Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Nouvelle Revue Française N° 308

De
192 pages
Claude Simon, Les Géorgiques
Eugène Guillevic, Le Crapaud
Bertrand Visage, Éloge de la petitesse
Herman Melville, Poèmes
Georges Perros, Papiers collés
Chroniques :
Jean-Pierre Richard, L'ail et la grenouille [Colette]
Jude Stéfan, Les vies parallèles de Foucault
Henri Thomas, Reportage
Clément Rosset, Propos d'outre-monde (Fin)
Jean Clair, Venise : le déni de peinture
Notes : la poésie :
Alain Bosquet, Les pièges de la page blanche
Notes : la littérature :
Gilles Quinsat, Œuvres complètes, XIV, d'Antonin Artaud (Gallimard)
Pierre-Louis Rey, André Gide et le premier groupe de 'La Nouvelle Revue Française', I, par Auguste Anglès (Gallimard)
Notes : le roman :
Jean Blot, L'abolition, par Serge Samarine (Gallimard)
Notes : les essais :
Jean Duvignaud, Pour un autre Moyen Âge, par Jacques Le Goff (Gallimard) - Le territoire de l'historien, II, par Emmanuel Le Roy Ladurie (Gallimard)
Philippe Dulac, Chaque matin qui se lève est une leçon de courage, par Jean-Édern Hallier (Éditions Libres Hallier)
Notes : lettres étrangères :
Laurand Kovacs, La femme gauchère, par Peter Handke (Gallimard)
Notes : le cinéma :
Jérôme Prieur, Hitler, un film d'Allemagne, de Hans-Jürgen Syberberg
Notes : les arts :
Florence de Meredieu, L'espace construit et aménagé comme support de stimulation sensorielle, plastique et relationnelle, par Pierre Baqué (soutenance de thèse, Panthéon-Sorbonne)
Georges Perros :
Michel Butor, L'école des Gisants
Élisa Cantarel, À Georges Perros
Georges Lambrichs, L'ombre de Georges Perros
Serge Meitinger, 'La fuite est à l'ordre du jour'
Pierre Pachet, Avant souvenir ou Étude
André Pieyre de Mandiargues, Fidélité
Jacques Réda, Nul paradoxe
Jude Stéfan, En 'délit de fuite'
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
LesGéorgiques
Etunefoisparmois,lavieilledame(lavieilleveuve toujourshabilléedenoir,auvisagedebougie,perpé-tuellementéplorée,perpétuellementlarmoyante,aux corsagesténébreuxferméssouslesvieuxtendons,les flasquesreplisdevieillepeau,parlemêmecaméeovale sedétachait surunfondparmecommeuneblan-cheurdelinceuloud'ossementsladraperieflottante, ectoplasmiqueetmousseusedequelquetambourinaire pompéienneetqu'ellesemblaitporter parunesortede fidélitécommeunereliqueprofanetransmisedegéné-rationengénérationdepuisoupeut-êtremêmeavant l'Empire,suspendantparadoxalementenplacedela traditionnellecroixdegrenatsauxcousflétrisdesuc-RALDEDIVISION,INSPECTEURGÉNÉRALD'AR-TILLERIE,GRANDOFFICIERDELALÉGIOND'HON-NEUR,CHEVALIERDELACOURONNEDEFER,EP cessivesaïeulesl'équivoqueetéolienneévocationd'hé-taïresoudedanseusesauxcorpsàpeinevoilésetgravés entailledoucequoiquedepuislongtempssansdoute elleeûtcessédelevoir(lecamée)oumêmed'ypenser, sesdoigtsmaladroitspiquantchaquematindansle sévèrecolofficierdesesrobeslalongueaiguilled'ordu bijoureçuencadeaud'anniversaireautempsoù,jeune fille,elleportaitencorelenomauquelpluspersonne maintenantnerépondait,qu'elleavaitétéladernièreà
LaNouvelleRevueFrançaise LIENNEÀMILAN(1804);COMMANDANTENCHEF DEL'ARTILLERIEDEL'ARMÉED'ITALIE(1805), GRAVEMENTBLESSÉAUPASSAGEDEL'ADIGE,IL avoirtracésurlespagesdegardedeseslivres(leslivres deprixdécernésdanslessévèresinstitutionsauxnoms d'ordresreligieuxoumilitaires,auxreliuresroman-tiques,lilasoubleuroi,ornéesdedécorsgothiquesen relief,ouencoreceJournaldesDemoisellesdontles illustrationsmontraientdesdamesàtournures,des enfantsencostumesmalouinsetdespetitesfilles,cein-turéesdenœudsréséda,juchéessurdehautesbottines dechevreauglacéetjaunes)plusriendonc,parla suite,àpartirdujourelleavaitété mariéeun bruit,unsimpleassemblagedelettresquisurlacarte oulepanneaud'uncarrefourn'indiquaitmaintenant plusquel'emplacementd'unhameauetduchâteauen ruinesvendudepuislongtemps(lavieilledame,son pèrelui-même,nel'avaientjamaishabité.),unegrosse ferme,enfait,auxtoursdécapitéesetdontsubsistait seullecorpsdebâtimentprincipal,encorequeluiaussi àmoitiéeffondré,lapartiegauche,entrelatourde l'Ouestetl'ailerelativementintacte,remplacéeparun hangarautoitdetôles'empilaientdesballesde pailleàcôtéd'unenchevêtrementdefaucheusesrouil-lées,dehersesdetombereauxhorsd'usage,deperches àharicots,defagots,devieillesfutailles,deharnais
VAISSEAUQUILEPORTAITAYANTÉTÉCAPTURÉ PARLESCORSAIRES,ILFUTEMMENÉÀTUNIS. LEBEYLETRAITAAVECBEAUCOUPD'ÉGARDSMAIS
moisis,toutpêle-mêledansuninextricablefouillisde roues,d'essieuxbrisésetdebrancardsdecharrues entrelesquelsapparaissaientetdisparaissaientlestaches rousses,circonspectesetvagabondesdequelquespoules étiquescela, et,immobiliséedanslacour,sonagres-sivepeintureorangedisparaissantàdemisouslespous-
LesGéorgiques siéreusesplaquesdegraisseetlaboue,commeune espècedecrustacémort(commes'ilémanaitdesruines, desbâtimentslézardés,unesortedefatalité,commesi quelqueesprit,quelquemalédictionattachéeaulieuet porteusededésolationcontinuaitàs'exerceraprèsavoir faits'écroulerlestoitures,l'arcitaliendelagrande porte,s'acharnaitsansfinàronger,corroderetdétruire), l'épaved'untracteur,anachroniquedéjàluiaussi, danscedécor,cesvestigesdéchusdesgrandeurspas-sées(dontnerestaitplusquel'orgueilleuxblason, l'écuauxcouleursd'acier,deplumesetdesangqu'avec cemélanged'hébétude,dedignitéoutragéeetd'af-flictionquiluiétaitparticulierelle(lavieilledame) avaitpieusementconservé,placécommeensignede deuilsurundecespetitschevaletsd'ébènequiservent d'ordinairedesupportauxminiaturesdefamilleenca-dréesellesaussid'oretd'ébène),commesilui-même (letracteur)dataitd'uneépoquepresqueaussireculée (ousurannée)quel'appareildiamantéduportail, commesiàpeinedescendudesrampesducamion danslequelleconcessionnairedelavillevoisine TANTDELACONVENTIONETQUITTAITPARIS AVECDESPOUVOIRSILLIMITÉS.FORTINSTRUIT DESCHOSESDESONARME,D'UNESANTÉDEFER étaitvenulelivrer,àpeinetouchélesoldelacour,il étaittombésouslecoupdecemêmemaléfice,était restédepuis,immobile,amasdetôlesdémantibulées etd'engrenagesgrippés,inutilisableetinutilisé,se rouillantlentement,toutjustebonàservirdeperchoir auxpoulesrousses,versantdeguingoissurunedeses rouesmanquantes,hideuxetpathétique,commesi,de mêmequelestoursdémantelées,l'aileeffondréeetles restesdécrépisdelafaçadeassailliedemauvaisesherbes etd'orties,iln'étaitquepourtémoignerdel'inapai-sablevindictedanslaquelle,indifférentautemps,aux êtres,auxventessuccessivesetauprogrèsmécanique,
LaNouvelleRevueFrançaise lefantômeacéphaled'unroidécapitéconfondaitdans safureurvengeressesansdistinctiond'années,dedécen-DONTL.S.M.DÉCLARÈRENT(QU'ILSÉTAIENTDÉ-CIDÉSÀFAIREDÉFECTIONSILEGOUVERNEMENT VOULAITEMPLOYERLAFORCECONTRELEPEU-
nies,delustres,depersonnesnidepropriétairesla demeureancestraledesonjugeetl'espritmêmedece siècleencyclopédique,inventifetsacrilègecoupable,en mêmetempsquedesamort,d'avoirengendrélalignée despuantesmachinesdontunedesultimesincarnations étaitvenues'échouersousl'espècemétallique,hui-leuseetimpotented'untracteurFerguson. Ilyavaitdoncunpropriétaire,desoccupants.Ce n'étaitpasundecesemphatiqueséboulisdévorésde ronces,déclamatoires,élevantleursvieuxchicotset leursmuraillesdentelées,virginauxenquelquesorte, c'est-à-diredésertés,inviolables,préservésparleur ruinemêmedetouteinjureposthume,impropres,pour ainsidire,àtouteprofanationpasassezenruine,donc, pourne pluspouvoirêtrehabité,pasassezconservé pourpouvoirêtreconsidérécommeunevéritablehabi-tationungîte,toutjustequelquechose,engigan-tesque,commecesvieuxbidonscrevésdontonsesert pourconfectionnerdescabanes,desabris,aveccette différencequelebidonavaiticideuxétagesdehaut, desparoisd'unmètred'épaisseuretsestrousobstrués nonpasàl'aidedecartonoudepapiergoudronnés maisdebriquesetdemoellons,levasteensemblede bâtiments,lesunsabandonnéssansespoir,lesautres tantbienquemalcolmatés(lesmoignonsdetours,la grange,laremise,l'écuriequiavaitautrefoisabrité jusqu'àtrente-cinqchevaux,étalons,juments,poulains,
PAOLISTES,PRITLEURCHEFQU'ILFITJUGER ETEXÉCUTERETFUTLUI-MÊMEBLESSÉAUGE-NOU.ILEUTPLUSDEDIFFICULTÉSAVECLASO-
LesGéorgiques mulets,bardeaux,l'étable,lesgreniers,lescommuns), faisantpenseràcesdemeuresdont,fautedepouvoir lesentretenir,lesoccupantsdésargentésferment (condamnent)l'unaprèsl'autrelessalonsetles chambres,réfugiés(campant)àlafindansuneseule pièce,toutàlafoiscuisine,salleàmanger,salonet chambreàcoucher,lesautrespartiesabandonnéesau vent,àlapluie,lesportes,lescouloirsenculs-de-sac murésencatastrophe,àladiable,barréspardescloi-sonsmêmepascrépies,lemortierdébordantdesjoints encoussinetsbaveuxetfigés,pourempêcherquenese précipiteàl'intérieurnonpastantdestrombesd'eau oulesrafalesdestempêtesquelevide,lenéant,lafin dernière. Etilétaitlà,surleplateauventeux,dominantdesa masseencoreénormelesmaisonsduhameau,surna-geant,privédesessuperstructures,s'entêtantàsurvivre, coupéendeux(deloin,lehangar,laremisebassequi servaitdefourre-toutpourlematérielaurebut,établie entrel'aileencoredeboutet lamoitiédetour,n'était pasvisible,desortequel'onauraitditundeces navireséchoués,àdemisubmergés,dontn'apparaissent plusquelegaillardd'avantetlechâteau),parvenuàce staded'indestructibilitéqueluiassuraientnonseule-mentsesfondationsancréesausoubassementrocheux recouvertparlesterrespauvres,leschampspierreux cloisonnésdemurettesondulantfaiblementjusqu'à l'horizonbleuâtre,coupésçàetdevallonsboisés, maisencorel'espècedevieélémentaire,obstinée,dont ilsemblaitàlafoisleprotecteuretleprotégé,qu'ilabri-tait(quil'habitait,s'ycramponnaitilyavaitdesgéra-niumsàunefenêtreetcommepourcacheruneblessure onavaitplantéunbouquetdelauriercontrelemontant
SORTIR,VAINCUPARLAMALADIELECOLOSSE VÉGÉTAITQ,UELQJJESMOISENCOREPUISS'ÉTEI-GNAITSANSSOUFFRANCESLE27JANVIERl8l2À
LaNouvelleRevueFrançaise
delaporteàl'arcbrisé,l'ancienneentréemonumentale ouvrantaujourd'hui(ouplutôtbéant)surunentasse-mentdebûchesetdeclapiersàlapins,l'escaliereffondré remplacéparunevoléededegrés encimentbarrant maintenantlafaçadeenoblique,commeenemplâtre), lavieilleetcroulantebâtisseenrobéeouplutôtdéga-geant,développantautourd'ellecommeunechape,une auradesilence,desièclesmorts,outragée,délaissée, manchoteetlézardée,persistantàtenirdebout,comme unesorted'accusation,dereprochemuetauxdescen-dantsde ceuxquil'avaientvendue,l'avaientreniée,s'en étaientdébarrassé,nonparnécessitéoupargênemais, aucontraire,enquelquesortepardédain,mépris, espritdelucre,derichesseencoreaccrueplustardau moyend'unesuited'habilesmariagesnonpascontrac-tésmaisconclus(commedesaffaires)parleproprefils d'aborddeceluiquiavaitpassésondernierhiver,son dernierprintemps,sondernierautomne,lesgénérations L'ARTILLERIEDU8eCORPSDELAGRANDEAR-MÉE,ILSEDISTINGUEÀCASSEL,ÀNAUBOURG, ÀAUCLAINETÀFRIEDLAND,CONDUITLESIÈ-suivantesnecessantl'uneaprèsl'autredes'enrichir, lafortunedelafamillequiavaitemportéavecelleen mêmetempsquel'argentdela ventelenomabusive-mentparédeslambeauxd'unegloirepassée(lessolen-nelspersonnagesauxsévèresethautescravates,pourvus defavoris,puisdebarbichesàl'impériale,portraiturés aupasteld'abord,puisphotographiés,raides,compas-sésetoisifs,noyésdansune uniformeetpisseusebrume d'hyposulfite,deboutàcôtédeleursépousesàhéritages coifféesdebandeaux,vêtuesderigidescorsageset d'amplesjupesdemoire,portantl'unaprèsl'autreavec cettemorgueinsolenteetmorosedesrenégatslenomen quelquesorteamputéluiaussi,dénaturé,perverti,c'est-à-dire(demêmequ'ilsavaientvendulechâteau,les maigresterres,auprofitderésidencescitadinesetde
LesGéorgiques fertilesdomaines)réduit,rapetissépareux(lenom)aux seulesrésonancesqu'ilsjugeaientflatteuses,àcequ'il ÉLEVERÀSAFEMMEDANSLEPARCDUDOMAINE DES.M.UNTOMBEAUQUISUBSISTEENCORE.UNE INSCRIPTIONDIFFICILEMENTLISIBLEAUJOURD'
évoquaitde puissance, debataillesetdedorures,effa-çantparcontre,gommant,scotomisantplutôt(comme danslesfamilleshonorablesonenterreaufondd'un couventlafilleséduite)ceque,dansleurbienséance guindée,ilsconsidéraient commeunetache,unehonte, assimilant,ramenantdansleurespritauxdimensions d'inavouableserrementsdejeunesseetdedettesdejeu l'exploittitanesqued'accoucherunmondeetdetuer unroi),lafortune,donc,necessantdes'accroître,la familledeprospérer,desefortifierdanssacuirasse d'orgueiletderespectabilitéjusqu'àcequel'épidémie dephylloxérafassetouts'écrouler,amenantavecellece cortègedemalheursenchaînedonts'accompagne immanquablementtoutdésastre,lalonguesuitede maladies,dedeuilsetdeprécocesveuvagesquiavait peuàpeucomposéàlavieilledamecevisageàlafois éploréetoutragéqu'ellepromenaitavechébétuded'une CRIVAITAVECBONNEHUMEURÀLACONVENTION: «JEMERENDSÀCALVI.j'APPORTEDESGRILS ÀROUGIRLESBOULETS.LAGARNISONESTEN
pièceàl'autredelatropvasteetambitieusemaison deuxruines,donc,deuxnaufrages,dontil(lechâteau abandonnéouplutôt,maintenant,laferme,lemonu-mentaletindéfinissableentassementdepierresqui,en dépitdetout,subsistait,aride,,corrodé,sesfenêtres aveuglées,consolidéd'emplâtres)semblaitcommele symbole,continuantàs'éleverau-dessusdesterreselles aussirépudiées,insolite,vaguementeffrayant,commela partievisiblemaistrompeusedequelqueiceberg,infime,
EN((DÉLITDEFUITE»
S'ilyaencorelittérature,ondiraàlafindusiècle qu'ilyeutdeuxmoralistes delamodernité,l'unconti-nuantlatraditiondel'écritureachevée,brillante,exagé-réed'art,Cioran,l'autreépousantunlangageusuel, commun,oral,Perros,l'unleglacis,levernis,l'autrele boutdepapier,l'unayantapprislalanguepourdevenir classiquecepetit-filsdeNietzscheetValérypourrait êtreleurancêtreaussibien,l'autreluttantenetcontre ellepourselieràsacatastrophe,soncoursirréversible versl'informe,l'unlasauvantetl'autres'yperdant, Cioranaristocratedéchudulangageconservantsa dignité,Perros,démocratemalgréluisouillédemots, l'unapatrideenseignant discrètementlasagessedu néantdansl'exilparisien,l'autreayantélulavieano-nymed'unlointainportdeprovince,l'unlapoésierare delamorale,l'autrelaprosevagabondedespensées quiassaillentlecrâne,deuxhérosausenskierkegaar-diendel'éthique,l'unpourlamaintenirenundernier sursautrhétoriquedestinéàlafixer,l'autresonserviteur effaré,l'unlamoralequisemoquedelamoralepar l'écartdelalanguel'autreenlaboucheduquelelle exprimesavéritéàtouteépoque. LaMédiocrité,ausensjusteduterme,telaétélelot dePerros«Unevieordinaire»,titrevenudelui-même.«Ilnefautpasêtren'importequipourêtre n'importequi,ilnefautressembleràpersonnepour
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin