La Nouvelle Revue Française N° 346

De
Henri Michaux, Chemins cherchés Chemins perdus Transgressions
Peter Handke, Les paroles du gendarme
Paul de Roux, Au jour le jour
Daniel Boulanger, Le sommelier de Charmerie
Joan Ungersma Halperin, Brûlons les effigies
Chroniques :
Eugène Ionesco, Je rêve je me souviens
Gilles Quinsat, Premier prénom de Nabokov
Henri Thomas, Reportage
Jean Clair, S. D.
Notes : la littérature :
François Trémolières, Œuvres complètes, XV, d'Antonin Artaud (Gallimard)
Jude Stéfan, Manuel du XIX<sup>e</sup> siècle, par Biet, Brighelli et Rispail (Magnard)
Jacques Laurans, Vers la rencontre, par Charles Juliet (Les Cahiers des Brisants)
Notes : le roman :
Pierre-Louis Rey, Les lauriers sont coupés, par Édouard Dujardin (Éditions du Chemin Vert)
Francine de Martinoir, Vallée suspendue, par Bernard Waller (Gallimard)
Alain Clerval, Les variations Goldberg, par Nancy Huston (Le Seuil)
Jean-Marie Le Sidaner, La Marie-Morgane, par Roparz Hemon (Les Presses d'aujourd'hui)
Notes : les essais :
Philippe Dulac, Sartre et les arts (revue Obliques, n° 24-25)
Judith Le Hardi, Entretiens avec l'homme aux loups, par Karin Obholzer (Gallimard)
Thierry Cordellier, L'inventaire des a-priori, par Mikel Dufrenne (Christian Bourgois)
Hervé Cronel, Écrits (1956-1978), d'Oshima (Cahiers du cinéma/Gallimard)
Bruno Bayen, L'Origine, par Thomas Bernhard (Gallimard)
Notes : lettres étrangères :
Jean-Noël Schifano, Apothéose, par Ferdinando Camon (Gallimard)
Laurand Kovacs, La leçon de langue morte, par Andrzej Kusniewicz (Albin Michel)
Christine Jordis, Guérilleros, par V. S. Naipaul (Albin Michel)
Jeanyves Guérin, Les mystères de l'amour, de Roger Vitrac
Notes : le théâtre :
Valentin Beauvois, Festival de Spittal 1981
Hervé Cronel, Oumarou Ganda, cinéaste nigérien
Notes : le cinéma :
Gerard Barriere, Une écoute de la musique religieuse du Thibet
Notes : la musique :
Jacques Laurans, My drummer is Roach, de Max Roach
Notes : le jazz :
Jean Clair, Ida Barbarigo
Notes : les arts :
Jacques Réda, Avril à Charenton
L'air du mois :
Stanislas Kocik, Flammes, léchez-nous dur
Georges Lambrichs, Revue des revues
Textes :
Jean Roudaut, Manger pour rêver
Anthelme Brillat-Savarin, Méditation XXX : Bouquet - Mythologie gastronomique
Publié le : lundi 13 avril 2015
Lecture(s) : 10
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072385414
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
Cheminscherchés Cheminsperdus Transgressions
UNSEULNAVIRERÉPONDRAÀTOUT
Plissements,Plissements unetêtesouffrequin'estplustête seulementpassage
L'arbredevieestmalmené
.éruptionsd'âme
aspiré-verslehaut trop,trop
uneforcefatigueàvouloirtranscender
commecontraintàélévation
Appelàplus àplushautement àplusfinement.
desmotsmaintenantveulentdiredavantage, plusaulong,plusau-delà lointainspourtant,commelégendaires!
toutestbase, àjamais etnecesseraplus
longue,longueouverture gonflementdesgraines surlaplancheàpenser
nu nuement éprouvantledonnouveau
Plusderelais l'indispensableseulement
quittéslesbalcons
pensermoléculairement
Étale étale,lamerintérieure Puisse-t-elledemeurerétale.
Unseulnavirerépondraàtout
lesdistancespensent Danslesfrissons,leradieux
Souvenons-nous-entoujours Momentsl'onchangedepatrie, J
Lumière Lumièrejusqu'àlafinduMonde.
Pouravoirétéemportésiaisément sûrementlemalmanquaitd'épaules
Présencesétrangères Traînéesdeprésences Commeellesfrappentavecdouceur.
Plusarrive,plus,encoreplus Vêtementsdesableontglisséd'autourdemoi Desintrusparpaquetslâchent
Lestagnantresteenarrière
Sphères sphèressurleseaux
Lapages'ouvre Desintentionssedécouvrent Par-dessouslessensparticuliers unsensimmanent
