Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 315

de editions-gallimard-revues-nrf

Le Fantôme du capitaine

de robert-laffont

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFrançaise
La
Véritésurlesmonstres
Lettreàungraveurvisionnaire
Heureuxlevisionnairedontlaseulearmeestlestylet dugraveuretquipartseulàlachassedesescauchemars pourpouvoirvivreensuitedélivré,sanssuccomberàla faiblessedemaudirelaCréation. Ilestpareilàl'anachorètedelalégendesacrée,à saintAntoinequi,luiaussi,danssondéserthantéd'ap-paritions,avaitpeut-êtrebesoindecombattreles monstresnésdelatentationdudésespoiretdesmirages dudésir,pourpouvoirrejoindre,aprèsl'oragedesfan-tasmes,unesolitudepréservée. Moiquerienneprotègecontremesmonstressecrets, quimedonneralecouragedelessortiraugrandjour,de désignercequejecrains etquidéjàm'habitecomme unepromessequiserait,enmêmetemps,unemenace?a Pour meneràbiencettetâcheredoutable,ilmefau-draituserd'unoutilplusacéréetplussouplequele communlangage.Sijemecontente d'assembler,dans unordreimprévu,lestermesdetouslesjours,arri-verai-jeàenfairedeshybridescomparables,pourleur bizarreetfascinantebeauté,auxfantastiquesdécou-vertesquenousontléguéscespionniersdel'inconnu,ces navigateursdel'invisible,lesJérômeBosch,lesOdilon Redon,lesMaxErnst,etMéryonparsemantleciel,
LaNouvelleRevueFrançaise
PlacedelaConcorde,dechevauxailés,depoissons volants,etvousquejeneconnaispas, maisdontj'ad-mirelesimagessurprenantes,fixéesparunburincruel etprécis. J'enviel'inventeurdeformesquipeut,commevous lefaites,imaginer,parexemple,unsigneexpressifqui n'existedansaucunalphabet,uncaractèredontvousseul possédezlesensetlaclé,quicommenceparunprofil d'oiseauetfinitparlalettreSoulechiffre8! Moi,sijedisvagin-bec,ceil-de-queue,pied-couille, torse-tête,anus-oreille,serpentestin,ventre-pied,ver-rez-vousautrechosequel'aspectcomiquedecesrap-prochementsverbaux?Non,vousn'yverrezpasce refletinquiétant,àlafoisfunèbreetrêveur,qui change latonalitédu discourscommel'ombred'unnuagede tempêteetquivientpeut-êtredel'enfer. C'estqu'ilnes'agitpasseulementd'unjeugratuit. Enmettantboutàboutl'origineetlafin,enbousculant l'ordreapparent,uncommandementmystérieuxnous inviteàsaisirunevéritécachée,unevéritéquipour-raitêtreunesuprisedéplaisante,etmêmeabominable. Lasurprise,pourl'instant,c'estl'identitédupossible etdel'impossible,carlerêveurinspiré,plongeantsous l'humusdesessonges,enretiredesmonstres,d'une autresortepeut-être,maiségauxenbeautéetenimprévu àceuxquelavieinventesousnosyeux. Lesfondsdel'océan,habitésdenaufrages,levégé-taletl'animal,empruntantmêmelesecoursdurègne minéral,échangentleursformeseffarantes,lepullulant empiredesinsectesrégiparlesrusesimpitoyablesde l'espèce,acharnéeàdétruirepoursurvivre,cesontles cauchemarsduvrai,lesrêvesfrénétiquesduréel. DanslegrandthéâtreduPire,nossongessontles mêmes,leursmotifssontlesmêmesledésiretlamort. Lorsqu'unartisteimaginelesgrimacesduDémonassié-geantl'antreobscurdel'ermiteentredeux prières épouvantées,ilnefaitqu'obéiraux«tentations»dela
LaVéritésurlesmonstres
Nature,quisefraientunpassagedansnotreesprit autantquesurlaterre,danslesairsetdansles eaux. Quiditmieux?Lavéritédeschosesoulavéritéde l'art?Departetd'autrelasurenchèreestderègle.Il n'estpasicidetrompequinedégageunnauséeuxpro-duit,gluantetsuantlevenin.Iln'estpasdefemellequi nedévoresonmâleaprèsl'acteprocréateur,pasdetête quinesetermineenfouet,encornesouenpinces,pas unepattequinetrempedansuneglufécondante.Les ailesmouchetéesd'orsontdespiègescommeladanse duvoiledesmédusesetquiconqueestséduitestaussitôt croqué. Haletantetémerveillé,j'éprouveunplaisirpernicieux àsuivrevotrevisioninimitablel'exactitudesouligne etfortifielesortilège,lagrâcecouronnel'innom-mable.Maiscen'estpastoutlesêtresquevousengen-drezontcetavantageterrifiantderesterdevantnous absolumentmuets,des'imposersansuncri,sansunmot. Lemondeenchantédevoshantisesestcomparableau soldesmers,agitédesecoussesincessantes,évo-luent,dansunsilenceetunelumièredesépulcre,les dévorateurs-dévorés,lesgrondantsetlestremblants,les prédateursetlesvictimespourchassées,lespoissons-fantômesetlesarbresfaussementendormisdontles rameauxflexiblesnesaventpasfaireautrechosequede manger,lentementinexorablesettoujoursaffamés. Gareàquisefieàcecalmeapparent!C'estunmonde frappédestupeur,quisembleattendreonnesaitquoi, lecataclysmeouladélivrance. Survospasselèventenfouledespersonnagesqui pourraientexister,quiexistentsûrementetquepeut-être mêmenousrencontronsensecretlorsquenoussomno-lonsautourd'unetassedethédansunbanalsalonbour-geoiscouvertdepelucherougeetor,semblableaux bas-fondsmarins.
LaNouvelleRevueFrançaise
Voicil'undecesenfantsdevossonges,quis'avance versmoienouvrantdeuxcuissescourtesetadipeuses apparaîtunsexefémininpourvu,choserare,d'un longnezentreseslèvresfines,au-dessusd'unmenton elliptique,ilfumeunepetitepipe.Au-dessusdecenez, unanneaudecheveuxplatslaisseapercevoirdeuxyeux allongés,langoureux,souriants(maiscesourirefait frissonner),puisdeuxoreillestrèsdétachées.Enfincet anneaudeSaturneenfourruresetrouvelui-mêmesur-montéparlacalotted'unepairedefessesmeurtries. Ainsitoutseraitrassemblédespartieslesplusdélec-tablesdelafemmelaboucheetlesexe àcôtéduder-rière,ainsiquelesorganesdelavue,del'ouïeetdel'odo-ratettoutseraitpourlemieuxdanscetobjetdéfendu sileraccourciinhabitueldesesformes,lacellulitepar-toutprésentesouslapeaugrasseettendue,sitoutce débordementdegoinfrerieetdeluxuren'évoquaitpas lesrondeursd'ungoretplutôtquecellesdeVénusetsi (détaildéconcertant)lesgenouxde cettedame goulue n'étaientprolongéspardeuxpetitsdoigtsplissés,rabou-griscommedeuxpénisatrophiésmaisérigésquand même,introduisantaucœurdelacantilèneféminine jenesaisquelledérisiondumotifmasculin. Apeineai-jereculédevantcetteMélusine,devantce CharybdemenaçantquejetombedansleScyllad'une femme-serpentdontilnereste,iciencore,maiscette fois,deprofilqu'ungrandnezcolléàungrandœil sansfrontetlescircuitsdesoncorpsdecouleuvre,tan-disquesurson dosarrondietluisant,troismainsenfan-tinestracentdescroixmaisattention!Cesontdes mainsvolantesquiviennentdedescendreducielen piquéetdontl'avant-brasfigureunbecd'oiseauà languedevipère.
LaVéritésurlesmonstres
Nepartezpas,degrâceJevaistoutvousdire,tout vousmontrerdecetteménagerieensorcelée. Quicourt,là-bas,suruneplancheàroulettesmolles, conduiteparunhippocampe? C'estl'Oiseau-Z,uncoupoiluquiseterminepardeux fessesdontlesreplisabritentdesyeuxassassinsd'An-dalouse. Quis'accroupitpourpondre?C'estlachèvremorte auxailesdefeuillesetsonmari,sanglier-éléphantdont l'entre-jambeslaissesedérouleruncobraissud'une coquilled'escargotetdontlesdoigtssontdeschampi-gnonsquisevengentdeleurfragilitéparleurtalent d'empoisonneurs. Quelestcerêveurtristequienfoncequatredoigts, l'undanssapropreoreille,leseconddanssanarine unique,lesdeuxautressoussespaupières? i~ C'estlepersonnageleplusrésuméquejeconnaisse finitlepiedcommenceaussitôtlamain.Cettemain fouillelatête. Quelleestcettedanseuseauxjupesrelevéesquise termineenhautparunetêtedecigogne,enbaspardes jambesboudinéesenserrantunsexedepetitefille? C'estsansdoutelasœurdecetteautrepairedecuisses quilaisseunnœuddeserpents,chacund'euxterminé parunœil,envahirsesentraillescommeunbouquetde verssurunecharogne. Autrepart,unpenseuraugrandœilbeaucouptrop intelligent,auxbrasénormesetpileux,tientdanssa maingauchelamoitiédesatêteetdansl'autretrois petitscorpsdefemmes,bienfaitesquoiquenaines,qui viennentjuste,ondirait,denaîtredanssoncerveauet quisetrouventl'uneàcôté del'autreserréescommesar-dinesenboîte.Lepenseurest,dureste,sicourtsurpattes quesonpéplumantiqueauxplisdroitsn'estpasplus hautquesesépaulesleboutdesespiedsquidépasse touchepresqueàsescoudes. Nonloind'ici,unautremonstreauventreénorme,
LaNouvelleRevueFrançaise settrèscourtesjoueduviolonsur auxjambesépaisse sapropretêtepenchée. Quedepetitspoissonsbossuspourfaireuntorse féminin!Quedeboursoufluresdechairpourbâtirun centaureauxbottesincorporées,àlachemisedepeau retroussée surunventrebedonnantflanquéd'under-rièrelatéralcommed'uneénormetumeuretcroisant sesbrasd'hommesuruntorsedepoulet! Entendezlesborborygmesde cettefigureàpattes, dégorgeant,par unimmensenaseauouvertetensan-glanté,uneautrefigurehébétéequilaregarde! Enfinl'amoursecouronnelui-mêmeets'apprête àcélébrersespropresfunérailles,ôglandàtêtede mortgreffé,par ungiletdeprépuceàboutons,surune pairedecouillesgéantes,auxgodillotsdesoldat;àses côtésungracieuxvagindedemoiselle,déboutonnésur deuxgrandsyeuxverticauxetterminéparunbecde canard,danseavecsesjambesélancéesdontlespieds sontaussidesbecsetdesyeux.
ESSAIDERÉDUCTIONPROGRESSIVE APARTIRDUPRÉCÉDENTPARAGRAPHE
Réductioni
Imaginezungrosgrasgland,benêtaucolétranglé parunprépuceépais,plisséetboutonnésurledevant, faisantofficedegilet.Branchésurcettetêteobtuse(deux petitstrouspourlesyeux),lecorpsesttoutentierformé pardeuxénormescouillesvelues,supportéesparde trèscourtesjambesauxsoulierscloutésdefantassin. Auprèsdeluisonépouse,unesortedecane,danseune danseélégiaque,inquiétante.Mincetoutdulong,son corpsestdécousudelonguesouverturesverticales,qui
LaVéritésurlesmonstres
sontdesvulvesenchapelet,cependantquesesjambes finesseterminentparunœilenbecdecanard.
Réduction2
Vaginezungrosgrasgland benêt,colstrangulé parungibusprépais,plissoutonnédevant.Branchésur cetobtus(percédedeuxpitrous),celasemeutsurde courtesjambulesauxgroussiersdeflantassin.Auprès deluisapouse,canegalante,dansesursesdeuxjam-blisses.Toutlelongdececoudecorpss'ouvrentdes valvulesquisontdesvaginulesverticalesetsesjambines setermoussentenbecsd'ocules.
Réduction3 Vaginosglambenêtfrigilusplissou.Boptupitroujam-beglousseflanssin.Pousalancejamblance.Couvules vaginiculesjambules.
Réduction4 Vagibênpressou cougingambules.
Réduction5 VAFREPTUSSOU
ptutrou
jamboussin.
POUSAGIMBULES.
<!
Pousalance
Demêmequelecauchemardesartistes,lesmonstres denotrevie,horsdenousetennous-mêmes,tiennent undoublelangageceluiquiplaîtetquiséduit,celui quigrimaceetfaitpeur. Maiscommelaréalitéestuneetindivisibleet comporteautantdesongesquedechoses,celarevientà direquenotreintelligence,lorsqu'elleconsidèreun
LaNouvelleRevueFrançaise Grasset,ayantlumonmanuscrit,l'adéclarémauvais, etm'aécritqu'ilétaitprêtàmel'éditeràl'œil,selon nosconventions,etàmelivrer0,50c.parvolume,mais qu'ilmeconseillait,enami,derenonceràunepareille publication. Ennuyédelamauvaisegrâceaveclaquelleilm'aurait édité,sij'avaispersévéré,j'aienvoyémonoursàGalli-mard,quil'afaitlireàSchlumberger,quil'afait lireà Gide.Letoutenneufjours!(Jenesaispascomment ilsontfait.)Maiscequiestcertainc'estquej'aireçu déjàdeSchlumbergertroislettresextrêmementélo-gieuses,etqu'ilm'acommuniquéhierunelettrede GideSchlumberger)d'oùj'extraispourtoiceslignes «MaisquiestceMartinduGarddontjamaisvousne m'aviezparlé?Sepeut-ilque,dupremiercoup,on donneuneœuvreaussisage,aussimûre,aussiintelli-gemmentéclairée?.Jerestelà-devantsanscritique. N'hésitonspasàpubliercelivrepuisquenousavons cettechancequ'onnousl'offre.C'estundesplusremar-quablesdecesdernierstemps.Jel'ailuentroisjours sansensauteruneligne,etvoussavezilfautqu'ilsoit rudementintéressantpours'êtrelaissélireparmoi siviteetsibien» Jecroisrêver,cherami,entranscrivantcejugement deGide!Jenepeuxpascroirequ'ils'agissedemon ours!C'estencoresirécentquej'ensuisencoreaba-sourdi. Bref,c'estchosefaite.Ils'agitmaintenantdeme dégagerproprementdeGrasset,cequiserafaciletant qu'ilignoreramonententeaveclaN.R.F.C'estpour-quoijetedemande,jusqu'ànouvelordre,lesilence absolu.Grassetesttrèscapable,aprèsleslettresdésa-gréablesquejeluiaiécrites,devouloirm'embêters'il saitquejesuisaccueilliailleurs.Etrienneserépand plusvitequecespotins-là.Donc,motus.Maisjen'ai pasvouluattendrepourtecommuniquercesbonnes nouvelles;réjouis-toiavecmoi,vieuxfrèred'armes;