Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Nouvelle Revue Française N° 291

De
128 pages
Roger Caillois, Agates paradoxales
David Rokeah, Poèmes
Daniel Boulanger, Au carrefour de Glenmills
Jean Tardieu, La fête et la cendre
Christopher Isherwood, J'attends
Présence de Jean Tardieu :
Jean-Charles Gateau, L'invite de qui veille à la proue
Jean Onimus, Le maître d'inquiétude
Royal S. Brown, Jean Tardieu et le mythe
Georges-Emmanuel Clancier, Une tremblante unité
Yvon Belaval, Les 'formeries' de Jean Tardieu
Jean Bazaine, D'un seul regard
Georges Borgeaud, Hokusai en Suisse
Jacques Bens, Des poèmes à jouer à quatre mains
Rene De Obaldia, Un corps pour un autre
Claude Mauriac, Avec une canne et un chapeau
Félicien Marceau, À propos de Un mot pour un autre
François Xavier Jaujard, Le témoin invisible
Critique : littérature :
Pierre Jean Founau, Henri Michaux : expérience et poésie
Critique : connaissance :
Pierre-François Moreau, Puissances de Nietzsche
Peter Mayer, L'homme et la société
Critique : romans :
Jean Blot, Witold Gombrowicz et la convention
Georges Auclair, Les eaux étroites, par Julien Gracq (José Corti)
Critique : théâtre :
Gilbert Chateau, Mission irremplaçable de la Comédie-Française (Molière, Béjart, Hirsch, Musset, La Troupe, Molère)
Critique : la musique :
Marcel Schneider, Cent ans après la premier Festival de Bayreuth
Critique : les arts :
Antoine Terrasse, Utamaro (Galerie Huguette Berès)
Jean Guichard-Meili, Léon Zack (Musée d'Art moderne de la Ville de Paris)
Jean-Jacques Lévêque, Man Ray
Christian Giudicelli, Claude Verdier (Galerie Anne Colin)
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 340

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 265

de editions-gallimard-revues-nrf

Agatesparadoxales
Cesontextraitsd'ungîterécemmentdécouvertau Brésildegrandscristauxopaques,lisses,naturelle-mentcompletsetsolitaires,àl'éclatvitreuxbistreou bleuardoise.Leurdimensionvarieentrecelled'un groscaillouetcelled'unegrossepierre.Parendroits, leursfacessontrecouvertesdeconcrétionsplateset duresquinemodifientpasleur aspectetqu'ilestpar-foismalaisédefairesauterauciseau.Al'inversedela plupartdescristauxetdelapropriétéqu'évoquejus-qu'àleurnom,ceux-cinelaissentnullementpasserla lumièreetlaréfléchissentàpeine.Maisilnemanquepas decristauxpourn'êtrenitransparentsnibrillants. Ceux-ciprésententunesingularitéplusrareuneiné-galitéfondamentalequifaitque,pourlemêmeéchantil-lon,chacunedesfacesdiffèredetouteslesautres.Cesont trianglesplusoumoinsramassésouétirés,quadrila-tèresvariésrectanglesapproximatifs,losangesboi-teux,trapèzesdeguingois,pentagonesouparfoishexa-gones,maistoujoursauxcôtésinégaux.Enmêmetemps, l'ouverturedesdièdresforméspardeuxfacesadjacentes couvrelepluslargeéventailils'étenddel'anglepresque platàl'angleleplusaigu. Enunmot,aucunedesconstancesoudessymétries quiserventàladéfinitionmêmeducristaletàen reconnaîtrelesespècesnesembletoléréeparceux-là. Unmalingénieparaîtenavoiréliminétoutetrace.Une
LaNouvelleRevueFrançaise loiinflexibled'inégalitéostensiblesembleprésiderà leurarchitecture.Ilssontradicalementetentoutes chosesabsolumentscalènes,etnonpasscalènesàla façondesscalénoèdresquisontcomposésdetriangles scalèneseneffet,maiségaux.Ici,rienn'estrépété.Par-toutdespanscoupéssurprennent,leurssolidesdislo-quésconstituentleplussouventlespentaèdresoules heptaèdreslesplussaugrenusqu'unespritespiègleou démentpuisseinventer.Certainssontécrasésenplaques peuépaissesterminéespardesbiseauxdontlespentes convergentoudivergentauhasard.Chaquecristal afficheunedissymétrietotale.Lenombredesfaces,qui n'estjamaisélevé(l'heptaèdreparaîtunelimiterare-mentdépassée),sembleêtretoujoursimpair,comme pouracheverl'impressiongénéralededéséquilibrequ'on ressentnécessairementdevantdesvolumesaucun élémentn'estidentiqueouhomologueàunautre,chacunne faitqu'enreprendrepeut-êtreàl'aventure quelqueaspectàpeineremarquable.Conséquencesup-plémentaireaucunplann'esttoutàfaitparallèleà unautre. Quecescorpssemontrentsiobstinémentirréguliers finitparleurconférerunairdefamille.Onoublie leursdifférencesmanifestes,notammentunprofiltan-tôteffiléettantôttrapu.Leursédificesévoquentl'idée demodèlesgéométriquesqu'unesorcelleriemaléfique auraitsualtérerdemanièresiperverseetsicomplèteque leurconstructeurlui-mêmeenauraitlanausée. Delastructurecristalline,ilsconserventassurément lesparoisplanesetlesarêtesrectilignes.Maisilsne supportentnirappelvisible,nirépliqueévidente,nile moindrerepère, commes'ilsavaientcherchéetobtenu d'évitereneuxtoutcentre,axeouplandesymétrie.Ils inaugurentunesolutionàlafoisbaroqueetrigoureuse, dontleseulsystèmeconsistedanslafuiteoul'exclusion delarégularité,deladuplication,deladistribution auxplacesvouluesdesmêmesanglesimmuables.
Agatesparadoxales Jemedemande,confrontéàleurmalignité,s'ilne conviendraitpasd'admettrel'hypothèsepresquesacri-lèged'unecristallographieinverse,dumoinsd'unpôle extrêmeetparadoxaldelacristallographie,dontl'im-pairetladissymétrieconstitueraientlefondement, commedanslesjeuxoù,enobéissantauxmêmesrègles, ils'agitdeperdreetnondegagner.Alors,àuneextré-mité,lespolyèdresparfaitsdePlatonquiontquatre,six, huit,douzeetvingtfacesidentiques,tousnombres pairs,etdontlesarêtescommelesanglessontstricte-mentégaux.Al'autre,lescristauxdéroutantsdela siliceamorphe,l'irrégularitén'estpasfortuite, maisd'institution. Contrasteplusscandaleuxencore,leurformeaber-rantelimiteunematièreanarchiquequi,enprincipe, nedisposed'aucunmoyend'aboutiraucristal.Qu'on vienneàbriserouàsciercespolyèdresenn'importe quelsens,onytrouverainvariablementuneouplusieurs modalitésetdentellesordinairesdelacalcédoine.Or sanature,sinonamorphe,dumoinsmicrocristalline audernierdegré,nepeutluipermettredes'agrégerde manièreàprésenterlefacièsd'unpolyèdred'unequel-conquedimension,àmoinsquecelui-cin'aitexisté préalablement.D'oùl'idée,sinonlanécessité,d'invo-querunepseudomorphosec'est-à-direuneusurpation dedomicile. Pareilrecoursn'estnullementleprivilègedesêtres animés,maisplutôtuneloigénéraledelanature.A l'instarducoucouqui,aulieudeconstruireunnid, s'emparedeceluid'autresoiseaux,etanticipantle bernard-l'hermitequis'installedansdescoquillesvides, lessubstancesprivéesd'initiativeetdevieempruntent lamêmedémarchelitigieuse.Danslesfûtsetlesbranches desarbrespétrifiés,lejaspeetl'opaleremplacentle tissuvégétalcirculaitunesève.Unmétalbrillant épouselaspiredutendrecalcairedel'ammonite.Il arrivequelasubstitutions'effectued'uneespèceminé-
LaNouvelleRevueFrançaise raleàuneautre.Unealtérationchimiquechangela compositiondelapremière.Lenouveaucorpsconserve cependantlagéométrieduprécédentetprésenteinsi-dieusementunédificecristallinquinecorrespondplus àsonidentité.Parfois,leminéralaventureuxseglisse dansdescavitésdehasardrestéesinoccupéesentredes cristauxvoisins. Danslecasprésent,onapusupposerquel'undes anglesoul'unedesarêtesd'unpolyèdredecalcites'étant brisé,lecontenus'estplustardliquéfié,puisépanché parlabrèche,laissantunmouledisponible,quel'agate arempli.Unecroûtedemeuréeplusrésistanteau contactd'agentsétrangersouatteinteladernière, dessina-t-ellealorsunécrinpréciss'introduisit, durcissantàmesure,unepâtebrûlante,indifférente commeunemarée?Ainsipourraits'expliquerquela siliceincandescenteaitadoptédansunpremiertemps unalvéoleencoreintactetroide.Elleenauraitensuite provoquélafusionparsapropretempérature,assez lentementtoutefoispoursesubstituerauxfacesentrain desedissoudreducristalaboli. Autantdirequelecristalfantômes'estconduiten géodepréfabriquée.Exactementcommefaitlasubs-tance dociledanslesbouletsetnoduleselletrouveses limites,elleoccupel'espacedégagéetlepeupledemotifs tributairesdumoindreaccident.Ductile,ellecomble sansréticencechaqueétenduevacante.Elleobéitseule-mentauxloisdel'inertie,del'équilibre,auxdifférences dedensitéquiéchelonnentsasédimentationenstrates parallèlesetpolychromes.Qu'ellerencontreuneaspé-rité,ellel'investitd'abord,puislarecouvrebientôtde méandresàlafoiscomplaisantsetimprévisibles.Dans lesseptariavoisines,lesfiguresderétractionfontécla-terlapierreenétoilesramifiées.Delamêmefaçon,la silicemeubleicidemillesimulacresnaturelsdepolyèdres vouésenprincipeàenfermerlamonotonieabsolue d'uncorpshomogène.Lacapacitéd'acquiescementdela
LaNouvelleRevueFrançaise
etdusensdelagrandeurdanslacompositionqu'unetechnique àsonapogéeaseulepermisdetraduire. Lagrâced'Utamaro,aécritAkiyamaTerukazu.Oui.Etc'est toutesascienceunegrâcetoutàlafoislibreetconstamment dominée.
ANTOINE
LÉONZACK (muséed'ArtmodernedelaVilledeParis).
TERRASSE
L'hommageaujourd'huirenduàLéonZackdistingueenfinselon toutejusticeuneœuvregraveetforte,mûrieàl'écartdelafoire auxvanités,etqu'onvoitprêteàs'inscriredansletemps,avec l'assurancepaisibledecequis'estfaitaveclui,noncontrelui.Cette œuvrevientdeloin(l'artisteestnéavantcesiècle,àNijni-Novgo-rod).Jeune,ilasubil'attractioninéluctabledel'époque,celledu Parisdespeintres,qu'ilad'ailleurseuquelquemalàrejoindre (parConstantinople,FlorenceetBerlin,travaillantaupassagepour BorisRomanoffetsesBalletsromantiquesrusses).Ilacôtoyé,tra-versélesmouvementsnéo-humanisteetexpressionniste,renoncé enfinàlafigurationpourunmoded'explorationdel'espacele conflitdelaformeetdel'informel,cette exigenceantinomiqueet pourtantessentielle,doitenchaquetableauserésoudreavecles armesnuesdelaseulepeinture. Encesens,l'itinérairedeLéonZackdepuisquelquetrenteans s'esttracéparunesortedelongueluttecontrelamatière,matière jadisaustère,sombreetravinée,dramatique,plustardconcentrée enatollsderésistancesurgisdegrandsfondsdeplusenpluslim-pidesl'évolutiondernières'estfaiteversunetransparenceaccrue, undéploiementglorieuxdelumièreauseind'unesubstanceimpal-pableleshalosévanouis,leréseaudesfracturessecrètesetles diffractionsplusquesubtilesfontdelatoilemoinsundomainedu regardqu'unvestibulepourlacontemplationpuredel'esprit. Avraidire,peudecréationscontemporaines atteignentauspi-rituelavecautantd'efficacitéetdenaturel.Celle-ci,néedusilence, fuitle«discours»etretourneausilenceproducteurderecueille-ment.Onnes'étonnerapasqueLéonZackaitbeaucouptravaillé
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin