La Nouvelle Revue Française N° 329

De
Odysseus Elytis, Axion Esti : La Genèse
Érik Orsenna, Hobbies
Eugène Guillevic, La Vacance
Gilles Ortlieb, Un Noël à Coblence
Jérôme Prieur, Mystères et monstresses
Bernard Privat, Agnès
Chroniques :
J. M. G. Le Clézio, Le rêve de Maldoror
Pierre-Louis Rey, Hoffmann est-il un chat?
Jude Stéfan, Hardy et la nouvelle
Clément Rosset, L'écriture épistolaire
Henri Thomas, Reportage
Jean Roudaut, Roland Barthes
Notes : la littérature :
Philippe Dulac, Gustav Mahler, par Henry-Louis de La Grange (Fayard) - Chateaubriand, par George D. Painter (Gallimard)
Daniel Leuwers, Cahiers Saint-John Perse (Gallimard)
Alain Clerval, Mémoires de Madame la comtesse de... (Le Signe)
Jean Grosjean, Vie des saints du Jura, par Pierre-Olivier Walzer (Réclère)
Notes : le roman :
Gilles Quinsat, L'usage de la parole, par Nathalie Sarraute (Gallimard)
Marianne Alphant, L'insuccès de la fête, par Florence Delay (Gallimard)
Francine de Martinoir, Comptine des Height, par Jean Lahougue (Gallimard)
Pierre Bayard, Le chemin de Sion, par Louis Calaferte (Denoël)
Notes : les essais :
Daniel Leuwers, La poésie éclatée, par Georges Poulet (PUF)
Francine de Martinoir, L'Ineffaçable L'Inaperçu, par Edmond Jabès (Gallimard)
Pierre-Louis Rey, Symptôme de Stendhal, par Pierre Bayard (Minard)
Jean Duvignaud, La distinction, par Pierre Bourdieu (Éditions de Minuit)
Notes : lettres étrangères :
Christine Jordis, La nouvelle poésie anglaise - Le Corbeau, par Ted Hughes (La Différence)
François Boddaert, L'énorme chambrée, par E. E. Cummings (Christian Bourgois)
Jean Luc Gautier, Du côté des Infidèles, par Leonardo Sciascia (Grasset)
Laurand Kovacs, Un cheval qui fuit, par Martin Walser (Gallimard)
Hervé Cronel, La brousse ardente, par Ekwansi (Présence Africaine)
Notes : le théâtre :
Jeanyves Guérin, Sir le texte
Notes : l'opéra :
Pierre-Jean Remy, Le porteur d'eau, de L. Cherubini - Pelléas et Mélisande, de Claude Debussy
Notes : les arts :
Jean Revol, Carl Fredrik Hill (Centre culturel suédois)
L'air du mois :
Jacques Réda, Adieu à Bercy
Claude Schmitt, L'empreinte
Bertrand Visage, Les jeunes gens affamés
Textes :
François Daumas, Les derniers vers de Jean de La Fontaine
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072380259
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFrançaise
AxionEsti
LAGENÈSE
LalumièreaucommencementEtl'heurepremière quandleslèvresencoredansl'argile s'essayentauxchosesdumonde Danslaterredusangvertetdesbulbesdorés Superbedanssonsommeillamers'estdéployée engazesécruesd'éther sousleshautspalmiersetlescaroubiers seulj'aiaffronté lemonde inondédepleurs Monâmeavaitbesoindeguideetdehéraut Alorsj'aivu jemesouviens lestroisfemmesnoires leverlesbrasversl'Est Del'orrépandusurleurdosetlenuagequ'elleslaissaient ' peuàpeusestompant àdroiteEtdesplantesd'autresformes C'étaitlesoleilenmoiavecsonaxe sesrayonsinnombrablestoutentierquim'appelaitEt
celuiquej'étaisvraimentDessièclesauparavant VertencoredanslefeuEncorenourrideciel Jel'aisentiveniretsepencher surmonberceau commelamémoiredevenueprésent ilaprislavoixdesarbres,desvagues Iladit«Cemondet'estassigné ilestécritdanstesentrailles Déchiffreetpeine etlutte» Iladit«Achacunsesarmes» Etilatendulesmainscommeunjeunedieunovice pourpétrirensembleafflictionetjoie D'abordlesSeptHaches traînéesavecforceettombantduhautdesremparts sesontdisloquées àlafaçondel'orage aupointzérodenouveaus'exhale leparfumd'unoiseau lesang revenaitpur etlesmonstresprenaientdesformesd'hommes Siévidentl'inexplicable
