Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
Dialogue surles
avecCharlesPerrault fontainesdelafable
le12janvier1628,survivantdesonjumeauFran-çoismortàl'âgedesixmois,M.lecontrôleurgénéral desbâtimentsquinesavaitpasencorebienlirequandil entrapourlapremièrefoisaucollège àl'âgedehuitans etdemi,franchitlagrilled'unerégionnouvellement ouverteauxprivilégiésdansleparcroyal,etmarchant surlesable,unrouge-gorgesurl'épaule,relitunpetit ouvrageornédegravures«entrelesbeautéspresque infiniesquicomposentlasuperbeetagréablemaison deVersailles;leLabyrintheenestunequipeut-être n'éblouitpasd'abordextrêmement,maisquiétantbien considérée,asansdouteplusdecharmeetplusd'agré-mentquepasuneautre»,etencompareletexteavec celuid'unautreplusépaisetmoinsluxueux,publié quelquesannéesplustôt,en1675,chezj.LeLaboureur, recueildediversouvragesenproseetenvers«entre touslesbocagesdupetitparcdeVersailles,celuiqu'on nommeleLabyrintheestsurtoutrecommandablepar lanouveautédudesseinetparlenombreetladiversité
LaNouvelleRevueFrançaise desesfontaines»,ici«c'estuncarrédejeunesbois fortépaisettouffu,coupéd'ungrandnombred'allées quiseconfondentlesunesdanslesautresavectant d'artifice,querienn'estsifacilenisiplaisantquedes'y égarer.Achaqueextrémitéd'allée,etpartoutelles secroisent,ilyadesfontaines,desortequ'enquelque endroitqu'onsetrouveonenvoittoujourstroisou quatreetsouventsixouseptàlafois»,et«ilest nomméleLabyrinthe parcequ'ils'ytrouveuneinfinité de petitesalléestellementmêléeslesunesdanslesautres, qu'ilestpresqueimpossiblede nes'ypaségarer,mais aussiafinqueceuxquis'yperdentpuissentseperdre agréablement,iln'yapointdedétourquineprésente plusieursfontainesenmêmetempsàlavue,ensorte qu'àchaquepasonestsurprisparunnouvelobjet», àl'ombred'unorme(c'estaufortdel'été),dansle ruissellementvert«lesbassinsdecesfontaines,tous différentsdefigureetdedessin,sontenrichisderocailles finesetdecoquillesrares,etontpourornementdivers animauxquireprésententlesplusagréablesfables d'Ésope»,oubien«onachoisipoursujetdeces fontainesunepartiedesfablesd'Ésope,etellessontsi naïvementexpriméesqu'onnepeutrienvoirdeplus ingénieusementexécuté.Lesanimauxdebronzecoloriés selonlenaturelsontsibiendessinés,qu'ils semblent êtredansl'actionmêmequ'ilsreprésentent,d'autant plusquel'eauqu'ilsjettentimiteenquelquesortela parolequelafableleuradonnée»,moucheset fourmispuis«cesanimauxsontsibienfaitsau naturelqu'ils semblentêtreencoredansl'actionqu'ils représentent,ondiraitmêmequ'ilsontenquelquefaçon laparolequelafableleurattribue,puisquel'eauqu'ils sejettentlesunsauxautres,paraît nonseulementleur donnerlavieetl'action,maisleurserviraussicommede voixpourexprimerleurspassionsetleurspensées», ouencore«ladifférentedispositiondechaquefon-tainefaitaussiunediversitétrèsagréable;etlescou-
DialogueavecCharlesPerrault leursbrillantesdecoquillesraresetdelarocaillefine donttouslesbassinssontornés,semêlentsiheureuse-mentaveclaverduredespalissadesqu'onneselasse jamaisd'admirercetteprodigieusequantitédefon-tainesquisurprennenttoutesparlasingularitédel'in-vention,parlajusteexpressiondecequ'ellesrepré-sentent,parlabeautédesanimauxdontellessont accompagnées,etparl'abondancedel'eauqu'elles jettent».
o
Lemonstre-jouvenceauvertdequinzeàseizeans, beaucommel'amouretquiatoutel'apparenced'un dieu,lamineaussidoucequetrompeuse,touslestraits fins,l'oeilriantetfortéveillé,dontonnesaits'ilest éthiopienougrec,une colombesurl'épaule,descendu desonpiédestal,dansantplutôt qu'ilnemarche,sur lesbrindilles(unpeudevent),silencieuxparmilesrou-coulements,suitàlatraceentreleshaiesdecharmes, M.leContrôleuràquiilsuffisaitsouventd'avoir attentionàcequelerégentdictaitpourlesavoiret n'avoirpasbesoindelelireetl'étudierensuite,qui prenaittantdeplaisiràdisputerenclassequ'ilaimait autantlesjoursl'onyallaitqueceux decongé hannetonsetabeillesetpoursuit«ensuiteontrouve lesfontainesaunombredequaranteenl'ordrequi suit(iln'yenaenréalitéquetrente-neuf,oubienla quarantièmeestlemonstreirrésistiblemême).Acha-cuneonapratiquéuneplaceoù,surunelamedebronze peinteennoir,ilyauneinscription,ainsilesarcasme
Lesoiseauxenpleinjourvoyantleducparaître Surluifondirenttousàsonhideuxaspect; Quelqueparfaitqu'onpuisseêtre Quin'apassoncoupdebec?
LaNouvelleRevueFrançaise dequatreversécriteenlettresd'or,ainsilaconsola-tion
Laperdrixbienbattueeutundépitextrême Quelescoqspeugalantslatraitassentainsi; Depuisvoyantqu'entreeuxilsenusaientdemême Patience,dit-elle,ilssebattentaussi.
Cesvers,faitsparM.deBenserade,ainsilaréponse
Lerenardditaucoqunepaixéternelle Estconclueentrenous,descends.Oui,deuxlévriers Viennent,répondlecoq,m'endirelanouvelle. Lerenardn'osapasattendrelescourriers,
expliquentlafable,ainsiladéception
Lecoqsurunfumiergrattait,lorsqu'àsesyeux Parutundiamanthélas,dit-ilqu'enfaire? ,1 Moiquinesuispointlapidaire, Ungraind'orgemeconvientmieux,
etentirentlamoralité.
L'esclavequesonpremiermaîtreenvoyaauxchamps labourerlaterre,soitqu'illejugeâtincapabledetoute autrechose,soitpours'ôterdedevantlesyeuxun objet sidésagréable,lequelmaîtreétantallévoirsamaison deschamps,undesespaysansluidonnadesfiguesqu'il trouvabellesetfitserrerfortsoigneusement,donnant ordreàsonsommelier,appeléAgathopos,deleslui apporterausortirdubain,l'esclavebèguequiparhasard revintdeschamps,ayantaffaireaulogis,aumoment mêmecetAgathoposmangeaitlesfiguesavec quelques-unsdesescamarades,profitantdel'occasion pourrejetersurluidontilsnecroyaientpasqu'ilse
DialogueavecCharlesPerrault pûtjamaisjustifier,tantilparaissait idiot,cettefaute alorspunissabledechâtimentsfortcruels,racontesous untilleuldevantlesvolutes(c'estlecrépuscule)qu'un chatsependitparlespattes,etfaisantlemortattrapa plusieursrats,uneautrefoissecouvritdefarine,et qu'unvieuxratluiditquandtuseraislesacàla farinejenem'approcheraispas,àM.leContrôleur qui marchesurunrubanbleuoubliéaumilieudes gazouillis,àquisonprofesseuravaitordonnéune secondefoisdesetaireetquiluidit,enselevant,que puisqu'ilneluifaisaitplusdiresaleçon(carence temps-làlesphilosophesdisaientleurleçontousles jourscommelesautresécoliers)cafardsetblattes qu'onnedisputaitpluscontreluietqu'illuiétaitdéfendu dedisputercontrelesautres,qu'iln'avaitplusque fairedevenirenclasse,etquiaprèsavoirjetéundernier regardàsonpetitvolume«ilsassurentquecepetit dieuayantrencontréunjourApollonquisepromenait danslesbeauxjardinsdeVersaillesqu'ilaimemainte-nantplusqu'iln'ajamaisaimél'îleDélos,luiparlade cettemanièrejevoisquetouteschosessefonticisous votrenom,etsijenemetrompe,sousvotreconduite; etjeremarquetantdegrandeurettantd'espritdansles diversouvragesdecettemaisonadmirablequelesarts mêmesavectoutesleurslumièresnelesauraientjamais pufaires'ilsn'avaientétéélevésetsoutenusparune intelligenceplusqu'humaineettellequelavôtre»,le fermepourenprendreunautrequeluiapporteaupetit détour,unpinsonsurl'épaule,uneprincessedontles parentsavaientétésifâchésden'avoirpasd'enfants,si fâchésqu'onnesauraitdire,etallèrentàtoutesleseaux dumonde,mirenttoutenœuvre,vœux,pèlerinages, menuesdévotionsjusqu'àcequelareineenfindevînt grosseetaccouchât,cequifutl'occasiond'unbeau baptêmeoù onluidonnapourmarrainestouteslesfées qu'onputtrouverdanslepays(ils'entrouvasept)afin quechacuned'elleluifaisantundon,commec'était
LaNouvelleRevueFrançaise lacoutumeencetemps-là,elleeûtparcemoyen toutes lesperfectionsimaginables.
Nécessairementjesuisdieu,oujesuisdémon,oubien enchanteur,continuelemonstreempoisonneurphos-phorescentsoussaformeduchatquimitdusonetdes laceronsdanssonsac,ets'étendantcommes'ileûtété mort,attenditquequelquejeunelapin,peuinstruitdes rusesdecemonde,vîntsefourrerdedanspourmanger cequ'ilyavaitmis,marchantsurduverrejustebrisé dansungrandcabinetdetreillagedeferetdebois, couvertdechèvrefeuille,derosesoud'autresfleurs, ornéd'architectureetfinissantendômeouvertparen haut,avecunepetitebalustradeautourdel'ouverture, sivoustrouvezquejesoisdémonvousmehaïrez,lacor-nicheetlavoûte dececabinetpleinesd'oiseauxdetoutes lesespècesquivomissentdel'eauenbasdansunbassin derocaille,dumilieuduquels'élèveunrocheraulong duquelonvoitmonterplusieursanimauxàquatre piedsquijettentdel'eaucontrelesoiseaux,etsije suisdieuvouscesserezdem'aimer,oudumoinsvousne m'aimerezplusavectantd'ardeur,carils'enfautbien qu'onaimelesdieuxaussiviolemmentqueleshommes, tandisqu'unejeunefilled'unedouceuretd'unebonté sansexemple,tenantceladesamèrequiétaitlameilleure personnedumonde,passeaumilieudeshoquetsentre unpetitrocherderocaillesurlequelonvoitlerenard, lemuseausurunesoucoupedevermeildorél'eau formeunenappeetbouillonne,etlagruequifaitunjet enl'air(unechevelurenoiredansleclairdelune),et unautrelagrue(d'aucunsdisentlacigogne)ason becdansunvasedecristalqueformel'eauetquiest garnidevermeil,lerenardauprèsjetantdel'eauetdu brouillardquijaillissentetruissellentsouslespins,devant undemi-dômedetreillageornéd'architecturedes poulesjettentdel'eau,leurspetitsenfermésdansune
DialogueavecCharlesPerrault cageforméeparl'eaumêmetransparente,enhautun milanlesailesétendues,vomissantdel'eau,delabile etdesdéclarationsquidégringolent,tourbillonnentet giclentcharançonsetloirsquantautroisièmeily adesenchanteursagréables,jepuisêtredeceux-là,et possiblesuis-jetouslestroisensemble,toutautourdu cabinetsurdesrocailles,encored'autresanimaux,et dansquatrenichesencoreplusieursquijettentunetelle abondanced'eauquecelareprésentenaïvementune guerre,cenombred'animaux,cequ'ilyasurtoutd'ad-mirable,tousendifférentesattitudes,lesunsetles autresparaissantencolèreetanimésaucombat,ainsi lemeilleurpourvousestl'incertitude,etqu'aprèsla possessionvousayeztoujoursdequoidésirer,secret dontonnes'étaitpasencoreavisé,tandisquelerenard quivientderenonceràdesraisins,passeentreunpaon surunpetitrocher,laqueueépanouie,vomissantde l'eau,desbrumesetdesdiscoursquipleurent,hoquètent, dégoulinent,cavalent,dessinentdesTamisesdansun bassin,plusieursrossignolsenbasformantdesjetsen l'air,etdeuxpetitsperroquetssurdepetitsrochers, vomissantdel'eau,delasueuretdesremarquesqui s'étalent,s'apaisent,ondulent,galopent,ricanent,des-sinentdesTibresetdesTagesengiguesenbasdansun bassin,unsingeassissuruntroncd'arbre,désespéré desevoirembarrassédansunechemise,levantlatête etformantungrosjet,àl'entréedugrandcabinetde treillagedeuxsinges,plaisammentmontéssurdes chèvres,jetantparsurprisedel'eauparuncornetde bronze doré,demeurons-enlà,sivousm'encroyez, conclutlemonstreincendiairephosphorescentquia prislaformed'unsingeàquisonportraitjusqu'ici n'avaitrienreproché,enaccompagnantlabellejusqu'au bassind'uncôtédesrenards,del'autredesloups, jettentdel'eau,tandisquel'antifantôme,ungeaisur l'épaule,déchiffrel'airdujugement
LaNouvelleRevueFrançaise
JEAN-PIERRERICHARD Colette,l'ailetlagrenouille
CLÉMENTROSSET Proposd'outre-monde(II) Proposd'outre-monde(III) Proposd'outre-monde(fin) Lapsychanalyseamusante
JEANROUDAUT EnQuêtedelagnose,d'H.-C.Puech LesRuinesdeParis,dej.Réda Uneautobiographieimpersonnelle
yMM~/agM,deM.Deguy
CLAUDEROY
ADOLFRUDNICKI Seigneur,sijeTesuisvraimentutileainsi.(traduit ~M~o/oKa:~arJean-YvesErhe!)
JEAN-NOËLSCHIFANO Nouvellespouruneannée,deL.Pirandello Uneaffairepersonnelle,deB.Fenoglio
Butor-Masurovsky
LesGéorgiques
MICHELSICARD
CLAUDESIMON
JUDESTÉFAN LesviesparallèlesdeFoucault Endélitdefuite Lettresurlespygmées
99
89 83 121i 63
ig~ 61i 71i
106
15
ig8 igy
11~
i
111i 190 168
308
go6 go 7 go8 309
306 go? gio
go~
go 7
goy 3o9
3og
308
3o8 308 go9