Atous,àtoutestdonnéeenpartage labeautéd'être laplénituded'être
unegrâceaccompagne
gratifiédudedans gratifiantledehors
Nappes Nappes
d'éliminations d'illuminations
Bienfaisancesurlaplaceunifiée
MAINSÉLUES
àMichelinePhan-Kim
Aprèsméditation naîtraitunemain sereine apaisantl'accablé renforçantlesage déliantleprostré porteuse réparatrice unegrandemaindeLUMIÈRE
Dansuneautrevie dansuneautrevue dansunautrevide sansâge,sansrides, calme,épargnée, éloignantlemal,lespérégrinations lesrécriminations
unemaindétachée apparaîtrait
quiauraitvécuàpart dansunevasque dansuneeaulustrale
enfoncéedans enlevanttoute
l'Être flétrissure
unemainimmaculéemontreraitlaVoie purecommelecielbleuestbleu bleusansangoisse paslebleuparcommencelenoir nelaissantplaceà aucundoute éliminant,annulantlamaredeslarves sortiedesentrailles quifaitbasculerlabase.
maind'Azurannulantlamaintantrique
L'ENFANT-SINGEDUBURUNDHI
Onnesaitpassonâge.Aprèsdesmoisdansunhôpi-tal,ensuitedansunorphelinat,iln'aimetoujourspasles hommes,lesgoûts,lagastronomiedeshommes.Ilaime lesbananes.
Dansdeslieuxpleinsdeparlants,iln'apasapprisla parole.Danssonbabilininterrompu,pasunmot.Fati-guéils'étendparterre.
Ils'éventemachinalementdelamain.Descercopi-thèquesfontpareil.Ilfaitchaudenpaystropical.
Quelqu'unpasretrouvéauraitditl'avoirvudans lesarbres,faisantavecdepetitssingesenkendesdes bondsprodigieux. C'étaitencorel'époquedesgrandsmassacres.Par tribusentièreslesexterminations,l'exode.
Agité,fixéparrien,parpersonne,unmalheureux petitnègre,l'airperduetsonnomperdus'ileneut jamais,deforcechaquesoirestintroduitdansunlit,pardessanglesilestmaintenu.
Oncherches'iln'auraitpasquelquepartunpère.Les ans,leslieuxneconcordentpas.Sasolituden'entra jamais personne,pas placepourunpèreensasolitude.
Quelquechose, toutbloqué.
souvenirouépreuvetropdure,a
LaNouvelleRevueFrançaise Alorslestêtess'élèvent,l'attentionestentraînée;et pendantcescourtsintervalles,touteslesconversations sontsuspendues;maisellesrecommencentbientôtavec plusdecharme;ilsemblequecenouveauprésentdes dieuxaitdonnéàl'imaginationplusdefraîcheur,età touslescœursplusd'abandon. Lorsqueleplaisirdelatablearempliletempsqui luiestassigné,lecollégedesprêtress'avance surle borddel'enceinte;ilsviennentprendrepartauban-quet,semêleraveclesconvives,etboireaveceuxle mokaquelelégislateurdel'Orientpermetàsesdis-ciples.Laliqueurembauméefumedansdesvasesrehaus-sésd'or;etlesbellesacolytesdusanctuaireparcourent l'assemblée,pourdistribuerlesucrequienadoucit l'amertume.Ellessontcharmantesetcependant,telle estl'influencedel'airqu'onrespiredansletemplede Gastéréa,qu'aucuncœurdefemmenes'ouvreàla jalousie. Enfinledoyendesprêtresentonnel'hymnederecon-naissancetouteslesvoixs'yjoignent;lesinstruments s'yconfondent;cethommagedescœurss'élèveversle ciel,etleserviceestfini. Alorsseulementcommencelebanquetpopulaire; cariln'estpointdevéritablesfêtes,quandlepeuplene jouitpas. Destablesdontl'œiln'aperçoitpaslafin,sontdres-séesdanstouteslesrues,surtouteslesplaces,au-devant detouslespalais.Ons'assiedl'onsetrouve;le hasardrapprochelesrangs,lesâges,lesquartiers;toutes lesmainsserencontrentetseserrentaveccordialité; onnevoitquedesvisagescontens. Quoiquelagrandevillenesoitalorsqu'unimmense réfectoire,lagénérositédesparticuliersassurel'abon-dance,tandisqu'ungouvernementpaternelveille,avec sollicitude,pourlemaintiendel'ordre,etpourqueles dernièreslimitesdelasobriéténesoientpasoutre-passées.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Nouvelle Revue Française N° 329

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 361

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 392

de editions-gallimard-revues-nrf

suivant