Plustardlesventsdemafamillesont tousvenus lesgarçonsjoufflus auxlargesqueuesvertespareils àdessirènes etd'autresvieillardsconnaissancesanciennes àlapeauécaillée,barbus Ilsontséparélenuageendeuxetpuisenquatre etsurlepeuquirestaitilsontsoufflé etl'ontchasséaunord Hautaineetd'unepuissantefoulée laforteresseestentréedansleseaux Lalignedel'horizonabrillé visibleetdense,impénétrable
C'étaitlechantpremier
Etceluiquej'étaisvraimentDessièclesauparavant VertencoredanslefeuNonpétridemaind'homme avecledoigtilatracéleslignes lointaines s'élançantparfoistrèshautaiguisées d'autrescourantplusbas,lescourbesdélicates reposantl'unedansl'autre devastescontinentsdontj'aisenti commecellemêmedelapenséel'odeurdeterre Tantilestvrai quelaterrem'afidèlementsuivi plusrougedanssesrecoinssecrets couverteailleursd'aiguillesdepinstrèsfines Puisavecnonchalance lescollineslespentes parmomentslamainaussipluslente,sereposant leschampsalorslesplaines etsoudaindesrochersdenouveau,sauvagesetnus despousséestrèsfortes Ils'estarrêtéuninstantpourméditer quelquechosed'élevé,d'inaccessible l'Olympe,leTaygète Iladit«Quelquechosequiteviendraenaide mêmeaprèstamort» Etd'entrelespierresilatiréles.fils desentraillesdelaterreilasortiduschiste ettoutautoursurleversantilaconsolidé leslargesmarchesmassives seulilaposé deblanchesfontainesenmarbre desmoulinsàvent depetitescoupolesroses dehautspigeonnierstroués
Vertuauxquatreanglesdroits Ils'estditqu'ilfaitbondanslesbrasl'undel'autre
etducouplesgrandsbassinssesontremplisd'amour lesanimauxsesontpenchés,lesveauxlesvaches commesilatentationn'étaitpasdecemonde etlescouteauxpasencoreinventés IladitLapaixpourêtresupportée,ilfautlaforce» <r ettournantsurlui-même,lespaumesouvertes,ilasemé desmolènesdescrocusdescampanules toutessortesd'étoilesterrestres unedeleursfeuillespercéeensigned'origine desupérioritéetdepuissance Lui lemondeinfime immense!
Maisavantd'entendreleventoulamusique quandjecherchaisunespacelibredégagé (jegravissaisuneétendueimmensedesablerouge demontaloneffaçantl'Histoire) jemedébattaiscontrelesdrapsCeàquoij'aspiraisétait àlafoisinnocentetondoyantcommelavigne profondetsansentaillecommel'autrefaceduciel Soupçond'âmedansl'argile Alorsilaparléetilyaeulamer Etj'aivuetj'aiadmiré Etensonseinilasemédepetitsmondesàmonimage Chevauxdepierreàlacrinièredressée amphorespaisibles etdedauphinslesdosobliques losSikinosSérifosMilos Iladit«Chaquemotunehirondelle pourqu'ellet'apporteleprintempsaucœurdel'été » Etpleind'oliviers pourtamiserlalumière entreleursdoigts etquelégèreellesedéploiesurtonsommeil etpleindecigales
pourquetunelessentespas commetunesenspasbattrelesangàtonpoignet maisdel'eauàpeine pourqu'elletesoitundieu etpourquetupénètreslesensdesaparole etl'arbreisolé pourenfaireunami etpourquetuapprennessonnomprécieux mincelaterresoustespieds pourquetunepuissespasrépandredesracines ett'enfoncerdeplusenplusprofond etvastelecielenhaut pourqueseultulisesl'infini Lui lemondeinfime immense!
Etcemondeiltefautluifairefaceetl'assumer» <r iladitRegarde!Etmesyeuxontjetélessemences courantplusvitequelapluie surlesmilliersd'arpentsjamaisfoulés Étincellesprenantracinedanslesténèbres eauxsoudainesjaillissant Lesilencequejedéfrichaispourdéposer desembryonsdemots despoussesdoréesd'oracles Lapiocheencoreentrelesmains j'aivulesplantestrapuesquitournaientleurvisage lesunesglapissantd'autressortantleurlangue Voicil'asparagusetvoicil'origan labarbedecapucin lamentheetlegingembre voicilasaugeetlefenouil
Syllabessecrètesdanslesquelles jem'efforçaisd'articulermonidentité Iladit«C'estbien,tusaislire
ettuapprendrasbeaucoupdechosesencore situapprofondisl'insignifiant Etlejourviendratuaurascommeaides Souviens-toi lezéphyràl'approchefeutrée lefruitdugrenadierdestructeurdeténèbres lesbaisersenflammésaupiedrapide» Etsaparoles'estperduecommeunefraîchesenteur Neufheuresperdrixfrappéeaucœurprofonddel'harmonie lesmaisonsseserrantsolidaires petitesetcarrées àl'arcadeblancheauvantailindigo Al'abridelatreille desheuresj'airêvassé entourédegazouillisinfimes decoassementsdepiaillementsetlecoucoulointain Voicilacigognevoicil'engoulevent voicilatourterelle l'effraielapouled'eau lebourdonétaitaussi etlevertpetitchevaldelaVierge Lerivagefermeavecmescuissesnuesausoleil puisdeuxmersdenouveau etlatroisièmeentreelles citronniers,cédratiers,mandariniers etceventdunord-estluttantdanslechenal altérantl'ozoneduciel Enbas,auplusprofonddesfeuilles lecailloulisse lesdélicatesoreillesdesfieurs etlapousseimpatienteetc'est
Lui lemondeinfime immense!
Plustardjecomprislebruissementdelamer etlemurmurelong,interminabledesarbres Surlequaialignéesj'aivulescruchesrouges etcontrelesjalousies jedormaiscouchésurlecôté leventdunords'estmisàhurler Etj'aivu Desfillesbellesetnuesetlissescommelegalet aveccepeudenoiràlanaissancedescuisses etl'abondanteetlumineusecouléelelongdesomoplates deboutsoufflantdansuneconque d'autrestraçantàlacraie desmotsénigmatiques ROES,REM,ARIMNA, LEÏLOS,TAMILTEÏMOR,YELTIS detoutespetitesvoixd'oiseaux etdejacinthes oud'autresparolesdeJuillet Onzeheuresfrappées àcinqbrassesdeprofondeur desperchesdemerdesgoujonsdessargues avecdesouïesénormesdesqueuestronquéescommedespoupes Enremontantjerencontrais desépongesvivantes desétoilesdemer defragilesanémonessilencieuses etplushaut,surleslèvresdel'eau despatellesroses degrandscoquillagesentrouverts etdesalguescendrées Ilm'adit«Desparolesprécieusesdessermentsanciens queletempsasauvésetlesventsàl'oreillesûre» Etcontrelesjalousies jedormaiscouchésurlecôté detoutesmesforcescontrema poitrine j'aipressél'oreiller lesyeuxremplisde larmes
Poèmessurpris
LaNouvelleRevueFrançaise
PAULDEROUX
CLAUDEROY Carus,deP.Quignard
GHISLAINSARTORIS LeTrésordescontes,d'H.Pourrat
L'Empreinte(I)
CLAUDESCHMITT
LEONARDOSCIASCIA AJoanMiropoursonquatre-vingt-cinquième anniversaire(traduitdel'italienparJean-Noël Schifano) JUDESTÉFAN Anthologiedelapoésiefrançaiseactuelle,deX.Godoy père. etL.DallaFior LesÉcrivainsduXX~siècle,deBrincourt LaMortdu MaryCassatt,dej.Roudebush Rimbauddanssontexteetdanssoncorps LesIlesd'Aran,deJ.M.Synge GeorgesPerros,encore Hardyetlanouvelle
D'Ur
SALAHSTÉTIÉ
JEANTARDIEU LaVéritésurlesmonstres
26
112
105
158
Il
147 148 14 138 60 128 141 85
169
i
324
32 7
328
329
326
325 325 326 326 327 328 328 329
325
326
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 503

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 472

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant