreexhaustifnous assistonsalorsàunphénomènesansanalogue,àuncas merveilleusementaberrrant,celuid'unécrivainqui,à forcedesesentirtropàl'étroitdansunelangue,la dépasseets'enévadeavectouslesmotsqu'elle contient.Illesviolente,lesdéracine,selesapproprie, pourenfairecequebonluisemble,sansaucuneconsidé-rationpoureux,nipourlelecteur,auquelilinfligeun inoubliable,unmagnifiquemartyre.QueSaint-Simon estmalélevé! PasplusquelaVie,dontilest,sionosedire, larépliquelittéraire.Aucunfaiblepourl'abstrac-tion,aucunstigmateclassiquechezlui;deplain-pied avecl'immédiat,iladel'espritavecsessens,ets'ilest souventinjuste,iln'estjamaisfaux.Touslesautrespor-traitsàcôtédes siensparaissentdesschémas,descompo-sitionsstyliséesquimanquentd'énergieetdevéracité. Songrandatoutilignoraitqu'ilavaitdugénie,ilne connaissaitpascecaslimitede servitude.Riennel'em-barrasse,riennel'intimide;ilfonce,selaisseemporter parsafrénésie,sanss'inventerdesscrupulesnidesgênes. Unesensibilitééquatoriale,ravagéeparsesdéborde-ments,inapteàs'imposercesentravesconsécutivesàla délibérationouaurepliementsursoi.Nuldessin,nul contourdéfini.Quandoncroitlireunéloge,onestvite détrompé;toutàcoupuntraitimprévusurgit,unadjec-tiffulgurantquirelèvedupamphlet;auvrai,cen'estni uneapologieniuneexécution,c'estl'individutelquel, élémentaireettortueux,vomiparleChaosau milieu deVersailles. M™duDeffandquilisaitlesMémoiresenmanus-critentrouvaitlestyle«abominable».Telleétaitsans
L'amateurdeMémoires
douteaussil'opiniondeDuclosquilesavaitégale-mentpratiquéspourypuiserdesdétailssurlaRégence, dontilécrivitl'histoiredansunlangaged'unefadeur exemplairec'estduSaint-Simonédulcoré,c'estlagrâce quiécraselavigueur.Parsaclartédesséchante,parson refusdel'insoliteetdel'incorrection,dutouffuetde l'arbitraire,lestyleduxvmefaitsongeràunedégringo-ladedanslaperfection,danslanon-vie.Unproduitde serre,artificiel,exsangue,qui,répugnantàtoutdébri-dement,nepouvaitenaucunefaçonproduireuneœuvre d'uneoriginalitétotale,aveccequecelaimpliqued'impur oud'effarant.Enrevanche,unegrandequantitéd'ou-vragess'étaleunverbediaphane,sansprolonge-mentsniénigmes,unverbeanémié,surveillé,censurépar lavogue,parl'Inquisitiondelalimpidité.
«Jen'aipasassezdeloisirspouravoirdugoût.»Ce motattribuéàjesaisplusquelpersonnagemineur dépasselaportéed'uneboutade.Legoût,defait,est l'apanagedesoisifsetdesdilettantes,de ceuxqui,ayant dutempsenexcès,l'emploientàdesrienssubtilsetà desfutilitésconcertées,deceuxsurtoutquil'emploient contreeux-mêmes. «Unmatin(c'étaitundimanche),nousattendions pourlamesseM.leprincedeConti;nousétionsdans lesalon,assisesautourd'unetablesurlaquellenous avionsposétousnoslivresd'heures,quelamaréchale (lamaréchaledeLuxembourg)s'amusaitàfeuilleter. Toutàcoupelles'arrêtasurdeuxoutroisprièresparti-culièresquiluiparurentduplusmauvaisgoûtetdont eneffetlesexpressionsétaientbizarres»(MmedeGen-lisMémoires). Riendeplusinsenséquededemanderàuneprièrede sacrifieraulangage,d'êtreécrite.Ilimporteplutôtqu'elle soitmaladroite,quelquepeuniaise,doncvraie.Cette
LaNouvelle RevueFrançaise qualitén'étaitpasspécialementpriséepardesesprits exercésauxpirouettes,etquiallaientàlamessedansles mêmesdispositionsqu'auxsoupersouàlachasse.La gravité,indispensableàlapiété,ilsenmanquaient;ils n'aimaientetnecultivaientquel'exquis.Leproposdela maréchalel'apparenteàcecardinaldelaRenaissance quisedisaittropéprisdulatindeVirgileetdeSalluste pourpouvoirsupportercelui,grossier,desÉvangiles. Certainesdélicatessessontincompatiblesaveclafoi legoûtetl'absolus'excluent.Aucundieunesurvitau souriredel'esprit,audouteléger;enrevanche,ledoute taraudantn'attendqu'àsenierlui-même,qu'àsemuer enferveur.Onchercheraitvainementcegenredeméta-morphosedansunmondeleraffinementparticipait del'acrobatie. Parlemécanismedesagenèse,parsanaturemême, chaquelanguecontientdesvirtualitésmétaphysiques;le français,celuiduxvmesurtout,n'encomportepresque passaclartéprovocante,inhumaine,sonrefusdel'in-déterminé,del'obscuritéessentielle,torturante,enfont unmoyend'expressionquipeuts'évertueraumystère maisquin'yaccèdepasvraiment.D'ailleurs,enfran-çais,lemystère,commelevertige,s'iln'estpaspostulé, s'iln'estpasvoulu,résulteleplussouventd'unetarede l'espritoud'unesyntaxeàladérive. Unelanguemorte,observeunlinguiste,estunelangue l'onn'apasledroitdefairedefautes.Cequirevient àdirequ'onn'apasledroitd'yapporterlamoindre innovation.Al'âgedesLumières,lefrançaisétaitarrivé àcettelimiteextrêmederigiditéetd'achèvement.Après laRévolution,ildevintmoinsrigoureuxetmoinspur; maisilgagnaennaturelcequ'ilperdaitenperfection. Poursurvivre,pourseperpétuer,ilavaitbesoindese corrompre,des'enrichirdemainteimpropriéténou-velle,depasserdusalonàlarue.Ducoup,sasphère d'influenceetderayonnementdiminua.Ilneputêtre lalanguedel'Europecultivéequ'àuneépoqueoù,sin-
LaNouvelleRevueFrançaise
d'unestupéfianteforceetd'uneaudacerarementatteintedans lecontextedel'expressionnisme.
SAMSZAFRAN (GalerieClaudeBernard) BARTHÉLEMY (GalerieJeanneBucher).
J.-J.L.
L'extraordinaireretouraudessinquel'onconstatechezles jeunesartistesn'estpasseulementunegarantiedeleursérieux, deleurcompétencetechnique.Preuvequis'imposaitsansdoute devantlamontéepérilleusedesoptionspurementconceptuelles excluantle«savoir-faire».D'autresraisonsapparaissent.Dont celle,principalement,demieuxserrerl'instant.Onavaitcru,à lasuite del'impressionnisme,qu'ilfallaitlebattreàlacourse, alleraussivitequelui,le«coifferaupoteau».D'oùunepeinture depurespontanéitéquisupposelerègnedugesteetlanégation delareprésentation.Ilapparaît,curieusement,queletempsdoit êtrepiégédanslalenteur,danslaminutie.D'oùcedessinfouillé, àlapointeacéréeducrayon etdelaplume,quicrèvel'écrandu papier,lèvedesombres,ourledespochesetdescoinsintimes, enveloppedesformes,vadansdeslointainsimaginaires,posant desaccents,desfrissonsvenantdel'âme.Sibienquelesujet banalsuffit.Mieux,ilconvientexceptionnellementàcetteappré-hensionenprofondeur.SamSzafranallantdanslasimplicité,mais chargeantsamatière(lefusain)d'unvibratotrèssubtil,Barthé-lemyfouillantl'objetd'untraitprécisdanssadouceur,ardent danssalégèreté.Icietlà,lemondequotidiens'éclaireparfois d'étrangeté,tantilestvraiquelefantastiquenaîtdu quelconque, selonleregardqu'onluiporte.
J--J-L.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.