Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE RevueFrançaise
L'ÉliacindelaTerreur
ChargédemissionparleComitédeSalutpublic, Marc-AntoineJullienarriveauHavre,le1septembre 1793.Leport,agrandipeudetempsavantlaRévolu-tion,estpavoisédetricolore,touslesbateaux,même ceuxdespêcheurs,portantledrapeaudelaRépublique àleursmâts.Lieuxdetransitpourlesagentsétrangers etpourlesémigrés,qui,eux,voyagentensensinverse, repairesdecontrebandiersetdepasseurs,escalespour lesofficiersdelamarinedeguerre,restésenquasi-tota-litéroyalistes,tousnosportssontsuspects.Aussi,on nedoitpass'étonnerd'ydécouvrirautantdesignesde loyalismeriendeplussimplequedesecouvrirdu pavillonofficiel. Celui-ci,multiplié,d'unboutàl'autredelabaie, apporte unchatoiementquenospaysagesmarinsne connaissaientpasencore.Letricoloresurunhorizonde meraquelquechosed'outrancieretdejoyeux,quifera longtempsreculerlespeintres.Réunis,lebleu,leblanc etlerougescandalisentleregard.Goya,lepremier, aura,en1796,l'audacedelesintroduiredanslepor-traitdeGuillemardet,notreambassadeuràMadrid,
LaNouvelleRevueFrançaise
ceintdesonécharpe.Lestroiscouleurs,c'estaussiune révolutiondansl'art. Marc-Antoinen'apasdroitàl'écharpetricolore; elleestréservéeauxdiplomatesàl'étrangeretaux représentantsdupeuple.Decesderniers,Marc-Antoine nedétientpastouteslesprérogatives,maisilenpossède d'autres,secrètes,quilesdépassentdeloin.Ilfaut retranscrireicienentier,pourenmontrertoutel'ambi-guïté,l'ordredemissiondélivréàMarc-Antoinepar leComitédeSalutpublic «Du10septembre1793,l'anIIdelaRépublique «française,uneetindivisible. «LeCommissairedesguerres,Marc-AntoineJullien, «appeléàParisparleComitédeSalutpublic,serendra, «commeagentduComité,successivementauHavre, «àCherbourg,àSaint-Malo,Brest,Nantes,Rochefort, «LaRochelleetBordeaux,etreviendraparBayonne, «Avignon,Toulon,MarseilleetLyon,pourprendre «desrenseignementssurl'espritpublicdanscesdif-«férentesvilles,etleranimer,éclairerlepeuple,sou-«tenirlessociétéspopulaires,surveillerlesennemisde «l'intérieur,déjouerleursconspirations,etcorres-«pondreexactementavecleComitédeSalutpublic.» Jusqu'ici,d'aprèslestermesdecetexte,Marc-Antoinesembledisposerdesmêmespouvoirsqueles Conventionnelsenmission.Maisnon;illeurest subordonné «Ilseprésenteraaux représentantsdupeuplequi «setrouverontdansleslieuxdesamission,leuren «exposeral'objet,etsuivraleursinstructions;ilpourra «requériraubesoinl'assistancedesautoritésconsti-«tuéesetl'emploidelaforcepublique;maiscenesera «qu'aprèsyavoirétéformellementautoriséparles «représentantsdupeuple.» Cependant,correctifquiremettoutenquestion «àmoinsd'unecertitudeacquisesurl'arrestation «desconspirateurs,dansleslieuxiln'yauraitpas de
L'ÉliacindelaTerreur
«représentantsdupeupleetdanslescasilserait «urgentd'agirpourlesalutdelaRépublique.» Parcettedernièrephrase,Marc-Antoinesetrouve habilité,danscertainscasnondéfinis,àjugerdela nécessitédeteloutelactejudiciaireoupolitique,même enprésenced'unreprésentantdupeuple,contrairement àcequel'ordredemissionditplushaut.Illuiaccorde, enréalité,unvéritablepouvoirdiscrétionnaire,qui deviendrainévitablementlasourcedeconflitsd'autorité entrel'agentMarc-AntoineetlesConventionnels envoyésenprovince,pouryfaireappliquerlesloisde laRépublique.Cedocumentestdestinéàdonnerune apparencedelégalitéauxfonctionsdeMarc-Antoine, dontRobespierrevientdefairesonagentparticulier, cequiexpliquelarédactionembarrasséedutexte. NonseulementMarc-Antoineenverradesrapportsau ComitédeSalutpublic,maisilrendracompteconfi-dentiellementàRobespierredecequ'ilconstateradans lesrégionsqu'ilvainspecter,ainsiquedesmesuresqu'il auracrubond'yfaireappliquer. Robespierren'apeut-êtrejamaisdonnéàpersonne d'aussigrandesmarquesdeconfiance.Bienquetrès attachéàSaint-Just,ilnepeuts'empêcherdevoirenlui sonégal,unhomme politiquedéjàrenommé,dontles idéesdiffèrentquelquefoisdessiennes,etquipeut, demain,devenirsonrival.Rapportsdemêmenature avecCouthonqui,plusâgé,aeuletempsd'acquérir uneautoritépersonnelleetdesconvictionsqui,sielles rejoignentcellesdeRobespierre,nelesépousentpas toutàfait. Marc-Antoine,quin'aquedix-huitans,quin'est pasunéludupeuple,quin'aencoreaucunpassépoli-tiquenotable,quin'estrien,enunmot,appartient entièrementàRobespierre.Subordinationvolontaire, delapartdenotrejeunehomme.Ilauraitpu,enallé-guantsonâge,soninexpérience,refusercettemission.
LaNouvelleRevueFrançaise AsonarrivéeàParis,ilavait éténomméchefdes bureauxduComitéparBarèreetHéraultdeSéchelles, lesdeuxhommesayantmalinterprétélesouhaitde Robespierre,quandilavaitfaitappelerMarc-Antoineà Paris.L'Incorruptiblearemisaussitôtleschosesau pointetademandéàMarc-Antoinededevenirson agentparticulier.Commentcelui-cin'aurait-ilpasété transporté,ébloui?Commentneserait-ilpas,aujour-d'hui,littéralementamoureuxdeRobespierre? Attachementréciproquesansdoute.Bienqueconnais-santlescapacitésdeMarc-Antoine,ons'étonneque Robespierreluiconfieunemissionessentielle,une missionquiserapportedirectementàlasécuritédela République.Sil'offensivedescoalisés,aunordetnord-est,nousmenaced'unepercéebrutaleetd'uneruée massivedel'ennemiversParis,l'activitédesAnglaiset desémigrés,qu'ilssecondent,nousexposeàdes infil-trationsparlelittoraletàlapertedenosports,appelés àdevenirdèslorsdes têtesdepontpournosadversaires. Toulonaétélivréàl'ennemi;l'îledeNoirmoutiera étépriseparlesroyalistes;Dunkerqueestassiégée; Marseille,entréeenrebellion,vientàpeined'être soumise. EnenvoyantMarc-Antoinedanstous nosports,afin deconstaterl'espritquiyrègne,lasoliditédel'appareil politiqueetmilitaire quiyestenplace,enluideman-dantdeproposer,voiredeprendre,encasd'urgence, touteslesmesuresréclaméesparlasituation,Robes-pierreluidélègueunepartdesonautorité.Retenuà Paris,ilchargecejeunehommedevoiràsaplace,à l'occasiondedéciderensonnom,etceladansdes régionssévitlaguerrecivile,notammentdanscette Bretagnelachouanneriemenacedes'étendreetlaRépubliqueadépêchésesreprésentantsetseschefs militaireslespluséminents. Marc-Antoineespionprivédel'Incorruptible?Pas exactement,carils'avanceàvisagedécouvert,encore
L'ÉliacindelaTerreur
quechacun,toutendevinantl'étenduedesonpouvoir, soitfondéàsedemanderenquoiexactementsesattri-butionsconsistent.Ilestlepremiercommissairepoli-tiquedel'histoire,l'oeiletlebrasdupartijacobinou, plus exactement,del'hommequil'animeetledirige, alorsquelesConventionnelsenmissionetlesgéné-raux,toutMontagnardsqu'ilssont,assurentdesfonc-(le tionsofficiellesetreprésentent«seulementmot s'impose)l'Étatrépublicain. Supplantantl'Assembléenationale,s'isolantdeplus enplus,auseinduComitédeSalutpublic,qu'iltient soussonautorité,Robespierregravitpeuàpeules degrésquifontaccéderàladictature.CommentMarc-Antoine,vraidémocrate(dumoins,ilaprouvéjusqu'ici qu'ill'était),n'enprend-ilpasconscience?Comment accepte-t-ild'adresseràRobespierredeslettresdif-férentesdecellesqu'ilenvoieauComité?Nefaut-il pasquecethommel'aitsubjugué?a
DèssonarrivéeauHavre,dansleclaquementdesdra-peauxtricolores,sivifdanslesoleildeseptembre commeattiséparlabrisemarine,ilétablitsacorrespon-dancesurdeuxregistres,commedisentlesmusiciens. DanssapremièrelettreauComité,ilmontreunzèle presquetremblant«Jen'airiennégligépourprendre lesrenseignementsrelatifsàmamission,jevousle garantis.Jevousgarantisaussilesmesuresquejevous propose.»Asavoir«établirdanstouteslesvilles maritimesdescomitésdesurveillancepourobserver tousleshommessuspectsetmettreenétatd'arrestation lesplusdangereux».«Onpourraitaussi,suggère-t-il, multiplierlessociétéspopulairesquiréchauffentl'esprit public,protégerontlepeupleetsurveillerontceuxqui veulentluinuire.Jevouspriedemetransmettreceque vousaurezarrêtéconclue-t-il,pleindedéférence. Ilestbeaucoupmoinsguindéetsurtoutmoins«petit garçon»,dansseslettresàRobespierre«Toutvabien
LaNouvelleRevueFrançaise
ici,onnesongequ'àformerdesclubsrépublicainsdans lesenvirons,àdéjouerlesennemisdudedansetrepous-serceuxdudehors,àbienrecevoirlesfrèresdesautres sociétés,qu'onappelleàlaréuniongénérale,laquelle doitopposerunemassedepatriotesàl'aristocratie. L'espritpublicestaupointjedésiraislelaisser,etje vaispartirpourCherbourg.Jevousprie,monbon ami,devouloirbienmefairerenouvelermoncertificat dejacobin,etmel'envoyer,carjen'aiqu'unvieux diplôme,etilmeserautilepourobtenir,dans mamis-sion,l'entièreconfiancedespatriotes.» Ensesubstituantaumot«citoyen»,l'expression chaleureuse«monbonami»révèlequeMarc-Antoine, quinepeutl'avoiremployéelepremier,estentrédans l'intimité,aumoinspolitique,deRobespierre.Ilmontre d'ailleurs,danscettelettre,unesûretédesoi,unetran-quillitéd'esprit,qu'onneluiajamaisconnue.Cequi, pournous,jetteuneombresurlestouchantsprogrèsde cetteamitié,c'estévidemmentlanaturedesprincipales préoccupationsquirapprochentlesdeuxhommes. DansleslettresdeMarc-Antoine(surchargédebesogne, Robespierreyrépondassezrarement),ilestsanscesse questiondetâchesdesurveillance, derépression,d'épu-ration.Sansdoutelejeuneagentdel'Incorruptiblese livre-t-ilàunintensetravaildepropagande,créantdes sociétéspopulaires,organisantdesfêtesciviques,plan-tantdesarbresdelaliberté,ildemeureque,àchaque instant,chezluil'inquisiteurjacobinperce.Coïnci-dencesignificativelaloidessuspectsaétévotéeàla ConventionlejourmêmedesonarrivéeauHavre. Ainsi,danscettepartiedelaFrance,ellen'auraàsouf-frird'aucunretarddanssonapplication. LaloidessuspectsreprésentelaréalitédelaTerreur, termeeffrayant,maisvague,relevantduverbalismede l'époque.Elleenconstituelabasejuridique,siceder-niermotpeutêtreemployéici.Onpeut admettre,àla rigueur,quesoient«réputésgenssuspectsceuxqui,
L'ÉliacindelaTerreur
soitparleur conduite,soitparleursrelations,soitpar leursproposouleursécrits,sesontmontréspartisans delatyrannie,dufédéralismeetennemisdelaliberté» (article2,ieralinéa);maiscommentacceptercomme conformeaudroitquesoientégalement«réputésgens suspectslesci-devantnobles,ensemblelesmaris, femmes,pères,filsoufilles,frèresousœursetenfants d'émigrésquin'ontpasconstammentmanifestéleur attachementàlaRévolution(article2,5ealinéa);c'est lesconsidérerd'avancecommecoupablesetexiger qu'ilsfournissentlapreuvedeleurinnocence,cequi vacontre toutesaineconceptiondelajustice. AuHavre,poursesdébuts,Marc-Antoinenedénonce aucunactecontre-révolutionnaireoucontraireàladis-ciplineetneprenddesanctionscontrequiquecesoit. LaTerreur,mise«àl'ordredujour»,selonlestermes mêmesdudécretvotéparlaConvention,nepeutpas entrerimmédiatementdanslesfaits;elledemandeun effortd'adaptationauxautoritésenplace,untravail sursoiàceuxquisontchargésd'appliquerlesméthodes enquoielleconsiste.Marc-Antoinepréfère,pourle moment,s'abandonneràlacordialitédel'accueilqu'il reçoitdanslessociétéspopulaires,àl'enthousiasmequi règnedanslesbanquetsdesans-culottesorganisésen sonhonneur.Iln'estpasmauvais,ausurplus,derassu-rerlapopulationdecesrégionsdeBasse-Normandiebeaucoupdechefsgirondins,quiyavaienttrouvé refugeverslemilieudel'annéeaprèsavoirétédécrétés d'arrestation,sesontemployésàdépeindrelesMonta-gnardssouslestraitslespluseffrayants.Pétionétait parmicesfugitifs,aujourd'huicontumaces.Ilestpassé enBretagne,avecquelques-unsdesesamis,etya prislamerpourgagnerlarégionbordelaiseoù, portéparlafatalitédujusticier,aussiinexorableque celleàlaquelleobéitsavictime,Marc-Antoine,sansle vouloir,valerejoindre. LejeuneagentdeRobespierrenecommenceàmon-
LaNouvelleRevueFrançaise tionsavecM"~Philippe;maisvoiciquej'aienfreint cetterecommandationenécrivantàCérillyunelettre beaucoupmoinsdiplomatiquequecelledeGide.Je répondscommeilconvientàl'accusationd'avoirtrop insistésurlapauvretédePhilippe;cependantj'ajoute quejesuisbiensûrquesiPhilippeajamaismanqué dequelquechose,c'estlorsqu'ilétaitloindeCérilly, etqu'ilnevoulaitpasfairedepeineàuneaussibonne mèreenluidisanttoutsondénuement.Etjepoursuis enluidisantquesabonnefoiaététrompéepar MmeMacKenty,etqueriennepourraitindignerdavan-tagesonfils,quedesavoirqu'elleestenrelationsavec cetteaventurière.Touslesmeilleursamisdesonfils etjevouscitedanslenombresaventqu'iln'avait pourcettefemmeaucuneaffectionréelle,niaucune estime;etiln'enestpasunparminousquidevantelle voudraittirersonchapeau. J'attendsmaintenantlespoursuitesjudiciairesdu Lampadaire,àquiM"Tournayre1aurasansdoute communiquémalettre.Vous verrezquenousfinirons parpourrirsurlapaillehumidedescachots,tandisque l'Écossaise,pressantsursoncœursarosetted'officierde l'instructionpublique,fouleraauxpiedsnoseffigies danslalueurdesfeuxdeBengale. Maisvousvoyezcombienj'avaisraisonderegretterla distributiondecadeauxetdesouvenirsquiaeulieu aprèslamortdePhilippe,ainsiquelarestitutiondes livresettableauxàleursauteurs.Jeconnaislarapacité denospaysansdel'Allier,etjecrainspournous(car vousêtescommemoisurlalistedesadministrateurs responsablesdel'héritagedePhilippe)lesconseilsque pourrarecevoirM"~Philippe.Orilestessentielque nousconservionslesmss.,etceseraitlafindetout, s'ilstombaiententrelesmainsduLampadaire.Je regrettepresque,maintenant,den'avoirpasadouciles termesdemalettre;maiscommentparlerdeMmeMc Kentyavecunesouriantemodération,aprèsleslettres odieusesqu'elleaécritessurMarguerite?
i.C'estl'orthographeexactedunomdelasoeurdePhilippe.