La Nouvelle Revue Française N° 323

De
Henri Michaux, Plaques
Jacques Réda, Quatre lettres de Coleman Hawkins
Pierre Bourgeade, La Reddition de Breda
Peter Handke, Journal
Francis Ponge, Souvenirs interrompus (Fin)
Chroniques :
Gérard Macé, Mallarmé, mort en miroir (Fin)
Philippe Beaussant, Versailles, opéra
Henri Thomas, Reportage
Chroniques : le théâtre :
Florence Delay, Amour du père, amour de la mère
Notes :
Roger Grenier, Pour saluer Pascal Pia
Notes : la littérature :
Daniel Leuwers, Jouve, Breton et la psychanalyse
Jeanyves Guérin, Des rhinocéros et des hommes
Notes : le roman :
Gilles Quinsat, L'archéologue, par Philippe Beaussant (Gallimard)
Laurand Kovacs, Marinus et Marina, par Claude Louis-Combet (Flammarion)
Michelle Gourmelon-Berman, À l'autre bout de moi, par Marie-Thérèse Humbert (Stock)
Notes : les essais :
Francine de Martinoir, Quelque part dans l'inachevé, par Vladimir Jankélévitch et Béatrice Berlowitz (Gallimard)
Jean Duvignaud, La Révolution cachée, par Raymond Ledrut (Casterman)
Notes : lettres étrangères :
Paul Giniewski, La corne du bélier, par Isaac Bashevis Singer (Stock)
Philippe Dulac, Tentative d'approche, par Hans Joachim Schädlich (Gallimard)
Hervé Cronel, Le langage de la faux, par Gavino Ledda (Gallimard)
Mémento :
Jacques Réda, Dem folgt deutscher Gesang : tombeau de Hölderlin, par Marc Cholodenko (Hachette)
Pierre-Louis Rey, Le cercle amoureux d'Henry Legrand (Gallimard) - Études proustiennes, III (Gallimard)
Laurand Kovacs, Le rétablissement de l'ordre, par Milan Simecka (Maspéro)
Notes : le cinéma :
Jérôme Prieur, Une histoire immortelle, d'Orson Welles
Notes : la musique :
Pierre-Jean Remy, Don Giovanni, de Joseph Losey
Notes : les arts :
Mathilde Bouriez, Hubert Robert au Louvre
L'air du mois :
Gilbert Lascault, Les actes des peintres
Jean Lebrau, Du village et d'ailleurs
Textes :
Madame de Charrière [Belle de Zuylen] - Constant d' Hermenches, Lettres
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072382413
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
Plaques
Unhommelit,voulants'instruire,maissurlelivre s'endort.Sonniveaud'ignorance,auquelilesthabitué, silencieusements'estopposéàundéplacementdefron-tières.
«#
Quelqu'unaprèsplusdesoixante-dixansdevien'est pasencoreassezintimeaveclui-mêmepourpouvoir avecnaturelparlerensonnom.Leslettresreçuesrestent sansréponseenpilesurlatable.Quiladonnerait? Lequeldeses«moi»chargerdelarédaction?
«
Communiquer?Toiaussituvoudraiscommuniquer? Communiquerquoi?tesremblais?lamêmeerreur toujours.Vosremblaislesunslesautres? Tun'espasencoreassezintimeavectoi,malheureux, pouravoiràcommuniquer.
LaNouvelleRevueFrançaise
>: #
Nouvelles(déjàanciennes)delaplanètedes agités. Avecunfilàlapatte,ilsfilentverslalune,avecmille fils,plutôtetdéjàsongeantàplusloin, plusloin,à desmilliersdesmilliersdefoisplusloin,attirésparle désirnouveauquin'auraplus defin,dansuncielde plusen plusélargi.Cependantsanss'arrêter,des masses immensesdanscesespacestournentàtoutevitesse, s'écartent,sefuient,s'attirent,s'équilibrent,orbitent, muent,géantsdematièreauparoxysme,jusqu'àexplo-sion,jusqu'àimplosion,luttant,enragésd'existence, l'existencepourl'existence,pourpendantdesmilliards d'annéescontinueràexister,ellesaussientraînéesà exister.
# >:
Suicideensatellite. Celuiquirepasserasurcetteorbiteentendrad'étranges sonssurdesmillionsdekilomètresd'espacesansper-sonne,uncosmonautefantôme,sapréoccupationina-paisée,frappeperpétuellement underniermessage qu'onnes'expliquepas.
«
Tuesarrivésurleterraindelatribucequ'on mange,cequ'onoffre,cequ'onvat'offrir,cesontdes mouchesnoyées.Arriveras-tuàlesavaler,grosses, gluantes,bleues,piteuses,poilues,dégoûtantes?Plat offert,sansparler.Cérémonieuse,latribu.Civilisation detaciturnes.Quelquesusagesinconnus(uneaubaine! Unedesdernières).Cen'estpastonpremiertravail d'investigation.Maisvas-tupouvoirdignementmanger lesmouches?
Plaques Cesontdetrèsgrossesmouches.Lesavoirestàce prix.Tudescendslefleuve,préoccupé.Tuesarrivé. Ilsteregardent,t'accueillent,leplatdemouchesàla main.
# #
Dansunevitrinedemusée,ungrandchiensurses quatrepattescampé,biendroit.Labêteestcalme, l'oeilinsolent,extraordinairementinsolent,êtreàqui l'hommen'enimposepas. Deschienspareils,sil'onenrencontraitdanslarue, beaucoups'arrangeraientpourn'avoirplusàycir-culer. Dansuncoin,colléàlavitre,unebrèvenoteapprend qu'onestenAfriqueÉquatoriale,quelechienestun lionetlelionunRoi. Lepeintre,sujetduchefredouté,n'apasexpriméun dynamismesupérieur,nel'apascherché,n'apasle trouvernécessaire.Lesignesuffisait.Leroiétantcelui quifaitbaisserlesyeux.Royautédroitàl'insolence. Cegenrederegardnesefaitplus,particularitéqui permetladatation.
Dansunpréexigupaissentunevacheetuncheval.La nourritureestlamême,lelieuestlemême,lemaître dontilsdépendentestlemêmeetlegaminquilesfera rentrerestlemême.Néanmoinslavacheetlechevalne sontpas«ensemble». L'untirel'herbedesoncôté,l'autredel'autresansse regarder,sedéplaçantlentement,jamaistrèsprocheset sicelaarrive,ilsparaissentne passeremarquer. Aucuncommerce,ilsnes'intéressentpasl'unà l'autre,maisnonplusaucuneagression,niquerelle, nihumeur.
LaNouvelleRevueFrançaise
#
Duhautducielunhommetombe.Lavitessevaaug-mentant,vitessepourlaquelleiln'aaucunfrein,d'au-cunesorte. Letempsquiluiresteestgrignotéensilence. Chutemaintenant,seulementchute. Lesolenbascommenceàperdredesonlointain, montrantparendroitsdesinégalités,desombres,cequi àcoupsûrsignifierapprochement,unredoutablerap-prochement. Lemincecapitaldesecondesdontildisposeencore, seréduitavecconstance.Letotalpourraits'évaluerà quatre-vingtsoudavantage,etserait-ildecentcinquante, c'estbiencourt,uneviedecentcinquantesecondes, mêmemonotones. Lasortederelatifconfortdeshautesaltitudesadis-paru.Lesévénementsàvenircommencentàentrerdans l'aireduprésent.Lesdétails enbasapparaissentenplus grandnombre,serréslesunscontrelesautres.bientôt contrelui. Iln'estplusloinmaintenant,peut-êtreàonze secondes,peut-êtreàneufouseulementàhuit. Lesol,ohcommeilestpressé,lesol,toutàcoup. pourrencontrerun homme,unseul,cariln'yena aucunautreenl'airencemoment,dumoinsvisible.On neluitireraplusdessus.Plusnécessaire,plusdutout. SoldatS.fermelesyeux,ilenaassezvuàprésent. D'unecertainefaçon,ilyadesannéesqu'iltombait, soldatS.
« #
Inouïesdanslerègneanimal,lesmains,cesinstru-mentsd'affectionetdedouceur,quimieuxquen'im-portequoidonnentdescaresses.
Plaques Aussilesanimauxquiacceptentdelalaisserfaire(la main),neredeviennentpluseux-mêmes,sauftoutefois lesfélinsquientempsvoulusaventreprendrelavie aventurière. D'autresanimauxenpourrissentmême,decetteaffec-tion.Habitués,ilsnepeuventpluss'enpasser.Vivre sanscaressesleurestdevenuintolérable.Irremplaçable main. Parlà,parcettepossibilitéparticulièredecaresse (tandisquelamaindusinge,ducastoretd'autrespetits rongeursrestedure,calleuse,désagréableouindiffé-rente),cetêtreagressif,impatientetcalculateurqu'est l'hommeaunesortedeprédestinationàladouceuret àl'affection.(Lesenfantssionleslaissaitfairecaresse-raientdesloups,despanthères.)Cettesingularité,mal mêléeàsesautresinclinations,indiqueraitpourquoi, malgrédebonnesetparfoistrèsbonnesintentions,les hommesdansl'ensemblesontbrouillonsetpeuples aussibienqu'individusrestentdesêtresàquionne peutlongtempssefier. Danslamain,plusdetendressequedanslecoeuret danslecœurplusquedanslaconduite. Ceserait avanttoutlamainqui,l'ayantfaitégalement manipulateur,fouilleur,chercheur,artisan,ouvrier, étrangleur.etjoueur,aurait rendul'hommesiparti-culièrementinconséquent.
« #
Sil'hésitation,l'embarras,c'estêtreenproieàdeux têtes,c'estsoncas,àD.,ilenadeux,ilenatrois.Non, ilenasept,huit,ilenaplus,ilenaautantquedans l'Indeenontdémonsetdieux,lorsqu'enpeintureouen bas-relief,ellessontmontréessurundoublerang,palis-sadeinenfonçabledesolidestêtesétrangères,àgauche etàdroitedelaprincipalequin'enestaucunement gênéeetmêmes'orneostensiblementdecesvolants
LaNouvelleRevueFrançaise
céphaliquesquiexprimentavecdécisionetavecl'habi-tuelleassurancespécialeauxpeuplesde cettecivilisation, cequipourtantn'estjamaisautrechosequedesattri-buts. Destêtes,lui,D.enadoncaussi,maispascomme signesdeforce,aucontraire,commeantagonismes embarrassants,commedéfoncementsdelatêteprin-cipale,quipartàladérive,défaite,minableetquise délites'iln'yprendgardeluttantpourne pascéder tropviteàcesbourgeonsourejetonsouantitêtesou débrisdetêtes(inachevéesbiensûretconstammentà revoir)signesàn'enpasdouterd'unmal-êtrepersis-tantoudevainestentationsd'undevenirsupérieur manqué,irréalisable,unmodèle peut-être,unmodèle
#
«Lessommationssont-ellesrares,ici?»telestle salutdesOssioniannoubés,quandilsfontuneren-contre. «Bonjour»d'hommesd'unevieillecivilisation,ils saventcequ'ilencoûted'habiterdansdesensembles tropsoigneusementdirigés.
Unpetitd'homme,unbébé,àsapénible,écœurante arrivéesurcetteterre,danslasaletédesespremières réalisationsetexcrétionscorporellesnegagneraitrienà montrerdelafierté. Quedemois,qued'annéespourfaireques'estompe lesouvenirdupassageignominieux,aggravéparlapeti-tesse,lamaladresse,laquasitotaledépendance,enpré-senced'adultesgrands,géants,maîtresetincompréhen-sifs. Aobserverdansnombredecommunautés,cultureset civilisationscertainescérémonies,pastoutesreligieuses,
Plaques ilsemblequ'ellespourraientbien,avecd'autrespra-tiquessurprenantes,êtrevouéespremièrementàce nécessairerattrapage,afin, defaçonsingulièreetfrap-pante,des'opposerfortement,quoiquebientardive-ment,àl'orduredespremierstempsdelavie,jamais définitivementoccultée. Unepuretérituelleauxrèglesconfondantes, unefolle recherchedel'irréprochableetdel'impeccable,une propretémaniaquemaljustifiéepard'illusoiresfautes, témoigned'unepréoccupationdémesurée,comme quandonluttecontreunécœurementancienquin'a pasdebornes,nimêmed'objetréeldanslaterreurd'un nauséeux.quinedoitplusrevenir. Unesérie defaitsetd'impressionsintolérables,ilfaut qu'ils restentétouffésetquejamaisilsnereviennent. Incantations,jeûnes,baptêmes,litanies,ascèsesluttent, vaillammentetquasidésespérément,pourl'impossible effacementd'uneimaginairetachequ'ilfaudraiteffa-cer.L'insenséepurificationmenéesurdefaussespistes, abandonnéeparlaplupart,sepoursuitseulementchez lespluscourageux,amantsdel'impossible,quine viventquepourlarencontreavecl'extraordinaire, auquelaumoinsd'unefaçonilsaboutissent,décharnés etlumineux,enhéros,parlechemind'uneerreurayant trouvéunniveausupérieurdevérité.
Alaboucledufleuve,tapiroguearrêtée,ontepro-posedesmorceauxdeboeuf,uncuisseaudechèvre,de laviandedechienetunenfantsalé. Quefais-tudanscecas? Quefais-tu?tueslepremierarrivé,celuiàquion offrelemeilleur. Quefais-tu,s'ils'agitdesbrasd'unefemme,d'une jeunefemme? Quefais-tusicesmorceauxdechoixcérémonieuse-
LaNouvelleRevueFrançaise GILLESQUINSAT Z~Z.M~M~d'H.SCaIetachs. Autrepart,ej.Roudaut d LeSabbat,deM. LaPenséeet lapierre L'Archéologue,dePh.Beaussant PIOTRRAWICZ FestivaldeSpittal JACQUESRÉDA TheloniousSphereMonk(fin) Devant!es<fCA:MMtr~ .t. LeDoubleÉcartd'ErrollGarner L'Heure,deB.-yaGcassuL Perdre,deCI.Mouchard L'Ombre,deR.Munier LeTrain«àTrèsGrandeVitesseParis-Lyon M BudFreeman QuatrelettresdeColemanHawkins DemfolgtdeutscherGesang,Tombeaude~ô/~r/m,de M.Cholodenko
PIERRE-JEANREMY Livressurl'opéra LesNocesdeFigaro,deMozart LefDonGiovannij'deMozart,deJ.Losey
PIERRE-LOUISREY
LaSecondeMain,d'A.Compagnon Z-a~H~~MOH~/M~MM~deC.-F.Ramuz Espacessociaux,espacesmusicaux,deF.Escal Z~ŒMvrMcom~<a/~Afara,deR.Queneau. LeCercleamoureuxs~KryLegrand CahiersMarcelProust9 K*'
103 113g 47 169 111i
133
160 161i 175 131i 131i 130 131 145 15
130
149 142 137
116 106 58 112 130 131i
318 319g 320 320 323
322
318 319g 321i 322 322 322 322 322 323
323
31g9 322 323
318 31g9 320 322 323 323
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 551

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 399

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant