Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

La Nouvelle Revue Française N° 361

de editions-gallimard-revues-nrf

La Nouvelle Revue Française N° 329

de editions-gallimard-revues-nrf

Vous aimerez aussi

suivant
LANOUVELLE REVUEFRANÇAISE
Cheminscherchés Cheminsperdus Transgressions
UNSEULNAVIRERÉPONDRAÀTOUT
Plissements,Plissements unetêtesouffrequin'estplustête seulementpassage
L'arbredevieestmalmené
.éruptionsd'âme
aspiré-verslehaut trop,trop
uneforcefatigueàvouloirtranscender
commecontraintàélévation
Appelàplus àplushautement àplusfinement.
desmotsmaintenantveulentdiredavantage, plusaulong,plusau-delà lointainspourtant,commelégendaires!
toutestbase, àjamais etnecesseraplus
longue,longueouverture gonflementdesgraines surlaplancheàpenser
nu nuement éprouvantledonnouveau
Plusderelais l'indispensableseulement
quittéslesbalcons
pensermoléculairement
Étale étale,lamerintérieure Puisse-t-elledemeurerétale.
Unseulnavirerépondraàtout
lesdistancespensent Danslesfrissons,leradieux
Souvenons-nous-entoujours Momentsl'onchangedepatrie, J
Lumière Lumièrejusqu'àlafinduMonde.
Pouravoirétéemportésiaisément sûrementlemalmanquaitd'épaules
Présencesétrangères Traînéesdeprésences Commeellesfrappentavecdouceur.
Plusarrive,plus,encoreplus Vêtementsdesableontglisséd'autourdemoi Desintrusparpaquetslâchent
Lestagnantresteenarrière
Sphères sphèressurleseaux
Lapages'ouvre Desintentionssedécouvrent Par-dessouslessensparticuliers unsensimmanent
Atous,àtoutestdonnéeenpartage labeautéd'être laplénituded'être
unegrâceaccompagne
gratifiédudedans gratifiantledehors
Nappes Nappes
d'éliminations d'illuminations
Bienfaisancesurlaplaceunifiée
MAINSÉLUES
àMichelinePhan-Kim
Aprèsméditation naîtraitunemain sereine apaisantl'accablé renforçantlesage déliantleprostré porteuse réparatrice unegrandemaindeLUMIÈRE
Dansuneautrevie dansuneautrevue dansunautrevide sansâge,sansrides, calme,épargnée, éloignantlemal,lespérégrinations lesrécriminations
unemaindétachée apparaîtrait
quiauraitvécuàpart dansunevasque dansuneeaulustrale
enfoncéedans enlevanttoute
l'Être flétrissure
unemainimmaculéemontreraitlaVoie purecommelecielbleuestbleu bleusansangoisse paslebleuparcommencelenoir nelaissantplaceà aucundoute éliminant,annulantlamaredeslarves sortiedesentrailles quifaitbasculerlabase.
maind'Azurannulantlamaintantrique
L'ENFANT-SINGEDUBURUNDHI
Onnesaitpassonâge.Aprèsdesmoisdansunhôpi-tal,ensuitedansunorphelinat,iln'aimetoujourspasles hommes,lesgoûts,lagastronomiedeshommes.Ilaime lesbananes.
Dansdeslieuxpleinsdeparlants,iln'apasapprisla parole.Danssonbabilininterrompu,pasunmot.Fati-guéils'étendparterre.
Ils'éventemachinalementdelamain.Descercopi-thèquesfontpareil.Ilfaitchaudenpaystropical.
Quelqu'unpasretrouvéauraitditl'avoirvudans lesarbres,faisantavecdepetitssingesenkendesdes bondsprodigieux. C'étaitencorel'époquedesgrandsmassacres.Par tribusentièreslesexterminations,l'exode.
Agité,fixéparrien,parpersonne,unmalheureux petitnègre,l'airperduetsonnomperdus'ileneut jamais,deforcechaquesoirestintroduitdansunlit,pardessanglesilestmaintenu.
Oncherches'iln'auraitpasquelquepartunpère.Les ans,leslieuxneconcordentpas.Sasolituden'entra jamais personne,pas placepourunpèreensasolitude.
Quelquechose, toutbloqué.
souvenirouépreuvetropdure,a
LaNouvelleRevueFrançaise Alorslestêtess'élèvent,l'attentionestentraînée;et pendantcescourtsintervalles,touteslesconversations sontsuspendues;maisellesrecommencentbientôtavec plusdecharme;ilsemblequecenouveauprésentdes dieuxaitdonnéàl'imaginationplusdefraîcheur,età touslescœursplusd'abandon. Lorsqueleplaisirdelatablearempliletempsqui luiestassigné,lecollégedesprêtress'avance surle borddel'enceinte;ilsviennentprendrepartauban-quet,semêleraveclesconvives,etboireaveceuxle mokaquelelégislateurdel'Orientpermetàsesdis-ciples.Laliqueurembauméefumedansdesvasesrehaus-sésd'or;etlesbellesacolytesdusanctuaireparcourent l'assemblée,pourdistribuerlesucrequienadoucit l'amertume.Ellessontcharmantesetcependant,telle estl'influencedel'airqu'onrespiredansletemplede Gastéréa,qu'aucuncœurdefemmenes'ouvreàla jalousie. Enfinledoyendesprêtresentonnel'hymnederecon-naissancetouteslesvoixs'yjoignent;lesinstruments s'yconfondent;cethommagedescœurss'élèveversle ciel,etleserviceestfini. Alorsseulementcommencelebanquetpopulaire; cariln'estpointdevéritablesfêtes,quandlepeuplene jouitpas. Destablesdontl'œiln'aperçoitpaslafin,sontdres-séesdanstouteslesrues,surtouteslesplaces,au-devant detouslespalais.Ons'assiedl'onsetrouve;le hasardrapprochelesrangs,lesâges,lesquartiers;toutes lesmainsserencontrentetseserrentaveccordialité; onnevoitquedesvisagescontens. Quoiquelagrandevillenesoitalorsqu'unimmense réfectoire,lagénérositédesparticuliersassurel'abon-dance,tandisqu'ungouvernementpaternelveille,avec sollicitude,pourlemaintiendel'ordre,etpourqueles dernièreslimitesdelasobriéténesoientpasoutre-passées.