La Nouvelle Revue Française N° 308

De
Claude Simon, Les Géorgiques
Eugène Guillevic, Le Crapaud
Bertrand Visage, Éloge de la petitesse
Herman Melville, Poèmes
Georges Perros, Papiers collés
Chroniques :
Jean-Pierre Richard, L'ail et la grenouille [Colette]
Jude Stéfan, Les vies parallèles de Foucault
Henri Thomas, Reportage
Clément Rosset, Propos d'outre-monde (Fin)
Jean Clair, Venise : le déni de peinture
Notes : la poésie :
Alain Bosquet, Les pièges de la page blanche
Notes : la littérature :
Gilles Quinsat, Œuvres complètes, XIV, d'Antonin Artaud (Gallimard)
Pierre-Louis Rey, André Gide et le premier groupe de 'La Nouvelle Revue Française', I, par Auguste Anglès (Gallimard)
Notes : le roman :
Jean Blot, L'abolition, par Serge Samarine (Gallimard)
Notes : les essais :
Jean Duvignaud, Pour un autre Moyen Âge, par Jacques Le Goff (Gallimard) - Le territoire de l'historien, II, par Emmanuel Le Roy Ladurie (Gallimard)
Philippe Dulac, Chaque matin qui se lève est une leçon de courage, par Jean-Édern Hallier (Éditions Libres Hallier)
Notes : lettres étrangères :
Laurand Kovacs, La femme gauchère, par Peter Handke (Gallimard)
Notes : le cinéma :
Jérôme Prieur, Hitler, un film d'Allemagne, de Hans-Jürgen Syberberg
Notes : les arts :
Florence de Meredieu, L'espace construit et aménagé comme support de stimulation sensorielle, plastique et relationnelle, par Pierre Baqué (soutenance de thèse, Panthéon-Sorbonne)
Georges Perros :
Michel Butor, L'école des Gisants
Élisa Cantarel, À Georges Perros
Georges Lambrichs, L'ombre de Georges Perros
Serge Meitinger, 'La fuite est à l'ordre du jour'
Pierre Pachet, Avant souvenir ou Étude
André Pieyre de Mandiargues, Fidélité
Jacques Réda, Nul paradoxe
Jude Stéfan, En 'délit de fuite'
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072384691
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
LesGéorgiques
Etunefoisparmois,lavieilledame(lavieilleveuve toujourshabilléedenoir,auvisagedebougie,perpé-tuellementéplorée,perpétuellementlarmoyante,aux corsagesténébreuxferméssouslesvieuxtendons,les flasquesreplisdevieillepeau,parlemêmecaméeovale sedétachait surunfondparmecommeuneblan-cheurdelinceuloud'ossementsladraperieflottante, ectoplasmiqueetmousseusedequelquetambourinaire pompéienneetqu'ellesemblaitporter parunesortede fidélitécommeunereliqueprofanetransmisedegéné-rationengénérationdepuisoupeut-êtremêmeavant l'Empire,suspendantparadoxalementenplacedela traditionnellecroixdegrenatsauxcousflétrisdesuc-RALDEDIVISION,INSPECTEURGÉNÉRALD'AR-TILLERIE,GRANDOFFICIERDELALÉGIOND'HON-NEUR,CHEVALIERDELACOURONNEDEFER,EP cessivesaïeulesl'équivoqueetéolienneévocationd'hé-taïresoudedanseusesauxcorpsàpeinevoilésetgravés entailledoucequoiquedepuislongtempssansdoute elleeûtcessédelevoir(lecamée)oumêmed'ypenser, sesdoigtsmaladroitspiquantchaquematindansle sévèrecolofficierdesesrobeslalongueaiguilled'ordu bijoureçuencadeaud'anniversaireautempsoù,jeune fille,elleportaitencorelenomauquelpluspersonne maintenantnerépondait,qu'elleavaitétéladernièreà
LaNouvelleRevueFrançaise LIENNEÀMILAN(1804);COMMANDANTENCHEF DEL'ARTILLERIEDEL'ARMÉED'ITALIE(1805), GRAVEMENTBLESSÉAUPASSAGEDEL'ADIGE,IL avoirtracésurlespagesdegardedeseslivres(leslivres deprixdécernésdanslessévèresinstitutionsauxnoms d'ordresreligieuxoumilitaires,auxreliuresroman-tiques,lilasoubleuroi,ornéesdedécorsgothiquesen relief,ouencoreceJournaldesDemoisellesdontles illustrationsmontraientdesdamesàtournures,des enfantsencostumesmalouinsetdespetitesfilles,cein-turéesdenœudsréséda,juchéessurdehautesbottines dechevreauglacéetjaunes)plusriendonc,parla suite,àpartirdujourelleavaitété mariéeun bruit,unsimpleassemblagedelettresquisurlacarte oulepanneaud'uncarrefourn'indiquaitmaintenant plusquel'emplacementd'unhameauetduchâteauen ruinesvendudepuislongtemps(lavieilledame,son pèrelui-même,nel'avaientjamaishabité.),unegrosse ferme,enfait,auxtoursdécapitéesetdontsubsistait seullecorpsdebâtimentprincipal,encorequeluiaussi àmoitiéeffondré,lapartiegauche,entrelatourde l'Ouestetl'ailerelativementintacte,remplacéeparun hangarautoitdetôles'empilaientdesballesde pailleàcôtéd'unenchevêtrementdefaucheusesrouil-lées,dehersesdetombereauxhorsd'usage,deperches àharicots,defagots,devieillesfutailles,deharnais
VAISSEAUQUILEPORTAITAYANTÉTÉCAPTURÉ PARLESCORSAIRES,ILFUTEMMENÉÀTUNIS. LEBEYLETRAITAAVECBEAUCOUPD'ÉGARDSMAIS
moisis,toutpêle-mêledansuninextricablefouillisde roues,d'essieuxbrisésetdebrancardsdecharrues entrelesquelsapparaissaientetdisparaissaientlestaches rousses,circonspectesetvagabondesdequelquespoules étiquescela, et,immobiliséedanslacour,sonagres-sivepeintureorangedisparaissantàdemisouslespous-
LesGéorgiques siéreusesplaquesdegraisseetlaboue,commeune espècedecrustacémort(commes'ilémanaitdesruines, desbâtimentslézardés,unesortedefatalité,commesi quelqueesprit,quelquemalédictionattachéeaulieuet porteusededésolationcontinuaitàs'exerceraprèsavoir faits'écroulerlestoitures,l'arcitaliendelagrande porte,s'acharnaitsansfinàronger,corroderetdétruire), l'épaved'untracteur,anachroniquedéjàluiaussi, danscedécor,cesvestigesdéchusdesgrandeurspas-sées(dontnerestaitplusquel'orgueilleuxblason, l'écuauxcouleursd'acier,deplumesetdesangqu'avec cemélanged'hébétude,dedignitéoutragéeetd'af-flictionquiluiétaitparticulierelle(lavieilledame) avaitpieusementconservé,placécommeensignede deuilsurundecespetitschevaletsd'ébènequiservent d'ordinairedesupportauxminiaturesdefamilleenca-dréesellesaussid'oretd'ébène),commesilui-même (letracteur)dataitd'uneépoquepresqueaussireculée (ousurannée)quel'appareildiamantéduportail, commesiàpeinedescendudesrampesducamion danslequelleconcessionnairedelavillevoisine TANTDELACONVENTIONETQUITTAITPARIS AVECDESPOUVOIRSILLIMITÉS.FORTINSTRUIT DESCHOSESDESONARME,D'UNESANTÉDEFER étaitvenulelivrer,àpeinetouchélesoldelacour,il étaittombésouslecoupdecemêmemaléfice,était restédepuis,immobile,amasdetôlesdémantibulées etd'engrenagesgrippés,inutilisableetinutilisé,se rouillantlentement,toutjustebonàservirdeperchoir auxpoulesrousses,versantdeguingoissurunedeses rouesmanquantes,hideuxetpathétique,commesi,de mêmequelestoursdémantelées,l'aileeffondréeetles restesdécrépisdelafaçadeassailliedemauvaisesherbes etd'orties,iln'étaitquepourtémoignerdel'inapai-sablevindictedanslaquelle,indifférentautemps,aux êtres,auxventessuccessivesetauprogrèsmécanique,
LaNouvelleRevueFrançaise lefantômeacéphaled'unroidécapitéconfondaitdans safureurvengeressesansdistinctiond'années,dedécen-DONTL.S.M.DÉCLARÈRENT(QU'ILSÉTAIENTDÉ-CIDÉSÀFAIREDÉFECTIONSILEGOUVERNEMENT VOULAITEMPLOYERLAFORCECONTRELEPEU-
nies,delustres,depersonnesnidepropriétairesla demeureancestraledesonjugeetl'espritmêmedece siècleencyclopédique,inventifetsacrilègecoupable,en mêmetempsquedesamort,d'avoirengendrélalignée despuantesmachinesdontunedesultimesincarnations étaitvenues'échouersousl'espècemétallique,hui-leuseetimpotented'untracteurFerguson. Ilyavaitdoncunpropriétaire,desoccupants.Ce n'étaitpasundecesemphatiqueséboulisdévorésde ronces,déclamatoires,élevantleursvieuxchicotset leursmuraillesdentelées,virginauxenquelquesorte, c'est-à-diredésertés,inviolables,préservésparleur ruinemêmedetouteinjureposthume,impropres,pour ainsidire,àtouteprofanationpasassezenruine,donc, pourne pluspouvoirêtrehabité,pasassezconservé pourpouvoirêtreconsidérécommeunevéritablehabi-tationungîte,toutjustequelquechose,engigan-tesque,commecesvieuxbidonscrevésdontonsesert pourconfectionnerdescabanes,desabris,aveccette différencequelebidonavaiticideuxétagesdehaut, desparoisd'unmètred'épaisseuretsestrousobstrués nonpasàl'aidedecartonoudepapiergoudronnés maisdebriquesetdemoellons,levasteensemblede bâtiments,lesunsabandonnéssansespoir,lesautres tantbienquemalcolmatés(lesmoignonsdetours,la grange,laremise,l'écuriequiavaitautrefoisabrité jusqu'àtrente-cinqchevaux,étalons,juments,poulains,
PAOLISTES,PRITLEURCHEFQU'ILFITJUGER ETEXÉCUTERETFUTLUI-MÊMEBLESSÉAUGE-NOU.ILEUTPLUSDEDIFFICULTÉSAVECLASO-
LesGéorgiques mulets,bardeaux,l'étable,lesgreniers,lescommuns), faisantpenseràcesdemeuresdont,fautedepouvoir lesentretenir,lesoccupantsdésargentésferment (condamnent)l'unaprèsl'autrelessalonsetles chambres,réfugiés(campant)àlafindansuneseule pièce,toutàlafoiscuisine,salleàmanger,salonet chambreàcoucher,lesautrespartiesabandonnéesau vent,àlapluie,lesportes,lescouloirsenculs-de-sac murésencatastrophe,àladiable,barréspardescloi-sonsmêmepascrépies,lemortierdébordantdesjoints encoussinetsbaveuxetfigés,pourempêcherquenese précipiteàl'intérieurnonpastantdestrombesd'eau oulesrafalesdestempêtesquelevide,lenéant,lafin dernière. Etilétaitlà,surleplateauventeux,dominantdesa masseencoreénormelesmaisonsduhameau,surna-geant,privédesessuperstructures,s'entêtantàsurvivre, coupéendeux(deloin,lehangar,laremisebassequi servaitdefourre-toutpourlematérielaurebut,établie entrel'aileencoredeboutet lamoitiédetour,n'était pasvisible,desortequel'onauraitditundeces navireséchoués,àdemisubmergés,dontn'apparaissent plusquelegaillardd'avantetlechâteau),parvenuàce staded'indestructibilitéqueluiassuraientnonseule-mentsesfondationsancréesausoubassementrocheux recouvertparlesterrespauvres,leschampspierreux cloisonnésdemurettesondulantfaiblementjusqu'à l'horizonbleuâtre,coupésçàetdevallonsboisés, maisencorel'espècedevieélémentaire,obstinée,dont ilsemblaitàlafoisleprotecteuretleprotégé,qu'ilabri-tait(quil'habitait,s'ycramponnaitilyavaitdesgéra-niumsàunefenêtreetcommepourcacheruneblessure onavaitplantéunbouquetdelauriercontrelemontant
SORTIR,VAINCUPARLAMALADIELECOLOSSE VÉGÉTAITQ,UELQJJESMOISENCOREPUISS'ÉTEI-GNAITSANSSOUFFRANCESLE27JANVIERl8l2À
LaNouvelleRevueFrançaise
delaporteàl'arcbrisé,l'ancienneentréemonumentale ouvrantaujourd'hui(ouplutôtbéant)surunentasse-mentdebûchesetdeclapiersàlapins,l'escaliereffondré remplacéparunevoléededegrés encimentbarrant maintenantlafaçadeenoblique,commeenemplâtre), lavieilleetcroulantebâtisseenrobéeouplutôtdéga-geant,développantautourd'ellecommeunechape,une auradesilence,desièclesmorts,outragée,délaissée, manchoteetlézardée,persistantàtenirdebout,comme unesorted'accusation,dereprochemuetauxdescen-dantsde ceuxquil'avaientvendue,l'avaientreniée,s'en étaientdébarrassé,nonparnécessitéoupargênemais, aucontraire,enquelquesortepardédain,mépris, espritdelucre,derichesseencoreaccrueplustardau moyend'unesuited'habilesmariagesnonpascontrac-tésmaisconclus(commedesaffaires)parleproprefils d'aborddeceluiquiavaitpassésondernierhiver,son dernierprintemps,sondernierautomne,lesgénérations L'ARTILLERIEDU8eCORPSDELAGRANDEAR-MÉE,ILSEDISTINGUEÀCASSEL,ÀNAUBOURG, ÀAUCLAINETÀFRIEDLAND,CONDUITLESIÈ-suivantesnecessantl'uneaprèsl'autredes'enrichir, lafortunedelafamillequiavaitemportéavecelleen mêmetempsquel'argentdela ventelenomabusive-mentparédeslambeauxd'unegloirepassée(lessolen-nelspersonnagesauxsévèresethautescravates,pourvus defavoris,puisdebarbichesàl'impériale,portraiturés aupasteld'abord,puisphotographiés,raides,compas-sésetoisifs,noyésdansune uniformeetpisseusebrume d'hyposulfite,deboutàcôtédeleursépousesàhéritages coifféesdebandeaux,vêtuesderigidescorsageset d'amplesjupesdemoire,portantl'unaprèsl'autreavec cettemorgueinsolenteetmorosedesrenégatslenomen quelquesorteamputéluiaussi,dénaturé,perverti,c'est-à-dire(demêmequ'ilsavaientvendulechâteau,les maigresterres,auprofitderésidencescitadinesetde
LesGéorgiques fertilesdomaines)réduit,rapetissépareux(lenom)aux seulesrésonancesqu'ilsjugeaientflatteuses,àcequ'il ÉLEVERÀSAFEMMEDANSLEPARCDUDOMAINE DES.M.UNTOMBEAUQUISUBSISTEENCORE.UNE INSCRIPTIONDIFFICILEMENTLISIBLEAUJOURD'
évoquaitde puissance, debataillesetdedorures,effa-çantparcontre,gommant,scotomisantplutôt(comme danslesfamilleshonorablesonenterreaufondd'un couventlafilleséduite)ceque,dansleurbienséance guindée,ilsconsidéraient commeunetache,unehonte, assimilant,ramenantdansleurespritauxdimensions d'inavouableserrementsdejeunesseetdedettesdejeu l'exploittitanesqued'accoucherunmondeetdetuer unroi),lafortune,donc,necessantdes'accroître,la familledeprospérer,desefortifierdanssacuirasse d'orgueiletderespectabilitéjusqu'àcequel'épidémie dephylloxérafassetouts'écrouler,amenantavecellece cortègedemalheursenchaînedonts'accompagne immanquablementtoutdésastre,lalonguesuitede maladies,dedeuilsetdeprécocesveuvagesquiavait peuàpeucomposéàlavieilledamecevisageàlafois éploréetoutragéqu'ellepromenaitavechébétuded'une CRIVAITAVECBONNEHUMEURÀLACONVENTION: «JEMERENDSÀCALVI.j'APPORTEDESGRILS ÀROUGIRLESBOULETS.LAGARNISONESTEN
pièceàl'autredelatropvasteetambitieusemaison deuxruines,donc,deuxnaufrages,dontil(lechâteau abandonnéouplutôt,maintenant,laferme,lemonu-mentaletindéfinissableentassementdepierresqui,en dépitdetout,subsistait,aride,,corrodé,sesfenêtres aveuglées,consolidéd'emplâtres)semblaitcommele symbole,continuantàs'éleverau-dessusdesterreselles aussirépudiées,insolite,vaguementeffrayant,commela partievisiblemaistrompeusedequelqueiceberg,infime,
EN((DÉLITDEFUITE»
S'ilyaencorelittérature,ondiraàlafindusiècle qu'ilyeutdeuxmoralistes delamodernité,l'unconti-nuantlatraditiondel'écritureachevée,brillante,exagé-réed'art,Cioran,l'autreépousantunlangageusuel, commun,oral,Perros,l'unleglacis,levernis,l'autrele boutdepapier,l'unayantapprislalanguepourdevenir classiquecepetit-filsdeNietzscheetValérypourrait êtreleurancêtreaussibien,l'autreluttantenetcontre ellepourselieràsacatastrophe,soncoursirréversible versl'informe,l'unlasauvantetl'autres'yperdant, Cioranaristocratedéchudulangageconservantsa dignité,Perros,démocratemalgréluisouillédemots, l'unapatrideenseignant discrètementlasagessedu néantdansl'exilparisien,l'autreayantélulavieano-nymed'unlointainportdeprovince,l'unlapoésierare delamorale,l'autrelaprosevagabondedespensées quiassaillentlecrâne,deuxhérosausenskierkegaar-diendel'éthique,l'unpourlamaintenirenundernier sursautrhétoriquedestinéàlafixer,l'autresonserviteur effaré,l'unlamoralequisemoquedelamoralepar l'écartdelalanguel'autreenlaboucheduquelelle exprimesavéritéàtouteépoque. LaMédiocrité,ausensjusteduterme,telaétélelot dePerros«Unevieordinaire»,titrevenudelui-même.«Ilnefautpasêtren'importequipourêtre n'importequi,ilnefautressembleràpersonnepour
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 334

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 211

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 340

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant