La Nouvelle Revue Française N° 291

De
Roger Caillois, Agates paradoxales
David Rokeah, Poèmes
Daniel Boulanger, Au carrefour de Glenmills
Jean Tardieu, La fête et la cendre
Christopher Isherwood, J'attends
Présence de Jean Tardieu :
Jean-Charles Gateau, L'invite de qui veille à la proue
Jean Onimus, Le maître d'inquiétude
Royal S. Brown, Jean Tardieu et le mythe
Georges-Emmanuel Clancier, Une tremblante unité
Yvon Belaval, Les 'formeries' de Jean Tardieu
Jean Bazaine, D'un seul regard
Georges Borgeaud, Hokusai en Suisse
Jacques Bens, Des poèmes à jouer à quatre mains
Rene De Obaldia, Un corps pour un autre
Claude Mauriac, Avec une canne et un chapeau
Félicien Marceau, À propos de Un mot pour un autre
François Xavier Jaujard, Le témoin invisible
Critique : littérature :
Pierre Jean Founau, Henri Michaux : expérience et poésie
Critique : connaissance :
Pierre-François Moreau, Puissances de Nietzsche
Peter Mayer, L'homme et la société
Critique : romans :
Jean Blot, Witold Gombrowicz et la convention
Georges Auclair, Les eaux étroites, par Julien Gracq (José Corti)
Critique : théâtre :
Gilbert Chateau, Mission irremplaçable de la Comédie-Française (Molière, Béjart, Hirsch, Musset, La Troupe, Molère)
Critique : la musique :
Marcel Schneider, Cent ans après la premier Festival de Bayreuth
Critique : les arts :
Antoine Terrasse, Utamaro (Galerie Huguette Berès)
Jean Guichard-Meili, Léon Zack (Musée d'Art moderne de la Ville de Paris)
Jean-Jacques Lévêque, Man Ray
Christian Giudicelli, Claude Verdier (Galerie Anne Colin)
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072383977
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Agatesparadoxales
Cesontextraitsd'ungîterécemmentdécouvertau Brésildegrandscristauxopaques,lisses,naturelle-mentcompletsetsolitaires,àl'éclatvitreuxbistreou bleuardoise.Leurdimensionvarieentrecelled'un groscaillouetcelled'unegrossepierre.Parendroits, leursfacessontrecouvertesdeconcrétionsplateset duresquinemodifientpasleur aspectetqu'ilestpar-foismalaisédefairesauterauciseau.Al'inversedela plupartdescristauxetdelapropriétéqu'évoquejus-qu'àleurnom,ceux-cinelaissentnullementpasserla lumièreetlaréfléchissentàpeine.Maisilnemanquepas decristauxpourn'êtrenitransparentsnibrillants. Ceux-ciprésententunesingularitéplusrareuneiné-galitéfondamentalequifaitque,pourlemêmeéchantil-lon,chacunedesfacesdiffèredetouteslesautres.Cesont trianglesplusoumoinsramassésouétirés,quadrila-tèresvariésrectanglesapproximatifs,losangesboi-teux,trapèzesdeguingois,pentagonesouparfoishexa-gones,maistoujoursauxcôtésinégaux.Enmêmetemps, l'ouverturedesdièdresforméspardeuxfacesadjacentes couvrelepluslargeéventailils'étenddel'anglepresque platàl'angleleplusaigu. Enunmot,aucunedesconstancesoudessymétries quiserventàladéfinitionmêmeducristaletàen reconnaîtrelesespècesnesembletoléréeparceux-là. Unmalingénieparaîtenavoiréliminétoutetrace.Une
LaNouvelleRevueFrançaise loiinflexibled'inégalitéostensiblesembleprésiderà leurarchitecture.Ilssontradicalementetentoutes chosesabsolumentscalènes,etnonpasscalènesàla façondesscalénoèdresquisontcomposésdetriangles scalèneseneffet,maiségaux.Ici,rienn'estrépété.Par-toutdespanscoupéssurprennent,leurssolidesdislo-quésconstituentleplussouventlespentaèdresoules heptaèdreslesplussaugrenusqu'unespritespiègleou démentpuisseinventer.Certainssontécrasésenplaques peuépaissesterminéespardesbiseauxdontlespentes convergentoudivergentauhasard.Chaquecristal afficheunedissymétrietotale.Lenombredesfaces,qui n'estjamaisélevé(l'heptaèdreparaîtunelimiterare-mentdépassée),sembleêtretoujoursimpair,comme pouracheverl'impressiongénéralededéséquilibrequ'on ressentnécessairementdevantdesvolumesaucun élémentn'estidentiqueouhomologueàunautre,chacunne faitqu'enreprendrepeut-êtreàl'aventure quelqueaspectàpeineremarquable.Conséquencesup-plémentaireaucunplann'esttoutàfaitparallèleà unautre. Quecescorpssemontrentsiobstinémentirréguliers finitparleurconférerunairdefamille.Onoublie leursdifférencesmanifestes,notammentunprofiltan-tôteffiléettantôttrapu.Leursédificesévoquentl'idée demodèlesgéométriquesqu'unesorcelleriemaléfique auraitsualtérerdemanièresiperverseetsicomplèteque leurconstructeurlui-mêmeenauraitlanausée. Delastructurecristalline,ilsconserventassurément lesparoisplanesetlesarêtesrectilignes.Maisilsne supportentnirappelvisible,nirépliqueévidente,nile moindrerepère, commes'ilsavaientcherchéetobtenu d'évitereneuxtoutcentre,axeouplandesymétrie.Ils inaugurentunesolutionàlafoisbaroqueetrigoureuse, dontleseulsystèmeconsistedanslafuiteoul'exclusion delarégularité,deladuplication,deladistribution auxplacesvouluesdesmêmesanglesimmuables.
Agatesparadoxales Jemedemande,confrontéàleurmalignité,s'ilne conviendraitpasd'admettrel'hypothèsepresquesacri-lèged'unecristallographieinverse,dumoinsd'unpôle extrêmeetparadoxaldelacristallographie,dontl'im-pairetladissymétrieconstitueraientlefondement, commedanslesjeuxoù,enobéissantauxmêmesrègles, ils'agitdeperdreetnondegagner.Alors,àuneextré-mité,lespolyèdresparfaitsdePlatonquiontquatre,six, huit,douzeetvingtfacesidentiques,tousnombres pairs,etdontlesarêtescommelesanglessontstricte-mentégaux.Al'autre,lescristauxdéroutantsdela siliceamorphe,l'irrégularitén'estpasfortuite, maisd'institution. Contrasteplusscandaleuxencore,leurformeaber-rantelimiteunematièreanarchiquequi,enprincipe, nedisposed'aucunmoyend'aboutiraucristal.Qu'on vienneàbriserouàsciercespolyèdresenn'importe quelsens,onytrouverainvariablementuneouplusieurs modalitésetdentellesordinairesdelacalcédoine.Or sanature,sinonamorphe,dumoinsmicrocristalline audernierdegré,nepeutluipermettredes'agrégerde manièreàprésenterlefacièsd'unpolyèdred'unequel-conquedimension,àmoinsquecelui-cin'aitexisté préalablement.D'oùl'idée,sinonlanécessité,d'invo-querunepseudomorphosec'est-à-direuneusurpation dedomicile. Pareilrecoursn'estnullementleprivilègedesêtres animés,maisplutôtuneloigénéraledelanature.A l'instarducoucouqui,aulieudeconstruireunnid, s'emparedeceluid'autresoiseaux,etanticipantle bernard-l'hermitequis'installedansdescoquillesvides, lessubstancesprivéesd'initiativeetdevieempruntent lamêmedémarchelitigieuse.Danslesfûtsetlesbranches desarbrespétrifiés,lejaspeetl'opaleremplacentle tissuvégétalcirculaitunesève.Unmétalbrillant épouselaspiredutendrecalcairedel'ammonite.Il arrivequelasubstitutions'effectued'uneespèceminé-
LaNouvelleRevueFrançaise raleàuneautre.Unealtérationchimiquechangela compositiondelapremière.Lenouveaucorpsconserve cependantlagéométrieduprécédentetprésenteinsi-dieusementunédificecristallinquinecorrespondplus àsonidentité.Parfois,leminéralaventureuxseglisse dansdescavitésdehasardrestéesinoccupéesentredes cristauxvoisins. Danslecasprésent,onapusupposerquel'undes anglesoul'unedesarêtesd'unpolyèdredecalcites'étant brisé,lecontenus'estplustardliquéfié,puisépanché parlabrèche,laissantunmouledisponible,quel'agate arempli.Unecroûtedemeuréeplusrésistanteau contactd'agentsétrangersouatteinteladernière, dessina-t-ellealorsunécrinpréciss'introduisit, durcissantàmesure,unepâtebrûlante,indifférente commeunemarée?Ainsipourraits'expliquerquela siliceincandescenteaitadoptédansunpremiertemps unalvéoleencoreintactetroide.Elleenauraitensuite provoquélafusionparsapropretempérature,assez lentementtoutefoispoursesubstituerauxfacesentrain desedissoudreducristalaboli. Autantdirequelecristalfantômes'estconduiten géodepréfabriquée.Exactementcommefaitlasubs-tance dociledanslesbouletsetnoduleselletrouveses limites,elleoccupel'espacedégagéetlepeupledemotifs tributairesdumoindreaccident.Ductile,ellecomble sansréticencechaqueétenduevacante.Elleobéitseule-mentauxloisdel'inertie,del'équilibre,auxdifférences dedensitéquiéchelonnentsasédimentationenstrates parallèlesetpolychromes.Qu'ellerencontreuneaspé-rité,ellel'investitd'abord,puislarecouvrebientôtde méandresàlafoiscomplaisantsetimprévisibles.Dans lesseptariavoisines,lesfiguresderétractionfontécla-terlapierreenétoilesramifiées.Delamêmefaçon,la silicemeubleicidemillesimulacresnaturelsdepolyèdres vouésenprincipeàenfermerlamonotonieabsolue d'uncorpshomogène.Lacapacitéd'acquiescementdela
LaNouvelleRevueFrançaise
etdusensdelagrandeurdanslacompositionqu'unetechnique àsonapogéeaseulepermisdetraduire. Lagrâced'Utamaro,aécritAkiyamaTerukazu.Oui.Etc'est toutesascienceunegrâcetoutàlafoislibreetconstamment dominée.
ANTOINE
LÉONZACK (muséed'ArtmodernedelaVilledeParis).
TERRASSE
L'hommageaujourd'huirenduàLéonZackdistingueenfinselon toutejusticeuneœuvregraveetforte,mûrieàl'écartdelafoire auxvanités,etqu'onvoitprêteàs'inscriredansletemps,avec l'assurancepaisibledecequis'estfaitaveclui,noncontrelui.Cette œuvrevientdeloin(l'artisteestnéavantcesiècle,àNijni-Novgo-rod).Jeune,ilasubil'attractioninéluctabledel'époque,celledu Parisdespeintres,qu'ilad'ailleurseuquelquemalàrejoindre (parConstantinople,FlorenceetBerlin,travaillantaupassagepour BorisRomanoffetsesBalletsromantiquesrusses).Ilacôtoyé,tra-versélesmouvementsnéo-humanisteetexpressionniste,renoncé enfinàlafigurationpourunmoded'explorationdel'espacele conflitdelaformeetdel'informel,cette exigenceantinomiqueet pourtantessentielle,doitenchaquetableauserésoudreavecles armesnuesdelaseulepeinture. Encesens,l'itinérairedeLéonZackdepuisquelquetrenteans s'esttracéparunesortedelongueluttecontrelamatière,matière jadisaustère,sombreetravinée,dramatique,plustardconcentrée enatollsderésistancesurgisdegrandsfondsdeplusenpluslim-pidesl'évolutiondernières'estfaiteversunetransparenceaccrue, undéploiementglorieuxdelumièreauseind'unesubstanceimpal-pableleshalosévanouis,leréseaudesfracturessecrètesetles diffractionsplusquesubtilesfontdelatoilemoinsundomainedu regardqu'unvestibulepourlacontemplationpuredel'esprit. Avraidire,peudecréationscontemporaines atteignentauspi-rituelavecautantd'efficacitéetdenaturel.Celle-ci,néedusilence, fuitle«discours»etretourneausilenceproducteurderecueille-ment.Onnes'étonnerapasqueLéonZackaitbeaucouptravaillé
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 340

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 265

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant